Continuer à voir un ex empêche-t-il de faire le deuil de l’amour passé ?

Question de Valentine :

Enseignante

Je suis tombée sur votre article sur le deuil*, alors que je cherchais sur Internet des éléments pour m’aider à faire le deuil de mon premier amour. J’ai 31 ans, nous avons rompu quand j’en avais 22, après 6 ans de relation amoureuse. La douleur s’est ravivée récemment quand, après deux ans de silence radio, il a demandé à me voir pour m’annoncer qu’il allait avoir un enfant, et me demander que notre relation puisse se développer en amitié. L’histoire est donc ancienne, mais la douleur parfois encore vive, et je m’interrogeais sur ma capacité à tourner la page sereinement.

Même si je suis un peu hors sujet, je me permets de vous écrire d’abord pour vous féliciter pour l’intelligence de votre texte, ensuite pour vous exprimer le réconfort qu’il m’a apporté, et enfin, pour vous soumettre une petite question.

J’ai été particulièrement interpellée par la distinction que vous faites en préalable entre l’amour et l’amour-attachement. Je pense que méditer là-dessus m’aidera à faire la part des choses entre les beaux moments qu’on a eu ensemble et le sentiment bienveillant (faut-il parler d’amour ?) que je lui porte encore, et cette incommensurable blessure et déception que je porte en moi depuis la rupture durant laquelle il s’est comporté avec moi comme un lâche. Ce dernier épisode, celui de la rupture, me procure un sentiment d’abandon (amour-attachement), mais heureusement aussi, un profond mépris qui suffit à me vacciner contre toute nostalgie de cette relation.

Pour la suite de cet article, je n’ai pas vraiment pu me reconnaître… En effet – je dirais presque « malheureusement » – mon ex n’est pas mort, et je suis devant le dilemme de choisir de continuer à le voir ou ne plus le voir. C’est précisément ma question. Continuer à voir un ex empêche-t-il de faire le deuil de l’amour passé ? Ne vaut-il pas mieux tout simplement renoncer à la personne aimée, faire comme si elle était morte ? Quelle différence feriez-vous entre le deuil d’une personne décédée et le deuil d’un amour parti ? Ne voudriez-vous pas écrire quelque chose là-dessus ? Je suis partagée entre la colère que j’ai vécue lors de la rupture, la tristesse d’avoir perdu un ami, la blessure narcissique de n’avoir plus été aimée par amour, l’indifférence par rapport à cet vieille icône ressurgie du passé à laquelle j’ai trop pensé et dont le souvenir parfois me fatigue… Toutes ces étapes que l’on décrit habituellement dans le deuil, j’ai l’impression que je les ressens simultanément. Je suis partagée entre le désir de dépassionner mes sentiments vis-à-vis de cet homme qui effectivement pourrait être un bon ami sans être amant, et la peur d’être manipulée dans une relation dans laquelle je ne maîtrise rien…

Merci d’avance de votre réponse. Et merci pour ce site, que je vais prendre le temps d’explorer.

*Il s’agit de « Le travail de deuil »

Ma réponse :

Vous l’avez rencontré à 16 ans, vous avez rompu à 22 ans. 9 années se sont écoulées et depuis 2 ans maintenant – après 7 ans de silence – il vous sollicite à nouveau…

Il est intéressant de constater que votre ancien amour a souhaité renouer amicalement avec vous au moment où il a eu un enfant. La relation qu’il souhaite avoir avec vous tient compte de ses besoins à lui, elle semble nullement tenir compte de la nature de la relation passée (et douloureuse) que vous avez eu avec lui. Focalisé sur son besoin, il n’a vraisemblablement pas envisagé que sa demande puisse raviver une blessure ancienne chez vous.

De votre côté, n’ayant pas fait votre deuil de cette relation passée, vous êtes divisée entre l’opportunité qui vous est offerte d’avoir les « miettes » d’une relation amicale, et le désir de réinvestir dans une relation amicale incapable d’assouvir votre besoin qui trouve l’origine de sa dynamique dans un passé non apaisé.

Bien sûr, c’est de vivre dans le passé qui nous rend incapables de pouvoir apprécier le présent à sa juste mesure. Comment ne plus vivre avec un passé pesant dans le cœur ? En osant, dans la fidélité à soi-même, s’ouvrir à toutes les étapes du deuil qui mènent à l’acceptation donc à la paix.

Faire, là encore, la distinction entre l’amour et l’amour-attachement peut vous y aider. L’un donne et libère, l’autre veut prendre et aliène.

Pourquoi répondriez-vous favorablement à sa demande d’amitié ? Serait-ce par amour ou par nostalgie du passé ? Que pouvez-vous attendre aujourd’hui de cette relation ? Que pourriez-vous lui donner ? Quel amour seriez-vous vraiment capable de lui donner, en toute lucidité avec vous-même ? Donc que pourriez-vous lui donner qui ne serait pas conditionné par votre besoin d’être encore aimée par lui (besoin qui n’exclut en rien votre ressentiment) ? Etes-vous capable de voir la réalité en face ? N’a-t-il pas fait un enfant à une autre femme ? Comment vous voit-il donc ? Etes-vous tenue de vous résigner au rôle qu’il souhaiterait vous voir jouer auprès de lui ? En fait que voulez-vous obtenir de cette relation amoureuse qui n’est plus ? Ne seriez-vous pas entrain de confondre (dans le trouble qui vous a amené à m’écrire) ce qui est avec ce qui a été ?

S’engager à aimer, c’est prendre le risque de l’autre donc devoir être « beau joueur » si par hasard l’autre ne reste pas fidèle à ce qu’il a été, parce qu’on ne veut pas souffrir éternellement. Dans un tel contexte, certains êtres pourront – parce qu’ils n’ont pas accepté la fin d’une relation qui a vécu – tenter de s’accrocher désespérément à des restes. C’est ainsi qu’ils deviendront incapables (parce que non disponibles) de saisir leur chance dans une nouvelle relation vivante et sacrifieront leur vie présente sur l’autel d’un passé fantasmé parce que mort.

Je comprends bien ce que je prends chez vous comme un cri d’une souffrance non apaisée : « malheureusement – mon ex n’est pas mort ». S’il n’était plus de ce monde , paradoxalement, cela vous permettrait de ne plus avoir besoin de choisir votre attitude en réponse à sa sollicitation. Cela vous permettrait de faire l’économie de vous-même. C’est certainement la raison pour laquelle il est plus facile aux personnes de faire leur deuil quand elles ont vu le corps du mort. Un amour qui n’est plus partagé n’a pas de « corps mort » à constater et c’est ce qui laisse la place aux fantasmes de notre toute puissance (puisqu’il est toujours en vie j’ai toujours l’espoir de la possible reconquête.) Pourquoi est-ce si difficile pour vous de choisir ? Parce que vous êtes dans la nostalgie de ce qui n’est plus. Le deuil de la relation serait fait, le choix quel qu’il soit, ne vous poserait pas problème, il serait facile pour vous d’y répondre, positivement ou négativement.

Vous avez la lucidité de constater que dans cette relation vous ne « maîtrisez rien », ce qui est vrai puisque vous en restez dépendante dans votre besoin que l’autre ne soit pas comme il est. Alors que faire ? Vous me posez la question : « continuer à voir un ex empêche-t-il de faire le deuil de l’amour passé ? » Pourquoi voudriez-vous continuer de le voir ? Si nous accédons à la demande d’autrui, c’est toujours parce que nous y trouvons un avantage. Que voulez-vous ? Quel avantage trouver en essayant de faire perdurer quelque chose qui n’est plus ? Ne serait-ce pas, coûte que coûte, tenter de maintenir une relation sur la base d’un déni de réalité ? Que pourriez-vous en attendre ? Vous racontez-vous que vous voulez créer une relation nouvelle ? En êtes-vous capable ? Est-il possible de créer une relation nouvelle sur la base de la dépendance ?

Répondre à ces questions peut-être pour vous douloureux, mais souvenez-vous que faire son deuil c’est « traverser » sa douleur, l’assumer et non pas la cacher en se racontant des histoires à soi-même.

Vous dites porter en vous, une « incommensurable blessure et déception. » Je ne suis donc pas aussi certain que vous le dites, que vous soyez « vaccinée contre toute nostalgie de cette relation », s’il y a déception, il y a demande, ne préjugez pas de votre avancement sur votre propre parcours puisque votre parcours n’est pas achevé.

Ne serait-il pas intéressant pour vous d’aller voir dans une direction que vous ne semblez pas avoir explorée ? Chacun de nous avons plus ou moins de difficultés avec l’impermanence des êtres et des choses. Nous oublions bien vite la dualité des choses, nous oublions que « donner la vie, c’est donner la mort », qu’une porte d’entrée est aussi une porte de sortie et qu’entrer en relation avec un être c’est aussi – un jour – devoir perdre, d’une manière ou d’une autre, cet être. (La relation – elle – est éternelle, comme l’amour puisqu’elle est portée par le cœur.)

Donc je vous invite à vous questionner : « qu’est-ce qui dans mon histoire personnelle m’aurait tant blessé, qu’aujourd’hui encore cela m’empêcherait de me résoudre à l’inéluctable ? » Etes-vous toujours cette jeune fille de 16 ans qui est tombée amoureuse ? Cette jeune femme de 22 ans qui vit la rupture ? Pourquoi continueriez-vous ce bras de fer contre l’évidence ? Qu’est-ce qui maintient votre regard tourné vers le passé ? Qu’est-ce qui à l’intérieur de vous, vous interdit toujours de faire ce deuil ? Quel est cet idéal que vous voulez maintenir au prix (si élevé) de votre propre souffrance et qui vous ferait vouloir maintenir à tout prix une relation pourtant, selon vos propres termes, « déçue par un lâche » ?

C’est à mon sens dans cette direction que vous pouvez aller voir si vous avez le désir d’avancer dans le deuil encore à faire de cet amour déçu. C’est cela qui vous aidera, sans doute, à mettre de l’ordre dans ce que vous avez déjà identifié en vous comme contenant à la fois de la colère, de la tristesse, une blessure narcissique et la naissance d’une certaine indifférence.

© 2007 Renaud PERRONNET Tous droits réservés.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article (5 pages) au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger la fiche pratique inédite :

CC BY-NC-SA 4.0 Continuer à voir un ex empêche-t-il de faire le deuil de l’amour passé ? par Renaud Perronnet est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .

345 réflexions au sujet de « Continuer à voir un ex empêche-t-il de faire le deuil de l’amour passé ? »

  1. elige

    Jai eu une relation avec mon collegue de travail qui a dure 3 ans puis il ma quitte et fiance une autre et vont se marier en janvier comment puis je surmonter ma peine?

    Répondre
    1. sandrine

      je vie aujourd hui une situation douloureuse j’ai vécue une rupture il y a 8 mois, qui ne c’est pas bien passée cette personne m’avais promis beaucoup de choses (mariage, enfant, vivre ensemble …) et au bout de 3 années assez belles mais difficiles quand meme car nous nous disputions souvent car il y avais un manque de confiance, de communication et de ma pars de jalousie. Je n’arrive pas a faire mon deuil de cette histoire, nous communiquons toujours ensemble, nous nous voyons et l’ont se disputent toujours car je veux des explications qu’il ne veux pas me donner donc je l’harcéle de questions mais sans réponses. A ce jour je voudrais l’oublier mais je n’y arrive pas alors que lui a été trés clair dans ces paroles il ne veux plu me voir, il veux tourner la page et refaire sa vie, ilma dis clairement qu’il ne m’aimais plu. Malgré toutes ces blessures je me raccroche et je souffre beaucoup de cette histoire, je voudrais tellement tourner la page pour pouvoir avancer a nouveau mais je suis en permanence en train de penser à lui de l’imaginer avec d’autres femmes, je ne veux pas qu’il refasse sa vie, c’est trés dure de vivre comme cela tout en sachant que cet homme m’a beaucoup fais souffrir au moment de cette rupture par des paroles trés touchantes et encore aujourd hui ll. Le fait-il pour me dégouter de lui ? je voudrais vivre sereinement , et pourquoi cet attachement si fort pour cet homme ? merci de bien vouloir me conseiller ou m’orienter dans des démarches positives

      Répondre
      1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

        En étant “très clair” avec vous, je crois que votre ex vous rend service. Mais voilà, vous ne pouvez pas entendre que la relation est terminée, passer à autre chose et vous apaiser car vous êtes jalouse.
        La jalousie est fondée sur un important déficit de l’estime de soi et tant que vous n’en aurez pas exploré les causes qui proviennent de votre histoire personnelle, vous en resterez la victime.

        Répondre
  2. Delphine

    Bonjour,

    Je vous écris car j’ai besoin d’avoir votre avis.
    Alors que je poursuivais mes études à Strasbourg,j’ai rencontré à 22 ans mon tout premier amour.Je n’étais jamais sorti avec un homme auparavant.
    Il était étudiant d’origine tunisienne (ce détail est important pour la suite)
    Nous avons eu une histoire qui a duré 4 ans.
    J’ai vécu notre relation à fond .Je l’aimais et j’étais heureuse ,prête à tout :je faisais le ramadhan et j’étais prête à me convertir alors que je suis issue d’une famille catholique pratiquante,j’assouvissais tous ses fantasmes,je travaillais en dehors de mes études pour subvenir à ses besoins (vêtements,transports,logement,sorties),je l’aidais à réviser,j’effectuais toutes les taches de la vie courante pour qu’il puisse se consacrer à ses études,je négligeais mes amis car seul le temps passé avec lui comptait.J’étais fière de ses succès comme s’il s’agissait des miens.Nous étions fusionnels. Autant vous dire que j’ai commencé à avoir des difficultés dans mes études,n’ayant plus beaucoup de temps pour étudier.
    Durant toutes ces années,il m’a cachée à sa famille qui habitait Nice.Sa famille ne voulait pas d’une française mais mon ami me disait sans cesse que tout s’arrangerait et qu’il fallait du temps.

    Mon ami a terminé ses études d’ingénieur avant moi et souhaitait retourner dans le sud de la France.Il me restait encore 2 ans à faire sur Strasbourg (concours du CAPES) mais à sa demande,j’ai tout lâché et je l’ai suivi.J’ai raccroché une formation de conseiller Financier à Toulon,j’ai pu subvenir à nos besoins avec mon salaire d’apprentie pendant 15 mois.Mon ami a effectué une spécialisation sur Marseille pendant 1 an.Tout se passait bien entre nous.
    Une fois nos formations terminées, il m’a conseillé de demander ma mutation à Nice.Major de ma promo,ma demande a été validée sans aucun problème.Nous avons tous les deux signé des contrats de travail en CDI.

    Mais une fois sur Nice, tout s’est compliqué:au lieu d’emménager ensemble dans un appart ,il a pris une seconde location dans l’hypothèse où sa famille lui rendrait visite.Nous avons ainsi payé 2 loyers chaque mois alors que nous vivions ensemble.le week end ,il partait dans sa famille et me laissait seule.Je faisais le ménage,les courses et m’occuper du linge en attendant son retour.Nous ne pouvions pas nous ballader en ville, impossible d’aller au cinéma ou au restaurant ensemble car il avait peur qu’on le voit avec moi.Sa famille ignorait toujours mon existence.
    J’ai commencé à douter de lui et je souhaitais à 26 ans avoir un projet de vie (partir en vacances,me fiancer,acheter un appart,avoir un enfant).Durant des mois ,rien n’a bougé au point que j’ai fini par lui poser un ultimatum.
    Nous avons fini par nous séparer…
    2 mois après notre rupture, il m’a invitée au restaurant et m’a montré la photo de sa nouvelle compagne, une tunisienne dont les parents étaient amis avec les siens.
    Il s’est fiancé,marié,a acheté un appart,est devenu papa d’un petit garçon…Tout s’est enchainé pour lui
    Moi de mon côté, j’ai vivoté,j’ai eu un enfant et me suis séparée du père,j’ai connu d’autres hommes mais incapable d’être heureuse …J’ai fini par me marier avec un homme qui me témoignait beaucoup de gentillesse et se sentait prêt à construire un avenir avec moi.J’ai acheté un appart ,j’ai eu un deuxième enfant mais je n’ai jamais senti une réelle complicité,une réelle osmose avec mon mari.
    J’ai croisé mon ex qui m’a invitée au restaurant .Il était élégant,sûr de lui,m’a décrit sa formidable ascension professionnelle,son bonheur d’être bientôt papa pour la seconde fois,sa femme merveilleuse,sa vie aboutie.
    Il m’a parlé des formidables moments que nous avions passés ensemble et m’a affirmé qu’il n’oublierait jamais notre histoire.

    Je suis rentrée chez moi chamboulée réalisant qu’il avait réalisé avec une autre tous nos rêves. Depuis 3 semaines ,je n’arrête pas de pleurer,d’avoir des flash back de mon histoire passée.
    Je devrais lui en vouloir de s’être moquée de moi ,d’avoir profité de moi et pourtant je sens que s’il me le demandais, je lâcherais tout pour le suivre à nouveau.
    Je m’en prends à mon mari comme si c’était de sa faute .Il ne comprend pas ce qui se passe en moi.
    Je ne me comprends pas….
    Merci par avance de votre aide.
    Dans l’attente de votre réponse,
    Bien cordialement,

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui, vous avez réveillé votre mémoire en acceptant l’invitation au restaurant de votre ex.
      Je ne vous connais pas assez pour vous dire pourquoi vous êtes à ce point chamboulée mais dès le début de votre récit je me suis interrogé : qu’est-ce qui vous a ainsi poussée à devoir en quelque sorte « renoncer à vous-même » et à votre personnalité ? Vous allez jusqu’à dire que vous étiez prête non seulement à assouvir tous ses fantasmes mais à vous convertir pour lui.
      Je suis persuadé que la réponse à cette question ne se trouve pas dans votre passion (qui est différente de l’amour) pour ce garçon mais dans votre histoire à vous. Qu’est-ce qui en vous était depuis si longtemps « négligé » et qui a été soudainement comme réveillé par cette passion ?

      Répondre
      1. Delphine

        Merci pour votre réponse.Ce qui était tout simplement négligé en moi?…Difficile à dire,j’ai 35 ans et je ne me connais pas vraiment.J’ai toujours été une enfant timide,sérieuse,mal à l’aise.Adolescente,j’étais si mal dans ma peau que j’ai été anorexique mentale et boulimique.J’ai fait des fugues,une tentative de suicide…J’ai toujours eu le sentiment d’être moche,nulle alors que les autres étaient mieux,réussissaient ,avaient de l’assurance…je me sentais pas assez intéressante pour avoir des amis et encore moins des petits-amis.J’avais parfois l’impression d’être en décalage ,d’être incapable de m’amuser.Je brillais uniquement par mes résultats scolaires.Je me suis plongée dans mes études et me suis fixé des objectifs élevés jusqu’à mes 22ans et là,j’ai rencontré cet étudiant d’origine tunisienne.J’ai eu comme un déclic,une envie de lui plaire,d’être une femme.Je pouvais être à la hauteur si je faisais des efforts.Mais peut être en ai-je trop fait dans cette relation au point de me perdre…
        Aujourd’hui, j’ai toujours l’impression de ne pas avoir trouvé ma place.Mes clients et mes collègues me qualifient de personne gentille,rigoureuse , mais mystérieuse.
        J’ai des amies mais je ne me confie pas
        A la maison,j’aime avoir le contrôle en gérant tout.J’ai peur de l’imprévu,de la solitude,du désordre.Je suis exigeante envers moi et envers mes enfants car je souhaite qu’ils réussissent,qu’ils se sentent bien.
        Lorsque je perds le contrôle d’une situation, je panique,pleure ou m’énerve.
        Depuis ma rupture avec mon ex,je suis distante,méfiante,j’ai rarement des élans de tendresse .tout effort avec mon partenaire (mon mari) me coûte comme si j’avais tout donné à mon ex et que je n’étais plus capable de donner à un autre.
        Des collègues,des clients ont essayé de me draguer,de m’inviter mais je réagis toujours avec rigidité,comme une carapace.
        Ma carapace me protège et cache ce que je suis.Seul mon ex arrive à me déstabiliser,à fragiliser mes défenses.
        Pensez-vous qu’une thérapie m’aiderait à voir plus clair en moi?

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Oui, il y a manifestement beaucoup de souffrance dans votre histoire. C’est parce que votre cœur a été meurtri que vous vous êtes forgée toutes sortes de carapaces pour moins souffrir. Ce faisant vous vous êtes condamnée à vous isoler des autres et de la vie.

          Oui, un travail thérapeutique de connaissance de vous-même vous permettrait de comprendre de l’intérieur comment et pourquoi vous avez dû vous forger ces défenses afin de vous en libérer. Sans doute n’avez-vous pas idée qu’il est possible de vivre autrement que dans la méfiance et le rapport de force.

          C’est la réconciliation avec lui-même qui est la condition de l’équilibre et du bonheur d’un être, cela passe par l’amour et la bienveillance pour soi-même (qui n’ont rien de commun avec un quelconque égoïsme) qui vous permettront de trouver enfin la place à laquelle – comme tout être humain – vous avez droit.

          Pour aller plus loin, vous pouvez lire « Comment guérir de son enfance ? » qui vous donnera une idée d’un travail thérapeutique possible.

          Répondre
        2. fleury

          Je suis profondément touchée par cette histoire. J’ai l’impression de lire ma vie.
          Comme un calque de mon histoire… Heureuse de voir que ma vie ressemble a d’autre, mais triste aussi. Sauf qu’aujourd’hui marié je doute sérieusement de mon couple. Bien que je l’ai toujours sus la réalité fini toujours par nous rattraper. J’ai du accepter une rupture alors qu’au final je n’arrive pas à oublier et à passer à autre chose. Cela me reviens comme un gout amer dans la bouche. La sensation de ne pas avoir réussi à débloquer ni a résoudre le problème. Cette souffrance vient-elle de moi ou de lui? cette douleur peut elle sérieusement disparaître… Même au bout de 10 ans la plaie est toujours aussi vif!

          Répondre
  3. Alexandra

    Bonjour,
    J’ai rencontré mon premier amour (C.) à 17 ans. Je participais à un camp d’une semaine avec mon premier copain (J.), notre relation me faisait souffrir, je pense qu’il ne m’aimait pas vraiment. Durant ce camp, il m’ignorait totalement la journée et passait du temps avec des copines et le soir il me demandait de lui faire des “choses” qui ont laissé une trace encore aujourd’hui dans ma vie intime je pense. Il m’a demandé de le masturber (pardon pour les détails!), c’était la 1ère fois que je faisais cela, je m’en veux de ne pas lui avoir dit non tout de suite, je l’ai très mal vécu! Le lendemain j’ai rompu avec lui…et j’ai alors vu un autre jeune homme qui m’a fait chavirer! Nous avons échangé nos téléphones, j’avais des papillons plein le cœur! Nous sommes vus trois fois après ce camp, des rencontres inoubliables, quelle tendresse partagée avec ce garçon!
    Le bonheur a été de courte durée, C. fumait et buvait un peu trop avec ses copains le week-end, ma mère en bonne gestionnaire de ma vie, a pris peur que je m’embarque dans la même vie qu’elle (mon père est alcoolique), elle m’a demandé de rompre, ce que j’ai fait la mort dans l’âme.
    Pendant 13 ans, j’ai eu le sentiment d’avoir rangé C. dans un joli petit tiroir, je l’avais vraiment oublié. J’ai rencontré celui qui partage ma vie aujourd’hui depuis plus de 20 ans, O. Environ 6 mois après notre rupture, C. avait tenté encore une reprise de contact en venant avec son père dîner dans le restaurant de mes parents, je n’avais pas donné suite, j’étais bien dans ma nouvelle relation avec O.
    J’ai débuté ma vie de couple avec O., dès que j’ai pu m’assumer financièrement, vers 21 ans, j’ai quitté la maison, je me suis installée avec mon homme, à la fois heureuse de vivre avec celui que j’aimais et aussi remplie de culpabilité car j’abandonnais ma mère. Notre vie intime qui jusqu’alors avait été très satisfaisante (pendant les 2 premières années) a commencé à nous poser question. Nos relations commençaient à s’espacer (2x par semaine) cela me paraît tout à fait bien maintenant, mais à l’époque, mon homme se disait, si c’est comme ça maintenant, qu’est-ce que ce sera dans 10 ou 20 ans?? Au fil du temps ces problèmes ont commencé à m’angoisser car je pensais que j’allais finir par le perdre si je n’arrivais pas à me libérer et à retrouver plus de désir pour lui. J’étais très dépendante affectivement de lui.
    Puis un soir (c’est là que je reviens au sujet de départ), je me pose fatiguée de ma journée de travail devant la télé, je zappe et tout à coup, je vois mon 1er amour quelques secondes dans un jeu télévisé. J’étais dans une période où j’avais décidé de m’ouvrir à ce qui pouvait me faire du bien car je m’installais dans un mal-être incidieux. J’en ai tout de suite parlé à mon homme en lui disant quelque chose du genre: “Eh! Tu ne sais pas qui j’ai vu à la télé?” Je lui ai demandé si cela lui posait un problème que j’aille boire un jus avec lui, juste histoire de savoir ce qu’il était devenu… Je vous promets que je n’avais AUCUNE arrière pensée, je n’avais plus jamais pensé à lui et le fait que la vie me le remette devant les yeux par hasard m’a laissé penser que c’était dans cette direction que je devais aller… Bref, mon homme m’a laissée aller le voir…. Erreur? Cela fait 10 ans que j’essaie de me libérer de C…. J’ai été embarquée dans un tsunami émotionnel, toutes mes émotions sont remontées à la surface, nous n’avons jamais franchi le cap fatidique, mais nous avons passé des heures blottis l’un contre l’autre, mon cœur a été ailleurs longtemps… Mon homme a été magnifique de compréhension, nous nous sommes mariés 3 ans après que j’aie revu C., même si C. était encore assez présent dans ma vie. Je savais que je ne pouvais rien construire avec C. et O. avait été tellement attentionné, respectueux de mes besoins (au détriment des siens…) que notre lien s’est renforcé même si j’étais partagée. J’avais vraiment l’impression de les aimer tous les deux! Je n’ai jamais caché à mon homme quand j’allais voir C., il m’a toujours dit que s’il m’empêchait de le voir je le ferais en cachette… il avait sûrement raison… j’étais comme une droguée en manque, c’était épouvantable! J’en ai parlé à des thérapeutes, une blessure liée aux manques dans la relation à mon père (peu de lien, pas de tendresse, pas de reconnaissance, C. a été le 1er à me faire sentir que je pouvais être aimable etc…) mais le comprendre ne m’a pas aidée à m’en libérer!! Aujourd’hui C. est papa. Il y a 9 mois il m’a demandé de cesser tout contact, (notre relation “amicale” était trop compliquée pour lui) mais 6 mois plus tard il m’a informée de la naissance de son enfant (je lui avais demandé de me dire s’il était papa un jour…). J’ai été heureuse pour lui et même si je m’étais promise de ne plus le voir (comme l’alcoolique qui promet de ne plus jamais toucher à un verre) j’avais demandé à mon homme de me remettre à l’ordre si un jour j’étais à nouveau tentée.. Quand j’ai su que C. était papa, je n’ai pas pu m’empêcher de lui proposer de venir faire des photos de son bébé. Il a accepté…. Quand j’en ai parlé à mon homme il a été assez surpris et déçu. Il m’a dit que je faisais tout ce qu’il fallait pour replonger et il a raison. J’ai renoncé à faire ces photos et je m’efforce de rester à distance.
    MAIS, je ne suis pas guérie. Nous tentons avec mon mari, tant bien que mal, de retrouver un minimum de vie intime, mais c’est très compliqué. Je suis assez déprimée depuis l’autre soir où nous avons tenté un rapprochement, j’arrive à prendre du plaisir (même s’il y a de la culpabilité derrière…) mais je suis incapable d’en donner à mon mari, je me sens TRES coupable de ça…
    J’ai tenté de faire des rondes d’EFT pour me soulager et 3 évènements ressortent. Ce moment où je me suis forcée à faire des “choses” à mon premier copain, la vision de mon père nu qui passe dans un couloir, je suis dégoutée par ce truc mou qui pend (pardon pour les détails..) et…. je pleure en repensant à la tendresse partagée avec C… Je n’arrive pas à prendre la tendresse que mon mari essaie de me donner (parfois) au quotidien, je le repousse, je sens trop de désir chez lui, c’est de tendresse dont j’ai besoin…. Je ne sais pas si c’est parce qu’avec C. l’acte sexuel nous était interdit que j’arrivais à me laisser aller totalement? Est-ce que je n’arrive pas à prendre la tendresse de mon mari parce que je sais qu’il y a un besoin sexuel derrière que je ne remplis aucunement?
    Merci de m’avoir lue et de me donner votre avis si le cœur vous en dit…

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Il serait intéressant pour vous de découvrir pourquoi vous séparez le désir de la tendresse. Qu’est-ce qui dans votre vie vous a forcé à associer plaisir et culpabilité ? Qui donc vous a influencé dans ce sens ? Votre malaise après avoir masturbé votre compagnon parle de votre malaise avec le sexe, il vous faudrait aller voir plus loin. Pourquoi le plaisir vous fait-il peur ?
      Pourquoi vous sentez-vous ainsi obligée de faire ce qu’on vous demande de faire et que vous n’avez pas envie de faire ? Pourquoi votre mère confondait-elle sa vie à elle avec sa relation à vous ? Pourquoi avez-vous obéi à une mère qui n’avait pas le droit de vous demander de rompre ? Pourquoi vous sentez-vous culpabilisée quand vous vous éloignez d’elle ? Pourquoi appelez-vous faire l’amour avec un homme « franchir le cap fatidique » ? Il y a manifestement un gros interdit là-dessus. Pourquoi demandez-vous à « votre homme » de faire le travail qu’il vous faut faire vous-même ?
      Vous vivez dans la peur et l’angoisse parce que vous ne pouvez pas faire autrement que d’obéir à des fausses croyances qui vous rongent.
      Avez-vous déjà pensé à un travail d’analyse psychothérapeutique ?

      Répondre
      1. Alexandra

        Bonjour Monsieur Perronnet,
        Un grand merci pour votre réponse.
        En effet je pense que je dois aller plus loin. J’aimerais faire un travail en profondeur, j’ai déjà parlé de ces blocages à des thérapeutes, mais sans réelle améliorations. Je désespère un peu de trouver quelqu’un de réellement compétent qui saura m’aider vraiment dans ce cheminement…
        J’aimerais échanger plus avec vous à propos de tout cela… J’ai rarement entendu quelqu’un qui semblait si bien comprendre les choses…

        Répondre
  4. luciole

    Bonjour cher Monsieur Perronnet,

    Je suis tombée sur votre site et je suis certaine que ce n’est pas par hasard…
    Par où commencer ?
    J’ai vraiment besoin que quelqu’un m’aide pour y voir plus clair dans ma vie aujourd’hui. J’espère que vous pourrez me donner quelques pistes de réflexions.
    Je vais fêter mes 58 ans la semaine prochaine. Je me suis mariée à l’âge de 20 ans avec le premier amour de ma vie.
    Malheureusement, nous avons divorcé après 25 ans de mariage pour une raison bien particulière, que je considère aujourd’hui comme “un horrible malentendu”. Notre divorce a duré 11 ans…(et oui c’est possible que cela dure aussi longtemps dès le moment où je n’ai pas accepter de baisser les bras et où j’estime encore aujourd’hui que c’était la seule manière pour moi de me retrouver : me battre pour exister dans ses yeux !).
    La raison “particulière” serait bien trop longue à expliquer dans ce courrier et en plus c’est quelque chose d’intime que je n’ai pas envie d’exposer à tous..
    L’important pour compléter est de vous dire que notre affaire s’est donc terminée il y a 2 ans. C’est nous deux qui avons clôturé le dossier liquidation des biens sans avocat.
    Depuis j’habite au-dessus de son cabinet dans un appartement que j’ai obtenu dans le partage. Nous nous rencontrons de temps en temps mais aussi dans les fêtes de famille. Nous avons 3 grands enfants (36- 34 et 33 ans) et 5 petits enfants dont 2 que nous venons de baptiser.
    Tout cela pour vous dire que je suis toujours amoureuse de mon mari et que la raison pour laquelle nous nous sommes séparés ne me semble pas suffisante aujourd’hui pour justifier de cette rupture. Malheureusement le mal est fait et je ne sais comment faire pour réparer les pots cassés.
    Encouragée par plusieurs de nos amis (qui sont restés pour la plupart nos amis) je lui ai dit et écrit ce que je pensais de tout cela et aussi que je l’aime toujours. Il ne m’a pas rejetée et je sens bien qu’il n’est pas insensible à ce que je dis. Mais il est aussi très orgueilleux et surtout il a beaucoup souffert de cette guerre que nous nous sommes faite pendant 11 ans.
    De plus, après une première relation amoureuse qui a duré 7 ans il vient de recommencer une autre relation avec une femme de mon âge trouvée sur un site de rencontre. Cette dernière n’a jamais été mariée et elle n’a jamais voulu d’enfant ( pour moi, il s’agit d’une femme qui ne cherche qu’à se caser…)
    Je suis certaine que nous pourrions nous réengager dans une vraie relation de couple adulte mais cette fois sur les bases d’un amour où chacun existe comme une personne autonome et dans une meilleure connaissance de nous-mêmes.
    Bref, comment vous dire…je ne peux pas faire le deuil de notre amour et encore moins m’engager dans une autre relation.
    Je ne cesse de penser à lui et rien que de vous écrire j’en ai les larmes aux yeux. C’est tellement stupide. Si nous avions pu parler de notre problème à l’époque à un sexologue, nous n’en serions pas là….
    Que vous inspire mes quelques lignes ?
    MERCI pour votre soutien

    Luciole

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Je ne sais rien de ce que vous appelez un malentendu qui ne semble pas en être un pour votre ex. Il ne suffit malheureusement pas de dire qu’on est amoureux d’une personne pour être en paix avec elle. Vous vous êtes en effet mise dans une situation inextricable qui vous oblige à souffrir puisque vos conditions de vie elles-mêmes vous empêchent de faire le deuil de cette relation en vous condamnant depuis plus de 13 ans à toujours regarder vers le passé.
      Peut-être que les choses sont « stupides » comme vous dites mais il n’empêche que la réalité est ce qu’elle est, ouvrez les yeux !
      Que préférez-vous ? Continuer de rêver à un malentendu qui vous permettrait de croire que vous existez encore à ses yeux ou vivre enfin votre vie comme vous en avez le droit ?
      Avez-vous le temps ? N’oubliez pas cela.

      Répondre
  5. Chris

    Bonjour, je viens de tomber sur votre site par hasard, et je sollicite vraiment votre aide!

    En fait ça fait 5 mois que je suis avec ma copine, j’ai 26 ans, elle en a 22. Quand l’on s’est rencontré, c’était la passion folle entre nous, du moins pendant les deux premiers mois. Mais dès le départ j’ai sentis qu’elle avait une blessure au fond d’elle qui n’étais pas encore cicacrisé. Elle me l’a avoué au début aussi, en fait elle avait eu une relation avec un homme qui a duré 5 ans, et cet homme lui a fait énormément mal, il l’a trompait à tout vas, bref le profil du vrai salaud.
    Mais après deux mois, elle a commencé à être d’humeur changeante: une semaine elle est heureuse d’être avec moi, on fait l’amour passionément et une autre elle me repousse. jusqu’au jour où elle est tombé enceinte. Moi je voulais gardé, mais elle était cathégorique, elle voulait pas gardé dont on a pas gardé au finale. ça fait deux semaine aujourd’hui. Et le médécin nous a interdit d’avoir des rapport durant un moins et avec le traumatisme de l’avortement, on était un peu distant.
    Mais voilà, ces derniers temps, elle a encore changé: elle m’appelle de plus en plus quand on est loin l’un de l’autre, mais quand on est proche, elle est distante, elle me dit qu’elle m’aime de plus en plus et qu’elle commence à s’ouvrir à moi. Sauf que moi je ne ressent pas ce qu’elle me dit. Le 14 février, je suis allé chez elle, elle était très triste, je luis demande ce qui va pas, elle me répond pas. Je suis rentré chez moi et je lui ai fait une grande déclaration, après je l’ai appelé. Là est m’a expliqué qu’elle se sentait seule et qu’elle voulait que je reste. Jusque là il n’y avait pas de problème. Mais le lendemain, elle m’a envoyé un sms ou je sentais qu’elle voulait connaitre mon programme, savoir si j’allais passé chez elle. J’ai tout de suite senti quelque chose de louche. Je suis passé chez elle le soir, et elle m’a accueillis un peu froidement au début, elle m’accusait de vouloir la surveiller vu qu’on avait pas prévu se voir ce jour là. Pourtant au fond si j’était venu c’est par ce qu’elle m’avait laissé croire que je lui manquais, mais c’était faux car dans la nuit elle a dormis loin de moi sur le lit, je suis tombé sur son téléphone par hasard et en voyant ses sms, j’ai constaté qu’elle s’était donné rendez vous avec son ex et apparemment c’est elle qui avait sollicité le voir.
    Maintenant je suis mal, car je sais pas comment prendre ça, je sais qu’elle ressent encore quelque chose pour lui, même si elle a ressentit quelque chose pr moi un moment. Moi je voulais faire ma vie avec elle, on s’était fait de plein de projet en si peu de temps et du jours au lendemain, elle a commencé à s’éloigner de moi. Que faire? J’ai envi de me séparer d’elle, de passer à autre chose, mais j’ai peur de faire une erreur en ne tentant rien au préalable! Pouvez vous avoir une conseil pour moi?
    Je vous en remercie

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Votre copine est en souffrance, elle n’a manifestement pas fait le deuil de son amour passé, d’autant plus qu’elle semble être la proie d’une attirance masochiste.
      N’oubliez pas non plus que la passion amoureuse est condamnée à perdre de son intensité comme un feu qui s’éteint.

      Répondre
  6. Cybille

    Bonjour,
    J’aimerai également bénéficier de votre regard. Merci beaucoup par avance !

    J’ai rencontré en juillet 2012, un homme avec qui j’ai réalisé trois magnifiques voyages à l’étranger. Quand j’ai rencontré cet homme il était en couple, un mois après sa petite amie a cassé car elle partait loin pendant un an ( rien à voir avec moi), quelques semaines après vu notre complicité, je lui ai dit que je le trouvais génial, et que des sentiments connaissaient a naître de mon coté. Il n’avait rien contre une histoire “facile”, mais ce n’est pas ce que je recherchais et il a finalement eu un grand pas de recul le jour ou je lui ai dit que je n’avais aucune expérience. 9 mois après notre rencontre, c’est avec lui, puisque je l’aimais que j’ai choisi de faire l’amour. Toujours avec des pincettes, il m’a dit que ce ne durerait peut-être que trois fois ( ce qui m’a un peu surpris, mais toujours est-il que dans ma tête : qui ne tente rien, n’a rien. Et qu’il me semblait davantage avoir la trouille qu’autre chose.)

    Et c’est ce qui s’est passé : il est devenu distant du jour au lendemain, je suis devenue une étrangère et nos nuits ont bien duré trois fois… Comme cela s’est passé très vite, et que je suis habituellement positive, à l’époque je ne me suis pas inquiétée plus que cela, car j’ai le temps (Rome ne s’est pas fait en un jour) et pas envie de lui mettre la pression.

    Sauf qu’un mois après ses vacances, monsieur se fait encore plus distant (enfin tout en me croquant l’oreille… ambiguité maximale) comme cela me géne et que j’ai besoin que l’on soit vrai avec moi, je lui ai donc demandé s’il avait rencontré quelqu’un (même si j’aurai préféré qu’il me dise par lui-même) : c’était un oui. La perspective de mutation prochaine de cette demoiselle et sa visite lors de son anniversaire expliquaient sa prise de distance avec moi et cela m’a profondémment blessé. Après lui avoir dit tout ce que je pensais, sensation de mépris, de ne pas avoir été respectée et prise pour une conne, et de nombreuses discussions chaotiques : il s’est excusé

    6 mois plus tard, toujours chaotiques,nous nous sommes croisés par hasard. Depuis, nous avons essayé de rétablir une communication plus saine, plus apaisée, même si la complicité d’avant n’est plus là…)

    En ce qui me concerne, je ne souhaite pas le sortir de ma vie, car c’est quelqu’un qui représente beaucoup pour moi et car… je l’aime. ( oui, c’est pour le moins bizarroide, j’étais en colère contre lui, mais c’est une personne avec qui je me sens bien, avec qui je pense pouvoir partager encore beaucoup de choses). En ce qui le concerne, je pense qu’il s’en fout de m’avoir ou non dans sa vie, mais qu’il fait des efforts considérables afin de redorer son image auprès de moi, pour ne pas passer pour un salaud. C’est la première fois que je reste en contact avec un homme que j’ai aimé, d’habitude je coupe le contact sans aucun remords….

    Je ne souhaite pas prendre la place de son actuelle petite amie ( même si vu les circonstances, je ne souhaite pas du tout devenir copine avec elle) et je lui souhaite d’être heureux ( il a 35 ans : et je ne peux que lui souhaiter une relation qui marche)
    Mais en même temps sans hypocrisie, j’aurai aimé et j’aimerai encore qu’il tombe amoureux de moi, j’ai l’impression que notre relation s’est evaporée avant même que je n’ai eu le temps de cligner l’oeil, et je trouve ça dur de faire le deuil de quelque chose d’aussi rapide, mort-né).

    Dans un accès de spontanéité, comme j’aime voyager, et qu’il est la personne avec qui je préfère voyage, je le rejoins cet été deux semaines en Asie.
    Attention : je n’y vais pas pour lui sauter dessus, au niveau de mes valeurs : je ne ferai pas à une femme, ce que je n’aime pas que l’on me fasse. Mais j’aimerai que cela le fasse réflechir, de façon à de mon côté ne plus avoir de regrets, avoir tenté le tout pour le tout.
    Et en même temps, j’ai peur d’avoir mal, j’ai peur qu’il ne me parle que d’elle pendant 15 jours, j’ai peur de me sentir de nouveau comme une étrangère sans même avoir le temps de cligner l’oeil, j’ai peur que même notre complicité de globetrotter en soit amochée…
    Bref, je suis paumée… J’ai beaucoup perdu confiance en moi dans cette histoire, j’ai eu l’impression d’être un thon, que l’on utilise car l’on n’a rien de mieux, et je me suis sentie trahie… même si je m’y suis de plus en plus affirmée, que j’y ai beaucoup appris et que j’ai vécu de jolis moments..
    J’ai cru que l’amour que j’éprouve, mon gout des voyages et de liberté suffiraient à ne pas me faire stresser pour ce voyage, mais six mois à l’avance j’appréhende, j’ai peur d’avoir mal.

    Quelles questions me conseillez vous de me poser ? Qu’est ce qui vous semble incohérent dans mon raisonnement ? Que dois-je continuer à travailler ? ai-je tort de partir avec lui ? dois-je ne pas écouter mon coeur et vraiment le sortir de ma vie, chose que je n’ai pas envie ?

    Merci…. Merci beaucoup

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Puisque vous me demandez mon avis…

      Quand vous partagez « j’aimerai que cela le fasse réfléchir, de façon à de mon côté ne plus avoir de regrets », c’est comme si vous me disiez que vous aimeriez qu’il fasse votre travail à votre place…
      En fait les choses ne se passent pas comme cela, chacun est avec lui-même et responsable de lui-même.
      Je comprends tout à fait que vous avez peur d’avoir mal, mais c’est bien à vous d’assumer vos actes. Oui, vous êtes un peu perdue, surtout quand vous dites « j’aurai aimé et j’aimerai encore qu’il tombe amoureux de moi », comme vous le savez, la vie ne nous obéit pas.
      Par contre quand vous énoncez « En ce qui le concerne, je pense qu’il s’en fout de m’avoir ou non dans sa vie », je crois que vous êtes lucide. (Même s’il serait en apparence aimable de vous dire « mais non, ayez confiance, les choses ne sont jamais irréversibles. »)
      La question intéressante que vous pouvez vous poser c’est de savoir pourquoi vous dites aimer un homme qui manifestement ne vous respecte pas, surtout que vous partagez que vous ressentez le besoin que les autres soient vrais avec vous.
      Vous semblez être courageuse et avoir de la force, mais méfiez-vous de votre idéalisme, de vos besoins romantiques. Comme vous le découvrez en ressentant la manière dont vous avez été trahie, la vie n’est pas si romantique que ça !
      La vie s’offre tout particulièrement aux êtres qui n’ont pas peur d’avoir mal, cela leur permet de s’assumer et d’avancer les yeux ouverts en s’éclatant, cela leur évite aussi de devoir trop souffrir de leurs illusions perdues.
      Si vous n’aviez pas peur de « perdre », de quoi auriez-vous peur ?

      Répondre
      1. Cybille

        Merci de votre réponse et de votre réactivité.
        Vous avez parfaitement raison sur plusieurs points : principalement sur mon idéalisme et mon coté romantique.. même si les histoires de princesses ne me font pas rêver.
        Mais, faux sur d’autres (oh, ce n’est pas un reproche ! Je dois dire : encore heureux, sinon, ce serait inquiétant que vous me connaissiez mieux en quelques lignes que moi-même ;-).
        Vous aviez raison, je me suis mal exprimée. Je ne veux pas qu’il fasse le travail que je dois faire (dans ma tête), je suis consciente que c’est à moi que cette situation pose problème et pas à lui… J’ai aussi consciente comme vous le dites que j’ai un blocage, car j’aime quelqu’un qui visiblement ne me respecte pas, je ferai mieux d’aimer quelqu’un qui me respecte.
        Concernant mes actes, je vais les assumer, ne vous inquiétez pas.
        Concernant le fait que la vie ne m’obéit pas… c’est vrai… heureusement la vie va souvent au delà de mes espérances.
        J’ai appris à me “battre” pour tout. On ne m’a jamais rien apporté sur un plateau doré. Ma vie sociale, mon parcours professionnel, sont principalement liés à ma volonté… La joie de vivre contrairement à ce que certains pourraient croire, c’est aussi un choix de chaque jour, une “saine” habitude… Or le sentimental est le seul endroit ou justement il me semble qu’il ne faut pas se battre, mais au contraire lacher prise…. et c’est là que ça pèche pour moi… car par rapport à mon vécu : j’ai l’impression que si je me bats pas, je n’aurai rien… et d’ailleurs je n’ai rien… (évidemment c’est certainement un préjugé dont je dois me débarrasser). A tel point que je me demande souvent si je ne suis pas “indigne” d’être aimée, si comme si il y avait un bouton “activation des sentiments”, ou “un cahier des charges” pour que le sentiment d’amour s’active et que je n’y comprenais rien… ( les amis c’est facile et quelle joie ! mais l’amour et moi : c’est complexe.) Comme la majorité des commentaires précédents, il me semble qu’une relation fondée sur deux engagements mutuels et un équilibre dans les sentiments: c’est rarissime, voire inexistant, l’un galère toujours plus que l’autre jusqu’à ce que ça s’inverse… Du coup je me dis, ok : chacun son tour, je galère, jusqu’à ce que ça change ou que j’abandonne la partie… et là visiblement, j’en suis encore au stade : galère, alors que je devrai me dire la partie est finie…
        Concernant votre question : qu’ai-je peur de perdre ? Oh Rien… vu qu’en amour, je n’ai rien qui puisse se perdre… J’ai tout à gagner quelques seront mes choix… En revanche, j’ai sans doute peur de gagner.
        Pour finir on peut avoir peur d’avoir mal ET oser… ce n’est pas une contradiction. Plus j’ai peur, plus j’ose. Et la rencontre de cet homme m’a souvent amené à me dépasser… j’ose beaucoup, et j’ose tout le temps… pas dans l’idée de perdre ou de gagner mais de jouer, d’avancer, de me surprendre…
        Je pense que c’est légitime d’avoir peur d’avoir mal et de se questionner, la légereté que vous voyez chez beaucoup de gens, ne leur empêchent pas d’avoir peur d’avoir mal… c’est une peur que j’identifie aujourd’hui dans une situation précise, et la prendre en compte aujourd’hui et mesurer l’impact qu’elle a sur moi en ce moment, m’évitera d’y être confrontée dans six mois, et de pouvoir à ce moment là profiter de l’instant présent…
        Je vous remercie encore pour toutes vos réflexions qui m’aident à avancer…
        Au plaisir de vous lire.

        Répondre
  7. Colson

    Je reviens vers vous car ma souffrance est tellement profonde que je cherche des réponses la ou on peux m écouter me comprendre. Il y a maintenant 5 mois que la rupture a eu lieu définitivement mais il y a 1 an que la décision avait été prise par mon ex mais nous avons continuer car toujours beaucoup de sentiments et difficile de se séparer mais la c clair pour lui c fini et c tout après 3 ans une belle histoire avec des moments aussi difficiles par contre une histoire compliquée qui a bien démarrée mais pas pas sur la franchise des sentiments de mon ex pour moi c été clair je venais de trouver l amour avec un grand A chose que je n avais jamais connu malgré une mariage et 2enfants . Cet homme ma fais devenir la femme la plus heureuse du monde. Cet homme de nationalité tunisienne et sans papier en règle ma averti de sa situation rapidement mais ne pensais pas tomber amoureux si rapidement mais avec le temps l amour est devenu plus fort que tout au point que j ai oublie mes enfants mes amis ma famille il n y avais plus que lui ma raison de vivre. Il été parfois difficile de vivre certaines situations comme pas s embrasse en public, se tenir, le ramadan, la religion et surtout j ai vécu caché pour sa famille durant toutes c années. Beaucoup de projets ont étaient envisagés mariage, bébé aller chez lui en Tunisie voyage de Noce, comme tous amoureux projettent avec le temps. Puis un jour j ai reçu un MSG après une dispute me disant je t aime mais un jour je vais te quitter si tu veux rester pour me régulariser ou bien on se arrêtent la . G beaucoup réfléchi mais par rapport à nos sentiments je me suis dis il m aime vraiment c pas possible je ferais tout pour lui donc je suis reste par amour comme j attendais mon divorce le temps a été un peu long mais nous nous aimions toujours aussi fort et mm plus et un jour il m a dis que son patron aller faire le nécessaire pour ses papier par un contrat de travail et a partir de ce moment il est devenu un autre homme, ce n été plus le mm homme que j avais rencontre 2 ans avant. Beaucoup de dispute, moins de dialogue, de la distance, des réflexions assez méchantes des blessures, moins de confiance et surtout à plusieurs reprise l envie de me quitter en me disant il faut si arrêter la car tu ne me conviens plus g réfléchi tu est la femme parfaite mais ton passe me dérange alors que lorsqu il ma connu mon passe été le mm puis avec le temps il trouvais d autre cause, mon caractère toujours moi qui avais les côtés négatifs de l histoire. Un jour il ma dis depuis que je t est rencontré je savais que je ne serais jamais reste avec toi mais je suis tombé amoureux mais que jamais je n aurais fais ma vie avec toi mais qu il a essayé de me le dire mais que je ne comprenais pas. A chaque fois que l on voulais se séparer il me rappelais en me disant j arrive pas a te quitter. Il y a 5 mois il m as dis on a perdu trop de temps maintenant c fini. Je c qu il y a encore beaucoup de sentiments entre nous et qu il se force à ne plus m aimer il fais tout avec sa tête mais le contraire de son cœur . Il ma dis clairement qu il ne m aimais plus et qu il voulais tourner la page. Pour moi c impossible je ne comprend toujours pas la cause exact de notre rupture mm si je pense y voir plus clair aujourd hui. Il y a eu beaucoup de déchirure à la fin de l imconprehension pour moi et je n est pas de réponse à mes questions. Je souffre de cette rupture au quotidien de plus on se contactent tout les jours et parfois on se voient, moi quand je le vois je veux toujours un baiser qu il m enlace mais lui ne veux plus chose que je peux comprendre mais très dure à accepter car je c qu il a encore des sentiments pour moi mais qu il a fais son choix. Moi je n arrive pas a avancer et je me dis ne pas pouvoir vivre sans lui il est en permanence dans les pensées et je me refuse a cette rupture. Je lui est dis que je ne baisserais pas les bras mm si je c qu il ne reviendra jamais c clair. Je ne l imagine pas avec une autre femme cela me rend très triste et je ne veux pas qu il refasse sa vie je n’arrive pas a l accepter alors que je c très bien qu il va refaire sa vie et ce qui est normal. Je c qu un jour on ne ce verra plus et on ne s’appellera plu aussi et je redoute ce moment la. Le temps passe et je vois que je m interdit d être heureuse pour cet homme qui me manque beaucoup. J au toujours besoin de savoir se qu il fais ou il est et cela m énerve énormément et m en pêche de vivre. Je le demande chaque jour si cela en vos la peine ? Car je ne serais jamais si cette histoire a été vrai ou simplement un arrangement qui n’a pas eu lieu et je vie très mal cette rupture car pour moi je l est aime pour ce qu il étais et avec un amour aveugle et passionne . Aujourd hui je voudrais tourner la page mais l oublier me paraît impossible ! Je ne me sens pas de courage de vivre sans lui. Merci à tous ceux qui me lirons et qui pourrais le comprendre.

    Répondre
    1. Cybille

      Je vous remercie d’avoir posté ce message…. Je suis désolée, je vais manquer de délicatesse… mais dans votre message, c’est tellement énorme et visible qu’il ne vous aime pas et qu’il a joué avec vous, que cela m’a obligé à regarder mon propre commentaire avec le même recul, “dureté” et “non complaisance”, que celui que j’ai eu pour le votre…

      Je vais m’efforcer de tourner la page et je vous conseille de faire pareil. Certes c’est plus facile à dire qu’à faire, mais le dire est déjà un bon pas ! il y a d’autres hommes sur terre ! le bonheur se construit à deux, ce n’est pas en “voulant” le construire pour deux avec quelqu’un qui NE nous aime PAS que nous l’atteindrons, au contraire !
      Il ne se voit pas faire sa vie avec vous depuis le début et il a fait son choix de ne plus être avec vous ? Et bien, tant mieux pour vous ! Je vous conseille de l’accepter, car d’après la description que vous en faites, cet homme ne vous aime pas, et ne vous apportera rien de bon. (Le mien a l’air mille fois plus correct que le votre, et pourtant, je vais tourner la page) Vous n’en êtes pas à votre première rupture, vous avez deux beaux enfants : qui vaillent largement plus “la peine” qui méritent que vous vous libériez de cet homme et qui méritent d’avoir une maman heureuse dans sa vie de femme. Vous trouverez le courage de le faire !

      Je suis désolée de vous avoir emprunté votre post, mais il m’a permis de réaliser à quel point j’étais (comme vous) en flagrant déni !

      Répondre
  8. Cal

    Merci pour votre lucidité qui me laisse malgré tout triste car voilà mon problème.
    J’étais mariée depuis 23 ans quand mon mari m’a quitté il y a 3 ans car il n’avais plus “la flamme”.
    C’est difficile pour moi car je n’arrive pas a faire le deuil du fait que nous avons une entreprise ensemble et donc nous nous voyons tous les jours.
    Nous avons passer plus de 2 ans après notre séparation a nous voir “sexuellement ” mais depuis 10 mois tout est fini car il m’a dit qu’il avait l’impression de me salire …
    Il faut savoir que depuis 3 ans il a une relation suivi mais ne vis pas avec cette personne.
    Malgré tout nous nous écrivions tous les jours des textos pour nous souhaitez le bonjour du matin et bonne nuit le soir.
    J’ai aujourd’hui contre ma volonté décider de cesser ces messages car je me rend compte que cela ne mènera a rien car comme il me le dit : je n’ai plus que de la tendresse pour toi et je souffre de te voir souffrir 🙁
    Par contre je ne comprend pas pourquoi il continu a m’embrasser sur la bouche quand il arrive au travail le matin … Et moi je n’arrive pas a me détourner de ces baisers.
    J’ai l’impression que je vais craquer si je n’ai plus aucun lien avec lui…..une impression d’abandon … Que faire…..

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Observez quelles sont ces parts de vous-même qui vous obligent ainsi à agir de manière contradictoire. Tant que vous ne parvenez pas à vous réunifier, vous vous condamnez à la dépendance et à la division donc à la souffrance.

      Répondre
  9. safae

    Bonsoir,

    Je tiens d’abord à remercier mr Renaud Perronnet d’avance pour une réponse.

    Voila ma situation: Ayant actuellement 21 ans, je suis tomber amoureuse d’un homme de 28 ans à l’age de 17 ans nous avons flirté 1 ans rien de sérieux. A presque 18 ans je lui ai dit que je l’aimais et voulais une relation sérieuse avec lui, on s’est mis ensemble mais 1 semaine après il a changer de numéro subitement sans me prévenir pour me dire 1 mois après à mon anniversaire qu’il ne m’avait pas oublier et que c’était pour mon bien qu’il a couper les ponts. 5 mois après je renoue le contact à son anniversaire par mail et tente d’avoir des explications et le récupérer mais me dit qu’il est en couple et m’expliquera le “c’est pour ton bien” seulement en face à face je lui ai proposé de rester amis (car couper le contact définitivement me sembler trop difficile sur le coup). Il m’a laisser son numéro mais je n’ai jamais donner de nouvelle avec le recul je me suis dis qu’il valait mieux faire mon deuil. Ainsi il a chercher à me joindre 2 ou 3 fois auquel je n’ai pas répondu jusqu’a ce qu’il m’envoie un message pour mes 19 ans. Il me souhaite mon anniversaire puis me demande si j’ai quelqu’un je lui dit non depuis notre rupture et il m’annonce qu’il est entrain de rompre avec sa copine et me propose de se voir pour se mettre ensemble. Je ne lui est plus donner suite car j’essayer de faire mon deuil car souffrir d’un abandon de nouveau avec lui m’angoisser, j’ai donc préférer m’éloigner en espérant l’oublier. 1 et et demi aprés je n’ai pas cesser de penser presque chaque jour à lui et compris que je l’aimais vraiment. j’ai donc renouer le contact cet été a son anniversaire.

    Il m’annonce qu’il a repris avec sa copine qu’il avait rompu au moment ou il me proposer de le voir lors de nos derniers échanges, me dit qu’il ne se voyait pas marier avec elle mais avec le temps ce voit maintenant avec elle. La tension monte entre nous car je lui reprochait d’etre partit sans prévenir d’avoir jouer avec ma naiveté étant plus jeune, lui me reprocher de ne pas avoir donner signe de vie pendant presque 2 ans et me disais qu’il ne jouais pas, que je l’ai toujours intéressé mais que j’étais jeune et que ca lui fesait peur, je finis par lui dire que je suis beaucoup attaché à lui et que jamais mes sentiments se transformerons en amitié pourquoi est qu’on continue de se parler s’il est en couple et que c’est vraiment sérieux ? Il me réponds parce que c’est pareil de son coté (il ne m’a jamais fait par d’aucun sentiments auparavent). Je lui ai alors demander s’il pourrais rompre pour moi et de bien réfléchir. pour lui il n’y avait pas lieu de réfléchir j’ai pas donner de nouvelle depuis 2 ans tandis que sa copine est la et ne peut pas rompre seulement parce que une ex refait surface mais qu’une chose est sur est que le jour ou il sera célibataire il viendra taper à ma porte s’il n’est pas trop tard. Il est devenu un peu distant depuis le jour ou je lui dit que j’étais toujours beaucoup attaché et qu’il m’a dit que c’était réciproque, j’ai insisté pour le voir mais était occupé tout le temps d’après lui.
    Etant inscrite en 1er année de médecine pour un concours lourd à préparé je lui ai dit que je devais couper le contact pour me concentrer dans mes études mais lui ai demander qu’on se voit avant qu’il se marie, je lui ai dit qu’il me manque et que c’est dommage qu’on ne sait pas vu et lui demande qu’il m’explique le c’est pour ton bien. Il insiste sur le face à face pour m’expliquer son départ subite à l’époque et me dit que je suis belle et pourrais avoir qui je veux et pourquoi je reste sur lui ?, qu’il est vieux et gros! et devrait prendre un jeune et bien fait ! J’ai finie par me désinscrite de la fac et reporté à l’année prochaine et renouer le contact il y a quelque mois. Il voulais me voir mais la peur de le voir me fesais repousser souvent. Il a finie par m’annoncer qu’il aurait préférer me le dire de vive voix mais m’a dit par mail qu’il s’est marié en 15 jours que rien n’étais prévu et qu’il a tout enchainer en octobre. J’ai perdu 4 kilo en moins de 2 semaines, incapable de me mettre à mes cours, rongé de regrets. J’ai finis par lui donner rdv mais au bout de quelques imprévus de sa part j’ai préférer lui résumer par message ce que j’avais a dire et en gros je lui est dit : que je l’aime et doute d’aimer quelqu’un au point ou je l’aime et que je me voyais marié avec lui et aucun autre et pourquoi j’ai pas donner de nouvelle. Je suis anéantis et j’ai l’impression que je n’aimerais aucun autre comme ca et que je ne tournerais jamais vraiment la page. J’ai de nature un grand manque de confiance en moi qui a fait que j’ai eu peur de saisir les chances avec lui et peur de ne pas lui plaire. Je lui ai proposé de rester ami il m’a dit avec plaisir ! (confuse car je lui ai dit que mes sentiments ne transformerons jamais en amitié il m’a dit pareil de son coté il y a quelque mois), j’ai l’impression (ou l’espoir naive) que s’il a des sentiments meme marié je devrais le fréquenté quelques mois et voir si cela se développe. Maintenant j’hésite énormément entre : essayer de le fréquenter quelques temps lui dire qui je suis de A à Z et donc tenter ma chance quitte à repartir le coeur 2 fois plus brisé car l’attachement sera surement plus fort mais au moins sans regrets d’avoir tout essayer contrairement au passé ou au mieux de l’avoir pret de moi mais dur d’accepté le fait d’avoir brisé un mariage et fait souffrir une autre ? Ou faire le deuil maintenant le voir une fois pour éclaircir certaines choses et lui dire au revoir au risque de me retrouver dans la meme situation que précedente c’est à dire avoir accepté l’idée qu’il n’est plus la mais pensée tous les jours a lui, le pleurer assez souvent, incapable d’aimer un autre et regretter d’avoir peut etre laisser encore une chance derrière ? Qu’en pensez vous et que me conseiller vous ? Je ne suis pas sur de comprendre non plus pourquoi il veux qu’on reste ami alors que d’après lui l’attirance est la (il insiste pour ne pas se retrouver seul tout les deux chez moi, ma deja dit qu’il aurait du mal a me résister physiquement) ? J’aimerais tant le retrouver…

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Un homme qui vous dit que c’est pour votre bien qu’il a coupé les ponts est très probablement un homme qui n’a pas confiance en lui (d’ailleurs vous partagez qu’il se dénigre devant vous.)
      Bien sûr que vous ne pouvez pas “l’oublier” puisque quand il se permet de rentrer dans votre intimité en vous demandant si vous avez quelqu’un, vous lui répondez, et qu’au moment où vous voulez “couper le contact”, vous espérez vous voir. Vous êtes donc très ambivalente.
      Je crois que le meilleur moyen d’y voir plus clair et de savoir ce que vous voulez “vraiment” serait de travailler sur les causes de votre absence de confiance en vous-même. C’est derrière cela que se trouve votre possible équilibre dans vos relations.
      Pour y voir plus clair, je vous invite à lire : Comment guérir de son enfance ?

      Répondre
  10. Belgique

    Bonjour,

    Le deuil en amour est toujours douloureux mais c’est néanmoins un mal nécessaire pour continuer à avancer dans la vie. En effet, vivre dans le passé n’a jamais été bon, il est bon de savoir passer le cap d’une relation boiteuse et convenir d’un renouveau dans sa vie sentimentale. Et qui dit renouveau sentimental dit aussi changement par rapport à ses anciennes habitudes (changement de comportement, changement de look …) car il faut pouvoir séduire à nouveau et être séduite.

    L’amour n’est pas “un jeu” où l’on joue solo, cela se construit toujours à deux. Et comme l’a dit cocteau: aimer ce n’est pas se regarder l’un l’autre mais regarder ensemble dans la même direction.

    Répondre
  11. Linda

    Bonjour,

    Je suis en relation avec mon conjoint depuis bientôt 30 ans, nous sommes sans enfant par choix. Nous nous sommes rencontrés très jeune (17 et 19 ans). Nous étions amoureux, avions beaucoup de points en commun, donc les sports, la vie social, on a a tous les 2 un bon sens de l’humour. Comme à peu près tous les couples, nous avons eu nos hauts et nos bas.

    Or voilà, depuis environ 4 ans, nous avons beaucoup de bas. La quarantaine m’a changée, c’est l’année où j’ai perdu mon père et où j’ai réalisé que la vie se déroulait à un rythme effrené. Mon conjoint est devenu avec les années un peu plus casanier, il se complait bien dans sa routine. Je respecte sa routine, par contre, j’ai plus de difficulté à laisser aller notre couple dans la routine. Je me disais, un couple a besoin de petits projets, un peu de fantaisie pour bien grandir. Donc suite au décès de mon père, j’ai donc revu mes priorités de vie (profiter de la vie, rire, voyager, bref, faire tout ce dont nous faisions dans les premières années de notre vie à deux) et j’ai en fait part à mon conjoint qui mentionnait alors qu’il comprenait. Il a fait des efforts pour tenter d’être moins casanier et moi j’ai fait des efforts pour passer plus de temps en couple et un peu moins avec les amies. J’ai également entrepris une thérapie individuelle à ce moment là, car au fond de moi, je ne savais plus très bien où je me situais dans ma vie. J’ai réglé quelques blessures de l’enfance qui m’empêchaient parfois d’être réellement moi-même. Mon conjoint m’encourageait là dedans. Il me disait qu’il comprenait que j’avais besoin de le faire, que j’avais changé et que c’était pour le mieux, mais que parfais il avait de la difficulté à me suivre.

    Au début de notre relation, j’étais une fille plutôt passive, je suivais…..aujourd’hui je réalise que j’ai peut-être idéaliser mon partenaire, dans le sens que je ne pensais pas vraiment en fonction de mon moi, je pensais toujours en fonction de lui. Ce qui nous a valu une première rupture une dizaine d’années après le début de notre relation. Mon conjoint m’avait dit que je l’étouffais à agir plus en fonction de lui qu’en fonction de moi-même. La rupture a été difficile à l’époque, mais en même temps, elle m’a permis de comprendre que je ne vivais pas réellement ma vie à l’époque, bien plutôt la sienne (j’annulais des rendez-vous avec des amies pour le voir lui, j’étais toujours après lui, etc). Cette rupture m’a permis de travailler sur moi, de reprendre contact avec mon moi intérieur, de retrouver ma confiance en moi et par la suite, nous nous sommes revus et nous nous sommes remis ensemble. Nous étions heureux.

    Ces dernières années, mon conjoint a aussi fait un travail sur lui par le biais d’une thérapie individuelle. Nous avons beaucoup de bons moments, l’amour entre nous est là, par contre, chaque fois que nous discutons de quelque chose d’important pour lui, pour moi ou pour notre couple, c’est comme si nous avions encore cet énorme problème de communication. Nous avons super bien évolués tous les deux ces dernières années, nous connaissons maintenant capable de bien préciser nos besoins et aussi nos limites à l’autre….mais ceci au terme d’une année assez éprouvante, nous nous sommes séparés temporairement il y a maintenant 1 an, j’ai gardé l’appartement et lui est retourner vivre chez sa mère (plus facile pour lui du point de vue financier). Pendant cette année là, nous avons travailler sur nous même, je me suis remise en question, j’ai continuer ma thérapie et dans mon coeur, mes sentiments pour lui sont toujours bien présents. J’aime encore plus l’homme qu’il est devenu aujourd’hui, car il s’exprime davantage, etc. Je suis fière de lui et je lui mentionne souvent.

    Avec ma thérapie individuelle, j’ai réussi à laisser le passé derrière moi, le passé étant ce qu’il est, c’est à dire passé et j’ai appris à apprécier davantage chacun des moments présents. Or mon conjoint de son côté est quelqu’un qui rumine beaucoup les choses du passé. Ex : si dans la fin de semaine, nous avons un désaccord, nous en discutons et souvent ça tourne au vinaigre car il me ressort un commentaire ou une phrase que j’aurais dit un moment donné, et qui peut remonter à plusieurs mois. J’ai la difficulté à gérer ça avec lui, car nous passons par de très beaux moments à des moments très tristes, ex : il y a 2 semaines, j’ai proposé d’aller passé une belle soirée en amoureux dans un spa, il était d’accord et comme moi, il était content d’y être. Ça été une soirée fantastique, on discutait, on s’enlaissait, nous avons profité tous les deux du moment présent et nous avons passé une nuit magnifique et le reste de la fin de semaine était super également. Cette semaine, il m’a dit qu’il avait trouvé ça plate le spa ! ! ! ! ça m’a rendu triste, car il était content d’être là, il était emballé par cette activité, tout comme moi. Je me sens un peu comme dans des montagnes russes….J’aime toujours cet homme, mes sentiments pour lui sont là, bien réels…..de son côté, il dit qu’il m’aime, mais dans la semaine, il ne m’appelle pas ou à peu près pas. Je respecte son besoin d’avoir du temps pour lui et je l’appelle à l’occasion pour lui dire bonjour, prendre de ses nouvelles, lui démontrer que j’ai encore un intérêt pour lui. Je crois en mon couple et je veux travaille en équipe avec lui pour trouver des solutions, lui, il me mentionne qu’il se détache un peu. Il me dit que je lui manque, mais il ne fait rien pour m’aider à trouver des solutions à nos problèmes. Je lui ai suggéré de retourner en thérapie conjugale, mais il dit qu’il n’a plus le goût de se battre. Nous avons fait 6 séances de thérapies conjugales l’été dernier et après la 6ième rencontre, mon conjonit a dit au thérapeute qu’il préférait prendre un break des thérapies pour voir comment ça se passerait, mais ça n’a pas vraiment fonctionné, il a continué de ruminer les choses du passé. Dernièrement, il m’a dit qu’il s’enlignait pour vivre seul, donc il voulait mettre un terme à la relation même si ce n’était pas dit clairement, car il a continué m’appeler et de passer du temps avec moi. On en discute. Il dit qu’il ne veut pas avoir de compte à rendre. Il dit que sa tête lui dit d’aller ailleurs, mais que son coeur lui dit de rester en couple avec moi car il m’aime réellement et il veut trouver des solutions….mais il ne le fait pas ! Que dois-je penser de tout ça. …..c’est difficile à vivre. J’en ai parlé à ma thérapeute et elle m’a dit que même si je l’aime, d’essayer de ne plus l’appeler. De lui dire de réfléchir à ce qu’il veut réellement pour lui dans son coeur, de le laisser réfléchir à tout ça, sans l’appeler à chaque semaine comme je le fais présentement……car là…il n’a pas à m’appeler, il sait que je vais le faire ! ! ! elle n’a pas tord là dessus, c’est dans ma nature d’être près des gens que j’aime, de m’informer deux, voir s’ils vont bien etc. Avez-vous des conseils à me donner SVP….merci

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui bien sûr, tentez de faire ce que vous dit votre thérapeute, ne serait-ce que “pour voir” ce que cela donne dans quelques mois en faisant le point avec lui.
      Et si par hasard un jour vous revivez tous les deux ensemble, au premier accrochage, demandez-vous ce que vous choisissez : vous apitoyer sur vous-même en rêvant à l’autre tel que vous aimeriez qu’il soit ou l’aimer “tel qu’il est” ?

      Répondre
      1. Linda

        Merci pour le conseil. J’avoue bien honnêtement que j’ai voulu changer, inconsciemment, mon conjoint, car je voulais retrouver l’homme qu’il était au début de notre relation. Dès que les problèmes de projection m’ont été énoncés, je nous ai vite reconnu mon conjoint et moi. Effectivement, quand nous désirons communiquer, notre coeur et là et dès que la tête prend le dessus, nous voilà parti dans la projection, accusant l’autre de ce que nous sommes nous-même en réalité. Depuis quelque temps, j’essai de travailler l’effet miroir…..alors dès que quelque chose m’agace chez l’autre, je me questionne tout de suite : quel côté de personnalité cela fait-il ressortir ? et j’avoue que je suis très surprise des réponses qui me viennent. Force est d’admettre que personne n’est parfait….y compris moi-même. À mon avis, dès que nous avons commencer un tel processus, c’est signe que nous prenons conscience de ce qui ne va pas. Reste à savoir si mon conjoint veut entendre parler de projection. Une petite note m’a été remise à ce sujet par ma thérapeute et j’aimerais la montrer à mon conjoint, selon vous, est-ce une bonne idée. J’avoue que j’ai envie que ça se passe bien, mais j’ai aussi un peu peur de jeter de l’huile sur le feu !

        Je n’ai pas envie du tout de m’appitoyer sur mon sort, j’ai plutôt envie de travailler sur mon couple.

        Concernant votre question, est-ce que j’ai envie de l’aimer tel qu’il est ou tel que j’aimerais qu’il soit, la réponse est déjà clair dans mon esprit……tel qu’il est, car même après toutes ces années, j’en pince encore pour lui ! ! et le travail qu’il a fait sur lui et tout le progrès qu’il a fait, fait que c’est quelque chose qui me plait encore plus chez lui

        merci encore
        Bonne journée
        Linda

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Oui, vous raisonnez comme ça avec lui aujourd’hui parce que vous êtes éloignée de lui.

          Bon hé bien trouvez la patience de ne pas risquer de brusquer les choses et laissez tomber les petites notes de votre thérapeute, il vous les a données à vous…

          Dans le couple, les personnes qui cherchent à retrouver l’autre comme elles pensent qu’il était se perdent toujours (je dis bien toujours) . Donc revenez, revenez à l’autre tel qu’il est aujourd’hui et là, décidez de ce que vous voulez.

          Répondre
  12. Linda

    Merci pour vos commentaires, ceux-ci m’ont permis de mieux réfléchir à tout ça. Vous avez bien raison, ma thérapeute m’a donné les notes à moi…..et non à moi pour lui ! ! !

    Vous l’avez bien dit…..on se perd toujours à essayer de voir l’autre comme il était avant….je m’en rend bien compte aujourd’hui. J’avoue que c’est quand les gens s’éloignent de nous que l’ont se rend compte à quel point ils comptent réellement pour nous. Je veux vivre désormais dans le présent et j’aimerais que mon conjoint m’y rejoingne s’il désire toujours faire un bout de chemin avec moi….pour le reste, ça sera à nous de voir ensemble comme on souhaite que tout cela se passe……………..Au plaisir 🙂

    Répondre
  13. Sophie

    Bonsoir, je viens de lire un grand nombre de témoignages qui me font penser à mon histoire, mais j’ai vraiment besoin d’aide et de conseils pour m’aider à me reconstruire et avancer….

    Voilà 3 semaines que “l’homme de ma vie” m’a quitté.
    Nous nous sommes rencontré au lycée, j’avais 17 ans et lui 18, notre histoire a duré 6 ans, et nous nous sommes fiancés il y a 2 ans.
    Depuis un an il m’ a fait comprendre qu’il avait peur de passer à côté de sa jeunesse et qu’il était inquiet pour l’avenir. Vivant encore chez nos parents (notre installation était prévue cette été) je lui ai suggéré de ne pas “se prendre la tête” et profiter: sortir avec ses copains aux soirées étudiantes, faire du sport (sans moi), et nous avons même fait le nouvel an chacun de notre côté..
    Après cette “liberté” et cette confiance que je lui donnais je croyais que tout allait s’arranger et qu’il allait s’apaiser dans ses angoisses.
    Pourtant, j’ai pu constater un changement en lui : des reproches : “tu ne sors jamais ” (je prépare un concours), “tu devrais faire du sport”, “mes amies arrivent à s’amuser tout en travaillant, pourquoi pas toi” etc.
    Ca aurait dû me mettre la puce à l’oreille mais de toute évidence il commençait déjà à s’éloigner.

    Il m’a donc quitté en me disant qu’il ne se voyait pas faire sa vie avec moi, qu’il voulait profiter de sa jeunesse, qu’il était trop égoïste pour rester avec moi et étant donné que pour tous les 2 c’était notre première histoire d’amour il voulait voir s’il m’aimait réellement ou si ce n’était pas une “habitude” de rester avec moi..

    Je ne savais pas quoi dire, et pour son bonheur je ne voulais pas le retenir en pensant qu’il reviendrai de lui même. Hors, j’ai découvert il y a quelques jours qu’il s’est inscrit sur des sites de rencontres et qu’il prévoyait de très vite rencontrer des filles…

    Je suis complètement détruite, on avait planifié notre avenir : choisi un appartement, choisi des prénoms pour nos futurs enfants, parlions mariage.
    Pendant 6 ans je me suis persuadée: “c’est l’homme de ma vie”, je m’étais habitué à ses défauts, ses rêves devenaient petit à petit les miens, il était le pilier de ma vie.
    Dés que j’avais un doute ou des angoisses j’attendais ses conseils.

    A l’heure d’aujourd’hui je me sens trahi, j’ai l’impression que j’avais idéalisé notre histoire et ce garçon. Je voulais tellement que mon 1er soit mon dernier, jamais je n’avais envisagé la rupture…
    Je doute maintenant énormément de moi : je faisais tout pour qu’il soit heureux et j’aurais tout fait s’il me l’avait demandé. Je me dis que si ça n’a pas marché avec lui, ça ne “marchera” avec personne d’autre…
    Je me remets énormément en question et j’ai très peur d’avancer dans la vie sans lui. Je n’ose même pas imaginer une installation, des enfants, un mariage avec un autre que lui….

    Je ne comprends pas comment on a pu en arriver là…. Il me manque tellement….

    Merci pour vos réponses

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Respectez-vous, n’allez pas trop vite dans votre tête.
      Osez ressentir pleinement ce moment de souffrance que vous vivez, il est à traverser (pas à fuir).
      Et n’oubliez pas votre concours !
      Bonne chance dans la vie.

      Répondre
  14. Chris

    Bonjour,
    je viens de lire de nombreux témoignages me permettant peut être de trouver des réponses, j’ai 38 ans et 3 enfants, pendant 4 ans j’ai vécu avec un homme, une relation basé sur la “confiance”, la bonne entente les soirées, bref j’aimais tout chez lu, on c’était pacsé et on imaginait notre avenir, notre retraire ensemble.
    Il y a un an il a décidé de se mettre à son compte car sa fille a voulu venir vivre chez nous, et ça été une année de galère, il a ouvert sa boite en août 2013 et là ça été chez lui des heures et des heures de boulot avec de l’argent qui ne rentrait pas malgré tout. complètement fatigué exténué, il ne supportait plus le bruit à la maison, étant quelqu’un d’impulsif et un peu immature, il ne supportait plus le moindre reproche, faisait la tête au moindre petit pic ça été disputes sur disputes , puis j’ai subi une opération en janvier qui a stoppé les disputes vu que j’étais faible, mais elles sont revenues, lassé toujours à fond dans son boulot il m’a annoncé son départ car il avait la boule au ventre en rentrant.
    Je lui ai proposé des solutions car je ne voulais pas le perdre, vivre chacun chez soit ou faire un break mais il a tout refusé. Hors il y a encore 4 jours il m’a dit qu’il avait encore des sentiments pour moi mais qu’il a préféré partir avant qu’on se déchire totalement et aussi pour ne pas m’entrainer dans sa chute si son boulot s’arrêtait dû au gros soucis financiers qu’il rencontre. Le jour de son déménagement il m’a dit qu’il fallait qu’on souffle, qu’on passe quelques semaines loin l’un de l’autre et qu’ensuite on verrai, mais il m’a bien fait comprendre aussi que ça ne voulait pas dire qu’il revenait. J’ai l’impression qu’il me fait tourner en bourrique. Pendant tous ses mois de galère j’ai tout payé, courses, loyer pour qu’il remonte son compte et je lui en veux de partir égoïstement après toute mon aide
    bref il est devenu distant avec pas mal de ses amis et ne pense plus qu’à son boulot, beaucoup disent qu’un jour il se reveillera et réalisera ce qu’il a perdu. Certains me dise de l’attendre d’autre de passer à autre chose, hors même si je ne suis pas au fond du trou, j’arrive pas à passer à autre chose, j’ai envie de l’attendre mais en même temps pas sur un long terme, je cherche à fond un boulot, je sors avec des amis (amis que nous avons en commun et qui me dise qu’il m’aime encore). J’ai hâte de faire ses soirées avec eux mais une fois en sortie je m’ennuie il me manque sa présence, nous n’étions jamais collé l’un à l’autre en soirée, mais de le savoir là pas loin de moi me suffisait.
    On se parle toujours très bien, on s’envois des textos, on c’est promis de rester amis, quand j’ai besoin de lui je l’appelle et vive versa, tant qu’il n’y a pas d’autres femmes dans sa vie ça va, mais j’ai peur de le voir avec une autre femme, tout comme j’ai peur de ne plus le voir du tout, c’est un comique qui amuse sa galerie et on a passé d’excellentes soirées entre amis, j’ai pas envie de perdre tout ça.
    J’ai envie de trouver un autre homme mais l’ombre de sa présence est encore trop forte en moi. Que faire? rompre tous nos liens que je n’ai pas envie et lui non plus, ou continuer comme ça, peut être qu’avec le temps l’amour disparaitra et je supporterai complètement de le voir avec une autre femme, comme il a été le cas avec mon précédent compagnon.
    Je me sens dans une impasse, sa propre grand mère m’a dit de trouver un autre homme mieux que lui car il est instable côté couple, et n’a jamais réussi à passer le cap des 4 ans, donc dans sa famille, même s’ils espéraient beaucoup avec moi car il m’adorait tous, ils n’ont même pas été surpris de sa décision.

    Répondre
  15. platinium

    Bonjour,

    Ma situation actuelle m’amène à me poser certaines questions et notamment celle qui intitule cet article.
    Séparé depuis plus d’un an, j’ai rencontré l’année dernière une personne veuve depuis 5 ans.
    De par sa situation, elle a déjà vécu le deuil d’un de ses amours passés.
    Quand je l’ai rencontrée, elle sortait juste d’une relation compliquée … un homme qui l’a fait souffrir de par une expression de ses sentiments non-réciproque, ou du moins, une façon de vivre l’Amour différemment.
    Tout ce qu’elle pouvait me dire de lui n’en faisait, dans mon regard, qu’un homme détestable.
    Après 4 mois de relations, j’ai découvert qu’ils avaient gardé contact, principalement par textos. Comme elle ne me disait que du mal de leur relation, je suis devenu suspicieux et un matin, j’ai trouvé un texto dans lequel elle lui disait qu’elle l’aimait.
    Suite à ça, s’en est suivi une discussion au bout de laquelle j’avais l’intention de la quitter. Etant très amoureux, il m’était impossible de savoir ces sentiments envers un autre. Mais à la fin de la discussion, elle a réussi à me convaincre de ses sentiments pour moi et de l’ambivalence existant encore dans son coeur pour cet ex. Elle s’était, tout simplement, remise avec quelqu’un, beaucoup trop tôt, n’ayant pas eu le temps de faire le deuil de cette relation. Je l’ai accepté et lui ai laissé le temps de franchir cette étape.
    Après cela, nous avons décidé de franchir une étape dans notre relation, vivre ensemble et former une famille avec les “morceaux” de nos anciennes (j’ai deux enfants issus de ma dernière relation et elle, deux enfants issus de son mariage avec son mari décédé) en achetant une maison ensemble. Un bel engagement.
    A ce moment, j’étais pleinement rassuré même si elle ressentait encore le besoin de parler fréquemment de ses ex (je suis sa troisième relation depuis la mort de son mari)., et quelques fois, un peu jaloux d’un d’eux dont elle parlait souvent en termes élogieux. C’était un ami de longue date, présent dans sa vie avant son mariage et la courtisant déjà à l’époque (alors qu’elle était déjà en couple avec l’homme qui allait devenir son mari). Cet homme a été le premier après le décès de son mari et a eu un rôle primordial dans sa reconstruction de femme après cet événement tragique. Au delà de ça, se connaissant depuis longtemps, ils se connaissent parfaitement.
    C’est en ces termes qu’elle en parlait … un lien quasi psychique.
    Un peu jaloux de cette relation (pourtant passée), j’ai cherché à me renseigner auprès d’elle sur le début et la fin de celle-ci. Cet homme, à l’époque, était marié et père de deux enfants mais était capable d’éprouver de l’Amour pour deux femmes en même temps, ma compagne et sa femme. N’étant pas capable de choisir et incapable de quitter sa femme, il en est venu à leur proposer de former un ménage à trois. Ma compagne ne le supportant pas, elle a préféré rompre alors que leurs sentiments étaient toujours intacts.
    Echaudé par ce qui s’était déjà passé avec le précédent ex et, un peu inquiet je l’avoue, par tant de compliments envers cet homme l’ayant, finalement, fait souffrir … j’ai commencé à m’imaginer le pire et j’ai commencé à l’espionner en surveillant son téléphone. J’ai ainsi découvert qu’il lui écrivait régulièrement depuis la fin de leur relation datant de 4 ans, ses sentiments d’amour. Quoi de plus désagréable que de voir des “je t’aime” provenant d’un autre homme et destinés à celle qu’on Aime?
    Je lui ai rapidement fait part de ma gêne et après une discussion agitée au cours de laquelle j’ai vu qu’elle semblait contrariée, elle m’a promis de couper les ponts avec lui. Suite à une promesse faite, elle se sentait redevable d’être présente pour lui en toutes circonstances (lui étant finalement en procédure de divorce d’avec sa femme qu’il avait allègrement trompé). Malgré cela et sachant le mal que ces messages peuvent me faire, je sais qu’elle continue de lui écrire lorsque celui-ci la sollicite. Pire, je sais qu’ils ont mis en place un code afin que je ne tombe pas sur des conversations.
    Je ne sais plus quoi penser. Elle me dit qu’elle m’Aime, qu’elle n’a jamais vécu de relation aussi simple et intense avec quelqu’un qu’avec moi mais cela dit, elle prend le risque de me faire souffrir et finalement de pouvoir me perdre en gardant une relation avec cet ex. Elle me dit qu’elle aimerait le garder en ami mais pour moi, une relation d’amitié n’est possible que si les intentions sont les mêmes des deux côtés.
    Pour moi, cet homme entretient le lien dans l’espoir de la récupérer un jour. Et je ne comprend pas qu’elle puisse entretenir cela sachant comment il a pu la faire souffrir.
    Elle me dit qu’elle ne lui écrit plus (ce qui est faux) et qu’elle ne peut l’empêcher de lui écrire, qu’elle ne peut l’empêcher d’avoir ses sentiments et de les dire (je ne peux certes pas l’empêcher de l’aimer mais pour ma part, il serait beaucoup plus sain qu’elle bloque ses messages).
    Je me demande donc ce qu’elle en attend. Et-ce le plaisir d’être aimé par un autre ? Un besoin de le voir souffrir ? Un espoir de le récupérer ? Un deuil qui ne s’est pas fait ?
    Qu’en pensez-vous ?

    Merci d’avance.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Je suis incapable de vous parler des motivations d’une femme que je ne connais qu’à travers son amant !
      Vous vous êtes mis dans une drôle de situation : vous l’espionnez et – bien sûr – elle se cache. Vous vous préparez donc tous les deux à vous faire souffrir.
      Je crois que votre besoin de l’espionner parle plus de vous que d’elle, de votre jalousie et surtout de votre manque de confiance en vous-même. Qu’est-ce donc qui vous empêche d’agir en prenant toute la mesure de votre blessure ?

      Répondre
      1. platinium

        D’accord avec vous, certainement un manque de confiance en moi, la peur de la perdre en la mettant face à ses contradictions … et je ne sais pourtant qu’il n’y a qu’une chose à faire pour m’éviter une souffrance durable. Dans ma démarche et ma vision du couple, je ne souhaitais pas lui imposer les choses, je souhaitais comprendre ce qui pouvait finalement la pousser à garder contact avec un élément de son passé qui peut me faire souffrir au présent … j’idéalise certainement trop l’Amour, faire attention à l’Autre, en prendre soin. Alors, que pour elle, finalement, ce besoin de le garder en contact va à l’encontre d’elle-même.
        Je reste partager entre ma jalousie et la peur de la perdre … finalement, la peur de me perdre aussi.

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          A mon sens, quand vous cherchez à comprendre ce qui peut pousser votre compagne à garder un lien avec son ex, vous ne travaillez pas pour elle (pas pour l’Autre), mais pour vous parce que vous souffrez et que vous tentez de gagner du temps. De même quand vous analysez que son besoin de garder le contact avec son ex va à l’encontre d’elle-même, vous vous abusez vous-même en l’abusant. Si elle va vers son ex, c’est bien parce qu’elle en ressent le besoin, elle.
          Je veux dire que cela “arrange” votre jalousie de penser qu’elle va à l’encontre d’elle-même, ça vous permet de penser qu’elle tient à vous au moment même où les faits vous montrent qu’elle n’y tient pas.

          Répondre
          1. platinium

            “Alors que pour elle, ce besoin de le garder en contact va à l’encontre d’elle-même” … je me suis trompé dans ce que je voulais dire … puisque finalement, je pense qu’elle veut le garder en contact pour ne pas aller à l’encontre d’elle-même … au risque de me faire souffrir.

            Finalement, et en résumé, malgré ses gestes et ses mots d’amour, les faits me montrent qu’elle fait passer son besoin de lien avec cet homme avant ma souffrance, aussi malsaine soit-elle.

            Merci pour votre aide.

            Répondre
  16. Stéphanie

    Bonjour,
    pour ma part, j’ai dû mal à accepter cette décision unilatérale d’arrêter notre relation.
    Notre histoire a duré 2 mois, oui c’est si court ! nous nous connaissions de loin depuis 2 ans. Le début fut intense, très beau et poétique. Il sortait d’une relation amoureuse de 5 ans qui battait de l’aile depuis 2 ans.
    Il a d’ailleurs mis du temps avant de quitter cette fille définitivement puis de me recontacter pour continuer notre rencontre. J’avais été déçue par cette décision de donner encore une chance à cette histoire et de laisser tomber notre rencontre. Puis lorsqu’il est revenu vers moi 2 mois plus tard, quelques semaines après sa rupture, j’étais enchantée mais aussi effrayée. C’était si fort ! et j’avais peur d’être une transition… Mais j’étais prête à vivre l’Amour.
    Nous nous sommes emballés.
    Il s’est finalement rendu compte, après 2 mois, qu’il n’était pas prêt à donner de l’amour, à vivre une nouvelle relation. Il a besoin de temps, d’espace, pour se retrouver. Il dit que ses sentiments sont confus, qu’il n’a pas fait le deuil de son ancienne relation.
    Je comprends mais n’accepte pas qu’il me mette de côté. Il ne veut plus qu’on cherche à se voir, bien qu’on continue de se croiser, de loin à nouveau.
    Je ne peux m’empêcher de l’attendre (ça fait 1 mois maintenant). Je vis ma vie, je fais beaucoup de choses, mais la tristesse est toujours présente. Je trouve absurde d’attendre mais c’est pourtant ce qui se passe. Je lui ai écrit des mails que j’ai supprimés. J’essaie de respecter sa décision, sa demande d’espace.
    J’ai la sensation qu’il a baissé les bras, qu’il a abandonné. Moi je résiste. Je ne veux pas qu’on s’oublie. Il faut sans doute du temps. Autant pour lui, pour qu’il se retrouve, que pour moi, pour accepter cette absence.
    Que pensez-vous de l’attente ?

    Quel tourbillon cette vie !
    Stéphanie (30 ans)

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Vous avez cru être aimée par un homme et vous découvrez qu’il n’en est rien. Votre souffrance comme votre agitation sont “normales” parce que vous vivez de la déception, il vous faut faire le deuil de vos illusions.
      En réalité cet homme s’est trompé lui-même et en se trompant, il vous a trompée.
      Vous me parlez de l’attente. Pourquoi voulez-vous attendre indéfiniment quelqu’un qui parce qu’il s’est trompé, vous a trompée ? Ne confondez pas l’amour avec la passion amoureuse, oui, vous vous êtes seulement emballée. Attendre, c’est entretenir de faux espoirs qui ne feront qu’alimenter votre souffrance. Acceptez, ouvrez-vous à votre souffrance de tout votre coeur, puis reprenez votre esprit. Que vous l’acceptiez où non, il vous a mis de côté, c’est un fait. Accepter cette absence ne dépend que de vous. Vous êtes le seul obstacle à votre apaisement.
      Oui, la vie est un vrai tourbillon, ne l’oubliez jamais. “On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve”, disait Héraclite. Tout meurt, change à chaque instant.
      Puisque votre vie est limitée, ne voulez-vous pas la vivre, toutes affaires cessantes ?

      Répondre
  17. Cynthia

    Bonjour,
    Je vous écrit, car je ne sais vraiment plus quoi faire. J’ai 23 ans et
    il y a 2 semaines, j’ai quitté mon copain des 7 dernières années. Je dois vous mentionner qu’il était végétarien depuis 2 ans et demi. La raison de cette séparation est que depuis maintenant 2 mois il était végétalien ( pas de viande, ni produits laitiers, ni oeufs, ni miel … ) et que c’est devenu tellement important et fort pour lui qu’il n’acceptait plus que je mange de la viande. Quand il était végétarien, nous n’avons jamais eu de problèmes à propos de mon alimentation. Depuis qu’il est végétalien, il n’arrêtait pas de me dire qu’il rêvait que je sois végétalienne avec lui et qu’il donnerait tout pour que je le sois. Que je le sois pour les animaux et non comme je lui mentionnais, que si je le devenais se serait uniquement pour lui. Il me montrait des vidéos d’abattoir et des conférences de végétaliens pour que je change, mais malgré tout ça je n’étais pas prête à le faire. J’essayais de faire des efforts à ma façons, c’est-à-dire de cuisiner végétalien et d’en manger avec lui quand je lui en préparais, je lui achetait des livres de recettes végétaliennes et j’essayais le plus fort que je pouvais de le comprendre dans son choix et je l’acceptais bien. Cependant, il souhaitait toujours que je sois végétalienne et je lui répétais que je n’étais pas prête et que je n’aimais pas que quelqu’un me pousse comme cela. Il a donc dit qu’il allait désormais se mettre la tête dans le sable sur mon comportement étant donné qu’il ne serait jamais capable d’accepter que je sois carnivore.

    On se parlait beaucoup et on se disait qu’il faudrait vraiment qu’on trouve une solution, car nous ne pouvions pas continuer comme ça. Je ne voulais pas qu’il ” tolère ” ma façon d’agir ou de manger je voulais qu’il m’accepte. Je voulais qu’il soit fier et bien dans sa décision, je ne voulais pas le voir mal parce que je n’étais pas comme lui.

    J’ai décidé de le laisser, car je n’en pouvais plus de cette pression. J’essayais fort de mon côté pour qu’il sois fier d’être végétalien et je sentais que lui ne voulais pas fournir d’effort. Il n’avait qu’en tête que pour régler le problème s’était que je sois végétalienne. De plus, notre couple allais plutôt bien en général, mais nous ne sortions presque jamais en couple. Ce que je lui disait souvent. Je voulais qu’il trouve des activités à faire ensemble, mais il disait ” Pourquoi tu ne le fais pas toi ? ” Mais c’est que quand je voulais faire des choses avec lui, ça ne lui tentait pas souvent, mais il disait pour te faire plaisir je vais y aller. Je sentais qu’il laissait notre couple aller.

    Cependant, je savais très bien qu’il m’aimait beaucoup. Il me le disait régulièrement, mais je sentais que ses gestes eux ne disaient pas la même chose.

    Nous avons un appartement ensemble et nous cohabitions encore ensemble, car nous ne pouvons pas nous permettre financièrement de payer 2 apparts. Je lui ai dit que je serai toujours là pour lui quand même, mais que c’était fini. Que je ne fermais pas la porte qu’on puisse revenir ensemble un jour, car nous n’étions pas prêt à accepter ce que l’autre nous demandais. Je lui ai dit que si jamais nous avons à nous retrouver un jour c’est que nous auront changé et prêt à accepter l’autre comme il est. Depuis ces 2 semaines, je le vois à l’appartement et j’en souffre, car je l’aime mais pas à n’importe quel prix. Il est très triste et dit qu’il est maintenant tout seul, qu’il n’a personne pour l’aider, car tout le monde ne pense pas comme lui. Il continue à espérer que je revienne et lui disant que je veux devenir végétalienne.

    Mais je continue de lui dire que je ne reviendrai pas avec lui, car nous ne sommes pas prêt à changer ni l’un ni l’autre. Que je ne deviendrai pas végétalienne ( même si je ne mange presque plus de viande rouge ). Je lui disait qu’il serait peut-être mieux que je parte quelque temps vivre ailleurs afin qu’il puisse faire son deuil de notre couple, mais il ne veux pas il ne cesse de dire que si je pars il sera tout seul, que tout va être trop dur et pire que maintenant. Je ne sais pas quoi faire, je veux essayer de l’aider à ce qu’il aille mieux, mais je sais que de rester avec lui n’aide pas. Mais en même temps, j’ai peur de ce qui pourrait arriver si je le laisse seul ( Je dois aussi dire que j’ai toujours été maternel envers lui ) .

    Il m’appel au travail en pleurant pour me dire que ça ne va pas bien et j’essaie de l’aider, mais il arrive qu’il se met un peu en colère quand je dis certaines choses. Je ne sais plus quoi lui dire pour essayer de l’aider ou quoi faire. J’ai tellement mal de le voir souffrir comme ça, mais je ne veux pas revenir avec lui. Il me disait que si je l’aimais vraiment, je serai devenue végétalienne. Mais je sens que lui ne veux pas faire d’effort encore une fois de son côté.

    Que devrai-je faire ? Devrais-je partir un bout de temps chez mon frère afin de le laisser seul pour qu’il comprenne que c’est fini et qu’il vive sa peine seule, car le fait de me voir lui fait toujours quelque chose au coeur ? Je sais aussi que ça ne doit pas être bien pour lui, mais il ne veut pas que je parte et ça me déchire. Devrais-je rester et essayer de l’aider ? Je me dis que ça doit vraiment avoir l’air étrange de dire que c’est l’ex qui essaie d’aider celui qui s’est fait laissé ( mais les seuls amis qu’il a ne le comprenne pas vraiment dans son choix de devenir végétalien, car pour mon ex tout est noir ou blanc. Donc, c’est vraiment mais vraiment important pour lui, c’est rendu la base à sa vie ) , mais j’ai beaucoup de la difficulté à le laisser seul ainsi, car je l’apprécie encore. ( pas d’amour )
    J’essaie de lui dire d’aller voir ses parents quelques jours et de leurs parler mais il ne veut pas me disant que c’est moi qu’il veut. Mais je lui répète que c’est fini, mais que s’il veut parler je suis là. Il ne veut pas plus en disant que ça ne servirais à rien, car je l’ai laissé et qu’il est seul sans personne pour le comprendre.

    Je suis perdue.

    Merci de vos conseils

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Votre analyse de la situation me semble tout à fait lucide. Il faut que vous compreniez que le militantisme pour n’importe quelle cause (fût-elle noble) peut cacher un comportement profondément névrotique, ce qui semble être le cas de votre compagnon… incapable de s’ouvrir à ce que vous avez essayé avec patience et compréhension de lui faire sentir.
      Il faudrait donc qu’il aille voir ce que l’intégrisme de son comportement cache… ce qu’il refusera de faire vraisemblablement, prétextant que personne ne le comprend.
      Vous vous retrouvez là (comme vous l’avez justement senti) à la limite de ce que vous pouvez lui donner. Vous laisser vous-même contraindre par ce qui ne serait qu’un chantage ne serait juste ni pour vous ni pour la relation…
      Il vous reste donc à être courageuse en prenant toute la mesure de votre analyse et en vous souvenant que pour faire le moins de mal possible à l’autre il est préférable de “partir sans se retourner” plutôt que de lui répéter que “c’est fini” mais que vous êtes là pour l’écouter !

      Répondre
  18. Cynthia

    Je vous remercie pour votre réponse sensée et rapide.

    Après réflexion, je me suis dit que j’allais attendre encore 1 semaine, car mon ex s’est trouvé un groupe de personne végétalienne avec qui il ira souper la semaine prochaine. Je lui ai fortement conseillé d’y aller afin qu’il puisse parler avec des gens qui le comprenne à 100% et qu’il puisse ainsi libérer toutes ses pensées. Je veux voir s’il va se sentir mieux avec sa décision d’être végétalien au risque d’avoir laisser notre couple se séparer. Je sais que si je décide de partir, cela va être atrocement difficile, car je suis une personne qui pense beaucoup avant d’agir ( peut-être même trop ) et je pense beaucoup en fonction de ce que l’autre va ressentir.

    Merci encore beaucoup d’avoir prit le temps de lire mon histoire .

    Répondre
  19. angie

    Bonjour, cela fait maintenant 10 mois de séparation avec mon mari, nous sommes en instance de divorce, j’ai décidé de ne plus le voir pour essayer d’avancer, car à chaque fois qu’on se voyait, j’étais pas bien et des fois on se disputait encore. cela fait donc 5 mois que je ne le vois plus, mais je penses à lui tous les jours, il me manque tellement, je penses parce que je l’aime encore, pourtant je sais très bien que depuis je ne le vois plus, je vais mieux, mais dès qu’il n’appelle pas les enfants, je m’inquiète pour lui, je n’arrive pas à l’oublier! je sais que c’est peut être encore trop tôt mais c’est dur! ça me fait mal, sachant que lui m’a sûrement oublié car il est avec quelqu’un dû à cette rupture. une fois il a dit à une personne qu’on connait en commun, ” il y a des personnes qu’on connait depuis peu et qu’ils demandent des nouvelles tandis que des personnes qu’on connait depuis plus longtemps n’en demande pas? on a plus d’importance pour eux.” Je penses qu’il parlait pour moi, il ne comprend pas le faite de ne pas le voir peut m’aider à avancer et que je souffre. De ne plus le voir me permettra vraiment d’avancer ? je doutes je ne sais plus quoi penser …

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Il vous faut comprendre que vous n’êtes pas “une”, que vous êtes “multiple”.
      Il y en vous la femme qui se dit qu’elle l’aime malgré le mal qu’il lui a fait ET la femme qui (vous l’avez écrit) sait et sent que depuis qu’elle ne le voit plus elle va mieux.
      A qui de ces deux femmes voulez-vous obéir et pourquoi ?
      Allez-voir lucidement de ce côté là.

      Répondre
      1. angie

        et bien à celle qui ne le voit plus, car il faut que je l’oublies et que je penses à moi maintenant, car lui fait sa vie avec une autre femme et de nouveaux amis. J’ai l’impression de ne pas pouvoir y arriver !! car je penses à lui tous les jours, les gens me disent il faut du temps! mais j’ai bien peur malgré que le temps passe, je l’aimerai toujours!

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Je ne suis pas sûr que vous l’aimiez, je crois plutôt que puisque vous avez peu confiance en vous-même, vous vous répétez régulièrement que vous avez besoin de lui pour vivre, ce qui est faux, mais à force de vous le répéter, vous pouvez arriver à vous en convaincre et à souffrir de plus en plus.
          C’est donc du côté de la confiance en vous qu’il vous faut aller voir.

          Répondre
  20. gewinner francesca

    Bonjour ,

    Je sors de rupture , enfin cela fait 1 an et demis , et je ne réussis pas à vivre sans penser à mon ex conjoint chaque minute , nous avons vécu 3 ans ensemble nous avons emménager ensemble , je suis jeune j’ai maintenant seulement 21 ans , mais la rupture à était dur , j’ai moi meme décider de couper parce que je me sentais perdue , j’avais envie de vivre plein de chose , de voyager ( il etait un peu plus agé déjà ) , j’ai du me retrouver un logement après plusieurs mois à droite à gauche j’ai perdu mon emplois , je suis tombé dans une dépression , eu des penchant pour certaine addiction , je me suis totalement perdue une fois l’avoir perdue en réalité …
    depuis peu je me sens à nouveau rassurée j’ai un toit un emplois je me soigne , et j’ai rencontrer quelqu’un , mais je ne réussis pas à l’oublier , il hante mes pensés , il me manque , j’ai l’impression d’avoir tout perdue , hors aujourdhui , il vit sa vie de son coté et moi de la mienne il faut que j’avance , je ne sais pas comment m’y prendre , je me rattache à chaque detail me faisant penser à lui , je vois toujours sa mère , je parle toujours de lui , mon nouveau compagnon mon soutiens tant bien que mal , malgrès que pour lui ça doit vraiment etre horrible , j’aimerais etre a nouveau heureuse , est ce possible sans mon ex

    Répondre
  21. Lucie

    Bonjour,
    Je suis maman d’un petit garçon de 3 ans et demi que j’ai eu avec mon conjoint. Nous sommes en couple depuis 12 ans. ll n’est pas ce que je peux qualifier d’amour fou et passionel mais c’est quelqu’un qui me fiat du bien, avec qui la vie est simple et me convient.
    Il y a 1 an et demi, j’ai perdu mon travail et ma mère s’est fait opérée d’une tumeu la même semaine. C’était très dur. A ce moment là je me suis rapprochée d’un collègue qui venait d’arriver. Nous avons commencé à nous envoyer beaucoup de textos, pour parler de tout et de n’importe quoi. Une complicité extraordinaire est née. Je n’avais jamais connu cela. On se comprenait sans se parler, on était comme 2 âmes soeurs. Il était marié, 2 enfants. Nous partagions des valeurs communes de respect pour nos familles. nous n’avons jamais parlé amour mais il y avait une telle complétude et tendresse entre nous que c’était vraiment particulier.
    Nous avons fait des déplacements ensemble, quelques repas en tête à tête à la cantine. Rien de déplacé, pas de resto, rien qui puisse faire mal à nos familles. Il est en plus très croyant.
    Je suis restée 6 mois comme ça avant de quitter mon travail car je m’étais fait virée (je précise qu’à ce moment là, il m’avait fortement défendu, c’était mon client).
    C’est à ce moment là que tout a basculé. Alors que les 6 mois avant, nous ne passions pas une minute loin de l’autre, à s’envoyer 1000 textos par mois, à passer 3 heures par jour au téléphone, que tout était merveilleusement réciproque, il est devenu distant d’un coup. Je ne l’ai pas supporté, j’ai fini par me rendre compte que je l’aimais. Je l’ai dit à mon coinjoint uqi s’est montré très compréhensif en me disant de prendre le temps qu’il me faudrait. Je lui ai dit que j’avais toujours été honnête envers lui, qu’il ne s’était rien passé mais que ça me submergeait complètement.
    Je l’ai dit aussi à mon collègue. Sa réponse a été par texto: j’aime pas femme, je l’ai toujours aimé, je l’aimerais toujours. Je ne la quitterait jamais.
    C’était clair. Ca m’a fait extrêmement mal. Il m’avait demandé maintes et maintes fois de m’abandonner (dans le sens de lui exprimer ce que j’avais au fond, il aimé ça mais sans jamais employer le mot amour), je n’avais pas imaginé tous ces mois, ces échanges. C’était réciproque. Et d’un coup, quand on a arrêté de travaillé ensemble il s’est éloigné. il a pensé au futur, comme s’il faisiat table rase de tout cela. toujours sa femme, toujours à en parler le peu de fois qu’on se voyait. C’était très dur. Je respecte qu’il aime sa femme mais dur après ce qu’on a vécu, ce revirement de situation, au moment où moi, je m’étais abandonnée au point de le dire à mon conjoint.
    J’en ai beaucoup souffert. J’ai commencé à rechercher sa présence, le voir, lui parler, s’expliquer. Il me disait qu’il y avait ce lien particulier entre nous mais que ce n’était ni amitié ni amour. Quelque chose à part. On s’est disputé de longs mois. le temps a passé, il m’a de moins en moins répondu. Cherchant le simple, la bonne humeur, les dialogues où on se dragouillait. Refusant de parler sérieusement. Jusqu’à il y a un mois où il m’a dit que pour lui il n’y avait plus rien, plus de lien. Ca m’a brisé. Depuis à chaque fois que je lui envoie un mail ou un texto, il ne répond plus.
    Je précise qu’entre temps, on a reconstruit avec mon conjoint, qu’on a mis le 2ème en route et que je suis enceinte d’un mois. Je n’ai plus d’amour pour mon collègue, mais il reste cet attachement particulier et ce besoin qu’il reconnaisse que je n’ai pas vécu cela toute seule. Comme s’il me refusait mon apaisement. Comme si j’avais vécu cet amour absolu et magnifique toute seule à l’époque. Je me sens mal. il m’a lontemps rendu malade par rapport à ma famille. j’avais beosind e lui et en même temps je ne le voulais pas dans ma vie car difficile de construire et ça fait plus d’un an qu’on a un désir d’enfant avec mon conjoint. Situation très dure à vivre. je suis contente de notre décision, contente d’être enceinte mais j’aimerais juste arriver à faire le deuil de cet amour passé qui me mange encore, qui me rabaisse quand il ne me répond plus. Le denrier mail envoyé lui disait juste que quoiqu’il soit arrivé, inutile de se faire la tête si on a à travailler ensemble ou qu’on se croise. Que je ne recherchait pas forcement à lui parler mais que je voulais être en paix. Bien sûr, comme d’habitude pas de réponse.
    Que faire pour trouver cet apaisement sans lui? L’oublier complètement et me consacrer à ma famille?
    C’est pour moi faire une croix sur le fait que l’amour absolu a existé. C’est très dur.
    Et pourtant, je vois bien qu’il n’ets pas gentil avec moi. Je lui ai dit que ça me faisiat mal qu’il ne me réponde pas. il ne le fait que quand c’est léger, rien à discuter, des blagues.
    J’aimerais vraiment passer à autre chose.
    Merci pour votre aide.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Pourquoi ne resteriez-vous pas simplement fidèle à vous-même ? Oui, j’ai aimé cet homme, peu m’importe qu’il le reconnaisse ou non, moi je l’ai aimé. N’est-ce pas vrai ?
      Si vous voulez devenir en paix avec votre passé commun, faites comme lui. Il ne s’agit pas d’oublier le passé que vous avez eu avec lui mais de rompre, donc n’oubliez pas ce passé, restez fidèle à ce passé qui a été, tout en ressentant qu’il est bien passé, ce qui vous donnera la force de tourner votre regard vers le présent qui vous attend.
      Si vous avancez dans le présent en continuant de regarder en arrière, vous risquez simplement de beaucoup souffrir. Ouvrez les yeux et regardez devant vous ! Là, vous avancerez… en paix avec ce qui a été.

      Répondre
      1. Lucie

        Pour moi l’amour absolu est un amour réciproque, une compréhension parfaite et durable. C’est pour cela que sa reconnaissance était importante. Sans cela, pour moi j’ai vécu tout cela toute seule. Or je sais que ce n’est pas vrai et que même s’il est très croyant, attaché à ses valeurs et etc il l’a vécu aussi intensément que moi. Il a juste coupé très vite après, c’est ce que je ne comprends pas.
        Je sais qu’il faut que je regarde devant, qu’il l’a fait. Il l’a fait vite et ça a été compliqué pour moi. Comme s’il avait tout oublié d’un coup.
        Je fais ce travail là depuis un an. La décision d’avancer avec mon conjoint, de faire bb2 sans croire que ça résoudra nos problèmes (nous nous entendons somme tout très bien, sommes en train de construire une maison, la seule chose c’est qu’il est la réalité, et pas l’amour absolu pour moi) mais parce que je me projette dans ma famille à long terme était important pour moi. Ca m’a aidé à passer à autre chose. Je ne l’aime plus, je suis juste en mal de reconnaissance.

        Je vous ai écris samedi le premier message. J’ai fait une fausse couche dimanche. C’est le premier jour depuis que j’ai rencontré mon collègue il y a 1 ans et demi que je n’ai pas pensé à lui. Je broie du noir. Sentir un bébé partir est très dur. Un autre deuil à faire. Je me dis que c’est un signe de la nature pour me punir de penser toujours à cette histoire avec mon collègue. Que je n’ai pas été honnête avec ce bébé et qu’il m’a été enlevé. C’est dur vraiment.

        Répondre
  22. Lucie

    Bonjour,
    Je vous ai déjà écris. Je me permet de vous écrire de nouveau car je suis un peu perdue. J’ai rencontré un collègue il y a 2 ans. Nous étions tous les 2 mariés avec des enfants. Nous nous sommes rapprochés, c’était beau, réciproque et captivant. Nous ne sommes pas sorti ensemble par respect pour nos familles, il est tres croyant et nous avons tous les deux beaucoup de valeurs. Cela a duré 6 mois. Puis je lui ai dit que je l’aimais car forcement moi je me suis abandonnée, à quoi il m’a répondu qu’il aimait sa femme et que ce serait toujours le cas. Depuis un an j’essaie de l’oublier, de reconstruire avec mon conjoint. Je suis bien avec lui je me projette mais je ne peux pas oublier mon collègue.
    Cela fait un an maintenant que nous nous disputons avec mon collègue. Je lui écris des tonnes de messages auquels il ne répond pas. Il m’a dit dernièrement le faire pour 3 raisons: je lui fais des reproches ou je parle du passé ou je pars dans de l’ultra compliqué.
    Malgré tout cela, il répond aux messages légers et m’envoie toujours des textos pour qu’on se fasse un repas un midi de temps en temps. Je refuse toujours, ça m’énerve qu’il ne prenne que le côté léger et qu’il ne me réponde pas quand j’ai besoin de lui. Je trouve ça egoiste.
    On a eu une grosse discussion hier où il m’a dit que pour lui tout était fini( l’ambigu du début) et que du coup ça lui paraissait normal de discuter et de se voir de temps en temps pour rigoler. Mais que de léger pour l’instant. En gros si j’ai un problème, je ne pourrais pas compter sur lui.
    J’avoue avoir été pénible car j’ai pas mal de soucis dans la vie (mère très malade et etc…) et j’avais besoin de m’appuyer sur lui ce qui n’est pas bien. Mais quand on partage une relation d’amitié avec quelqu’un, on ne peut pas vouloir juste quelqu’un qui est toujours super gaie. Je ne sais pas faire semblant, ça ne marchera pas. Et pourtant, j’ai besoin de lui dans ma vie. Je crois que moi, je n’ai pas fait le deuil ce qui rend les choses tres tres dures. Je n’ai pas l’impression de l’aimer encore mais d’avoir besoin que les choses s’inversent. C’est moi qui lui ai dit que je l’aimais, depuis il a la supériorité. Et j’aimerais regagner cette supériorité car je sais que ce n’est que comme ça que j’arriverais à faire le deuil, si c’est moi qui décide.
    Pourquoi continue-t-il à vouloir me garder dans sa vie si il a si bien fait le deuil, ne veut plus qu’on parle du passé. Il me répète tout le temps que je suis dans le passé et que ça le gonfle. Pourquoi ne pas simplement laisser tomber et ne plus se voir (c’est un ancien collègue, on ne travaille pas ensemble, rien ne nous pousse à nous voir).
    Parfois je me dis qu’il serait plus simple de ne plus le voir et quand je ne le vois plus je suis malheureuse. Lui me dit n’avoir besoin de personne, et pourtant il continue à vouloir me voir.
    Je suis perdue. Merci d’avance de votre réponse précieuse.
    Lucie

    Répondre
      1. Lucie

        Merci pour votre message. J’aimerais réussir à le voir dans le présent sans regarder le passé. Mais c’est difficile pour moi. J’ai essayé de ne pas le voir. Ou de continuer à le voir un peu en ami. Rien n’est satisfaisant. Pensez-vous qu’il faut que je coupe les ponts complètement?
        Ou le voir de temps en temps pour qu’il n’y ait pas d’interdit et de frustration et que tout disparaitra avec le temps?
        Je me suis quand meme rendu compte depuis quelques temps qu’il ne pensait qu’à lui dans la plupart des cas, à son épanouissement personnel. Qu’il n’en avait rien à faire de moi. Je pense que ça m’aide. Ca va mieux en ce moment. Me dire qu’il n’est pas la personne que j’ai idéalisé et que me torturer pour quelqu’un comme cela n’en vaut pas la peine.
        Merci de votre réponse!!!

        Répondre
  23. Véronique

    J’ai vécu 2 ans avec un homme , j’ai investi mes sentiments ,mon temps , de l’énergie et de l’argent , je l’ai beaucoup aidé financièrement , il a profité de moi
    Il m’a quitté pour une femme plus jeune que moi de 10 ans , il m’a dit qu’elle est plus ouverte que moi et allait avec lui dans des clubs d’échangisme
    Je n’ai pas fini de payer les dettes que j’ai contracté à cause de lui
    Après qu’il m’ait laissé tomber , on a continué à se parler par téléphone pendant quelques mois puis j’ai coupé court , car j’ai compris que j’allais souffrir pour rien
    Il voulait pas se remettre avec moi mais continuait à m’appeler , dernièrement il m’a appelé je lui ai raccroché au nez
    En ce moment , ya un homme qui s’intéresse à moi , non seulement je ne ressens rien pour lui , et j’ai très peur de m’engager , je suis devenue méfiante , on dirait que mo ex a emporté tout avec lui , mon optimisme , ma belle façon de voir les choses , ma joie de vivre
    Je me sens vidée
    Je n’ai plus la force et l’énergie de recommencer
    J’ai 46 ans et j’ai peur de finir ma vie seule

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Je comprends que tout engagement vous fasse peur compte tenu de ce que vous avez vécu. N’oubliez pas que la clé pour que les autres nous respectent, c’est de se respecter soi-même en ne tolérant pas certains comportements des autres à notre égard.
      Si vous savez que vous ne les tolérerez pas, vous n’avez plus de raison d’avoir peur.
      Par contre si vous les tolérez encore, vous comprendrez qu’il est normal que vous ayez peur de vous-même. Dans un tel contexte, c’est un travail thérapeutique de connaissance de vous-même qui vous aidera à comprendre pourquoi vous ne vous respectez pas vous-même afin de devenir capable de vous respecter et d’attirer – enfin – des hommes à la mesure de la personne que vous serez devenue.

      Répondre
  24. Lolaaa05

    Bonjour,
    j’ai 23ans, j’ai été en couple de 19ans à 22ans… une belle histoire mais très douloureuse, j’ai beaucoup souffert car il m’a abandonné au bout de 2ans pour une autre fille… Apres quelques mois il est revenu en étant persuadé que j’étais la femme de sa vie. J’ai accepté mais plus rien n’était pareil de mon côté, je me suis mise à douter de mes sentiments, j’ai essayé de prendre du recul, il était fou amoureu et moi je ne savais plus ce que je voulais avec lui… J’ai fini par le quitter il y a 1an, à ce moment la il m’a annoncé m’avoir trompé plusieurs foi.. Je l’ai vraiment mal vécu, j’avais plus du tout confiance en moi, je me sentais nulle…. Depuis 1an, je me suis reconstruite avec le temps, j’ai gagné en confiance en moi, mais… je suis pas capable de m’engager, je fuis à chaque foi, je ne sais plus m’attacher à un homme… Mon e x revient souvent vers moi, il n’arrive pas à m’oublier, il continue a dire ue je suis la femme de sa vie, qu’il m’aime encore après 1an, moi de mon côté je pense souvent à lui et notre relation, je ressens de la tristesse et de la nostalgie mais je ne pense pas avoir encore de réels sentiments et surtout pouvoir retomber amoureuse de lui.. J’ai peur que cette histoire soit vouée à l’échec… J’ai envi d’avancer mais je n’y arrive pas, je me sens “bloquée”.. Je ne comprend pas pourquoi, pr moment ce passé me rattrape et je me surprend à m’imaginer retourner avec lui.. Que faire?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Vous découvrez que l’homme en qui vous avez mis votre confiance vous a trompé à plusieurs reprises, vous n’avez donc plus confiance en lui et cela est parfaitement légitime n’est-ce pas ? Alors regardez les choses de beaucoup plus près : c’est – paradoxalement – vous qui vous sentez nulle et perdez votre confiance en vous… de quoi cela parle-t-il chez vous ?
      Peut-être que quand vous aurez répondu à cette question vous reprendrez confiance en vous en ne ressentant plus le besoin de vous dénigrer quand un homme vous trahit ?

      Répondre
  25. Héloise

    Je vous écris car je ne trouve pas la clé pour faire un deuil amoureux. Je me suis séparée de cette personne il y a un an. Dans notre relation qui a duré 2 ans, il y avait beaucoup de haine, de dispute. J’ai le sentiment d’avoir été la seule à nourrir la relation, à chercher à créer du lien, à me remettre en question. Cette personne n’a jamais voulu reconnaître qu’elle était encore accrochée à son ex, qui avait pourtant refait sa vie. Jusqu’au jour où elle m’a posé l’ultimatum d’accepter son ex ou bien c’était fini entre nous. Elle a toujours refusé de me présenter son ex, alors que j’avais insisté pour qu’une visibilité se fasse afin de nous aider à désenclencher la problématique. Elle savait que j’avais une angoisse d’abandon qu’elle entretenait soigneusement en refusant par exemple de me répondre au téléphone suite à des disputes. il y a eu plusieurs séparations et je suis à chaque fois revenue car la séparation était trop dure à vivre. Je sais que c’était de la dépendance. Je ne regrette pas la rupture, c’était la meilleure chose pour moi, je l’ai simplement laissé prendre la décision. J’ai depuis peu retrouvé un équilibre, moins de nervosité plus de joie mais dès que je pense à cette personne je vis énormément de colère et de haine.
    Je sais que sa dernière relation n’a pas plus fonctionné que celle qu’elle a eu avec moi. Je fais un travail thérapeutique mais je n’arrive pas à comprendre pourquoi je ressens encore tant d’hostilité à l’égard de cette personne qui ne mérite que mon indifférence. J’aimerais me lancer dans une nouvelle relation mais je ne veux pas que ce passé me parasite. Pouvez-vous m’éclairer? Comme vous l’avez sans doute compris il s’agit d’une relation homosexuelle.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Poursuivez votre travail thérapeutique… Peut-être retournez-vous contre cette personne à travers votre colère, la souffrance qui a été la votre liée à votre angoisse d’abandon.

      Répondre
  26. Angelique

    Bonjour,

    Je cherche des réponses, je ne sais pas si je suis dans le thème mais je me lance…
    J’étais avec une personne pendant 5ans (2009-2013), tout ce passais bien mais je commencais petit à petit à remarquer quelques petites choses qui me déplaisait ( faire tout comme sa mère, ménage, manger…prendre soin de lui je n’étais pas sa bonne non plus, mais j’aime être au petit soin), notre vie je l’ai toujours comparé au autre. J’attendais qu’il me demande en mariage quand ces amis ce marièrent les uns après les autres, j’attendais que nous habitions en maison avec un terrain quand ces amis construisaient leur maison, j’attendais un enfant quand ces amis essayaient d’en avoir un…tout le monde avançait et nous non, on galérait, et quand les questions incessante arrivaient du genre “beh c’est pour quand vous?” bref sans l’avoir prémédité j’ai été enceinte, catastrophe…je savais, j’étais paniqué.
    Mon copain m’a demandé d’avorter, alors pour sauver mon couple je l’ai fais, je me suis considéré comme un automate, je ne devais pas avoir de compassion pour mon enfant, juste faire ce qui étais bon pour nous…j’ai tout fais seule, aller/retour a l’hôpital, planning famillial, rendez vous, échographie (horrible) deux amis m’ont accompagné, mais sinon personne. Mes parents étaient en vacances je n’allaient pas leur gâcher ça…bref je ne me rendais pas compte mais sans suivi psychologique la dépression vous tiens, et quand votre entourage considère que ce n’est rien…quand votre cousine vous prend le prénom de votre fils, quand les autres vous souffle leurs bonheur d’être parents, quand vous réaliser que votre conjoint serai un très bon père…. j’ai péter les plombs je suis aller voir ailleurs, mais en restant en couple, j’ai perdu 10 kilos…j’ai fini par tout lacher est partir, Paris, Strasbourg, Lille…ca m’a fais un bien fou.
    Un soir mon cousin discutais avec ces amis sur skype, et une voix a attiré mon attention, c’était parti pour durer..on ne se lachais plus, la 1ere fois? 72h a parler sur skype sans ce voir, puis je l’ai vu. J’ai déchanté, mais je me suis dis après tout ce n’est qu’une enveloppe corporel, je fais l’effort!
    Cela fais 11 mois, je suis partir reprendre mes études dans un autre département, je revoit toujours mon ex les week end mais c’est un amis, je ne me vois pas sans lui, parcontre il ne sait pas que j’essai de refaire ma vie et je ne veux pas savoir pour lui. Il y a quelques temps suite au drame de paris j’ai perdu un collègue…ca m’a fais tellement mal, je suis traumatisé, anéanti. J’ai cherché des réponses a ce traumatisme qui me semble démesuré, je n’avais pas fait le rapprochement tout de suite, mais il était presque trait pour trait le même que mon ex, en y repensant c’est vrai mon ex n’avait presque plus d’importance et en parallèle je passait mon temps avec ce collègue, il me parlait de sa copine, sa famille c’était super… quand ils l’ont abattu, il ont abattu mon ex dans ma tête. J’ai décidé de le revoir vite pour dédramatiser et arrêter de pleurer, mais ça a dérapé, en ce disant au revoir comme d’habitude (on ne sait pas se dire bjr et au revoir, du coup on se fait un calin pour au revoir c’est tout) j’ai fondu en larme et en relevant la tête on s’est embrassé, j’ai été tellement heureuse et le lendemain aussi. Je n’avais même pas peur de dire à l’autre personne la vérité, et je lui ai dis directement parce que je ne voulais pas lui faire de mal… Maintenant je déchante, mon ex et moi sommes sur le point de discuter pour remettre les choses a plat, pour éventuellement repartir a zéro, et l’autre personne me pardonne et à même fait des recherches pour me dire que tout était normal, il ne veux pas influencer mon choix mais en même temps que ce soit d’un coté ou de l’autre je perds l’un ou l’autre…
    Que faire?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Je crois que la réponse à votre question passe par vous aimer suffisamment pour mettre à jour les mécanismes qui – à l’intérieur de vous – vous contraignent à ne pas vous respecter et même à vous maltraiter.

      Répondre
      1. Angelique

        Bonjour,

        Je ne saisi pas le sens de votre réponse, mais ma propre réponse a été de ne pas me bloquer à deux choix mais de voir plus loin, à savoir “ne prendre” personne et continuer mon petit bout de chemin.
        Je veux savoir et avancer, je veux trouver ce qui ne va pas et pourquoi je me refuse une personne qui pourrait me mériter, comment j’ai perdu cette étincelle qui brillait quand je tombais amoureuse…. je sais que je me déteste pour ce que j’ai fais, je suis contre l’avortement mais penser au passé ne changera pas le présent. Comment l’accepter, comment avancer? je n’ai pas de solution, j’ai repris mes études et je ne suis plus envahi par mes anciens démons matériels, juste mon ex que je n’arrive pas à lacher…

        Répondre
  27. Mimiko

    Bonjour!
    Je me lance, j’ai vraiment besoin de réponse, je suis perdue et je ne sais plus où j’en suis.
    Il y 7 ans environ, je sortais avec un jeune homme ( il avait 16 ans) qui habitait très loin de moi, donc relation à distance.
    J’avais à l’époque 17 ans et lui comme moi n’avons eu de relations amoureuses, nous étions le premier amour pour l’un et l’autre. L’histoire a duré en tout 22 mois, avec beaucoup de bonheur au début (pendant 8 mois) et ensuite, la distance etant pesante pour moi et pour lui, les ruptures étaient de légion dès que j’osais dire quelque chose qui ne lui plaisait pas, il le disait sur le coup de la colère, je le suppliais de me reprendre, il le fesait et rebelotte quelques temps ensuite. J’ai entamé une depression après ses 8 mois de bonheur, vu que la distance me pesait énormément et cette situation. Je n’ai jamais suivi de thérapie contre ça, le docteur s’est simplement contenter de me refiler des anti-depresseurs et rien de +.
    Puis est venu une première rupture qui a duré un bon mois, où j’ai entamé un travail sur moi, pour me reconstruire et où il est revenu me reprendre. Puis, à nouveau, il a rompu plusieurs fois et ne savait plus s’il m’aimait où non.
    Puis il rompt une dernière fois, une rupture qui finit très mal vu que nous en sommes venu aux mains ( je l’ai giflait et lui de même). On se fait la bise à la demande de sa mère (il vivait encore chez ses parents à l’époque), puis je reprend le train direction ma maison.
    Plus de nouvelles. Et je rencontre 2 semaines après mon copain actuel. Il etait bien sûr au courant de cette situation, nous sommes devenus proche très rapidement en toute amitié, puis 1 mois et demi plus tard, il me déclare sa flamme. Je n’y ai pas donné de réponse de suite car j’avais encore mon ex en tête mais j’avais la conviction de l’oublier et de ne jamais retourner avec.
    Je finis par sortir avec mon copain car j’avais de forts sentiments pour lui et cela dure depuis maintenant 5 ans maintenant.
    Il y a eu comme tout les couples des hauts et des bas, surtout à cause de moi car l’ancienne relation m’avait épuisé et je n’arrivais plus à être aussi démonstrative que je l’ai été avec mon ex. J’avais tout donné à l’ancienne relation. J’ai toujours eu du mal à exprimer mes sentiments pour mon copain. Mais ça lui convient tout à fait, ayant eu une ex copine très etouffante.
    Il est aux petits soins avec moi, il est juste merveilleux et je l’aime profondément.
    J’ai entre temps eu des soucis de santé et financier, pas de travail, ce qui m’a empeché de travailler et donc m’a fait replongé dans ma depression.
    Malgré ça, j’ai tjrs eu une petite pensée pour mon ex de temps à autre, qui ne durait que quelques secondes.
    Il y a quelques semaines, je suis aller faire un tour sur mon blog d’adolescente, qui était véritablement un journal intime pour moi.
    Et je ne sais pas pourquoi, j’ai voulu avoir des nouvelles de mon ex, chose que je ne voulais pas pendant 5 ans.
    Je n’arretais pas d’en rêvais, ce qui m’arrivait pratiquement pas.
    J’ai donc demander à un ami que l’on avait en commun, et là, il m’explique en résumant qu’il avait une copine, qu’il habitait avec.
    Là, j’ai eu un gros pincement au coeur, comme un déchirement même. J’en ai pleuré pendant quelques jours, quelques larmes maintenant de temps à autre, mon copain est plus ou moins au courant de la situation, je lui en ai expliqué quelques brides, je ne voulais pas le faire souffrir pour un petit rien mais qui au final à fini par devenir un grand problème pour moi avec les semaines passant.
    Je n’attendais pas non plus qu’il soit célibataire à vie, je dois dire que je m’en fichais pendant 5 ans de savoir s’il avait quelqu’un ou non, j’avais fait mon bonhomme de chemin et j’étais heureuse.
    Mais là, de l’avoir sû, ça m’a fait beaucoup de mal. Je comprend pas ce qui m’arrive!
    Depuis, j’n’arrive pas à arrêter de penser à lui, à ce qu’il a pu devenir, à la relation qu’il a avec cette femme, les souvenirs de la relation que j’ai eu avec lui n’arretent pas de remonter à la surface, un à un, j’en rêve tout les soirs. Je n’arrive pas à m’en sortir. Nous avons été ,mon copain et moi, en vacances récemment vers une ville proche de la sienne et nous nous sommes rendus à la ville où habite mon ex.
    Nous ne l’avons pas croiser et heureusement, mais quelque part, j’aurais voulu l’apercevoir, pour savoir où j’en étais. Je me suis rendu compte que cette ville me manquait beaucoup.
    Je suis perdue, complétement. J’aimerais m’en sortir, pour moi et mon copain, car je vois un avenir avec mon copain. J’en ai assez d’être dans cette incertitude la plus complète.
    Que faire? Merci de votre réponse.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Pour savoir que faire il vous faut découvrir ce que vous voulez vraiment. “Bricoler” avec le passé (qui n’est plus que souvenirs) comme ça semble vous attirer ou vivre enfin votre vie donc vivre au présent.

      Répondre
  28. Virginie

    Bonjour,

    Peut etre dois je commencer par vous presenter mes voeux? Et vous remercier par avance de votre retour.

    Je n ai pas de reel problemes je crois. Juste des interrogations. Votre retour pourrait m eclairer.

    J ai longtemps eu peur de ressembler a mon pere qui a trompe ma mere toutes ces annees, nous entrainant dans une vie de mensonges, de non dits et de faux semblants. Le chemin du pardon est encore long. Ma mere s est separee de lui mais n a jamais voulu divorcer.

    Je ne crois pas vraiment en la fidelite. Mais ca reste pour moi une forme d ideal je crois. En couple je suis plutot independante je crois. Mais j ai tres vite senti que je pouvais tromper, sans necessairement le faire, avec peu d etats d ames. Aujourd hui je crains d etre comme lui.

    J ai cru aime. De nombreuses fois. J ai aime, deux fois du haut de mes 30 ans:

    – a 20 ans je rencontre ” un fils de”, sans le savoir. On s est plus immediatement, desires hardemment. Nous etions etudiants, nous avons vecu des moments d intimite tres purs, a mon sens uniques. Il devait savoir qu une forme de destinee l attendait de fait. Il n a jamais voulu de moi officiellement, il a voulu de nous une histoire discrete, non officielle. Je n ai pas eu d autre choix que de me proteger. Il m a relance, des tas de fois, l histoire s est repetee mais je sentais qu il m ecrasait, qu il n etait pas sincere pas plus que fidele et il ne s en cachait pas d ailleurs. C etait presqu a prendre ou a laisser. Il m a profondement blesse. D autant qu il a su s afficher officiellement quelques annees plus tard..j ai disparu de sa vie en changeant de coordonees et en rencontrant le second homme.

    Lui je l ai voulu des que je l ai vu. Et je l ai adore aime. Il m a assume, respecte, presente tres vite a tous et a toutes. Ca fait 7 ans que nous sommes ensemble. Il a des valeurs, il me plait, je le desire mais…parfois j ai comme des pulsions. Besoin d aller voir ailleurs, je me dis qu il en fera de meme parce que c est ainsi. Je me comporte de plus en plus comme mon pere. Et j oublie aussitot.

    J ai peur de perdre ce que j ai de plus cher, de gacher mon futur avec lui. Je ne comprends pas vraiment ce qui ne va pas chez moi. Si on aime qqn on ne fait pas ca. Et pourtant je l aime.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      En fait, à vous lire, je me demande ce que vous cherchez. Bien sûr que les tentations existent mais êtes-vous obligée d’y céder ?
      Etre humain et adulte c’est être capable de ne pas faire ce que l’on a décidé de ne pas faire n’est-ce pas ?

      Répondre
  29. Virginie

    Bonjour. Merci pour ce retour.
    Vous ne voyez donc qu un manque de maturite? Lorsque je disais que je n avais pas de reel probleme, je voulais m en convaincre.
    Si j ai parle de mon pere et de cet ex c est parce que ces deux hommes m ont bcp blessee.
    Cet ex, est … connu. Je suis certaine de m etre epargnee bien des tourments et d avoir essaye de garder ma dignite en m eloignant de son emprise mais des annees apres, je reste blessee. D autant que sa notoriete me renvoie son bonheur au visage comme une vilaine piqure de rappel.

    Desolee si je n ai pas de question claire, peut etre qu il n y en a pas.

    Cdlt

    Répondre
  30. Paulo

    Bonsoir,
    and happy new year…
    Je vis une période très difficile. J’ai 29 ans et mon ex en avais 19. (elle très mature /RAS) et sans jamais de vrai relation avant) Nous somme séparé depuis fin octobre. C’est elle qui en a décidée, et j’en meurs tous les jours à petit feu! Sa rupture à était radicale et depuis, difficile d’avoir la moindre nouvelle, et elle ne veut absolument pas que l’on de voit. Histoire résumé:
    Nous nous sommes rencontré l’été 2013 à un concert et nous avons eu un VERITABLE coup de foudre! Un “truc” génial à vivre! Nous étions célibataires tous les 2 avant ça et cherchions pas forcément l’amour. Mais depuis et jusqu’à il y a peu de temps, tout était rose pour nous, rien de spéciale, une seule “grosse” dispute en 2014. Cependant on se voyaient seulement les weeks-end car elle au lycée et moi dans la vie active, et nous étions séparé de 150kms…mais on s’attendais à chaque fois avec une telle passion. Puis nous avons même passé cet été à être ensemble pendant six semaines, et surprenant car encore mieux, fusionnel, génial…je ne parlais jamais trop d’avenir, or elle de plus en plus. Joyeusement sans frein! Avec nos famille, tout était également super!
    Et donc, nous vivions en province, puis mon ex à était admise à la Sorbonne. Elle m’a demandé si je la suivais à Paris sans m’y forcer bien que c’est ce qu’elle voulait. Je l’ai pas fait, on s’est dit qu’on allé faire comme ça la première année, ou au début du moins donc chacun de son coté avec les transport en commun et autre. Enfin le drame est arrivé, bien que je sentais (appels et sms) que elle s’éloignait, je lui en fît par. Je lui explique ma peur, lui demande plusieurs fois ce qui se passe, et lui dit que je vais venir rapidement sur Paris avec elle car cette distance nous “bouffaient” tant nous avions mal d’être loin l’un de l’autre. En attendant de nous revoir le week-end, elle me rassure en me disant “ne t’inquiète pas mon super amoureux, pense pas qu’on pourrai se perdre, je t’aime fort”, donc cool, je suis rassuré. Mais alors pourquoi quand on s’est enfin revu, elle m’a annoncé que c’était finis, qu’elle était désolé, qu’elle voulais pas continuer. (un ami sur Paris m’a dit qu’elle se rapproché doucement de quelqu’un et que petit à petit elle tombait amoureuse) Elle me jure que non, qu’il y a personne que je dois continuer à lui faire confiance comme on le fait depuis très longtemps.
    Je suis trop triste parce qu’elle m’a simplement dit qu’elle avait besoin d’être seule et de se retrouver, puis qu’on allait se revoir et tout et tout! Voilà exactement ses mot puis fin novembre elle m’envoie par sms “je t’aime plus, je veut plus te voir”. Elle a jamais voulu me revoir une seule fois, me dis qu’elle à personne d’autre, or dernièrement elle à eu dit à une connaissance que effectivement elle “kiffé” un autre garçon mais qu’il se passais rien!
    Voilà, je suis dans un triste état. Je vis de très intenses douleurs. Les psys ne m’ont pas vraiment aidé. Je ressens beaucoup, j’ai toujours était comme ça. J’étais passionné, on s’est aimé du début à la fin. J’ai souvent mal au ventre et à la tête, je vis un enfer pour bien décrire la chose. Pleure beaucoup, perte de poids. Je me suis fixé de belle choses pour 2016 mais je pense pas tenir. J’ai réalisé pour la première fois de ma vie une réelle (et une aide) tentative de suicide qui s’est soldé par l’hospital. Elle l’a appris, a demandé à des proches si j’allais bien puis voilà. Elle m’interdit de voir nos amis commun. M’interdit de lui écrire. Quand je le fais, elle dis que je gâche tout. Cependant il n’y a aucunes chance et tout est bien fini. Elle en démord plus.
    Ne trouvant plus de solution, je voudrai un avis la-dessus.
    Puis un autre sur “l’hypnose” pour oublier son “ex” et “re”-vivre.
    Merci d’avance, Paulo………

    OUBLIE mais selon moi, détails et qui n’ont pas changé grand chose:
    Je lui ai écris une lettre un mois après en lui montrant mon incomphrénssion d’une rupture si soudaine. Mais à coté de ça, je lui ai dit que je pouvais comprendre une certaine pose pour qu’elle puisse prendre du recul, et qu’elle ne pouvais pas nous laisser seul chacun de notre coté trop longtemps tant on s’aimait. De là, elle m’a répondu de faire ma vie et de retomber amoureux.
    Bref, je ne la reconnait plus. Possible la différence « de vie » Scolaire et vie active? Elle originaire du 34 et moi du 31. Elle est intelligente, et sans me vanter, moi aussi, (pardon) j’ai déjà payé ma maison, j’ai plusieurs véhicules… Je pense pas être un « poireau », je l’ai jamais trompé, je suis pas mal physiquement d’après beaucoup de filles!
    Vu que je n’aurai plus rien d’elle, et que j’ai arretai d’essayer de comprendre, je voudrai cet avis sur l’hyptose parce que l’on en m’a dit du bien, puis que je sais plus quoi faire tant je souffre, vois le noir et me sens « bloqué » !
    Elle, c’est simplement la fille qui m’a pris pour un con, et que j’ai aidé à grandir profitant de tout mes avantages je pense. Pourtant on était si heureux dans un salon, en se baladant, ou devant un écran et encore dans une piscine. Les souvenirs…je l’ai plus! Paulo

    Répondre
  31. Sofiane

    Bonjour,

    Je vous remercie de votre article intéressant.

    Mon histoire est la suivante. je suis venue du Maroc m’installer en France avec mon ex que j’avais rencontré au Maroc deux ans auparavant. Je suis venue en France en étudiant en Master. Les premiers mois qu’on a vécu en France n’était pas les meilleurs alors qu’elle avait beaucoup d’espoir que nous vivions de belles choses en France. J’étais concentré sur mon adaptation au pays, à la nouvelle culture… et j’ai oublié mon couple ou du moins j’ignorais les signaux venant de sa part car je trouvais qu’étant donné que nous voulions nous marier par la suite, que m’intégrer rapidement et correctement serait le mieux à faire plutôt que de commencer par assouvir son manque d’amour… après 6 mois, je m’étais là je suis relativement bien intégré, financièrement à l’aise, je peux m’occuper d’elle et me concentrer sur elle, et j’ai travaillé là dessus.. mais trop tard, elle a déjà décidé de me quitter et l’a donc fait le jour de mon anniversaire.. (je ne lui en veux pas pour ça) ; par la suite, le traumatisme a été fort pour moi étant donné le changement de vie que j’ai fais pour elle en venant ici en France. et donc pendant deux moi, j’ai essayé de la reconquérir mais en vain, elle a même pris cela pour du harcèlement (un peu vrai) alors qu’à la fin au fond de moi je voulais juste de nos douleurs respectives, faire la paix et tourner la page … (je suis poisson, donc très nostalgique et se rattache beaucoup à l’amour perdu). La dernière fois, elle est devenu très agressive avec moi, et m’a ignoré, ça m’a fait mal au cœur car elle se prétendait toujours par rancunière… là je pense que je l’ai définitivement perdu en amitié sachant qu’au début, c’est elle qui voulait qu’on reste amis. Avant ce dernier clash, elle a dit qu’elle souhaite qu’on ne se parle plus pour l’année. Elle a changé, elle se maquille et se fait belle, alors que quand elle était avec moi, elle m’a dit qu’elle ne voulait plus redevenir cette poupée, et qu’elle voulait rester naturelle, et j’avais respecté même si au fond, j’aimais bien quand elle se faisait belle pour moi. Bref, je n’arrive pas à tourner la page, je ne lui parle pas, je vacille en entre colère et compréhension, je ne suis plus efficace à mon stage… je sors, je vis ma vie, je drague etc mais toujours rattaché au passé. Au passage sa décision de partir, je la comprend, car j’étais trop dépendant d’elle, et elle qui materne facilement et bien en tant qu’étranger dans cette société, c’était elle mon épaule, sans oublier que j’ai certain vice de mon ancienne vie marocaine, qui ne séduisent pas forcément. Aujourd’hui je vois un psy, pour régler tout ses problèmes, et je prévois d’accélérer un peu les choses en consultant un kinésiologue car j’en peux plus. Je craque… car je trouve que trop de violence venant d’elle… J’ai envi de l’envoyer balader et je regrette de l’avoir collé car je sais que cela l’a fais fuir encore plus… Je suis passé pour une moviette et je ne supporte pas ça.

    Répondre
  32. Eve

    Bonjour,

    Je trouve votre site très intéressant, les articles et vos réponses aux différentes questions qui vous sont posées aussi.
    Je me pose actuellement une question, sur une rencontre que j’ai faite récemment.
    J’ai 52 ans, je vis seule après avoir vécue seule avec mon fils qui a maintenant 26 ans et qui est parti de la maison il y a deux ans. IL est devenu avocat, métier dont je rêvais étant jeune.

    Mon fils est allé de lui même dans cette voie, car j’ai essayé toujours de lui montrer qu’il y avait d’autres possibilités pour lui, car il était doué à l’école, également dans les matière scientifiques.

    A part les quatre années vécues avec le père de mon fils après sa naissance, je n’ai eu que des histoires assez brèves qui n’ont jamais débouchées sur une relation sérieuse.

    Je pense que je n’étais pas capable de m’aimer et de me respecter suffisamment et que je ne rencontrais que des hommes qui se comportaient mal avec moi, ou bien auprès desquels j’étais trop effacée ou qui ne correspondaient pas vraiment à ce dont j’aurais eu besoin.

    IL m’a fallu une psychanalyse de cinq/six ans (commencée à 32 ans après de gros problèmes psychosomatiques) et une thérapie en face à face avec un autre thérapeute de six années afin de pouvoir surmonter des problèmes d’ordre professionnels mais aussi personnels (thérapie que j’ai arrêtée en janvier dernier pour cause de déménagement).

    A l’âge de 32 ans, après tous mes problèmes psychosomatiques, Je pensais être atteinte d’une folie dont je ne pourrai jamais me débarrasser. Je pense que cela avait une relation avec ma mère qui me voyant avoir tous ces problèmes, ne supportait pas de me voir comme cela et elle m’avait traitée de folle.

    De plus quand j’ai eu 19 ans elle a quitté l’homme avec lequel elle était car celui ci s’était un jour déshabillé en ma présence (alors que je dormais dans le salon ) et s’était masturbé devant moi.
    Je m’étais réveillée et donc rendue compte de cela, et j’en avais parlé à ma mère tout de suite.
    Elle m’a crue tout d’abord, mais après elle a fait une dépression et n’a plus jamais été la même avec moi.
    Elle est devenue très agressive, culpabilisante…

    Quand nous étions petites, ma mère n’avait pas cette attitude mais elle ne cessait de dire beaucoup de mal de mon père dont elle avait divorcée alors qu’elle était enceinte de moi.

    Il n’y a que très peu de temps que je me sens assez lucide pour comprendre un peu mieux les relations avec les autres, pour comprendre mieux mes réactions et celles des autres.

    Et bizarrement cela correspond à un moment où j’ai enfin compris et admis intérieurement ce que j’ai vécu dans mon enfance et quels ont été les vrais visages et caractères des uns et des autres , avec les conséquences sur ma personnalité.
    J’en viens à ma question.
    Cet homme que je ne connaissais pas depuis longtemps, deux mois à peine, et rencontré par l’intermédiaire d’un site , car je me sentais très seule , s’est montré très gentil avec moi, et contrairement à mes autres rencontres, ne me critiquait pas, au contraire me faisait beaucoup de compliments. Cela m’a fait beaucoup de bien, j’avais l’impression d’avoir oublié que cela était possible de recevoir beaucoup d’attentions amoureuses.

    Le problème est que cet homme semblait vouloir plus trouver une femme qui vive la vie que lui imaginait et non pas une vie imaginée à deux. Par exemple, il aurait souhaité que sa future compagne , à l’avenir, ‘arrête de travailler pour pouvoir profiter de la vie.

    D’autre part au bout de quelques temps j’ai fini par m”ennuyer avec lui, car il rapportait tous les sujets de conversation à lui, en parlant tout le temps de sa réussite professionnelle… et me coupait la parole quand je voulais parler de moi.
    De plus je pense qu’il était dépendant à l’alcool, le soir, car chaque soir il buvait au moins deux ou trois verres de vins (le premier d’un trait, ) tout en essayant de ne pas abuser car je lui avais dit que cela m’ennuyais de le voir boire chaque soir.
    Je l’ai quitté avec un peu de regret car il était gentil avec moi.
    Il était triste et m’a dit qu’il m’aurait chérie si je l’avais voulu.
    lorsque je l’ai quitté , je me suis demandée si je fuyais devant tout cet amour qu’il voulait me donner parce que je suis incapable d’aimer un homme qui m’aime, ou bien est-ce que je dois écouter ma raison qui me dit de fuir car cet homme , qui par trop de gentillesses semble vouloir tout m’offrir, m’étouffe en fait avec tout cela , et qui me dit aussi que je ne supporterais pas ces défauts, alcoolisme, égocentrisme .
    Je sais que parfois ce que l’on ne supporte pas chez les autres , c’est ce qu’ils nous renvoient par l’effet d’un miroir, nos propres défauts .
    Si vous pouviez me donner votre avis cela me permettrait peut être d’avancer.

    J’ajoute que depuis que je l’ai quitté, je me sens beaucoup plus investie dans ma recherches d’emploi, (je suis sans emploi depuis quatre mois) et j’ose enfin répondre à des annonces correspondant plus à mes compétences, alors qu’avant je me sous estimais.

    D’avance Je vous remercie

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Je ne vous répondrai qu’à partir des faits, tels que vous me les relatez, et vous invite a regarder en face ce que vous me dites : cet homme s’est montré “très gentil avec vous et ne vous critiquait pas” et en même temps il avait un avis très arrêté sur ce que sa femme devait vivre comme vie en ne travaillant pas. Autrement dit il était peut-être gentil mais pas capable de vous respecter telle que vous étiez avec vos désirs et vos besoins. De plus il buvait et vous parlait de manière ambivalente : il était soi-disant prêt à vous “chérir”… à condition que vous vous comportiez comme il le voulait.
      Je comprends donc que vous avez failli confondre votre légitime désir d’être aimée par un homme avec la réalité telle qu’elle s’est présentée à vous avec cet homme là. Mais vous avez été capable – seule – de ne pas vous laisser abuser par votre besoin d’être aimée, preuve en est, vous en ressortez renforcée dans l’énergie qui est la vôtre afin de vous investir davantage pour vous-même.
      J’ai donc l’impression que tout cela est de bonne augure pour vous puisque vous devenez capable de renoncer à la part qui en vous consentirait encore à se laisser abuser.

      Répondre
  33. Eve

    Merci pour votre réponse.
    Je voulais juste ajouter que les faits tels que je vous les ai relatés sont exacts, même s’il peut y avoir des nuances que je n’ai pas mentionnées, parce que le principal était dans ces faits là.
    IL n’est pas facile quand on a grandit dans un cadre familial carencé sur plusieurs plans, voir maltraitant parfois, d’arriver à l’âge adulte et d’être capable de défendre nos propres intérêts, tout simplement de savoir nous respecter et nous faire respecter, et également de savoir ce que l’on veut.
    Cela a été ma plus grande difficulté dans la vie, et votre réponse me dit que vous avez compris mon problème, et me conforte dans ma décision.

    Répondre
  34. Marion

    Bonjour,

    Je suis tombée sur votre site par hasard en essayant de trouver des réponses à mes interrogations.

    J’approche de la trentaine , mes parents se sont séparés à ma naissance. Ma mère m’a élevée seule pendant les 6 premières années puis a rencontré quelqu’un avec qui elle vit toujours. J’ai vu mon père les 10 premières années de ma vie un week-end sur 2, la moitié des vacances scolaires; cette relation paternelle a toujours été conflictuelle. A l’âge de mes 10 ans j’ai demandé à ne plus voir mon père suite à un mois passé avec lui catastrophique (je ne mangeais plus, ma mère m’a récupérée avec 10 kg en moins, j’ai été suivie psychologiquement pendant 3 ans). J’ai renoué contact avec lui il y a 4 ans, les relations sont cordiales mais je n’oublie pas le passé.

    A l’âge de 18 ans, j’ai rencontré mon premier amour (B) qui avait 20 ans de plus que moi , divorcé, 2 enfants.
    Nous sommes restés 8 ans ensemble sans que ma famille ne soit informée de cette relation car je savais que personne n’aurait accepté cette relation.

    La relation avec B battait de l’aile depuis environ 3 ans et j’ai rencontré un homme de mon âge (C). J’ai quitté B 1 semaine après avoir rencontré C alors qu’il m’avait demandée en mariage 1 mois auparavant.

    La relation avec C était seulement physique mais je ne le sentais pas sentimentalement attaché ni prêt à s’investir dans cette nouvelle relation qui n’a duré finalement que 4 mois. Il sortait d’une relation de 2 ans avec une femme qui l’a trompé.

    Suite à cette rupture, nous sommes restés quelques mois sans se voir puis avons décidé de devenir “sex friends”. Pour lui cette relation était purement sexuelle mais de mon côté j’espérais qu’il souhaiterait tenter de nouveau une vrai relation amoureuse. Ce sex-friend me procurait 2h de plaisir par mois et heures, des jours et des semaines à pleurer. Cela peut paraître ahurissant en me lisant mais C ne remplissait aucun des “critères” que je recherchais chez un homme (instable dans sa vie professionnelle, instable dans sa vie personnelle, ne voulait aucune relation sérieuse…)

    J’ai rencontré quelques mois après le début de ce sex-friend un homme qui correspondait à tous les “critères” que je recherche chez un homme ( posé, la tête sur les épaules, réfléchi, sécurisant affectivement parlant…).
    Cette rencontre a réussi à me faire oublier temporairement C jusqu’au jour où celui m’a renvoyé un message auquel j’ai répondu. Il a fini par m’écrire “qu’un jour la vie nous remettrait peut-être sur les mêmes rails”. Ce message m’a totalement replongée dans les souvenirs de la relation que j’ai eue avec lui.

    Nous avons repris les échanges de messages de temps en temps, nous nous sommes revus en toute amitié à plusieurs reprises mais toujours en évoquant le passé. Au fil du temps il a commencé à “m’allumer” j’ai cru qu’il voulait retenter quelque chose. Nous reparlions souvent des moments magiques que nous avions passés, de cette osmose que nous avions partagée.

    Puis il y a quelques jours, il m’annonce qu’on ne verra plus jamais ni qu’on ne s’enverra plus aucun message car cette relation nous empêche d’avancer dans nos vies respectives, l’empêche de trouver sa voie professionnelle et la femme qui l’accompagnera dans sa vie.

    Ce nouveau revirement de position de sa part est dur à accepter et pourtant je ne comprends pas pourquoi je continue à m’attacher à cet homme qui ne m’apporte rien, à part de la tristesse et des larmes alors que je suis en couple avec un homme adorable avec qui nous avons des projets et avec qui je me sens bien.

    Est-ce la peur de m’engager sérieusement avec un homme et de prendre le risque d’échouer, de revivre ce que ma mère a vécu lorsqu’elle s’est séparée de mon père?

    Je vous remercie pour les éventuelles pistes de réflexion que vous pourrez m’apporter.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      En tout cas ce que je retiens de votre partage c’est l’importance pour vous de rester soumise aux besoin de votre famille, au point de leur cacher votre première relation sous le prétexte que vous étiez persuadée qu’elle ne l’aurait pas acceptée.
      J’en déduis donc que ne vous sentant pas acceptée par elle, vous avez appris – au fil des ans – à devoir cacher les choses ou à devoir renoncer à vous-même.
      Ce qui pourrait être une explication censée à vos mots “je ne comprends pas pourquoi je continue à m’attacher à cet homme qui ne m’apporte rien”. Sans doute n’êtes-vous pas consciente de vos besoins réels, habituée que vous êtes depuis longtemps à devoir déguiser les choses ?
      Sans doute la mise à jour vos liens familiaux, de votre passé de blessures, vous aidera-t-elle à clarifier votre relation à “l’homme de votre vie” ?

      Répondre
      1. Marion

        Il me semble pourtant avoir besoin d’un homme capable de se projeter dans une vie de famille, un homme qui me sécurise, qui me protège, qui m’aime et qui ne me fait pas souffrir.
        “L’homme de ma vie” a ces qualités alors que celui à qui je reste attachée n’a aucune de ces qualités, m’a fait et continue à me faire souffrir par son rejet. Tout ceci est tellement contradictoire! J’ai tout pour être heureuse alors qu’au fond de moi je suis continuellement triste.

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Oui, je ne le nie aucunement mais c’est à vous de mettre à jour votre apparente contradiction. Notamment en dévoilant ce qui se cache derrière votre tristesse continuelle.

          Répondre
  35. Lise

    Bonjour Monsieur,
    Votre site est excellent et incite à une importante réflexion. J’ai 22 ans et suis étudiante. Depuis quelques temps, je vivais un amour à distance depuis un peu plus de 2 ans. A la rentrée prochaine, je devais me rapprocher géographiquement de mon copain. Nous avons vécu différentes crises notamment de mon côté où je pense, j’étais dans un amour dépendant et possessif. Je lui reprochais alors de ne pas être suffisamment disponible pour moi etc… Ces disputes l’ont fragilisé sur la tenue de notre couple ou non sachant que ce que je lui reprochais ne pouvait être changer car intrinsèque à lui. Mais j’ai beaucoup réfléchi sur moi-même (la distance aidant à cette prise de recul) et ai pu adopter une relation saine et aimante avec un respect infini pour la liberté de l’autre. C’est alors que nous nous sommes revus et nous avons passé d’excellents moments sans que des questions de rupture ne se posent. Néanmoins, mon ex a tout de même décidé de rompre car il disait ne plus avoir de sentiments pour moi. Face à cette rupture, je suis perdue car il s’agissait de passer une étape dans notre vie de couple (le rapprochement géographique) qui bien évidemment impliquait un engagement et un investissement profond et sincère. Malgré les bons moments passés ensemble, il semble perdu ne plus rien ressentir. Je pense qu’il est tombé dans une espèce d’amour anxiogène et emprisonnant. Notamment parce que c’est moi qui fait les sacrifices pour lui bien que je lui ai toujours signifié que je privilégiais mes études à lui. Il attache tout de même une importance à ce qu’on reste amis. Je ne sais pas si finalement, il faudrait que je continue à le voir ou non sachant que j’ai des sentiments encore très forts à son encontre. P-t qu’une fois que la pression et les attentes par rapport au rapprochement géographique seront passés, mon ancien compagnon sera davantage ouvert à ses sentiments qu’il pense disparu du fait d’une soi-disante pression à réussir à sauver notre couple.

    Répondre
  36. Narjiss

    Bonjour,

    J’ai vu votre site par hasard, que je trouve très interressant et souhaiterais partager mon expérience en quête de conseils et d’orientations car je me sens perdue.

    J’ai rencontré une personne quand j’avais 21 ans, lui en avait 31 ans, aujourd’hui j’en ai 31 et lui 41 ans, rien n’a changé depuis. Je l’aimais beaucoup . Mon objectif avec cette personne c’était d’avoir un projet de vie (fonder une famille, construire une vie, ) et ceci malgré les différences de culture car je suis de confession musulmane et lui est athée américain. D’ailleurs pour lui j’ai fais pas mal de concession en vu un jour d’avoir une vie à deux mais après 2 ans de relation il m’annonce qu’il n’a pas les mêmes objectifs de vie, qu’il ne souhaite pas se marier et avoir des enfants, qu’il ne se voit pas un bon père … des propos qui m’ont détruite car tout ce que j’esperais avec lui s’estompais petit à petit, il me disait que le mariage n’etait qu’un papier insignifiant et que l’on peut très bien aimer une personne sans pour autant se marier. Dans ma culture, un homme ne peut vivre sans une femme et le mariage est une preuve d’amour, ce choc de culture je dirais, à commencer à détruire notre relation petit à petit, il était angoissé par le mariage car dans notre loi il se devait de se convertir pour se marier avec une marocaine vu que cette personne là vivait au Maroc. Je lui disais sans cesse que ce ne son que des formalités (bidon je reconnais) mais ce n’est pas moi qui ai régis la loi dans ce pays. J’ai laissé tombé mes principes et me forcer de croire en ce qu’il croyait mais avec le temps je me sentais de plus en plus perdu, malheureuse, je pleurais même dans son lit sans jamais lui montrer ma douleur, ca a fini par exploser et je lui ai dit qu’il fallait qu’on se sépare. il m’a supplié de rester ami, même si j’etais pas d’accord j’ai fini par céder. aujourd’hui j’ai rencontré quelqu’un de sérieux qui m’a réelement prouvé ce que c’etait l’amour et la vie à deux parce que cette personne la ne se voyait plus vivre sans moi, et c’est la ou j’ai eu le déclic en disant que c’etait ca l’amour réel.
    Seulement l’américain ne veut plus me lacher, ne veut pas se mettre en tête que j’ai tourné la page, me fait des crises de jalousie et de depression, n’arrête pas de pleurer et j’ai peur pour ma nouvelle relation. Car il n’accepte pas que je tourne la page et de ne plus lui reparler. si je ne décroche pas mon tel, je vais le trouver en bas de chez moi cette situation commence à m’exaspérer car je me sens prisionnière dans une relation que je ne veux plus car il n’accepte pas le fait que je sois avec quelqu’un d’autre malgré le nombre de fois ou j’ai été très clair avec lui. Je commence à me dire que mon bonheur est son malheur et mon malheur est son bonheur. Merci pour vos conseils par avance.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      A vous lire vous semblez savoir ce que vous voulez ou plutôt ce que vous ne voulez plus. Il vous reste donc à montrer à « l’américain » votre détermination et j’ai l’impression- à vous lire – que vous vous attendez à être comprise sous le prétexte que vous avez l’impression d’avoir été claire avec lui.
      Eh bien sachez que certains hommes auront besoin que vous soyez très claire avec eux et pour le devenir il vous faut, vous-même, être claire à la fois avec votre détermination et votre légitimité.
      Bonne chance !

      Répondre
      1. Narjiss

        Merci beaucoup pour votre réponse, malheuresement j’ai beau être claire dans mes propos, il ne veut simplement pas le reconnaître en essayant par n’importe quel moyen de me culpabiliser. Pour lui tout est entièrement ma faute (Parce que je suis marocaine si j’avais été américaine peut etre ca aurait été autre chose). Cette histoire s’est terminé aujourd’hui en ayant eu droit à des insultes et injures jamais entendu de ma vie. C’est malheureux qu’on puisse s’en prendre à quelqu’un parce qu’elle est différente et je crois que cette personne a réellement besoin d’un suivi psychologique.

        Répondre
  37. Jeanne

    Bonjour,
    Je vous ai déjà écrit pour partager mes difficultés à tirer un trait sur une ancienne relation sentimentale. Pour rappel, l’histoire avait démarré il y a une quinzaine d’années, j’avais la trentaine, le monsieur 10 ans de plus. Il travaillait à l’étranger, je le voyais plusieurs fois par an à son retour en Europe. Au départ, la situation me convenait à peu près mais au fil du temps, la relation (qui a duré plusieurs années) est devenue passionnelle. Nous avons élaboré des projets professionnels, travaillé ensemble au bout du monde et vécu ensemble des moments exceptionnels. Finalement, j’ai souhaité qu’il s’engage avec moi pour de vrai, ce qu’il ne s’est jamais décidé à faire et j’ai rompu. Pour autant, la situation ne fut pas plus simple. J’ai souffert infiniment de n’avoir pas été choisie, qu’il ne revienne pas vers moi, et j’ai ressenti un sentiment très fort d’abandon et de trahison. Je suis tombée dans une sorte de dépression mêlée d’épisodes d’angoisse très douloureux. Nous avons poursuivi des échanges professionnels qui n’ont, forcément, rien arrangé, jusqu’au jour où j’ai décidé de couper les ponts définitivement. Tout cela, c’était il y a 3, 4 ans. Les mois qui ont suivi sont restés extrêmement pénibles. Entre-temps, j’avais démarré une thérapie qui a duré pas mal de temps. C’est un jour en parlant de ma mère, de ses absences quand j’étais enfant, que les choses ne sont débloquées. Ce jour-là, j’ai eu l’impression d’avoir enfin touché le point sensible, crevé un abcès, défait le nœud. Ce moment fut juste incroyable, j’ai ressenti une libération profonde, un soulagement infini. Et de fait, par la suite, je n’ai plus jamais ressenti d’angoisse, la douleur s’est atténuée, si pas totalement éteinte. J’ai retrouvé progressivement ma sérénité, remis ma carrière sur les rails, retrouvé le sourire. Pour autant, je ne l’ai pas oublié. Je ne l’ai plus jamais revu, mais je pense à lui quasi tous les jours, il est toujours en « arrière-fond ». Je reste sidérée quand j’entends parler de lui ou que je croise son nom dans le cadre professionnel. Surtout, après toutes ces années, je n’ai jamais « refait ma vie » comme on dit, jamais rien noué avec personne d’autre. Aujourd’hui, malgré toutes les années, je reste accrochée à lui, à cette histoire et il me manque. A dire vrai, j’ai beau me raisonner, comprendre ce qui se trame en moi, réaliser qu’il comblait un vide, l’idée même que c’est fini me met mal à l’aise. Je dis souvent que c’est comme si je refusais de « lâcher le morceau ». J’ai l’impression de ne pas encore être arrivée au bout de quelque chose, au bout du deuil. Comment sortir complétement de cette histoire, comment avancer, quitter le passé, tourner la page une bonne fois ??? Merci déjà pour vos pistes.

    Répondre
    1. Co

      Je comprend tous cela……Je suis séparé (non divorcé) depuis 5 ans de mon mari après 23 ans de mariage et nous avons une entreprise et travaillons ensemble.
      Il avais des relations avec d’autre mais continuyons à nous écrire et nous embrassé pour le bonjour du matin.
      Mais il a retrouver une amie d’enfance il y a 10 mois et va s’installer avec ….
      Il a pris beaucoup de recule avec moi car ne m’écris plus …..
      Ma dit qu’on allait vendre tout nos biens.
      J’ai limpression d’abandon . Ces messages me manquent et de l’imaginer vivre avec cette femme …..J’ai peur de tomber dans la dépression car déjà j’ai de grosse attaque de panique malgré une thérapie depuis 2 ans……Pour “sentiments d’abandon” du à un problème d’enfance.
      …..
      Comment être sur de ne pas mourir de chagrin quand tout va d’officialiser..
      Qui s’en est sorti et comment….

      Répondre
    2. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      @Jeanne
      La blessure amoureuse a ravivé un fort sentiment d’abandon et de trahison chez vous, cela vous a permis d’aller chercher et de trouver sa cause : les absences de votre mère. Une alchimie s’est produite en vous, un « soulagement infini », mais il y a manifestement là quelque chose qui n’a pas été mené à son terme.
      En vous raisonnant, en voulant oublier cette histoire d’amour, en voulant qu’elle soit finie, vous exercez sur vous une pression insupportable.
      Je suis persuadé que pour mener ce « deuil » à son terme, vous n’avez rien à renier en vous mais au contraire à faire un geste pour vous qui vous permettra de retourner votre position intérieure (et ne plus être l’abandonnée), pour ce faire je vous invite à choisir de reprendre votre thèse, vous savez ce que vous me décriviez dans un échange passé comme « votre rêve d’enfance qui se concrétisait enfin ».
      Je crois que c’est à ce prix que vous pourrez prochainement vous sentir enfin libre, et que vous pourrez aimer à nouveau.

      Répondre
      1. Jeanne

        Merci vivement pour votre réponse. Et merci d’avoir fait le lien avec mon ancien message, j’en suis touchée. Mais ce qui me trouble dans cette histoire, c’est qu’effectivement, d’avoir du renoncer à une thèse pour ne plus avoir à le voir fut qqchose de très difficile à vivre. Je ne niais pas qu’il incarnait aussi un idéal de vie, de travail, un rêve d’enfance. Mais avec le temps, beaucoup d’acharnement, j’ai réussi à concrétiser ces rêves à travers un autre type de carrière (pas la recherche). Très honnêtement, j’ai actuellement un boulot qui me convient tout à fait, et me fait vivre des choses assez exceptionnelles. Celles dont je rêvais… Et pourtant, tout ce que je vous ai dit…Le sentiment que j’ai de ne pas arriver (pas vouloir, plus ou moins consciemment?) à lâcher prise. Ressentir comme qqchose d’ingérable le fait qu’il ne soit plus du tout là.

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Qu’à cela ne tienne, reprenez contact avec votre psychothérapeute, vous avez manifestement quelque chose à “faire” dans votre relation à vous-même pour vous délivrer enfin.

          Répondre
  38. Sofie

    Bonjour,

    Je suis chamboulée par ce que j ai lu. J ai vecu a l age de 20 ans une histoire passionnelle qui aura duré presque 5 ans. Au debut tout etait parfait. Par la suite il etait moins investi alors que moi j étais prête a lui décrocher la lune comme au tout 1er jour. Mon 1er grand amour. Nous avions des projets notamment le mariage ( a 25 ans pour moi 27 pour lui). Notre relation était officielle (nos familles savaient qu on voulait se marier). Et au commencement des preparatifs, du jour au lendemain il m a quitté. Il n avait plus de sentiments. A vrai dire ce n etait pas la 1ere fois. Mais avant ca il revenait toujours. Pas cette fois. J ai tjr eu le sentiment de l aimer bien plus. Et que lui ne ressentait que de l affection et un profond respect. 4 ans après j espère encore qu il reviendra. Il continue sa vie. Lors de nos rares echanges il me dit quil m a bcp idéalisé mais ne veux rien de plus. Il a toujours eu peur de l engagement. Mais je suis blessée. Je me suis sentie abandonnée. Et de savoir qu’il parle a une autre, envisage peut etre le mariage avec une autre (propre hypothèse) cela me blesse. Pourquoi elle et pas moi? Alors que je sais que j ai aussi été très speciale a ses yeux. Il ne veux de mes nouvelles que ponctuellement. J ai l impression de lui faire peur parfois. Et il me manque terriblement. J ai essayé de l oublier. Mais Jamais je me suis sentie aussi bien dans ce monde que lorsque je suis dans ses bras. Je suis tellement perdue. Merci pour votre réponse.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Il vous faut comprendre que plus vous refusez d’accepter ce qui ne dépend pas de vous, plus vous vous condamnez à souffrir. Et que tant que vous vous cramponnez ça durera.

      Répondre
      1. Evelyne

        Je trouve le témoignage de Sofie très touchant;
        Ce doit être très douloureux d’être abandonnée juste avant le mariage .
        Vous êtes encore très jeune et vous avez la vie devant vous; il ne faut pas vous comparez à d’autres femmes (celle qu’il fréquente actuellement) , car vous avez certainement vos qualités à vous qui plairont certainement à d’autres hommes;
        Le mieux est d’essayer de vous recentrer sur vous et votre vie, vos désirs , vos envies, et vous rencontrerez un jour une personne que cela attirera , et avec qui vous vous pourriez vous sentir très bien.
        Et si vous n’y arrivez pas seule, pourquoi ne pas vous faire aider par un thérapeute qui vous accompagnera sur ce chemin…?

        Répondre
        1. Sofie

          Merci beaucoup Evelyne. Oui ce n etait pas évident surtout les premiers mois. On dit qu avec le temps tout passe. Mais pas pour moi. Je m en veux de l aimer encore. Pourtant je refais ma vie également. Je ne me suis plus remise en couple depuis mais j ai des projets qui avancent ect. Malgré tout, au fond de moi je sais bien que s’il revient je dirai oui… oui j envisage de plus en plus cette option. Car je n en parle à strictement personne. Et ça fait un bien fou d en parler :). Bon apres midi a vous

          Répondre
  39. Sofie

    Merci pour votre retour. Oui j ai décidé de ne plus rien entretenir avec lui. Ni mails ni sms. J espere tenir le coup quand il cherchera à avoir de mes nouvelles. Sa peur de l engagement ma fait pensé que c etait encore possible. Puisque que ce n etait pas “ma faute”. La rupture etait du a sa peur de l engagement, enfin je pense je me trompe peut etre. Au fond je suis parfois soulagé car je ne pratique pas la même religion que lui. Mais par amour j ai accepté certaines choses. Je ne le vivais pas mal pr le moment mais qui sait par la suite… c est dur de se detacher qd on a aimé très fort qq que l on considerait comme un repère. Encore merci pour votre retour qui m’a aider. Belle soirée a vous.

    Répondre
  40. anouchca

    Bonjour,
    J’ai 54 ans, 2 filles maintenant majeures et séparée depuis 9 mois après 30 ans de vie commune. Cette histoire aurait du s’arreter plus tot mais on a eu le tort de croire qu’on pouvait accepter l’inacceptable. Surtout moi ! je n’ai jamais demandé la fidélité dans mon couple, d’ailleurs je ne l’ai pas pratiquée non plus. En revanche j’ai toujours été très discrète et je demandais cette même discrétion à mon conjoint par respect ; le monde entier n’a pas besoin de savoir comment nous prenons nos plaisirs. Il y a deux ans, il a eu une aventure avec une jolie jeune femme. Je n’aurais pas du le savoir mais il a été tellement peu discret que ca m’a sauté aux oreilles tres vite. Ce qui a été infiniment douloureux c’est qu’en fait j’étais la seule a ne pas savoir. Dans mon entourage prof. personnel tout le monde avait connaissance de cette histoire. J’ai tres mal vecu la chose. Lui s’en est repenti immédiatement et après des heures de discussion nous avons tenté de faire revivre ce couple. Pendant 2 ans j’ai tenté… mais trop difficile. Donc il y a 9 mois il m’a annoncé qu’il preferait qu’on se separe. Je n’ai pas tenté de resister ; je pensais egalement que c’était la bonne solution.
    Il est parti. J’ai immédiatement mis en place un reseau pour bouger, faire du sport, rencontrer es gens et j’ai bien fait parce que j’ai fait de jolies rencontres – pas d’homme.
    Donc tout irait plutot bien… sauf que j’ai appris qu’il a une histoire… et là une douleur épouvantable me hante jour et nuit. Je n’en reviens pas. C’est de la jalousie… je suis consternée de ressentir ce sentiment. Je croyais etre libérée de lui. et bien non.
    Qu’en pensez vous ?

    Répondre
  41. Albert

    Bonjour monsieur Perronnet,

    Je viens vers vous pour trouver quelques conseils avant de pouvoir débuter ma thérapie début novembre.

    J’ai rencontré mon ex (dur de dire ca car c’est officiel depuis mi août 2016). Il y a 12 ans. Elle était en couple avec mon très bon ami depuis 3ans. Nous sortions très régulièrement tous les 3 et au bout d’un an elle m’a dit ce que nous ressentions tous les deux mais ne pouvions nous exprimer a à savoir que nous nous aimions. Je me ss empressé de le dire a mon ami pour qu Il termine leur relation avant que La notre ne commence. Pour leur laisser faire ca tranquillement je ss parti 15j en Italie. Ils se sont remis ensemble et mon ami ne m’a jamais pardonné ma franchise. Premiere désillusion avec mon ex.

    2ans plus tard après avoir été quitte, elle est revenu vers moi. Malgré quelques relations je ne l’avais jamais oublié et nous nous sommes mis de suite ensemble. Les 3 premières années ont été difficile car elle faisait s’est étude a 3h de là ou je travaille. Mais nous avons tenu le coup et nous avons emménage ensemble de suite. J’ai toujours eu que des petits boulots et elle a eu aucun boulot dc reprise d’étude. Son stage c’est passé à 800km de chez nous et elle a obtenu un CDI. N’ayant plus de boulot depuis 1an je l’ai naturellement suivi. Voilà 3ans qu’elle travaille et que je galère. Nous parlions encore il y a qqs mois de nos enfants des que je serais stabilisé comme elle.

    Malheureusement en juin dernier à un festival elle a rencontre un homme marie avec enfants dont elle tombe folle amoureuse. Ils s’envoient des milliers de sms par semaine, des photos etc alors qu’ils ne se sont vu que 2x dans des hôtels. Il ne veut pas quitté sa femme avec qui il vient d’emmenager en août dernier mais lui dit l’aimer et ne plus penser vivre ca…

    Elle m’a annoncé cette relation après 1 mois en juillet dernier a à son retour de week end avec lui. Elle m’a dit nous aimer ts les 2. Nous sommes parti en avion pour nos vacances ensemble mais elle m’a demandé d’aller de mon côté pour se retrouver seule (avec lui par contre elle communique tjs autant). Je n’ai pas su la laisser et j’ai tjs communique avec. À notre retour fin aout je suis parti vivre chez des amis. Au bout d’1 semaine après avoir péter les plombs je ss revenu dans notre appart et g tt lu ses conversations avec l’autre. Elle m’a dit le lendemain ne plus être amoureuse de moi et que si je l’aimais je devais la laisser partir…

    J’ai décidé malgré la douleur de prendre ma vie en main. J’ai trouvé un job. Visite des apparts, fait du sports, sort etc. Je ss actuellement en voyage au Portugal (mon contrat debute le 18 octobre). Mais je n’arrive pas à couper plus d’1 semaine sans lui envoyer un mail ou sms.

    Je l’ai également a 2 reprise aide à tout répare dans son appart (dans lequel mes affaires sont encore…). Elle me demande souvent comment je vais, me dit que je mérite tt etc, mais elle ne m’aime plus après 9 ans ensemble alors qu’elle est folle d’un homme qui lui propose que le role de maîtresse..

    Elle était mon seule pillier car bcp de difficulté avex ma famille. Gt donc trop dépendant d’elle. Je tente de changer ca aussi dans l’espoir de la reconquérir mais il me semble qu’elle reproduit la mm relation sans pouvoir avoir d’avenir cette fois ci et que du coup notre couple est définitivement finis…

    Merci de m’avoir lu

    Répondre
  42. Marilou

    Bonjour Monsieur,
    Tombée par hasard sur votre Site car je me pose par moments des questions qui me torturent quelque part l’esprit sur Le Deuil Amoureux.
    J’ai rencontré il y a 4 mois un homme que j’aime depuis et cela semble être réciproque.
    Avant notre rencontre nous avons échangé quelques mails et photos. Parmi ses photos, son ex-femme en compagnie de leur fils et sa mère à lui (anniversaire de sa mère).
    J’ai trouvé ce geste inadapté et une forme ” d’imposition” envers moi…
    Par ailleurs, lors de certaines discussions que nous avons eu tous les deux, et au tout début de notre rencontre, il a pu faire allusion à leur relation jusqu’à me faire comprendre dans quelles contexte ils ont pu avoir leur seul enfant (après pas mal de temps désiré) si j’ai bien compris.
    Aussi, lorsqu’il parlait de son ex-femme il disait “ma femme”…, alors que son souhait était que je le devienne.
    Depuis, nous vivons quelques moments difficiles en lien et entre-autres avec le parcours différent de chacun.
    J’ai le sentiment qu’il n’a pas fait le deuil de cette longue relation (30 ans de vie commune) et est resté dans un mode de fonctionnement semblable à cette relation, comme pour retrouver quelque part ” cet amour qu’il a perdu ?”…
    Je ne le vis vraiment pas bien et aimerais avoir votre ressenti.
    Merci.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      L’aimez-vous suffisamment pour lui permettre de faire son deuil de cette longue relation sans avoir le besoin de lui faire sentir que cela vous blesse ? Ou sentez-vous au contraire que vous vous fourvoyez avec un homme incapable de faire un choix ? Pour en savoir plus il me faudrait vous connaître.

      Répondre
  43. Patchoulis

    Bonjour Monsieur Peronnet,

    J’ai grandement besoin de votre aide.
    Il y a 19 ans, je rencontrais mon 1er amour à l’époque j’avais 16 ans lui 17 ans, nous avons tous les 2 découvert l’amour en même temps.

    Notre histoire à durée 4 ans, et s’est terminée car la vie en a décidé ainsi, nous nous étions rencontrés à l’adolescence, nous vivions chacun chez nos parents, lui, a commencé à sortir en boite, seul avec ses copains car ce n’était pas mon truc et c’est devenu une de ses passions les boîtes de nuit. De mon côté, j’étais plus posée, je l’aimais passionnément, pour moi c’était l’homme de ma vie.

    Un soir d’été, une petite voix m’a dit qu’il fallait que ca s’arrête, nous étions devenu tellement différents nous étions ensemble je pense par peur de la solitude, je ne sais pas,…. je l’ai appelé afin qu’il me retrouve chez mes parents, et je lui ai annoncé de manière directe que je l’aimais mais que nous ne pouvions pas continuer comme ça, que nous étions trop différent… il est parti comme si de rien n’était, pas un mot, il acceptait ma décision.

    1 semaine après il m’a recontacté, pour prendre des nouvelles et là, ce fut le drame, je me suis mise à le harceler, j’étais accro, j’ai mis des années à “l’oublier”.

    Après lui, j’ai rencontré un homme, N, qui m’a fait vivre le calvaire pendant 4 ans, nous vivions ensemble, il m’a battu violé, détruite mais j’ai eu tout de même le courage de partir 4 ans plus tard.
    Depuis 8 ans je vis avec un homme charmant, K, nous avons beaucoup de points communs notamment les voyages, mais depuis l’arrivée de notre fille il y a 2 ans, c’est la routine,…
    Sexuellement, depuis N, je n’ai plus de désire pour un homme ni même pour K.

    Avec M, nous nous envoyions des messages pour les anniversaires, le jour de l’an et nous nous voyons 1 fois par an, simplement pour prendre de nos nouvelles en toute amitié, seulement moi à chaque fois que je le voyais je rentrais chez moi, pas bien, pleine de regrets.
    ca faisait 5 ans que nous nous étions pas revu, franchement ca m’allait plutôt bien, tant que je ne le voyais pas, tout était clair dans ma tête…
    Puis est arrivé, le jour de son anniversaire en janvier comme chaque année je le lui souhaite par SMS, il me répond “tu te rends compte j’ai 36 ans, nous nous sommes rencontré j’avais 18 ans (18×2)” bref il a parlé du passé et allez comprendre pourquoi… je lui ai répondu “j’espère te refaire l’amour un jour une dernière fois” sur ce il m’a demandé si ce n’était pas plutot un fantasme, bref lui en couple ca allait pas mais fidèle, il me répond si ca a lieu d’être ce sera peut être plus tard.
    Sur ce, silence radio, moi en couple depuis 8 ans, je me reconcentre sur celui qui partage ma vie.
    En avril, il me renvoie un message sur facebook me disant que si je le souhaitais j’étais la bienvenue chez lui pour boire le café, ensuite il s’est mis a m’envoyer des SMS tous les jours, c’était fini avec sa copine…j’étais aux anges, on discutait jusqu’à 1h du matin, jusqu’au jour où nous nous sommes revu, je l’ai aguiché, j’ai eu ce que je voulais, et je me suis rendue compte que N ne m’avait pas bousillé mais que c’était de M que j’avais envie et d’aucun autre homme.
    J’etais prête à tout quitter pour lui : mon homme, ma fille, ma maison, mon confort TOUT et à partir du moment où je lui ai avoué mes sentiments, il m’a répondu dans un 1er temps “qu’il n’était pas prêt” et ensuite “que nous nous remettions jamais ensemble que nous étions trop différents” aujourd’hui je suis perdue il m’a dit que nous pouvions resté ami, j’ai essayé de le revoir il y a 2 semaines, à peine j’ai franchi la porte de sa maison que je ne me maîtrisais plus, je me suis mise à trembler de tous mes membres mes jambes flageolaient, je me suis assise et après avoir retrouvé mes esprits, je lui ai dit que l’on ne se reverrait plus, je l’ai supprimé de facebook (en l’ayant prévenu avant tout de même) je me revois en train de l’harcèler à nouveau comme il y a 15 ans, je ne me comprend plus.
    K, a senti qu’il y avait qqchose, je ne lui ai rien dit, pour moi je ne l’ai pas trompé. K fait beaucoup d’effort, il m’a réservé un we surprise dans un mas en Ardèche le we dernier, mais mon esprit était ailleurs avec M…
    Que se passe t’il dans ma tête? Est ce que j’arriverai un jour à oublier ce M? Et sexuellement pourquoi est ce lui qui a la clé et pas un autre homme? J’en ai pourtant rencontré plusieurs après lui…
    Je suis triste, je ne sais plus quoi faire ou je suis qui je suis, je suis perdue…
    19 ans que ce M me poursuit, 15 ans que c’est fini pourquoi a t-il autant d’emprise sur moi?

    Merci Monsieur d’avoir pris le temps de me lire j’espère que vous pourrez m’aider

    Répondre
  44. Fani

    Bonjour,

    Je vous écris aujourd’hui dans une démarche de tentative de compréhension. Je suis en couple depuis 6 ans avec un homme. Il ne m’en a pas parlé dès le début mais je sais qu’il a vécu une très grande histoire d’amour avec une femme de 14 ans plus jeune que lui. Cette histoire remonte à 14 ans. Les liens ont été maintenus et des échanges très profonds et plus ou moins réguliers ont été entretenus par mail et des rencontres furtives ont été organisées tout au long de ces années (elle vit à l’étranger). La dernière rencontre remonte à 2016, ils se sont vus et ont partagés des choses très fortes, lui a longtemps vécu dans le secret espoir qu’elle finisse par faire le choix de venir s’installer près de chez lui. Elle lui a dit qu’elle reviendrait mais elle n’est pas revenue. Lorsque j’ai tout découvert, il m’a juré que cette entrevue lui avait permis de faire un choix, et qu’il m’avait choisi. De son côté, elle est partie pour un long périple avec son petit ami actuel et ne s’est plus manifesté auprès de mon ami. Cela fait maintenant un peu plus d’un an. J’ai décidé de lui faire confiance lorsqu’il m’a dit qu’il m’informerait si toutefois elle reprenait contact avec lui. Or, j’ai découvert au mois d’août qu’il lui a envoyé un mail pour lui souhaiter un joyeux anniversaire en prenant le soin de reprendre des petites expressions chères à eux deux. Je sais que ce mail (même si il souhaiterais me faire croire le contraire) n’est pas anodin. Ca a été leur manière d’opérer à tous les deux pendant plusieurs années : Plus de nouvelles, tentative de reprise de contact, échanges de mails enflammés, organisation d’une rencontre furtive avec mise en place de mensonges et dissimulations. Pouvez vous m’éclairer sur ce qui se joue pour lui ? La rupture définitive est en cours de mon côté, il est en vacances et ne se doute de rien. Il m’accule concernant mes états d’âmes et me reprochant de ne pas vivre dans le présent (lui non plus, soit dit en passant). Je sais aujourd’hui qu’il refuse de ce projeter avec moi car il est toujours dans l’attente qu’elle prenne la décision de venir le rejoindre et qu’en me disant qu’il se contente de vivre l’instant présent, ne sachant pas selon lui de quoi est fait l’avenir, il se préserve pour pouvoir prendre une décision le moment venu sans trop culpabiliser. Merci de votre éclairage.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Ce que je trouve courageux dans ce que vous m’écrivez c’est que vous ne renoncez pas à vous même sous le prétexte de croire que vous aimez cet homme qui ne vous respecte pas.
      Vous avez cru honnêtement en lui mais aujourd’hui vous ouvrez les yeux. Oui, sans doute ses échanges avec cette femme étaient-ils très profonds mais n’avez-vous pas – vous aussi – le droit de vous donner les moyens de vivre une histoire d’amour en partageant vous aussi des choses fortes plutôt que d’être dans le rôle de la consolatrice pour un homme qui – vous l’avez découvert – ne vous respecte pas ?
      Ce qui se joue pour lui ? Votre compagnon semble se conduire comme un enfant gâté devenu incapable de choisir ce qu’il veut vraiment et dans les relations amoureuse ce n’est pas rare !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *