Etes-vous au clair avec les notions de conflit et de violence ?

En fait, c’est la manière dont nous prenons les choses qui détermine nos comportements; et c’est la manière dont nous les pensons qui détermine la manière dont nous les prenons.

Ce questionnaire vous aidera à voir la manière dont vous vous situez (dans votre tête) par rapport au conflit et à la violence. Par là-même, peut-être deviendrez-vous plus apte à comprendre les causes de vos comportements.

J’utilise ce quizz à l’issue de 5 jours de travail dans ma formation intitulée : « Prévenir et accompagner les situations d’agressivité et de violence. »

Si vous le souhaitez, vous pouvez vous y essayer… et me faire part de vos remarques éventuelles dans les commentaires…

Le Quizz de 20 questions :

© 2005 Renaud PERRONNET Tous droits réservés.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article (6 pages) au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

Pour aller plus loin dans votre réflexion, n’hésitez pas à lire :

Vous pouvez également télécharger les fiches pratiques inédites :

15 réflexions au sujet de « Etes-vous au clair avec les notions de conflit et de violence ? »

  1. Anonyme

    Je pense que ces tests permettront à ceux qui y participeront de se défaire de certaines habitudes malsaines et d’acquérir un peu de discernement face aux situations qui se poseront face à eux.

    Répondre
  2. Astu

    contente de mon résultat (80% positif) pour le premier test sur conflit et violence.
    tacherai de faire mieux la prochaine fois.
    merci beaucoup.
    bonne continuation!

    Répondre
  3. Aveyleena

    Intéressant ce test. Alors que, justement, j’entrai en conflit avec une personne … Il m’a rappelé d’exprimer clairement ce que j’avais en tête, plutôt que de ruminer dans mon coin.
    J’apprécie votre travail, Mr Perronnet, j’aime le lire, et vous souhaite une excellente continuation dans cela.

    Répondre
  4. Marie

    Le soucis, c’est que quand on a appris que le conflit se résout par la violence, même si on sait que ce n’est pas une solution, on n’ose pas rentrer dans le conflit de peur des représailles.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui, un intéressant proverbe algérien dit : « Celui qui a été mordu par un serpent se méfie d’une chenille. »
      La question devient donc : comment différencier un serpent d’une chenille ?
      Cela vous demandera d’apprendre à différencier votre compréhension des choses de vos réactions émotionnelles, ce que peu de personnes savent faire, mais qu’il est possible d’apprendre par respect pour soi-même.

      Répondre
  5. marie

    Je voudrais simplement préciser que, dans le cas d’un conflit avec un pervers narcissique, il n’est pas possible d’utiliser le dialogue. Tout échange est perverti. Le but du dialogue, pour lui, n’est pas la résolution du conflit, mais la domination; l’échange n’est pas d’égal à égal. Alors là, je pense qu’il faut éviter l’échange. J’ai vécu ça trèèès…. longtemps et j’ai fait un nombre incalculable de tentatives.
    Et oui, ne pas réagir émotionnellement.
    Merci pour ce test

    Répondre
  6. Nianina

    Merci pour toutes vos explications et les précieux outils que vous offrez pour apprendre à mieux se connaitre. Bravo pour votre excellent travail!

    Répondre
  7. Pascale

    Conflit et violence: Il y a encore trop de manque de clarté sur ce thème pour moi, de vieux schémas de fonctionnement qui traînent par ci par là et embrouillent la donne… Car lorsque je lis les réponses, elles me paraissent évidentes. Trop tard! Il me faudra lire et relire les réponses pour bien les intégrer.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Si vous souhaitez « intégrer les choses » comme vous dites, je crois qu’il sera plus important pour vous de regarder à la loupe – très précisément – vos vieux schémas de fonctionnement qui vous embrouillent plutôt que de relire mes réponses…

      Répondre
  8. Brigitte

    Comment communiquer avec une personne narcissique ? Une personne qui répond par la fuite ou la colère.
    J ai essayé maintes fois mais le conflit est toujours présent. J ai l impression que la blessure narcissique est telle qu il est impossible d échanger sainement.
    On dit qu il faut fuir ces personnes. Est ce la seule approche acceptable ? L empathie provoque immanquablement des reproches et des attaques de la part du narcissique.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      La question serait plutôt : Pourquoi vouloir communiquer avec une personne qui montre par ses comportements qu’elle estime que ses besoins sont plus importants que ceux des autres ? L’autre est tel qu’il est, pourquoi voudriez-vous le changer, cela parle de vos besoins à vous ?
      Si l’empathie c’est montrer à l’autre respectueusement que l’on comprend sa manière de se comporter, l’empathie qui provoque des reproches et des attaques est sans doute une manière déguisée de circonvenir l’autre pour soi-même en croyant vouloir son bien.

      Répondre
  9. Isabelle

    Bonjour,

    Ce questionnaire m’a permis de clarifier ce que je ressens comme « à ramener au bon niveau ».
    J’ai été accompagné à différents moments de ma vie par des thérapeutes et psychiatres. Et comme énoncé avec mon dernier psychologue suite à des violences conjugales. Il m’aura fallu tout ce cheminement pour me défaire et me recréer.
    Il me restait à faire évoluer « ma peur de l’autre » derrière cet homme qui m’a dit m’aimer, je n’oublie pas les autres personnes. Je fais le choix de regarder là où j’en suis présentement.
    Étant donné que la violence (psychologique et physique ) à été faite par un être aimé pouvant être charmant et vu ainsi. Comment, ne pas craindre en premier lieu et baisser ma garde ? Je vous rassure je le fais. Mais parfois je ressens un manque de confiance en mon objectivité.
    Je sentais que quelque chose était à apaiser.
    La réponse qui apparaît serait dans l’association du conflit et de la violence. Comme si la violence était « peut-être sous jacente ».
    Et comme par hasard (?) Je travaille sur la violence. C’est que je dois être proche d’une compréhension. Et donc d’une bouffée d’oxygène.
    J’aurai une question: dans une de vos réponses à une jeune femme qui a parlé de son vécu et demandé à son compagnon d’être doux. Elle cherchait à le comprendre et vous indiquiez qu’il pouvait s’agir d’une attitude masochiste. J’ai eu egalement cette attitude. Et dans ce test la bonne reponse est de chercher a comprendre l’autre. J’ai donc mis faux, alors que je pense que oui.
    Je comprends que c’est plus dans la répétition de l’attitude de l’autre et la notre. Depuis que j’ai compris cela j’ose couper court me faisant confiance.
    Oser savoir si cela nous correspond cela fait un bien fou.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Pour répondre à une situation, fiez-vous à ce que demande la situation (et non à ce que vous voulez vous-même comme par exemple comprendre l’autre.) Par exemple si vous êtes dans une situation de victime il n’est pas nécessaire de chercher à comprendre votre bourreau. Ce qui est nécessaire c’est de tout faire pour vous préserver vous-même.
      D’une manière générale dirigez-vous vers la réconciliation de vous-même avec vous même : prenez tout ce qui vous fera du bien sans vous occuper des autres (et en admettant que ce n’est simplement pas le moment.) Si la priorité de la situation c’est vous, réconciliez-vous avec cette priorité plutôt que de courir le risque de vous diviser en pensant à l’autre.
      C’est ainsi que vous vous pacifierez peu à peu.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *