Archives de catégorie : Connaissance de soi

Ne pas rester à la surface des choses

(Pratique émotionnelle.)

Il y a quelques jours, en ouvrant mon téléphone portable, je suis tombé sur un mail que ma femme venait de m’envoyer. Impulsivement, sans même prendre le temps d’en lire l’objet, je l’ai ouvert. Il contenait une photo à télécharger.

Un clic plus tard, je reconnaissais le hêtre du jardin, splendide avec ses couleurs automnales.

La photo avait été prise de l’intérieur de la maison de telle sorte que le montant de notre porte fenêtre la barrait en son milieu.

Continuer la lecture

Pourquoi un travail thérapeutique ?

De quoi s’agit-il ?

En hommage à Alice Miller

(Si vous envisagez d’entreprendre un travail thérapeutique avec moi, il est important que vous commenciez par comprendre intellectuellement ce dont il s’agit. Pour ce faire, lisez et relisez attentivement ce texte en laissant passer plusieurs jours entre vos lectures afin de ressentir s’il vous parle.)

On commence souvent une démarche thérapeutique en sachant davantage « ce qu’on ne veut plus » que « ce qu’on veut vraiment. »

Beaucoup de personnes souffrent de ne pas être autonomes, c’est-à-dire qu’elles n’osent pas se démarquer de ce que les autres attendent d’elles, ainsi elles oscillent sans arrêt entre négliger leurs propres besoins et se soumettre à ceux des autres, ou imposer leurs points de vue de manière plus ou moins agressive, quitte à culpabiliser après coup d’avoir été désagréables et de se sentir « nulles. »

Etymologiquement, « autonome » vient de « auto » (soi-même) et « nomos » (la loi). Une personne autonome – qui se régit elle-même en utilisant ses propres lois – a des comportements adaptés aux situations relationnelles qu’elle rencontre.

Par contre la personne que l’on pourrait appeler « émotionnellement endommagée », ne peut pas accéder à son autonomie, elle ne peut que se nuire à elle-même et nuire aux autres, parce qu’elle est « en souffrance. »

Pourquoi sommes-nous si confus ?

Continuer la lecture

La vie n’est pas injuste mais elle est cruelle

(à propos de la perte, de la mort et de l’irrémédiable)

« Le jour de l’enterrement de sa mère, C. a été piquée par une abeille. Il y avait beaucoup de monde dans la cour de la maison familiale. J’ai vu C. dans l’infini de ses quatre ans, être d’abord surprise par la douleur de la piqûre puis, juste avant de pleurer, chercher avidement des yeux, parmi tous ceux qui étaient là, celle qui la consolait depuis toujours, et arrêter brutalement cette recherche, ayant soudain tout compris de l’absence et de la mort. Cette scène, qui n’a duré que quelques secondes, est la plus poignante que j’aie jamais vue. Il y a une heure où, pour chacun de nous, la connaissance inconsolable entre dans notre âme et la déchire. C’est dans la lumière de cette heure-là, qu’elle soit déjà venue ou non, que nous devrions tous nous parler, nous aimer et même le plus possible rire ensemble. »

Christian Bobin, « Ressusciter », Éditions Gallimard.

La vie est injuste

  • Comment la nature peut-elle être aussi injuste ? J’avais pourtant mis toutes les chances de mon coté pour avoir un bébé en bonne santé, alors que certaines personnes n’en font même pas la moitié et ont de beaux bébés. Et le mien… Je n’ose même pas dire ce qu’il a. Je ne comprends pas. J’ai fait tout ce que le médecin m’a dit, à la lettre. La vie est trop injuste !
  • Mon fils a eu un terrible accident avec sa moto samedi en fin de matinée… il est mort sur le coup… j’ai beaucoup de mal à écrire ça car je n’arrive pas à y croire. Il venait d’avoir 20 ans. Il était tellement heureux de se payer sa première moto. Quand je pense à toutes les choses qu’il ne connaîtra pas, il laisse un vide terrible… Je me demande pourquoi lui ? Pourquoi nous ? C’était un gentil garçon, discret, respectueux et apprécié de tous. Pourquoi une telle injustice ?
  • Mon père a travaillé dur pendant toute sa vie, et quelques jours avant sa retraite, il nous a dit, à mes frères et moi : « Ah, je vais enfin pouvoir me reposer et passer du temps au jardin ». Mais six mois après, il était mort. C’est vraiment pas juste !

Continuer la lecture

Oser la colère, oser être vrai avec soi-même

(A vous tous qui avez été maltraités et qui vous interdisez la colère, lisez, relisez cet article puis mettez-vous à l’écoute de ce qui gronde en vous. Faites cela par amour et respect pour vous-même.)

Partage de X :

Bonjour,

Je suis X ; j’ai 26 ans et…

J’en veux à mon père de m’avoir violée plusieurs année dans mon enfance ainsi que ma grande sœur.

J’en veux à ma mère de ne pas avoir porté plainte contre mon oncle pour avoir fait subir à ma grande sœur des attouchement sexuels tout en le laissant continuer à vivre sous le même toit que nous, sous prétexte que la condamnation de mon père a 20, oui vingt ans de prison était amplement suffisant.

J’en veux à ma mère de ne pas nous avoir cru lorsque nous lui parlions des vidéos que papa faisait de nous et de ses visites dans nos chambres la nuit tombée.

J’en veux à ma mère d’avoir attendu que ce soit le directeur de l’école primaire qui ait enfin appelé la police après une discussion avec ma grande sœur.

Continuer la lecture

…et tout a basculé

(Observation d’une interprétation)

« L’autre est mon aventure. Prendre le risque de l’autre. »

Yvan Amar. 

C’est nous qui acceptons d’être blessés.

G.I. Gurdjieff.

En vacances depuis plusieurs jours au bord de l’eau, ma petite personne se prélassait, allongée sur sa serviette de bain, le corps couvert d’une mince pellicule de crème anti-UV.

Fort du bon droit qu’a à se reposer celui qui a travaillé toute l’année – sans en avoir conscience – elle se laissait aller à son importance. C’est ainsi qu’elle se permit insidieusement quelques appréciations mentales pour ses congénères…

« Tiens, comme celui-ci est gras du bide ! » pensé-je, m’étant personnellement permis quelques incartades à mon équilibre alimentaire.

« C’est fou comme les gens ne respectent pas la paix et la tranquillité des autres, ils semblent ne même pas m’avoir vu », me dis-je en ayant reçu sur la jambe, la balle de l’un de ces jeux de raquette auxquels certains se livrent les pieds dans l’eau.

Continuer la lecture

La dépression, comment en sortir ?

« L’un des symptômes d’une proche dépression nerveuse est de croire que le travail que l’on fait est terriblement important. »

Bertrand Russel

La dépression est l’émotion pathologique qu’éprouve une personne qui a une vision négative d’elle-même (« Je ne suis pas à la hauteur »), une vision négative du monde et des autres (« Le monde est injuste ») et une vision négative de l’avenir (« Les choses vont mal se passer pour moi et mes proches »).

La dépression survient surtout chez des personnes perfectionnistes qui ont un idéal tel qu’elles jugent leurs résultats toujours insuffisants.

On estime qu’au moins deux femmes sur dix et un homme sur dix souffriront d’un épisode dépressif majeur au cours de leur vie, avec deux périodes critiques, l’une entre 20 et 30 ans, l’autre entre 50 et 60 ans.

Continuer la lecture

Pensée positive ou travail sur les pensées ?

Se confronter aux choses « telles qu’elles sont » et ne plus tricher avec soi-même.

Une approche positive de la réalité.

 

« Celui qui est maître de ses pensées est plus grand que celui qui est le maître du monde. »

Bouddha. 

« C’est dans la lutte contre les pensées, et là seulement, que réside la possibilité d’une véritable libération. »

Arnaud Desjardins.

 

Sur internet, les commentaires à propos de la « pensée positive » sont multiples : « la pensée positive, ça marche… ; la pensée positive pour transformer votre vie… ; la puissance de la pensée positive… » La pensée positive est souvent proposée comme la panacée pouvant nous guérir de nos maux.

Sur quoi repose la pensée positive ?

Continuer la lecture

Relaxation nuage

Attendre le lapin…

Comment s’y prendre pour permettre à l’aidant en perte de vitesse de retrouver le sens de son rôle, afin qu’il accepte que les aidés s’appuient sur lui et qu’il soit capable de réponde à cette demande en ne s’épuisant pas dans sa pratique professionnelle ?

Le gros risque du contexte actuel, régi avant tout par des impératifs économiques de rentabilité, est que l’aidant finisse par en perdre son humanité, et c’est ce qui se passe – malheureusement – de plus en plus souvent…

Un article du journal Le Monde du 09/10/2011, qui traite de la santé des 10 000 salariés du CHU de Nantes le rappelle : « Les signes de souffrance observés chez le personnel ne cessent d’augmenter, tous grades confondus, et notamment au niveau de l’encadrement, ce qui est un phénomène plus récent. (…) Le personnel médical et paramédical se retrouve perclus de « symptômes neuropsychologiques et émotionnels ». Irritabilité, agressivité, anxiété, crises de larmes, syndrome d’épuisement sont relevés. Des troubles du sommeil et de la sphère digestive, mais aussi de multiples affections péri articulaires, sont déplorés. Des cas de tachycardie et d’asthénie sont signalés. »

Continuer la lecture

Etes vous adulte ou fusionnel dans la relation à vos parents ?

« Par rapport aux lois de la vie, les parents pervers tentent d’inverser l’ordre des générations. Au lieu d’être au service de la vie des générations suivantes, ils veulent supprimer leur fils, pour l’empêcher de nuire : l’enfant sert aux parents et non l’inverse. Ainsi les familles pathologiques font tout à l’envers, et prétendent que les enfants nuisent à leurs parents, ou alors, leur demandent de résoudre leurs blessures psychiques. C’est comme demander à la rivière de remonter son cours. A coup sûr, l’inversion engendre des monstres. »

Lily Jattiot, psychanalyste jungienne, Dynamique du Soi, p.165, Editions Accarias.

On définit habituellement l’autonomie comme la capacité pour un être humain de savoir quelles sont les lois et les règles qu’il respecte et pourquoi. Elle est donc la capacité à se diriger avec cohérence, selon ses propres choix.

L’adulte responsable est une personne qui reconnaît ses droits et ceux des autres. Il est clair, authentique, cohérent et ouvert (aussi bien avec lui-même qu’avec les autres). Il discute, négocie et coopère ; pour ce faire, il discrimine ce qui n’est pas acceptable de ce qui l’est, compte tenu des circonstances.

Sa croyance de base – avec laquelle il entre en relation avec les autres – est quelque chose comme : « La vie est une négociation entre égaux. »

Continuer la lecture

Comment gérer celui qui dit du mal de nous ?

Sommes-nous volontairement méchants ?

« Le meilleur service que l’on puisse rendre aux autres, c’est de leur faire remarquer que c’est l’inconscient qui les incite à agir et de les aider à comprendre cet inconscient. »

Swami Prajñânpad(1).

 

« La peur est ce qui rend méchant ; la méchanceté est ce qui fait peur. »

Eugen Drewermann(2).

Socrate (dans le dialogue de Platon, Le Gorgias), énonce : « Nul n’est méchant volontairement. » On peut – en effet – se demander si l’être humain accomplit une action mauvaise en toute connaissance de cause, « parce qu’elle est mauvaise » (auquel cas il serait volontairement méchant), ou « bien qu’elle soit mauvaise » (auquel cas il serait méchant par accident et ne rechercherait pas la méchanceté « pour la méchanceté. »)

Pour Platon, le mal – ne pouvant pas être fait en connaissance de cause – ne saurait être le fait d’un esprit lucide. Un peu comme quand il nous arrive de pressentir, sans en tenir compte, que nous allons commettre une erreur. Si nous avions « vraiment » pressenti notre erreur, l’aurions-nous commise ? En fait peut-être l’avons-nous pressentie, mais certainement pas d’une manière suffisamment explicite pour nous empêcher de la commettre… Comme si nous étions restés incapables de croire en la vérité de notre pressentiment.

Prenons un exemple. Le jour où Olivia a montré à sa mère la robe un peu courte qu’elle venait de s’acheter, et qu’elle s’est entendue dire « Voilà une robe parfaite pour faire le trottoir à Pigalle », elle s’est sentie profondément blessée par la réplique de sa mère, la trouvant méchante avec elle.

Continuer la lecture

Je me sens honteux, je suis éreutophobe et je rougis, que faire ?

“Qui rougit est déjà coupable, la vraie innocence n’a honte de rien.”

Jean-Jacques Rousseau.

Question de Timot’ :

Etudiant en BTS dans la construction bois écologique.

Je vais essayer de faire bref : je suis jeune, beau, intelligent, gentil, très humble et j’ai de l’humour (je parle jamais de moi comme cela). Mon entourage est très aimable, très ouvert et mes études me plaisent donc jusque là tout va bien.

Mais voilà je suis un peu timide de naissance et dès le collège je me suis rendu compte que je rougissais dans certaines situations par exemple quand le prof m’engueulait. Malheureusement je déteste avoir honte, hors lorsqu’on est rouge c’est trop la honte, on se sent le plus faible. Soit il ne fallait surtout pas que je rougisse. J’ai donc eus peur d’avoir honte, peur de rougir hors lorsque l’on tente d’empêcher le rougissement le problème ne fait qu’empirer et s’étale sur d’autres situations bénines où l’on à normalement aucune raison d’avoir honte. Le rougissement s’accompagne d’une bouffé de stresse extrême : cœur à 200b/min, transpiration et déconcentration. Et voilà maintenant je n’arrive pas à être réellement spontané et sociable j’ai toujours une petite voix qui me dit : fait gaffe si tu fais ou dit ça tu peux rougir. EX. l’autre fois je me suis dit : si tu rougit là on va penser que t’es gay, et paf je suis devenu rouge comme un con alors que je suis 100% hétéro. Par exemple avec les filles c’est difficile je n’ai pas la confiance en moi nécessaire pour oser sortir avec elles de façon durable et les accoster sachant que je peux rougir à tout moment c’est pas super. Du coup je préfère boire un bon coup et aller en boîte de nuit pour en trouver une jolie qui veuille bien aller vers moi et là d’accord mais ça reste rare =/. Bien sur pas question de la ramener devant ma famille où devant mes potes parce que si je rougis quand elle est chez moi ou quand ma famille va m’en parler plus tard c’est trop la honte je serais en quelque sorte un faible. J’ai un manque de confiance en moi et une éreutophobie (j’ai vu des forum sur le net et je pense que c’est ça). Je n’ai pas beaucoup d’argent je ne pense donc pas payer vos mail-réponse future mais donnez moi au moins une piste vous êtes la Première personne à qui j’en parle. Le problème persiste depuis environ 5 ans mais il n’est pas non plus très grave il me bride en quelque sorte et c’est mauvais, difficile de vraiment s’épanouir avec ça. Merci beaucoup j’espère avoir été claire =)

Continuer la lecture

Une psychologue en souffrance : Comment gérer son impuissance ?

« Il y a un apaisement au fond de toute grande impuissance. »

Marguerite Yourcenar.

« On ne commande à la nature qu’en lui obéissant. »

Francis Bacon.

Question d’Eliane, psychologue.

Je suis psychologue dans une institution sociale et je suis présente dans les réunions d’équipe pour accompagner cette équipe dans sa réflexion. Après des vécus d’injustice, de non écoute, d’exigences importantes concernant le travail, les remplacements de collègues absents… l’accueil d’un enfant très violent, très difficile à prendre en charge le temps d’une réorientation voulue la plus rapide possible par tous car enfant en souffrance dans ce lieu et ayant besoin d’une prise en charge autre a été très mal vécu par l’équipe. Toute parole autre que celle de l’équipe est inaudible. Venez le prendre en charge au quotidien, sur le groupe d’enfants et à partir de là vous pourrez parler. Cela vaut pour tous les professionnels non éducateurs du groupe. La souffrance est massive, le rejet de toute réflexion surtout de une ou deux personnes de l’équipe est fort. Il n’y a plus de confiance. Je suis réduite à l’impuissance comme tous. Je crains de me retrouver en situation difficile si j’interviens. Je subis comme eux subissent et je me demande comment rester psychologue dans cette situation où il est impossible d’introduire un petit écart par rapport au discours de l’équipe. Je les écoute, je fais preuve d’empathie par rapport à ce qu’ils vivent mais je n’ai pas l’impression d’être reçue dans cette attitude. Merci de me lire. Continuer la lecture

Comment parvenir à guérir de son enfance ?

« Si vous n’avez pas confiance en vous, si vous ne vous aimez pas, alors ne pensez pas aux aspects douloureux de vos vies. Songez plutôt à ce fantastique potentiel d’être humain que vous détenez. Il ne demande qu’à croître. »

Dalaï-Lama.

« C’est nous qui acceptons d’être blessés. »

G.I. Gurdjieff.

Question de Marius :

A 5 mois de la retraite à Toulouse.

Bientôt 60 ans (malade), je n’ai toujours pas réussi à accepter mon enfance (blessures psychologiques), manque évident de confiance en moi… aucune envie… dépressif depuis mon enfance (avec des hauts et des bas).

Quels conseils pourriez vous me donner ?

Merci pour votre réponse.

Continuer la lecture