Archives par étiquette : Eduquer

Sexisme ordinaire

« Avant mes 14 ans, les garçons de ma classe m’auront déjà traitée de salope, de pute, de connasse, de plein d’autres choses. C’est juste pour rire, bien sûr ! »

Cette phrase est extraite d’une vidéo* qui nous interpelle tous mais s’adresse spécifiquement aux hommes.

En effet, existe-t-il un seul homme qui de près ou de loin n’ait participé à l’humiliation des « filles », ne serait-ce qu’en ayant assisté à une maltraitance sexiste sans être intervenu ?

Continuer la lecture

Education

Réflexion n° 28 :

Si dans une société démocratique, les désaccords sont – a priori – régis à travers les valeurs de tolérance, de respect et de confiance, c’est non seulement parce que ses membres sont sensibles aux valeurs humanistes, mais – je crois aussi – parce qu’ils ont tout simplement compris que d’obliger quelqu’un à faire ce que l’on veut qu’il fasse est le meilleur moyen pour qu’il ne le fasse pas, (ce que l’on nomme « l’effet contraire » en pédagogie.) En effet, il nous est à tous arrivé d’être la proie de ce que l’on appelle « l’esprit de contradiction ». Esprit qui nous incite à agir à l’opposé de ce qui nous est demandé, unique exutoire (pensons-nous sur le moment !) à l’expression de notre liberté.

Continuer la lecture

Pédagogie

Réflexion n° 25 :

Je suis dubitatif quant au contenu de tous ces manuels qui abreuvent les parents de conseils pour « bien éduquer » leurs enfants, et de tous ces blogs et émissions qui – sur internet ou à la télévision – prétendent connaître des solutions pour mieux élever les enfants.

Ces démarches – qui présentent les gestes éducatifs comme des recettes de cuisine – accordent la primauté à la technique sur la qualité d’être. Comme on utilise la fiche technique de certains meubles pour les monter, elles font croire qu’il suffit d’appliquer un « mode d’emploi » pour obtenir des enfants « bien éduqués ». Quand la pédagogie rime avec prêt-à-porter, elle se résume à un savoir-faire qui ressemble à une tentative de dressage.

Continuer la lecture

Aimer son enfant

Réflexion n° 17 :

Beaucoup de parents pensent qu’aimer leurs enfants, c’est se comporter vis-à-vis d’eux en ce qu’ils appellent de « bons parents ». Une mère pourra penser, par exemple, que pour être une bonne mère elle doit toujours repasser les T-shirts de son fils. Un père pensera qu’aimer sa fille, c’est lui faire un beau cadeau le jour de son anniversaire.

En fait ces parents, souvent éduqués dans la culture du sacrifice, croient aimer leurs enfants quand ils se comportent avec eux selon les valeurs avec lesquelles leurs propres parents les ont éduqués.

Continuer la lecture

Le petit enfant et le désir des parents

« Ce que l’on devient dépend de la manière dont on reçoit les choses. »

Swami Prajñânpad

Question de Richard :

Profession : militaire.

J’aimerais savoir s.v.p. si je devrais forcer mon fils de 3 ans a continuer son cours d’apprentissage au patins a glace.

Situation :

Son premier cours, il a pleurer pas mal tout le long du cours mais a réussi a rester debout quelque fois, lorsqu’il tombe, bien sur il se fais mal au fesse etc.

Après le cours nous lui avons donner des encouragement positif : c’est beau t’es bon et tout.

Son deuxième cours, hier, il a pleurer pas mal tout le long du cours, j’ai noter quelque amélioration mais pas beaucoup. nous lui avons encore donner des encouragement et tout.

2h après le coucher, il se réveille en panique et impossible de le consoler, il dit non, non j’veux pas etc, alors je lui demande pourquoi non et tout, a un moment il dit je ne veux pas faire de patin, j’essai encore de le réconforter en essayant de lui faire penser a autre chose, c’est dur de le calmer et il se met a pleurer avec tristesse et finalement il s’endort.

Moi et ma femme avons conclus qu’il a probablement eu un mauvais rêve qu’il étais peut être dans un état de somnambulisme et tout.

Donc nous ne voulons surtout pas le traumatiser et le forcer sans raison mais aussi ont se dit que de le sortir du cours ne l’aideras pas a passer par dessus d’autres obstacle de sa vie,

Je sais pas trop quoi faire, pouvez vous m’aider s.v.p.

Continuer la lecture

Pourquoi sommes-nous agressifs envers nos enfants et comment y remédier ?

« Personne ne peut diriger le vent mais on peut toujours apprendre à ajuster ses voiles. »

Proverbe 

« Parler à un adolescent, ce n’est pas lui dire : « Maintenant je suis là pour t’aider », mais lui dire la phrase complète : « Je sais qu’à des moments, je n’ai pas été là quand tu m’attendais mais maintenant je suis là. »

Daniel Morin 

Question de Stéphanie :

Bonjour, je suis mariée et maman de trois enfants et mon mari me reproche souvent d’être agressive avec mes enfants, avec lui et même avec les étrangers.

Aujourd’hui, j’ai parlé agressivement à la directrice d’école maternelle où mon fils doit aller, car j’ai appris par une maman qu’elle avait fait entrer un enfant en début de semaine, donc je suis allé lui demander si je pouvais faire de même avec le mien et elle m’a répondu que cela n’était pas possible, qu’il n’y avait plus de rentrée après janvier, et là, au lieu de lui expliquer calmement ce que je venais d’apprendre par une maman, je me suis énervée. Maintenant, je m’en veux j’ai mal au ventre car je sais qu’au lieu de réfléchir à ma demande, ce sera « NON ».

Quant à mes enfants, j’aimerais qu’ils soient parfaits, même si je sais que ce n’est pas possible car je ne suis pas parfaite moi-même (et personne ne l’est). Du coup, ma fille aînée s’éloigne de moi et se rapproche de son père (malgré que je sois là toute la journée et pas lui), mon deuxième cherche à toujours être ailleurs. Ils me mentent car ils savent que je vais monter en flèche et ça m’énerve encore plus.

Je ne sais plus comment faire pour me sortir de cette spirale, j’aimerais que tout le monde m’aime, même si je sais que ce n’est pas possible !

J’ai cette sensation que tout le monde compte sur moi car j’ai du caractère, mais personne ne se préoccupe de savoir si je vais bien !!!!

Ma réponse :

Continuer la lecture

A propos de la violence éducative

S’il vous arrive de penser :

  • Qu’une claque n’a jamais fait de mal à personne,
  • Que c’est le seul moyen de mater certains enfants,
  • Que c’est normal d’infliger une humiliation à quelqu’un qui se croit tout permis,
  • Que l’important c’est de mettre des limites et que peu importe la façon dont on les met,
  • Qu’on n’est pas responsable des « baffes » qu’on inflige aux enfants parce qu’ils les ont cherchées…

Ou qu’au contraire vous sentez :

  • Que les fessées données aux enfants sont néfastes pour leur développement,
  • Que battre un enfant le force à s’endurcir pour moins souffrir,
  • Que plus on a été battu enfant plus on risque d’être violent soi-même comme parent,
  • Que s’attaquer à plus faible que soi est indigne d’un parent aimant,
  • Qu’un enfant éduqué avec douceur et patience aura toutes les chances de devenir un adulte épanoui…

Continuer la lecture

Je n’arrive plus à communiquer avec mon fils de 11 ans ?

Question de Touraya :

Assistante de direction à Marseille, France.

J’ai deux garçons 11 et 7 ans, W. 11 ans est au collège avec un an d’avance. Le 1er trimestre a été bon (14,86/20 de moyenne) et depuis les vacances de Noël il a décidé de régresser, ses notes sont en chute libre, il me ment, il me cache ses devoirs et interrogations écrites.

Je suis à bout, j’ai discuté avec lui, j’ai puni, il se repli sur lui même dans un mutisme, il ne répond pas quand j’ai des discutions avec lui…

J’ai tout essayé ou alors je m’y prends mal…

J’ai besoin d’aide pour que mon fils reprenne en main sa vie scolaire et qu’il extériorise ses problèmes.

Je sais qu’il m’en veut, j’ai trouvé dans ses papiers « Je hais une certaine… » et c’est l’adresse de ma boite mail.

J’ai besoin d’aide pour que mon fils aille mieux et retrouve sa joie de vivre au lieu de toujours me cacher les choses comme il le fait depuis fin décembre…

Merci pour votre compréhension et vos précieux conseils…

Continuer la lecture

Manifeste contre la violence « éducative »

 

La France a signé et ratifié le 7 août 1990 la Convention des droits de l’enfant. L’article 19 de cette Convention stipule que les États signataires « prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l’enfant contre toutes formes de violence, d’atteinte ou de brutalités physiques ou mentales ».

Or, en France, d’après un sondage SOFRES de janvier 1999, 80% des parents donnent à leurs enfants gifles et fessées quand ce ne sont pas des coups de martinet ou de ceinture. Presque tout le monde trouve cela normal, inoffensif et même nécessaire. Et les services sociaux et la Justice n’interviennent que dans les cas extrêmes.

Pourquoi est-il permis de frapper un enfant alors qu’il est interdit de frapper un homme adulte, une femme, une personne âgée et, en prison, le pire des criminels? Nos lois ne permettraient-elles d’agresser que les plus faibles?

Les enfants ont le droit d’être élevés sans violence, ce qui ne signifie pas sans fermeté.

Continuer la lecture

Éduquer ou dresser ?

Auteur : © Renaud PERRONNET

Thèmes principaux :

« L’éducation, c’est une vision d’ensemble, ce n’est pas juste de permettre ou de ne pas permettre. Il s’agit de guider un enfant, de l’aider à se structurer. »

Arnaud Desjardins.

  • Pourquoi mon petit garçon accepte mal la critique ?
  • La sensibilité de mon enfant est-elle normale ?
  • Les deux secrets alliés de l’amour.
  • Faut-il agir « pour le bien » de son enfant ?
  • Pourquoi nous sommes-nous « endurcis » ?
  • D’où vient le sentiment que l’enfant a de lui-même ?
  • Pourquoi mon enfant a-t-il le besoin d’être sécurisé ?
  • Que faire pour qu’il reprenne confiance en lui ?

Continuer la lecture

L’apprentissage de la violence

Auteur : © Dave GROSSMAN

 

« La violence n’est pas un jeu ; la violence n’est pas amusante ; la violence n’est pas une forme d’entraînement sportif ; la violence tue. »

Dave Grossman.

Thèmes principaux :

  • Tuer son prochain n’est pas un geste naturel, on doit apprendre à le faire.
  • Se battre pour s’intimider ou pour s’anéantir ?
  • L’usage « naturel » de la violence.
  • Comment conditionner l’être humain à tuer ?
  • L’objectif de la brutalisation : la désensibilation à la violence.
  • Similitudes entre jeux-vidéo, TV et entraînement militaire : la mise en condition.
  • La brutalisation « pour rire ».
  • Quelques études scientifiques sur l’impact de la violence.
  • Une technique efficace pour conditionner des soldats à commettre des atrocités.
  • Apprendre à aimer tuer.

Continuer la lecture

Il n’y a pas de « bonne fessée »

« 85% des enfants français sont frappés par leurs parents. »

Sondage SOFRES, réalisé pour l’association Eduquer sans frapper.

« Traitez vos enfants exactement comme vous voudriez que vos enfants vous traitent. »

Norm Lee.

« Pour mettre de l’ordre, il faut regarder le désordre », disait un thérapeute avec bon sens. Le désordre dans la relation parent-enfant n’est pas facile à admettre, d’autant plus que sa reconnaissance risque d’engendrer la culpabilité et la honte.

Là, nous nous trouvons devant un choix :

  • nous voiler la face et continuer de croire – en souriant – qu’une bonne fessée ou que quelques claques n’ont « jamais fait de mal à personne ».
  • ou voir la vérité (ce qui est), en face, lucidement, et oser s’interroger : pourquoi frapper un enfant s’appellerait éducation alors que frapper un adulte s’appelle agression ?

Alice Miller est docteur en philosophie et psychothérapeute. Chercheuse, elle se consacre, depuis 1980, à l’étude des causes des mauvais traitements infligés aux enfants, et à leurs conséquences sur la vie d’adulte.

« L’opinion publique est loin d’avoir pris conscience que ce qui arrivait à l’enfant dans les premières années de sa vie se répercutait inévitablement sur l’ensemble de la société, et que la psychose, la drogue et la criminalité étaient des expressions codées des expériences de la petite enfance…

Ma tâche est de sensibiliser cette opinion aux souffrances de la petite enfance, en m’efforçant d’atteindre chez le lecteur adulte l’enfant qu’il a été. » (A.M.)

Le tract d’Alice Miller sur la fessée :

Continuer la lecture

12