Mon mari est violent, comment l’aider ?

Question de Bluelita :

Depuis près d’un an et demi je suis avec mon ami et nous envisageons de nous marier en juin mais il a des comportements agressifs envers moi. La semaine dernière parce que ça n’allait pas à son boulot et au retour de son loisir qui est le football, étant très énervé je lui ai demandé de se calmer et il a posé ses mains autour de ma gorge voulant m’étrangler. Quelques jours plus tard, il m’avoue qu’il a honte de ce geste et m’indique que son père a eu ces mêmes gestes envers sa mère et lui, et qu’une fois son père a planté un couteau dans la jambe de sa mère.

Aujourd’hui je me demande ce que je peux faire pour l’aider il ne veut pas aller voir de médecin, il me dit qu’il y arrivera seul, mais l’an dernier il m’a violenté et était allé voir le médecin mais cela n’a guère changé.

Que dois je faire ? Comment l’aider ? J’ai peur d’une vie future avec lui mais je tiens à lui.

Ma réponse :

A mon sens, l’essentielle et principale, question que vous avez à vous poser est de savoir pourquoi vous dites « tenir » à un homme qui a tenté de vous étrangler et vous a violenté par le passé.

La plupart des hommes destructeurs et violents expliquent après coup qu’ils ont honte des gestes qui ont été les leurs. Vous avez à faire ici à un homme qui a été lui-même traumatisé dans son enfance et qui risque fort de reproduire ce qu’il a lui-même connu, ou ce dont il a été lui-même témoin dans la relation entre son père et sa mère.

Votre ami a appris très tôt (en en étant la victime) que la violence est un moyen efficace d’obtenir de l’obéissance et il est aujourd’hui prisonnier de son douloureux passé. Quand il vous indique que son père a été violent, il ne sait pas encore qu’il fait avec vous ce que son père a fait avec lui alors qu’il était enfant donc dépendant de lui.

Comme vous en avez déjà eu la preuve , il ne pourra pas surmonter seul sa violence car les pulsions qui sont les siennes sont les résultats des traumatismes qu’il a subis et qu’il n’a pas encore éclairés à la lumière de sa propre prise de conscience.

Consulter un simple médecin ne peut pas être opérant car ce dont il a besoin c’est d’une sérieuse thérapie qui lui permettra de découvrir par lui-même que la violence qui est la sienne trouve son origine dans la répression et le refoulement de ses propres sentiments d’enfant maltraité.

Tant que ce travail ne sera pas fait, il restera potentiellement un danger pour vous comme pour les autres…

Comprenez aussi qu’il ne vous est pas possible de l’aider si lui-même ne veut pas s’aider. De même que de le comprendre ne le changera pas s’il ne veut pas se comprendre lui-même.

Alors je vous invite à bien réfléchir avant de vous engager avec lui, même si vous prétendez l’aimer.

Si vous souhaitez réfléchir aux causes, donc aux racines de la violence chez un être humain, lisez “Les racines de la violence” .

N’hésitez pas non plus à cliquer « ICI »

© 2008 Renaud PERRONNET Tous droits réservés.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

Vous pouvez également télécharger les fiches pratiques inédites :

—————-

CC BY-NC-SA 4.0 Mon mari est violent, comment l’aider ? par Renaud Perronnet est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .

100 réflexions au sujet de « Mon mari est violent, comment l’aider ? »

  1. Celia

    Bonjour,
    Ma relation a débuter à l’age de 16 ans avec mon ami celà fait 2ans que nous somme ensemble,je crois que le probléme est en partie à cause de moi puisque au début de la relation je me suis effacer je ne me suis pas assumer car je n’avai pas confiance en moi en mes actes en ma parole j’avais peur de son jugement donc je le laisser tout faire tout décider,il a commencer à lever la main sur moi peu après nos premières relations intimes. il me batter pour un oui ou pour un non, quand on se disputer sa présence était insuportable a cause de sa façon a ne admettre ses fautes, à me manipuler ,à des moments je lui trouver des excuses,j’allai meme jusqu’à croire que c’était normal de se faire battre, quand je voulai m’en allai il me retener contre mon gré avec des cou et des menaces,après une dispute ou il m’avai battue il réclamer des excuses en disant que c”est moi qui le provoquer en remettant la faute sur moi.
    C’est un homme froid, égoiste, narcissique et il croit que tous ce qui fait est juste et correct et qu’il a toujours raison, sans jamais rien avoir a se reprocher sans aucun remort sans jamais se remettre en question.

    Répondre
    1. Justine

      Bonjour,
      Je me reconnais dans votre témoignage, nous avons environ le même âge. Mon ami ne me bats pas mais je sens que ça viendra si nous continuons comme ça. Comme le vôtre, il n’a aucun regrets face à ses actes qui sont de plus en plus violents. C’est toujours de ma faute.
      Je n’arrive pas à le quitter sachant pertinnement qu’un jour ça ira trop loin. Comment vous êtes vous sortis de cette relation ?

      Répondre
    2. lana

      oh la la celia , mon mari est exactement pareil , il ne s’excuse jamais apres ses coups , ses menaces de gamins .moi aussi je pense que je me suis suis trop effacé au debut de notre relation.
      est tu toujours avec lui ?

      Répondre
  2. lyly

    En couple depuis 6 ans et vivant ensemble depuis notre mariage il y à deux mois, je découvre la face violente de mon mari. il à eu une enfance douloureuse (battu par son père ses oncles et tantes, humilié…) Je savais avant le mariage qu il pouvait parfois être très colerique et nerveux.. mai à présent la moindre question de trop, ma simple expression d un mécontentement le fait de discuter longuement avec les personne de sa famille. sont sujet à disputes insultes et une fois il m à frappé. comme volume.. et parfois lorsqu il est énervé il arrive à me dire qu il ne regrette pas de m avoir frappé et qu il me defoncerait si je rentrais… puis qd il à bien dormi ou qu il arrive à se calmer il revient. en s excusant ss vraiment le direet je ne dois surtt pas bouder et faire comm si de rien.. il ne pense qu à ces sorties. la play l alcool et ses potes il rentre très svt tard après 1h du matin.. et trouvé tjs un moyen d éviter les soirée avec mon entourage et avec moi.. nous allons commencer à consulter un psy ensemble fin de semaine puis il part 2semaines en vac avec c amis et famille.. je crains de le retrouver pire qu à son départ et je sens que j ai de plus en plus peur.. je n ai parlé de tt ça à pers en revanche certaine pers de sa famille l ont su et il m accuser de salir son image.. g vraiment peur car il à déjà menacé de faire passer un sale quart d heure au membre de ma famille..

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      En tolérant ces comportements violents vous vous préparez à un futur bien difficile ! Pourquoi devriez-vous obéir à votre peur en vous soumettant plutôt que de voir les choses lucidement en vous protégeant ?

      Répondre
  3. Nourdine

    Bonjour,j’aimerais vous expliquez ma vie,car je pense que il y’a un réel problème,(pardon pour les fautes d’orthographe),depuis que je suis née je n’ai connus que la violence d’un père,qui frappe son épouse,qu’il hurle toute la nuit,en disant diverse insulte,en insultant c’est propre enfant,qui ne sont pas responsable de son malheur.J’ai l’impression qu’en moi il y a une haine ou une énorme colère je pense que j’ai refouler il y’a longtemps,mon comportement jusqu’à l’age de 15 étais tout a fais normal,j’étais un bon petit gars.Le jour ou j’ai eu ma première copine,j’ai sentis et mes amis d’époque aussi que mon caractère prenais un réel tournant …des plus graves.Avec ma copine,au début j’étais heureux je la laisser tout faire,parfois elle m’écouter,parfois non,parfois elle me montrer son ex juste pour m’énerver et me rentre jaloux,cela marcher car je pété des plomb presque chaque jour,un jour j’étais tellement énerver que je l’ai gifler,a cette instant j’ai ressenti un léger “plaisir” a faire sa car je lui faisais payer tout se quelle m’avais fais,mais malheureusement je l’ai gifler 2 ou 3 fois,j’essayer de contrôler sa vie,ses gestes parole fréquentation.Au bout de 2.5 ans de relation nous nous sommes séparer en très mauvais terme,cela m’a fais un choc,j’avais17 ans….Maintenant voila mes 18 ans divers problème on fait que j’ai du prendre mon appartement et je vivais seul, j’ai rencontrer une jeune fille , j’étais heureux avec elle,mais entre deux,j’avais fais la connaissance d’une autre fille que je désirer et avec qui j’étais ami,j’ai quitter ma copine que j’aimais au bout de 2 moi sans aucune excuse car elle ne m’avais jamais rien fais,c’étais peut être la seule femme qui ne m’avais jamais rien fais..(vous l’aurais deviner entre 15 et 18 j’ai eu d’autre copine)j’ai vécu avec mon ami,pendent 5 mois,5 moi de tromperie de mensonge de haine,de mot vulgaire de menace de gestes,de très grave gestes.Cette femme je savais quelle me tromper,je l’aimer et je suis rester aveugle jusqu’à un jour ou j’ai su quelle me tromper avec un de mes meilleur amis,j’ai lâcher ma colère a fond,j’ai voulus la poignardé,dans mon dernier moment de lucidité j’ai envoyer un message a son “copain” qui est mon ami en lui disant j’ai un couteau a la main je vais faire une connerie, heureusement je n’ai rien fais….je suis devenu fou je pense a cette instant.1 mois plus tard je me remet avec mon ex que j’ai quitter sans aucune excuse,elle aussi n’attendais que sa,nous vivons des jour heureux ou presque tous heureux car malheureusement des séquelle de mes relation passé remonte,j’ai des gestes violent,je l’empoigne méchamment,je lève la voix j’essaie de l’intimidé,je veux quelle parle toujours bien,je veux savoir qui elle fréquente,alors que je pense que dans le fond je m’en fiche tant quelle est avec moi…s’il vous plais que puis-je faire pour qu’il n’y ai plus ces geste,ces mots ces regard,je pense ce narcissisme,et tout cette violence?Je sais éperdument que une personne recevant de la violence pour modèle,reprendra ce modèle et le fera perdurer,mais je ne veux pas frapper ma femme ni mes enfants,cette femme que j’ai je la veux pour toujours est dans un bon cadre.Sachez Messieurs et mesdames,que c’est un appel urgent pour quelqu’un qui pense devenir fou,qui veut mettre fin a ses jour pour ne pas faire durer se modèle,une personne qui lâche des larmes devants se texte.Je n’ai pas honte de dire que je suis faible….Merci de vos réponses

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Si vous lâchez des larmes devant ce texte, je ne doute pas que le « bon petit gars » dont vous parlez soit toujours vivant en vous. Vous avez compris, vous sentez beaucoup de choses, maintenant il vous faut passer à l’action, c’est-à-dire engager un sérieux travail thérapeutique qui vous aidera à découvrir que votre violence n’est que l’expression de la violence dont vous avez été la victime et que vous avez intériorisée.
      Tant que vous ne songerez pas sérieusement à panser vos propres blessures, vous serez condamné à les retourner contre les autres en étant jaloux, violent et en pensant devenir fou. Savoir que vous avez vous-même subi la violence n’est jamais une excuse pour celui qui est sur le chemin du respect de lui-même et des autres.
      Lisez aussi : Je bats ma femme, comment arrêter ?

      Répondre
    2. sophie

      Lisez “Il y avait un monstre en moi”, témoignage poignant d’un homme, comme vous, qui s’en est sortit…. le tout est de se prendre en main et d’engager une thérapie, lisez ce livre, je pense que toutes les personnes violents se reconnaîtrons dans cette histoire, et les témoignages sont si rares.
      Vous avez déjà fait un pas énorme, reconnaître votre problème, maintenant il faut le traiter.

      Répondre
  4. pupuce

    Bonjour,
    Mon histoir et assez compliker par le passer g souvent etait batu et il y as 4ans jai etait sequestrer tabasser et violer en voulant mettre fin a une relation. temp bien ke mal g reussi a avancer et apres de nombreuse histoir solder par des echec a cause de violence g fini par trouver klkun de bien (enfin presque) il a 17ans de plus et en cour de divorce vie toujour sous le mm toit que sa femme car il ne ve pas laisser c enfants ce ke je trouve tt a son honneur seulement aujourd’hui au bout de 3mois il mannonce sur conseil de sa psycologue qu’il est violent et qu’il est suivi pour ca depuis plus de 20ans et que cela vien de son enfant car son pere le batter . en 3mois de temps il ma jamais montrer aucun signe de violence bien au contraire g cru a une mauvaise blague et il ma dit ke il prefererai il en est malheureux car quand il arrive a sentir que ca monte il sen vas ce calmer mais malheuresement parfois il ne sent pas la crise monter et ma dit quand c comme ca il tape et ne sarrete que quand la personne en face est par terre et ne bouge pu il est comme ca avec sa femme aussi et parfois devant c enfants car il me dit ke dans c moment la il est deconnecter de lendroit ou il ce trouve. je lai vu pleurer honte de ce kil me disait et malheureux car malgrer la therapie avec la psy depuis des annee si ca c arranger cela reste comme meme violent. je voudrai laider pour lui et c enfants et aussi car je tien a lui car malheuresement si ca ne sarrange pas je devrai le kitter car g deja trop souffer de ca. avez une solution svp?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Soyez certaine que vous avez déjà aidé cet homme en l’écoutant partager le drame de sa vie ; mais n’est-ce pas extrêmement violent pour vous de vous attacher à un homme de 17 ans de plus que vous, pour qui il n’est pas question de vivre avec vous parce qu’il a des enfants ?
      Les personnes qui ont été violentées ont souvent beaucoup de mal à se respecter, mais (quel que soit le prix que vous avez payé), vous êtes une femme qui se respecte elle-même puisque vous avez osé, par le passé, braver la violence de l’autre en mettant fin à une relation, et qu’aujourd’hui vous êtes résolue à devoir quitter un autre homme s’il devait devenir violent avec vous.
      Continuez de penser et d’agir dans le même sens, personne, jamais, ne mérite aucune violence. Et souvenez-vous toujours que votre désir de pouvoir vivre aujourd’hui avec un homme qui vous respectera, qui vous aimera pour ce que vous êtes est parfaitement légitime.

      Répondre
      1. pupuce

        Merci beaucoup mais pour pour ce qui est de vivre avec cela etait prevu mais a la fin du divorce ou un mode de garde serai convenu neamoin oui je suis prete a me resoudre a le kiter si il ny a aucun moyen de le soigner. Connaissez une methode kil pourrai tenter pour ce soigner mm lui est desemparer il ne vd pas que c enfant le voie comme un monstre et g 24ans et 2enfant oci donc je ne prendrai aucun risque mais jusqua present si il me lavai pas dit je men serai jamais douter il est vraiment genial en tant qu’homme et jme dit que si il y as un moyen kil se soigne il peut le fair avant kon concretise le projet de vivre enssemble soit un minimun de deux ans. Je ve vraiment laider y aurai til des techique kil pourai essayer pour ce soigner? Si oui lesquels svp?

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          C’est une technique que je n’ai pas personnellement expérimentée mais qui semble avoir fait ses preuves avec des personnes victimes de forts traumatismes, on l’appelle l’EMDR, demandez à votre ami d’en parler à son thérapeute.

          Répondre
  5. hckc

    Voilà j’écris car je suis désespérée, malheureuse. Ca fait presque 10 ans que je suis avec mon compagnon, je l’ai connu quand j’ai eu 16 ans. il m’a déjà battu presque à la limite de me tuer, en m’étranglant, le plus dur se sont les insultes. J’avoue qu’il s’est réelement calmé. Mais des fois il recommence de là à m’étrangler. Pour moi comme pour d’autre je pensais que toute femme est battue par son mari, j’ai subi des sevices sexuelle dans mon enfance, du coup je pense que s’est moi qui veux tous se mal. Je ne sais que faire. Je n’ose pas le quitter car encore une fois comme pour d’autre il me menace et me dit que je suis une moins que rien. Je m’excuse tous le temps et crois que c’est moi qui suis coupable. Je suis entrain de sombrée dans l’anorexie, je prend des comprimés pour l’anxieuté celà me permet d’oublié plutot que d’affronté cette réalité.

    Par ailleur je ne sais pas pourquoi mais je ne veux pas le quité car j’ai peur qu’il soit malheureux!

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui, il faut que vous compreniez qu’il y a un lien entre les sévices sexuels que vous avez subi dans votre enfance et la situation de violence en couple que vous vivez actuellement.
      Le fait que vous ayez découvert que toutes les femmes n’étaient pas battues par leurs maris ne vous interpelle-t-il pas ?
      Alors pourquoi vous, alors que vous êtes si malheureuse ?
      Personne, jamais, ne mérite la violence. Seules des personnes ayant été violentées dans leur passé en arrivent à penser le contraire. Pourquoi donc ? Est-ce juste ? Voilà les questions que vous devez vous poser pour remettre – enfin – en question votre esclavage.
      Courage, vous n’avez qu’une seule vie, alors pourquoi ne pas le remettre en question ? Pourquoi ne pas vivre libre ?

      Répondre
  6. lulu

    Mon mari est de plus en plus violent verbalement avec moi depuis la naissance de notre fille (3 ans).

    Pendant longtemps, je n’ai rien dit en espérant qu’il se calme.

    Aujourd’hui les cris, les humiliations, je ne les supporte plus et j’ai peur qu’un jour il me frappe ou frappe notre enfant.

    J’ai décidé de lui dire petit à petit quand les choses ne sont pas correctes pour moi. Je dis des phrase courtes pour éviter la colère un maximum, mais c’est très dur.

    Finalement, pour la première fois il m’a fait de vrais excuses pour m’avoir crié dessus quand quelques jours après je lui ai dit que tout ça me stressait beaucoup trop et qu’un ami a été témoin de ses cris et lui a dit plus tard que ce n’était pas normal.

    Je ne sais pas si il peut changer.

    Je pense que seul il n’y arrivera pas et que je ne peux pas l’aider à changer.

    Comment faire pour qu’il réussisse à ne plus être agressif?

    Il me dit qu’il se sent mal. Je sais que son enfance a été marqué par un père très dur.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Comprenez que votre mari n’est pas violent par amour, il est violent parce que “dans une situation similaire, alors qu’il était sans défense, il a lui-même été violenté et contraint de considérer cela comme un témoignage d’amour.” Cela parle bien sûr de son passé, de son enfance.
      Comme vous le percevez très bien, vous êtes impuissante à l’aider. Il faut que ce désir de changement vienne de lui, c’est dans ce contexte qu’il pourra entreprendre une psychothérapie capable de lui permettre de ne plus avoir le besoin d’être violent.
      Vous pouvez aussi lire ceci :
      http://www.evolute.fr/connaissance-soi/arreter_battre_femme

      Répondre
  7. edith

    Bonjour à tou(te)s,

    J’aimerais témoigner en faveur des personnes pour qui la fuite est encore possible…

    Je vis depuis 20 ans avec quelqu’un de colérique, nous avons deux jeunes enfants. J’ai eu une enfance merveilleuse, qui m’a enseigné le respect, l’écoute, et la gentillesse. Trop peut-être. Mon compagnon, lui, s’est présenté à moi avec ses faiblesses. Des parents aimants, mais faibles. Son père considérait que l’éducation se résumait à frapper, et le regretter ensuite. A donner du matériel, et des règles sans explications.

    Mon compagnon, colérique par nature, s’empire de jour en jour. Sa famille a peur de ses réactions et l’évite. Il a des accès de colère dès qu’il n’obtient pas ce qu’il veut, brise des objets, m’insulte devant les enfants, et me reproche ensuite d’avoir “sorti” le démon en lui. Je n’ai pas le droit, moi, d’être en colère, d’avoir des coups de gueule, en revenant à la maison après une journée de travail, par exemple, et trouvant toute sa vaisselle sale qu’il m’a laissé le soin de gérer, malgré qu’il soit à la maison.

    Sa colère, je pense, est une arme, une manière d’obtenir ce qu’il veut. Je n’ai pas l’impression qu’il souhaite tant que ça s’en débarrasser. Il impose des avis, des restrictions (par exemple, aucune sortie scolaire pour les enfants, pas de fête d’anniversaire) et sait que, bien plus fort que moi, je ne peut que m’y plier. Il ne comprend pas pourquoi je ne semble pas heureuse, et me le reproche. Il me dit souvent qu’il hait les femmes, ce qu’il explique par le fait qu’enfant, sa mère le protégeait quand son père le frappait, faisant ainsi passer son père pour un monstre.
    Il me dit que je suis une femme de “m.rd.e”, alors que tout mon entourage me dit constamment que je suis quelqu’un d’extrêmement gentille. Au jour d’aujourd’hui, je me sens coincée. Mon plus grand phantasme, mon plus grand désir, mon souhait ultime est son absence.

    Partir implique une garde partagée, et donc des moments où je n’ai aucun contrôle sur ses accès de colère envers les enfants (claques, insultes) – partir implique une vengeance, et elle sera terrible. Rester me permet de faire “tampon”, mais dieu sait que je suis malheureuse, alors que ma vie pourrait être si belle. C’est un gâchis, et je ne sais pas comment protéger mes enfants. Je vis comme un robot, j’avance, je m’oublie, je me plie, je me soumet, et je souffre…

    Mon conseil aux femmes qui le peuvent encore, NE VOUS ENGAGEZ PAS en pensant que ça changera, que ça s’atténuera, que les miracles arrivent. CA S’EMPIRE!!! PARTEZ SI VOUS LE POUVEZ ENCORE!!! Un conjoint violent devient un père violent.

    Je ne peux pas regretter, naturellement, mes enfants qui sont, malgré les événements, adorables. Mais je peux dire, en toute logique, que ça me brise le cœur de ne pas pouvoir leur offrir une vie normale et équilibrée. Nous marchons dans un champ de mine en permanence. Je souhaite bien du courage à tous ceux et celles qui témoignent.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      La description que vous faites de votre compagnon est celle d’un pervers toxique qui tant qu’il ne voudra pas ouvrir les yeux sur le fait que son père ne l’aimait pas, se retrouvera obligé de croire que celle qui le protégeait de la violence de son père est à haïr.
      Pour pouvoir se défaire d’un mal, il faut commencer par le reconnaître comme un mal, disait Alice Miller.
      En ayant peur de son chantage, vous vous soumettez à sa violence. Pourquoi devriez-vous continuer – vous et vos enfants – d’être éternellement sa victime, en consentant qu’à son tour il apprenne à ses enfants que les femmes sont à haïr ?
      Personne – jamais – dans aucun contexte, ne mérite la violence.

      Répondre
  8. EpuiséeNoé

    Bonjour, je viens vers vous, exposer mon probleme.
    Rapidement : nous sommes ensemble depuis 10 ans. Au debut tout allait bien, meme s il montrait deja des signes de dominations que la passion amoureuse attenuait. J ai pris mon premier appart et sans demandé, il s est installé et j ai laissé faire. A partir de la tout a empiré. Il a eloigné toutes mes amis parce qu il les traitaient ouvertement de “connes” (je m en veux d avoir laissé faire…). Il hurlait “les pates sont trop cuites! T es connes ou quoi?” “qu est ce tu parles?” “regardes toi” “ta gueules” et j en passe. Si je repond il me gifle. j ai arreté de repondre… mais qd les enfants arrivent c est terrible. etre rabaissée, humiliée devant ses filles. Les voir angoissée… moi je suis devenue un zombie. il hurle je me tais pour pas que la crise affecte mes enfants. Je suis stressée et je commence moi aussi a hurler mais sur mes enfants cette fois. Il n y a aucun respect dans mon foyer. Je ne veux pas de ca pour mes bebes. Samedi soir on rentrait d une soiree en famille. Il voulait passer boire un coup chez un pote. il etait 1h30 et les filles dormaient a l arriere. je n ai pas voulu. Il a hurler encore. “Regarde toi! J en peux plus de toi. de nous!” J en ai assez. j ai repondu. Il m a dit “arrete parce que je vais pas me controler, je sais pas ce qui me retiens” j ai peur et il le sais. mon pere a souvent frapper ma mere a mort. Pourquoi je supporte encore ca a 30 ans?! Il a tiré le frein a main. a 50 en ville heureusement. Je n en peux plus. Lui aussi a un vecu difficile. J ai souvent pardonné. J ai voulu comprendre. Je lui

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Ouvrez les yeux, avant de comprendre, il vous faut vous protéger, vous et vos enfants, d’un prédateur. Vous supportez encore ça à 30 ans, justement parce que ça vous rappelle l’impuissance de votre propre mère à laquelle vous restez soumise.
      Courage, osez vous défendre ! Un vécu difficile ne doit jamais servir d’excuse à la violence parce que la violence n’a pas à être excusée.

      Répondre
  9. Dominique

    Tous ces commentaires sont très difficiles… J’ai moi même été piégée mais par amour…. J’ai vu très rapidement que l’homme que j’aimais avait un gros problème… Un jour bien, le lentement, débile…. Quand le débile apparaissait, je passais des moments de terreur…. J’ai jamais su pourquoi, d’un instant à l’autre son comportement changeait… Les insultes, parfois les coups, l’adoration, la culpabilité, les re insultes, bref, j’étais rabaissée en permanence ou adulée, je ne comprenais plus rien… Personne n’en a jamais rien su…. Assistante de direction dans un cabinet d’architecte, la seule chance que j’avais est d’être autonome financièrement….. Aujourd’hui, je le vois, de temps en temps, il n’a pas changé mais j’ai le contrôle de ma vie… J’ai mon appart, il n’a plus les clés depuis longtemps et pourtant, j’ai toujours des sentiments pour lui…. C’est étrange, je le sens tellement vulnérable… J’ai pensé, comme vous toutes que çà venait de moi… Il me disait que je me tapais toute la direction et les noms d’oiseaux finissaient par sortir, j’ai essayé de comprendre pourquoi toute cette violence, cette jalousie maladive et surtout ses mensonges…. Sexuellement, il me faisait mal pour, disait il, que je n’aille pas voir ailleurs. Ils picolent pas mal et c’est facile, il est cuisinier, il a tout à sa disposition… Ma mère, qu’il ne le connaissait pas est venue, il y a 2 mois me voir car j’habite assez loin… Il a été infect avec ma famille… Il était ivre et s’est très mal comporté et tout çà sur une journée, une toute petite journée… Inutile de vous dire la gène… Ma famille n’a pas compris pourquoi je fréquentais quelqu’un comme çà, que j’allais mal finir. C’est vrai qu’avec lui, on ne peut pas avoir de vie sociale, dès qu’il sort, il boit et çà finit mal… Du genre, je conduis pour retourner et lui commence à péter un câble dans la voiture, il a même déjà mis son pied sur le mien sur la pédale d’accélérateur à fond, vous imaginez…. Aujourd’hui, je n’en peux plus, il est passé hier soir chez moi pour me parler, il pleure, il a maigri, il s’en veut, il ne comprend pas, il a honte de lui… Finalement, il a dormi chez moi, il s’est réveillé en pleine nuit a lancé une bouteille d’eau pleine dans la chambre en hurlant, m’a insulté et même frappé dans le dos… J’imagine que les voisins ont entendu, je suis gênée, je vais encore longer les murs pour accéder à ma voiture, J’ai dormi 2 heures, j’en ai assez, je vais bloquer son N° et laisser tomber tout çà… Je ne peux plus rien pour lui… Si je continue, c’est moi qui vais trépasser…. Le faire disparaître de ma vie, plus de tél, plus de texto, plus rien car çà reste malgré tout, un sacré manipulateur….. et je suis la manipulée…. Courage à vous toutes.

    Répondre
    1. Elisa

      Bonjour,
      Si vous cherchez encore des réponses, je vous conseille de lire, en plus de ce site très bien fait, le site memoiretraumatique.fr, qui donne beaucoup d’explications sur pourquoi on accepte de subir la violence d’autrui sans s’en protéger, pourquoi on est sensible à la vulnérabilité des autres plutôt que de s’occuper de sa propre vulnérabilité.
      Bon courage!
      Elisa

      Répondre
  10. Nath

    Bonsoir, voilà 1 an et demis que nous sommes mariés. Il est très fier et très macho. Je rêvais de me marier je suis musulmane pratiquante et je voulai aller au bout de ma pratique , le mariage. Tout a été vite . Mr était taquin on chahutai bcp. On a emménager et les premières disputes il n’a jamais vécu en couple. Les insultes partent vite de sa bouche et un jour j’ai rétorqué la première claque est tombé ..mon coeur s’est attaché. Jaurai du le quitter mais je suis rester et me voilà tombé enceinte cela ne le stop pas , une droite .. on s’est battu je l’es mordu à sangs. .. il me menace tous le temps. Il a des côtes positif il se passe des longues périodes où on esr heureux mais il demare au quart de tour. Il se permet des paroles dur et si j’ai le malheur de parler cesr fini. J’ai peur de partir. Peur pour min fils. Je voudrai restee pour kil ait ses parents mais ce soir encore un coup de pied au cu qui m’a donné des bleus alors qu’il avait le petit dans ses bras. Je n’ose mm pzs en parler. A personne au début je parlai a une amie mais auj j’ai honte. Comment je peux comment je supporte je sais pas. Jspr quil saretera. Je me dis qu’il se calmera. Je suis mal .
    Au lieu de sucrer mon coeur il sale mes yeux .

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      On ne répétera jamais assez que la violence est le fait d’êtres humains névrosés et malades donc dangereux.
      Puissiez-vous – par amour de vous-même et de votre enfant – ne pas la supporter.
      Est-ce vous qui devriez avoir honte d’être une victime ou lui de se comporter comme un animal ?
      Votre dignité passe par tout faire pour vous sauver, vous et votre enfant. Vous sauver c’est trouver le courage de vous mettre hors d’atteinte d’un prédateur.
      Réfléchissez : pourquoi devriez-vous vous résigner à ce que cet homme vous domine ? N’avez-vous donc pas le droit de vivre en paix ?
      Que vaut le côté positif d’une personne capable de nous agresser, de nous violenter ?
      Plus vous resterez et plus il vous sera difficile de partir, agissez avant qu’il ne soit trop tard !

      Répondre
  11. Barbara

    Bonjour, si vous le permettez, j’ai une question d’ordre plus générale, puisque je me sens concernée par l’aspect “rester avec un mari-violent pour l’aider”, ayant moi-même identifié un shéma de “sauveuse”…. Un couple dont l’un des deux est plus avancé dans son développement personnel que l’autre et plus au clair avec ses schémas est-il possible ? Je parlerai de moi pour plus de clarté : Jusqu’ici mes petits amis et mes compagnons étaient des hommes très mal dans leur peau mais n’ayant aucune conscience de leurs difficultés, et n’ayant jamais fait un travail allant de la simple introspection à une thérapie. J’ai toujours tenté de les aider ! (Ma mère était dépressive, mon père taciturne) Mon ami actuel a déjà fait des thérapies, dont une TCC, et comme moi a compris que la clef réside dans les schémas et fait un beau travail avec son fils de 13 ans, construit une belle relation, lui qui a été privé de famille, rejeté par son père, “abandonné” par sa mère. Nous commençons à réaliser qu’il a du mal à s’ouvrir réellement à moi, est beaucoup centré sur lui, se méfie. Il a réalisé qu’il a encore un travail à faire, me l’a dit. Du coup je me demande si je suis encore happée par mon schéma d’aide ? Si je dois (nous sommes actuellement en “pause” à ma demande car je ne recevais pas assez d’attention et en donnait beaucoup) rompre, pour “changer de rue”…. ou si notre couple est possible ? S’il m’annonce qu’il a compris, qu’il souhaite construire avec moi et que pour ça il va reprendre un travail sur lui, est-ce sain ? Il me semble que oui, mais j’ai peur de ne pas être objective à 100%…. J’ai conscience que je ne dois pas intervenir, le laisser décider, mais où est la frontière entre devenir sa psy …. et être une compagne qui lui communique ses ressentis et compréhensions pour le soutenir ?
    Merci de votre éclairage !
    Barbara

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Pour vous répondre, il serait intéressant de savoir ce que vous voulez dire par “je me sens concernée par l’aspect rester avec un mari violent…”, j’espère que vous conviendrez qu’avoir du mal à s’ouvrir à sa femme est très différent de la violenter !
      A priori la proposition d’un homme qui vous dit qu’il est prêt à reprendre un travail thérapeutique sur lui parce qu’il souhaite construire sa vie avec vous me semble honnête. A vous de vérifier que tout cela est bien réel et effectif n’est-ce pas ? Et je ne vois pas en quoi cela devrait vous contraindre de devenir sa psy. Soutenez-le, écoutez-le et vous découvrirez rapidement s’il est à la hauteur de votre ouverture, non ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *