Pédagogie

Réflexion n° 25 :

Je suis dubitatif quant au contenu de tous ces manuels qui abreuvent les parents de conseils pour « bien éduquer » leurs enfants, et de tous ces blogs et émissions qui – sur internet ou à la télévision – prétendent connaître des solutions pour mieux élever les enfants.

Ces démarches – qui présentent les gestes éducatifs comme des recettes de cuisine – accordent la primauté à la technique sur la qualité d’être. Comme on utilise la fiche technique de certains meubles pour les monter, elles font croire qu’il suffit d’appliquer un « mode d’emploi » pour obtenir des enfants « bien éduqués ». Quand la pédagogie rime avec prêt-à-porter, elle se résume à un savoir-faire qui ressemble à une tentative de dressage.

Dire aux parents de quelles manières ils doivent s’y prendre avec leurs enfants, c’est forcément les mettre en porte-à-faux en leur demandant de s’imposer des règles qui ne leur correspondent pas, comme s’ils devaient entrer dans un vêtement trop étroit qui un jour où l’autre ne pourra que craquer.

Prenons l’exemple d’un parent qui a l’habitude de crier parce que, lorsqu’il était enfant, on l’a fait obéir en hurlant les ordres. Il lit sur un blog ou dans un livre qu’il ne faut pas crier sur ses enfants et s’efforce alors de retenir ses cris en refoulant sa colère, jusqu’au jour où il explose et frappe son enfant !

S’il existe bien ce qu’Alice Miller a surnommé une « pédagogie noire », je crois qu’il ne peut pas y avoir de « pédagogie blanche » ; en énoncer une reviendrait à vouloir se donner bonne conscience plutôt que de travailler patiemment à observer, comprendre et remettre en cause ses propres maladresses.

Comme l’exprime Daniel Pennac, «  y’a pas de pédagogie, y’a que des pédagogues. » Etre pédagogue, c’est se donner les moyens de différencier ce qui est approprié de ce qui ne l’est pas dans des contextes relationnels à chaque fois différents parce que dans la vie, tout est toujours nouveau.

Cette capacité n’est possible que pour celui qui a « l’être d’un parent » c’est-à-dire pour celui qui aime, sent, comprend et accepte l’enfant « tel qu’il est », sans lui imposer l’image de ce qu’il pense qu’il devrait être.

© 2014 Renaud & Hélène PERRONNET Tous droits réservés.

Petit sondage à propos de la réflexion : Pédagogie

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

6 réflexions au sujet de « Pédagogie »

  1. Caumette

    Je suis d’accord avec ce que vous dîtes. C’est extraordinaire, comme tous ces ouvrages peuvent être frustrants. Il existerait un art savant d’être parent détenu par des spécialistes, ce qui est entièrement faux.

    Cependant, je pense que de toute façon, sans parler de préconisations lues dans des livres, chacun ne cesse dans la vie quotidienne d’abreuver les autres de ses propres principes éducatifs. Alors, prendre de la distance à partir de livres, si cela peut enrichir la réflexion, pourquoi pas? Ce qui est dangereux, c’est de prendre les conseils au pied de la lettre.

    Mais honnêtement, que cherchons-nous dans ces livres? N’est-ce pas d’abord à nous rassurer, à nous dire que nous sommes dans la bonne voie? Je suis bien convaincue, comme vous, qu’il faudrait d’abord rassurer les parents sur leur capacité à éduquer leurs enfants. Quand on est parent, il y a bien des expériences qu’on fait en même temps qu’eux, nos enfants! Et c’est bien normal!

    Heureusement que lorsqu’on en est arrivé là, à ce constat douloureux qu’on n’a pas la science infuse, on tombe quelquefois sur des psy qui vous disent: « Oulà! vous êtes quelqu’un d’inquiet, vous! » et vous aident à dédramatiser les choses!

    Répondre
  2. bernadette

    Je suis tout à fait d’accord avec votre façon de voir. Malheureusement, la société actuelle essaie de mettre tout le monde dans le même sac, de faire penser tout le monde de la même façon. Il n’y a pas de modele ou de mode d’emploi unique pour éduquer nos enfants. Nos enfants ne sont pas des machines avec un mode d’emploi, des robots destinés à répondre au mode de vie que nous propose la société. Pour ma part, avant d’éduquer un enfant, il faut d’abord se regarder soi-.même, à se connaître soi-même, regarder les erreurs de nos parents qui nous ont fait souffrir et essayer de ne pas les reproduire. Cultiver des valeurs saines, et essayer de les transmettre tout en respectant le caractere de chaque enfant. Les enfants ne nous appartiennent pas, ce sont des êtres humains qui sont venus sur terre pour faire leurs expériences comme nous-même savons fait nos expériences. Ceci dit, s’ils nous demandent des conseils, nous serons toujours les premiers à les aider.

    Répondre
  3. Muriel

    Je suis bien d’accord avec cette réflexion du jour. Mais comme Caumette, je trouve naturel de se référer de temps à autre aux propos de « spécialistes » pour des situations difficiles qui demandent d’y voir plus clair. Le « métier » de parent est si complexe! On navigue à vue entre les affects puissants et les pistes d’éducation qu’il faut bien poser malgré tout. Quelques « recettes » peuvent etre bonnes à prendre parfois à condition qu’elles correspondent bien à la situation précise et à notre propre ressenti, cela peut etre le petit coup de pouce qui nous aide à sortir d’une impasse. Mais en effet, ne pas abuser de ce genre de béquilles, sinon on ne sait plus marcher tout seul et un jour ou l’autre on finit par s’écrouler. Dans mon travail, je cotoie de nombreux parents désemparés qui demandent des conseils mais je constate toujours que finalement, ils agissent selon leurs ressentis et leur vécu, ce qui me fait penser que l’impact de tous ces livres n’est peut-etre pas si important que ça en réalité?
    Ceci dit, en tant qu’enfant, je crois que si mes parents avaient eu la bonne idée de lire quelques ouvrages de ce type, moins accessibles à l’époque il faut le reconnaitre, et d’en tirer quelques éléments fondamentaux, j’aurais peut-etre été moins abimée…

    Répondre
  4. Muriel

    En effet.
    Pour moi, l’éducation est un ensemble de « valeurs » et de concepts qui aide une personne à grandir, se développer en harmonie avec elle-meme et les autres, ce qui lui donne des repères pour trouver sa place dans la société et dans le monde et qui lui permettra de s’adapter aux contraintes extérieures en se respectant.
    La pédagogie est plus le moyen de transmettre cette éducation, elle se base sur des outils relationnels, cognitifs, méthodologiques et elle s’appuie souvent sur la communication.
    On peut user de pédagogie dans tous les domaines de sa vie et avec toute personne, de tout age.
    L’éducation en revanche, me semble plutot concerner le stade de l’enfance, au moment de la construction de la personnalité qu’elle va façonner de façon notable mais pas définitivement figée puisque l’adulte, heureusement, peut ensuite remettre cette éducation en question et décider de s’affranchir des parties qui lui apparaissent comme néfastes ou inadaptées pour lui..
    Une pédagogie déficiente ou inadéquate peut aussi, je pense, impacter fortement une personne. Meme si le concept que l’on veut transmettre est positif, la façon de le faire passer, si elle est « mauvaise » peut le compromettre, voire le modifier totalement. C’est pourquoi selon le point éducatif que l’on cherche à inculquer à un enfant, il est bon de prendre le temps de bien choisir avec quelle pédagogie on va le faire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *