Continuer à voir un ex empêche-t-il de faire le deuil de l’amour passé ?

Question de Valentine :

Enseignante

Je suis tombée sur votre article sur le deuil*, alors que je cherchais sur Internet des éléments pour m’aider à faire le deuil de mon premier amour. J’ai 31 ans, nous avons rompu quand j’en avais 22, après 6 ans de relation amoureuse. La douleur s’est ravivée récemment quand, après deux ans de silence radio, il a demandé à me voir pour m’annoncer qu’il allait avoir un enfant, et me demander que notre relation puisse se développer en amitié. L’histoire est donc ancienne, mais la douleur parfois encore vive, et je m’interrogeais sur ma capacité à tourner la page sereinement.

Même si je suis un peu hors sujet, je me permets de vous écrire d’abord pour vous féliciter pour l’intelligence de votre texte, ensuite pour vous exprimer le réconfort qu’il m’a apporté, et enfin, pour vous soumettre une petite question.

J’ai été particulièrement interpellée par la distinction que vous faites en préalable entre l’amour et l’amour-attachement. Je pense que méditer là-dessus m’aidera à faire la part des choses entre les beaux moments qu’on a eu ensemble et le sentiment bienveillant (faut-il parler d’amour ?) que je lui porte encore, et cette incommensurable blessure et déception que je porte en moi depuis la rupture durant laquelle il s’est comporté avec moi comme un lâche. Ce dernier épisode, celui de la rupture, me procure un sentiment d’abandon (amour-attachement), mais heureusement aussi, un profond mépris qui suffit à me vacciner contre toute nostalgie de cette relation.

Pour la suite de cet article, je n’ai pas vraiment pu me reconnaître… En effet – je dirais presque « malheureusement » – mon ex n’est pas mort, et je suis devant le dilemme de choisir de continuer à le voir ou ne plus le voir. C’est précisément ma question. Continuer à voir un ex empêche-t-il de faire le deuil de l’amour passé ? Ne vaut-il pas mieux tout simplement renoncer à la personne aimée, faire comme si elle était morte ? Quelle différence feriez-vous entre le deuil d’une personne décédée et le deuil d’un amour parti ? Ne voudriez-vous pas écrire quelque chose là-dessus ? Je suis partagée entre la colère que j’ai vécue lors de la rupture, la tristesse d’avoir perdu un ami, la blessure narcissique de n’avoir plus été aimée par amour, l’indifférence par rapport à cet vieille icône ressurgie du passé à laquelle j’ai trop pensé et dont le souvenir parfois me fatigue… Toutes ces étapes que l’on décrit habituellement dans le deuil, j’ai l’impression que je les ressens simultanément. Je suis partagée entre le désir de dépassionner mes sentiments vis-à-vis de cet homme qui effectivement pourrait être un bon ami sans être amant, et la peur d’être manipulée dans une relation dans laquelle je ne maîtrise rien…

Merci d’avance de votre réponse. Et merci pour ce site, que je vais prendre le temps d’explorer.

*Il s’agit de « Le travail de deuil »

Ma réponse :

Vous l’avez rencontré à 16 ans, vous avez rompu à 22 ans. 9 années se sont écoulées et depuis 2 ans maintenant – après 7 ans de silence – il vous sollicite à nouveau…

Il est intéressant de constater que votre ancien amour a souhaité renouer amicalement avec vous au moment où il a eu un enfant. La relation qu’il souhaite avoir avec vous tient compte de ses besoins à lui, elle semble nullement tenir compte de la nature de la relation passée (et douloureuse) que vous avez eu avec lui. Focalisé sur son besoin, il n’a vraisemblablement pas envisagé que sa demande puisse raviver une blessure ancienne chez vous.

De votre côté, n’ayant pas fait votre deuil de cette relation passée, vous êtes divisée entre l’opportunité qui vous est offerte d’avoir les « miettes » d’une relation amicale, et le désir de réinvestir dans une relation amicale incapable d’assouvir votre besoin qui trouve l’origine de sa dynamique dans un passé non apaisé.

Bien sûr, c’est de vivre dans le passé qui nous rend incapables de pouvoir apprécier le présent à sa juste mesure. Comment ne plus vivre avec un passé pesant dans le cœur ? En osant, dans la fidélité à soi-même, s’ouvrir à toutes les étapes du deuil qui mènent à l’acceptation donc à la paix.

Faire, là encore, la distinction entre l’amour et l’amour-attachement peut vous y aider. L’un donne et libère, l’autre veut prendre et aliène.

Pourquoi répondriez-vous favorablement à sa demande d’amitié ? Serait-ce par amour ou par nostalgie du passé ? Que pouvez-vous attendre aujourd’hui de cette relation ? Que pourriez-vous lui donner ? Quel amour seriez-vous vraiment capable de lui donner, en toute lucidité avec vous-même ? Donc que pourriez-vous lui donner qui ne serait pas conditionné par votre besoin d’être encore aimée par lui (besoin qui n’exclut en rien votre ressentiment) ? Etes-vous capable de voir la réalité en face ? N’a-t-il pas fait un enfant à une autre femme ? Comment vous voit-il donc ? Etes-vous tenue de vous résigner au rôle qu’il souhaiterait vous voir jouer auprès de lui ? En fait que voulez-vous obtenir de cette relation amoureuse qui n’est plus ? Ne seriez-vous pas entrain de confondre (dans le trouble qui vous a amené à m’écrire) ce qui est avec ce qui a été ?

S’engager à aimer, c’est prendre le risque de l’autre donc devoir être « beau joueur » si par hasard l’autre ne reste pas fidèle à ce qu’il a été, parce qu’on ne veut pas souffrir éternellement. Dans un tel contexte, certains êtres pourront – parce qu’ils n’ont pas accepté la fin d’une relation qui a vécu – tenter de s’accrocher désespérément à des restes. C’est ainsi qu’ils deviendront incapables (parce que non disponibles) de saisir leur chance dans une nouvelle relation vivante et sacrifieront leur vie présente sur l’autel d’un passé fantasmé parce que mort.

Je comprends bien ce que je prends chez vous comme un cri d’une souffrance non apaisée : « malheureusement – mon ex n’est pas mort ». S’il n’était plus de ce monde , paradoxalement, cela vous permettrait de ne plus avoir besoin de choisir votre attitude en réponse à sa sollicitation. Cela vous permettrait de faire l’économie de vous-même. C’est certainement la raison pour laquelle il est plus facile aux personnes de faire leur deuil quand elles ont vu le corps du mort. Un amour qui n’est plus partagé n’a pas de « corps mort » à constater et c’est ce qui laisse la place aux fantasmes de notre toute puissance (puisqu’il est toujours en vie j’ai toujours l’espoir de la possible reconquête.) Pourquoi est-ce si difficile pour vous de choisir ? Parce que vous êtes dans la nostalgie de ce qui n’est plus. Le deuil de la relation serait fait, le choix quel qu’il soit, ne vous poserait pas problème, il serait facile pour vous d’y répondre, positivement ou négativement.

Vous avez la lucidité de constater que dans cette relation vous ne « maîtrisez rien », ce qui est vrai puisque vous en restez dépendante dans votre besoin que l’autre ne soit pas comme il est. Alors que faire ? Vous me posez la question : « continuer à voir un ex empêche-t-il de faire le deuil de l’amour passé ? » Pourquoi voudriez-vous continuer de le voir ? Si nous accédons à la demande d’autrui, c’est toujours parce que nous y trouvons un avantage. Que voulez-vous ? Quel avantage trouver en essayant de faire perdurer quelque chose qui n’est plus ? Ne serait-ce pas, coûte que coûte, tenter de maintenir une relation sur la base d’un déni de réalité ? Que pourriez-vous en attendre ? Vous racontez-vous que vous voulez créer une relation nouvelle ? En êtes-vous capable ? Est-il possible de créer une relation nouvelle sur la base de la dépendance ?

Répondre à ces questions peut-être pour vous douloureux, mais souvenez-vous que faire son deuil c’est « traverser » sa douleur, l’assumer et non pas la cacher en se racontant des histoires à soi-même.

Vous dites porter en vous, une « incommensurable blessure et déception. » Je ne suis donc pas aussi certain que vous le dites, que vous soyez « vaccinée contre toute nostalgie de cette relation », s’il y a déception, il y a demande, ne préjugez pas de votre avancement sur votre propre parcours puisque votre parcours n’est pas achevé.

Ne serait-il pas intéressant pour vous d’aller voir dans une direction que vous ne semblez pas avoir explorée ? Chacun de nous avons plus ou moins de difficultés avec l’impermanence des êtres et des choses. Nous oublions bien vite la dualité des choses, nous oublions que « donner la vie, c’est donner la mort », qu’une porte d’entrée est aussi une porte de sortie et qu’entrer en relation avec un être c’est aussi – un jour – devoir perdre, d’une manière ou d’une autre, cet être. (La relation – elle – est éternelle, comme l’amour puisqu’elle est portée par le cœur.)

Donc je vous invite à vous questionner : « qu’est-ce qui dans mon histoire personnelle m’aurait tant blessé, qu’aujourd’hui encore cela m’empêcherait de me résoudre à l’inéluctable ? » Etes-vous toujours cette jeune fille de 16 ans qui est tombée amoureuse ? Cette jeune femme de 22 ans qui vit la rupture ? Pourquoi continueriez-vous ce bras de fer contre l’évidence ? Qu’est-ce qui maintient votre regard tourné vers le passé ? Qu’est-ce qui à l’intérieur de vous, vous interdit toujours de faire ce deuil ? Quel est cet idéal que vous voulez maintenir au prix (si élevé) de votre propre souffrance et qui vous ferait vouloir maintenir à tout prix une relation pourtant, selon vos propres termes, « déçue par un lâche » ?

C’est à mon sens dans cette direction que vous pouvez aller voir si vous avez le désir d’avancer dans le deuil encore à faire de cet amour déçu. C’est cela qui vous aidera, sans doute, à mettre de l’ordre dans ce que vous avez déjà identifié en vous comme contenant à la fois de la colère, de la tristesse, une blessure narcissique et la naissance d’une certaine indifférence.

© 2007 Renaud PERRONNET Tous droits réservés.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article (5 pages) au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger la fiche pratique inédite :

361 réflexions au sujet de « Continuer à voir un ex empêche-t-il de faire le deuil de l’amour passé ? »

  1. Swihili

    Profession : Ambulancière
    Ville : Dijon
    Pays : France

    Cet article m’a interpellée. En effet, je suis séparé de mon compagnon depuis 1 an et demi et avec qui j’ai eu un enfant. Notre amour c’est transformé en haine mais je fais des efforts pour notre fils. J’avoue que je ne le supporte plus, je ne supporte plus ses paroles, ses gestes, son physique mais pourtant il me reste encore, malheureusement, des sentiments pour cet homme qui m’a fait du mal, physiquement et psychologiquement. J’avoue que j’ai du mal à me défaire de « ça », de ses sentiments. Que dois-je vraiment faire ? Votre article m’a fait réfléchir mais j’hésites à aller voir un spécialiste. Dois-je aller en voir un pour me « guérir » enfin de lui ?

    Répondre
  2. Renaud Perronnet

    Vous avez certainement besoin de comprendre de l’intérieur votre propre contradiction : comme êtes-vous attirée par un homme qui continue de vous faire du mal physiquement et psychologiquement ? Comprendre de l’intérieur ne veut pas dire vous juger, mais découvrir ce qui en vous vous contraint à supporter l’insupportable.

    Devoir s’accomoder de ce qui nous oblige à supporter l’insupportable est certainement cause de souffrance. Vous aimez-vous suffisamment pour oser « faire quelque chose pour vous » c’est-à-dire entreprendre une démarche de connaissance de vous-même ? Comprenez qu’il n’y a que vous qui puissiez vous « guérir » donc découvrir ce qui vous contraint à ne pas vous aimer, et cela est certainement lié à la manière dont vous avez appris à ne pas vous aimer, donc lié à la manière dont vos éducateurs ont porté leur regard sur vous.

    Si mon article vous fait vraiment réfléchir, il vous aidera à prendre votre vie « en main » donc à ne plus laisser les autres décider à votre place ce qui est bon ou mauvais pour vous. Pour cela vous aurez besoin de découvrir les causes réelles de la violence que vous exercez contre vous-même.

    N’hésitez pas à lire attentivement : Les racines de la violence, d’Alice Miller.

    Répondre
  3. Swihili

    Profession : Ambulancière
    Ville : Dijon
    Pays : France

    Je vous remercie de votre réponse. J’ai passé une enfance difficile avec mes parents. J’ai grandi dans la violence, et dans la haine que mes parents se jetaient par les mots et les gestes. Mon père était violent verbalement et gestuellement. Ils nous insultait tout le temps mes soeurs et moi et ma mère lui donnait très souvent raison, bref… En grandissant, je croyais que c’était normal mais maintenant que j’ai un fils, et que mes parents gardent (à contre coeur), j’ai grandi dans un milieu ou la violence était présente tous les jours, du matin au soir. Et je me rend compte que je l’ai vécu avec le père de mon fils. J’y étais pour quelque chose aussi d’un autre coté, c’est fait et je ne peux plus rien y faire, je ne peux plus revenir en arrière. Je lutte tous les jours pour ne pas reproduire la même chose à mon enfant. Je sais qu’il faut que je fasse un travail sur moi-même pour que je puisse enfin me respectée et respecter ceux qui m’entourent mais je vous avoue que je me sent impuissante à ce problème qui me « bouffe » de l’intérieure. Même en faisant du sport, du yoga, de la sophrologie, le problème est toujours là, je n’arrive pas à m’en défaire, j’ai l’impression d’être impuissante. J’ai trente ans passé et je voudrais passé à autre chose pour enfin avancé dans ma vie sentimentale…

    Répondre
  4. Renaud Perronnet

    Oui, la part de vous-même victime de la violence (et qui est aujourd’hui encore active) attire la violence : vous y étiez pour quelque chose aussi de votre côté mais ne le sachant pas, vous ne pouviez pas agir dessus, comme vous le dites si bien « c’est fait et je ne peux plus rien y faire, je ne peux plus revenir en arrière ». La seule chose que vous puissiez faire aujourd’hui est de tout faire pour parvenir à la paix avec votre passé, prendre conscience que vous avez grandi dans la violence et dans la haine est le premier pas du travail. Ce n’est pas vous qui avez décidé de grandir dans un tel milieu, en cotoyant de telles influences. Par contre vous avez certainement été influencée par elles… Ainsi aujourd’hui vous pouvez comprendre pourquoi vous ne vous respectez pas vous-même. Et c’est de le comprendre qui va vous permettre de vous respecter en osant ne plus agir sur la base de ce qui vous contraint mais sur la base de la vie qui souhaite vivre à l’intérieur de vous.

    Voyez également que ce travail que vous entreprenez, non seulement vous le faites pour vous-même mais aussi pour tous ceux que vous aimez, à commencer par votre enfant. Vos intérêts à tous les deux sont liés : vous avez le droit de vous respecter et parce que vous vous respecterez, votre fils aura une mère qui se respecte donc qui le respecte. Vous pouvez faire cela à la fois pour vous et pour lui.

    Votre sentiment d’impuissance est parfaitement « normal », vos croyances enracinées du type « Je n’y arriverai jamais » ou « à quoi bon » sont issues de vos schémas négatifs. Sans eux, vous n’en seriez pas là. Il est certainement important pour vous que vous fassiez du sport et du yoga, et même de la sophrologie… mais que ces activités (bénéfiques en soi) ne vous servent pas à occulter le malaise plus profond qui est le vôtre. Tant que vous n’aurez pas été le démasquer, il vous harcèlera, mais le jour où vous aurez osé vous y confronter, il vous laissera en paix, comme une ancienne blessure aujourd’hui cicatrisée. Si vous écoutez ce qui en vous crie « J’ai trente ans passé et je voudrais passer à autre chose pour enfin avancer dans ma vie sentimentale… », je suis en mesure de vous assurer que vous n’avancerez pas seulement sur le plan sentimental.

    Répondre
  5. Kéram

    Prénom : Kéram

    Cet article m’intéresse beaucoup. J’ai 34 ans et je ne cesse de ressasser, à intervalles réguliers, la blessure béante de ma première rupture amoureuse, il y a 20 ans de cela. J’ai appris à comprendre que cette rupture faisait résonner l’écho douloureux d’un abandon plus ancien. Cependant, j’ai beau faire des efforts, consulter un psy, tenter de démasquer le saboteur qui est en moi, je ne parviens pas à oublier. Je n’y parviens pas et au fond, pour dire vrai, j’ai l’impression que je n’y parviendrai jamais… Comme quoi, même avec beaucoup de bonne volonté et des efforts constants pour changer et se respecter mieux, c’est vraiment pas facile….

    Répondre
  6. Renaud Perronnet

    Oui, c’est toujours avec nos pensées que nous nous torturons mais il y a toujours une « bonne raison » à cela, il s’agit de la découvrir.

    Regardez, vous me dites avoir l’impression de ne pas y arriver « malgré vos efforts ». Et si c’était justement tous ces efforts que vous faites pour oublier qui vous empêchaient de lâcher véritablement prise ? Vous en arrivez même à vous convaincre que même avec beaucoup de bonne volonté ce n’est pas facile… que tentez-vous de forcer en vous y prenant ainsi ?

    En fait, qu’est-ce que « en vous », vous ne voulez surtout pas perdre en lâchant cette vieille rupture ? Etes-vous assez lucide pour le voir et le partager ? Pourquoi tenter de « démasquer le saboteur en vous » est-il si douloureux ?

    Répondre
  7. Delphine

    Votre article m’intéresse beaucoup.
    Je ne suis pas concernée moi-même par un problème de deuil de relation, mais il s’agit de mon concubin.
    Il a connu une fille à l’age de 16 ans avec qui il est resté 7 ans.
    Lorsqu’il est tombé malade, elle l’a quitté.
    Il y a de ça maintenant plus de 10 ans, et il est toujours en relation avec cette fille, qui maintenant est mariée, à un enfant et vis à l’autre bout du monde.
    Seulement, le problème c’est que je pense qu’il est toujours amoureux de cette personne, il n’en a pas fait le deuil, mais le pire c’est qu’il ne s’en aperçoit même pas…
    A chaque fois que j’essaie d’aborder ce sujet, il me rétorque que cette histoire date d’il y a plus de 10 ans et qu’il n’est plus amoureux, mais il continue à m’appeler par son prénom par erreur et ses mots de passe personnels sont l’ancien surnom qu’elle lui donnait.
    Comment puis-je l’aider à prendre conscience de son état, car il refuse d’admettre qu’il n’a pas fait le deuil de sa relation et que pour lui tout va bien ?
    Dois-je lui demander de ne plus avoir de contacts avec cette personne (contacts uniquement par mail, non physiques) afin de l’aider ?
    Il rêve de faire sa vie avec moi, mais d’un autre côté il ne l’a pas oublié, je ne comprends pas cette contradiction.
    Pouvez-vous m’éclairer ?

    Répondre
  8. Renaud Perronnet

    A vous lire, mon impression est que c’est plus vous qui avez besoin d’être aidée que lui. C’est vous qui pensez qu’il est encore amoureux et c’est vous qui semblez en être jalouse et en souffrir.

    A moins que ce ne soit lui qui dans sa confusion n’ait jamais fait le deuil de son ancien amour qu’il projette au quotidien sur vous.

    Peut-être est-ce un peu des deux ?…

    Aimer quelqu’un, c’est l’aimer dans la totalité de ce qu’il est donc avec son passé. Je vous invite à plus de lucidité : si vous lui demandez de ne plus écrire à cette personne, ce ne serait pas l’aider lui (comme vous dites), mais lui demander d’agir selon vos exigences et besoins à vous.

    Interrogez-vous, qu’est-ce qui est vraiment insupportable pour vous dans le fait qu’il continue de lui écrire ? Je suis d’accord pour dire que ce n’est pas en entretenant une relation que l’on peut en faire son deuil. Mais ce n’est pas non plus en s’interdisant de l’entretenir que l’on y parvient mieux, au contraire, cela risquerait d’attiser la flamme que vous souhaiteriez voir s’éteindre…

    Vous avez certainement besoin de temps et de patience dans votre relation à tous les deux. Si vous tenez à ce garçon, ne brusquez pas les choses, après tout, c’est vous qui « l’avez »…

    Si cette situation est douloureuse pour vous, n’est-ce pas parce que vous demandez « l’exclusivité » ? Si vous ne la demandiez plus, si vous osiez vous associer, d’une manière détendue à sa relation à son ex, peut-être même s’en détacherait-il tout doucement ? Je suis certain que la manière dont vous vous y prendrez avec lui sera déterminante de sa capacité (ou non) à faire son deuil de son amour passé.

    Répondre
  9. Guilermina

    Profession : Attachée de presse
    Ville : Paris
    Pays : France

    Bonjour, et que pensez-vous d’une relation où l’autre vous dit qu’il vous aime mais qu’il n’arrive pas à faire le deuil de son amour pour son ex ?

    Répondre
  10. Renaud Perronnet

    Pourquoi un être humain ne pourrait-il pas aimer plusieurs personnes ? Qui a dit que l’amour demandait l’exclusivité ? Ou plutôt le besoin d’exclusivité n’est-il pas relatif à notre manque de confiance en nous ? A notre peur de perdre ou à notre « soif » de nous sentir aimé ? Vivre avec l’autre, est-ce devoir renoncer à la vérité de soi-même ?

    Les réponses sincères et honnêtes que vous apporterez à ces questions peuvent vous aider à y voir plus clair en vous.

    En fait la question est de savoir qui dit qu’il ne parvient pas à faire son deuil de son ex…

    Si c’est lui qui vous exprime qu’il n’y parvient pas, vous avez – à mon sens – à faire à un homme honnête, qui ose reconnaître et partager avec vous la vérité de ses sentiments, et cela me semble de bon augure pour vous…

    Si la demande de deuil vient de vous, elle parle de votre besoin de vous sentir aimée qui flirte avec une demande d’exclusivité. Sans doute êtes-vous beaucoup en demande, vous n’avez vraisemblablement pas reçu dans votre histoire tout l’amour dont vous aviez besoin, pour souffrir de la sorte de la non disponibilité momentanée de l’autre. Qu’en pensez-vous ? Dans ce contexte interrogez-vous sur votre amour pour lui : l’aimez-vous suffisamment pour tolérer au moins momentanément cela ? Ou êtes-vous tellement l’otage de vos besoins d’amour insatiables que cela reste intolérable ? Paradoxalement certaines personnes sont prêtes à quitter la personne qu’elles prétendent aimer sous prétexte qu’elle n’est pas « tout à elles », elles reprochent ainsi à l’autre de leur faire vivre ce qu’elles vont lui faire vivre, sans le voir…

    Répondre
  11. Edouard

    Profession : Cadre comptable
    Ville : Royan
    Pays : France

    Frappé de plein fouet il y a peu par une rupture, je m’efforce à ne pas vouloir comprendre l’incompréhensible mais c’est plus fort que moi ; d’autant plus que mon ex me disait 15 jours avant la rupture qu’elle ne vivait que du bonheur et que sa petite fille était très heureuse au milieu de nous et que sa seule crainte était que je lui enlève tout d’un seul coup et que je devienne comme les autres « aussi salauds » et à commencer par son père qui l’a abandonné à l’âge de 6 ans. Ne pensez vous pas que c’est sa façon à elle de se venger de son père ? (je précise qu’elle est toujours à l’origine des ruptures et qu’elle laisse un trou énorme dans le cœur de ces prétendus salauds que sont les hommes) ; par ailleurs chacune de ses ruptures sont immédiatement remplacées par une nouvelle relation qui se noue dans la foulée ou avant la rupture officielle. Pour mon cas, j’ai obtenu la preuve de l’avant non pas de sa bouche (elle se borne encore ce soir à me dire qu’elle m’a tout dit et qu’elle ne me cache rien). Malgré cela, je sais que je ne pourrais pas lui pardonner cette trahison mais mon inconscient espère qu’elle se repentisse car les sentiments continuent de m’assaillir par vagues à certains moments alors qu’à d’autres moments, j’ai la force nécessaire pour sentir que je suis entrain de m’en sortir.

    Répondre
  12. Renaud Perronnet

    En effet, il vous sera difficile de « comprendre l’incompréhensible » dites-vous, c’est-à-dire de comprendre les motivations inconscientes des personnes. Motivations que les intéressés eux-mêmes ne connaissent pas ! Il est des comportements illogiques et paradoxaux, en apparence inexplicables.
    Il est vrai qu’un être humain convaincu inconsciemment de ne pas « avoir droit à l’amour » (auquel chacun a droit), s’arrangera toujours pour rompre une relation heureuse alors même que rien ne l’aurait laissé prévoir.
    Seule la prise de conscience de son « schéma répétitif » pourrait l’aider à ne pas devoir systématiquement retomber dedans.
    Si de votre côté vous êtes dans un schéma du type « les femmes que j’aime me quittent », votre expérience risque de renforcer votre fausse croyance, sans même que vous ne vous en rendiez compte.
    Un être humain peut ainsi se convaincre peu à peu qu’il mérite ce qui lui arrive donc que cela seul peut lui arriver…
    Comment voulez-vous que votre ex compagne se « repentisse » de ce qui ne lui apparaît même pas comme une faute ? Je vous invite donc – plutôt que de tenter de la culpabiliser – à regarder du côté qui vous permet de ressentir que vous avez la force de vous en sortir…
    Pour ce faire, vous pouvez lire mon article en cliquant sur : « Le travail de deuil » (et plus particulièrement le passage qui décrit la manière dont nous nous y prenons parfois pour ne pas avancer et participer activement à notre propre malheur.)

    Répondre
  13. Elodie

    Toutes ces histoires me soulagent si je puis me permettre puisque je vois que je ne suis pas la seule à avoir été deçue et fouettée par un amour que je croyais eternel et qui s’est revelé episodique. Il a decidé de rompre, et c’etait pour moi un vrai choc glacial je ne pouvais que consentire et me resilier, il m’as proposé de garder le contact en souvenir du bon vieux temps et de rester « amis », j’ai accepté pour ne pas avoir a le perdre de vue, je me retrouvais emprisonée apres dans le role d’amante, ca fait un an que ca dure environ, notre vraie relation en a durée 3…
    Le voir vivre sa vie pleinement à coté et me voir moi d’un autre esperant et révant d’une reprise, je voie le fossé qui se creuse de plus en plus chaque jour cela m’effondre, et un simple petit geste de sa part meme tres insignificatif peut me chambouler totalement je voie ma vie deffiler devant mes yeux et je n’ai aucun gout a la vivre puisque ma seule et unique raison de vie n’est plus la, je ne demande qu’a sortir de ce cercle vicieux ou je me suis mise mais je ne trouve pas ma porte de secours et je commence a croire que peut-etre je serai condamner à vivre toute ma vie sur « miettes d un amour perdu ».

    Répondre
  14. Renaud Perronnet

    Je trouve que vous décrivez très bien votre emprisonnement, cet effondrement, cette torture. Vous dites également que vous ne demandez qu’à sortir de ce cercle vicieux que vous décrivez.

    Prenez une feuille de papier, listez ce qui vous en empêche puis posez-vous la seule et unique question : est-ce que ma propre vie, mon propre bonheur n’a pas plus de valeur que tout cela ?

    Ensuite il vous restera à agir, courageusement, c’est-à-dire sans vous retourner.

    Répondre
  15. Léa

    Thème : Rapports entretenus après une rupture

    J’aimerais beaucoup avoir votre avis concernant ma situation.
    Je suis sorti 1 an avec un garcon avec qui tout se passait trés bien, je suis sa première relation sérieuse -nous avons 27 ans -, moi non, mais je découvre pour la première fois la sensation d’être amoureuse. Je trouve enfin le bon ! le temps passe, et (nous sommes expatriés), je commence a avoir peur du retour etc, je pose des questions et cherche à me rassurer sur l’avenir avec lui. Je vais certainement trop loin, il me quitte. Il me dit que ce n’est pas question de sentiment mais bien de raison, une relation ne doit pas tout le temps parler d’avenir et chercher des réponses a tout et n’importe quoi.
    Quelques jours a peine et il revient vers moi, je le laisse venir. Nous restons proches, puis nous nous voyons de plus en plus, jusqu’a avoir quasi une relation de couple (sortie, appels, mails etc). Il me dit qu’avec le temps on verra.
    Nous nous rapprochons de plus en plus et je penses donc qu’effectivement le temps fait les choses, il semble sincère et épanoui lorsqu’il est avec moi.
    Notre complicité est toujours la, ca me rassure. Le temps passe (2 mois) et je craque, je lui demande ce que cela signifie, il se rapproche assez pour me faire espérer mais cela ne va pas plus loin. Il reste muet, je lui dit que je suis prete a comprendre ses doutes etc, mais que s’il ne veut pas me perdre … il faut me le faire comprendre. Il ne dit rien ou presque hormis qu’il est perdu, qu’il ne sait plus …
    Je viens ensuite à dire que je ne suis pas son « amie », que je ne le serais pas pour l’instant, cela semble le rendre triste, il tient à moi cela se voit et il me dit avoir toujours été sincère lorsque l’on se voyait mais que cela n’empeche rienau fait qu’il est perdu.
    Presque 3 mois maintenant : nous en avons reparlé la semaine dernière, il semble plus distant (ne vaut plus me faire espérer ?), dit être totallement perdu, ne peut pas me dire combien de temps cela prendrait à savoir ce qu’il se passe en lui, ne peux pas me dire qu’il aura envie ou non de revenir vers moi et c’est pourtant ce qu’il faisait : jamais je ne suis revenu vers lui, cela a toujours ete lui).
    Nous sommes toujours en contact, mais les rapports sont bien sur plus froids (un peu comme lorsque la rupture venait d’avoir lieu) …
    Que peux-t-il se passer en lui ? pourquoi ne tourne t-il pas la page, ne me permet pas de la tourner aussi ….
    Je ne comprends pas du tout, tout les changements d\’attitudes, les causes et fondements de ses (et miens) comportements…
    Merci.

    Répondre
  16. Renaud Perronnet

    Plutôt que de vous poser la question « que peut-il se passer en lui ? », je vous invite à comprendre ce qui se passe en vous… Qu’est-ce qui vous oblige à rompre sans rompre ? Prendre le temps de percevoir – sans les juger – vos propres espoirs et votre propre besoin d’être aimée, vous aidera à comprendre les attitudes qui sont les vôtres face à un garçon que vous décrivez manifestement comme « perdu ». La manière dont vous dites qu’il ne vous permet pas de tourner la page est révélatrice de votre dépendance…

    Répondre
  17. Christian

    Cet article m’intéresse beaucoup.
    Je viens de vivre une relation qui nous a mené au mariage il y a 9 mois et à une procédure de divorce en cours.
    Nous nous sommes rencontrés il y a 4 ans, avons connu un break de 2 mois après 2 ans pour finalement nous remettre ensemble et nous marier par la suite.
    A la fin novembre dernier, elle m’a demandé de partir et lancer une procédure de divorce. Les 10 jours en commun furent très difficiles, surtout dans la communication.
    A la mi janvier 2009, elle a repris contact pour « briser la glace ». Après quelques épisodiques échange par téléphone, nous communiquons quasi quotidiennement par internet, téléphone, et nous sommes revus à sa demande et avons de nouveaux rendez-vous planifiés.
    Il faut savoir que mes sentiments sont intacts, et lui ai évoqué lors de notre 1ère rencontre post séparation.
    Bien sûr, j’adhère quelque part à ses demandes, je dois avouer que je n’ai pas perdu l’espoir de reconquête. Mais est-ce la meilleure façon d’agir pour faire le deuil ? Pourquoi après avoir pris une telle décision, souhaiter aller au bout, elle peut avoir une telle attitude alors qu’elle a connaissance de mes sentiments ?
    Ce qui se passe en moi, c’est clair : je l’aime toujours, je préfère quelque part ce contact qu’elle a réactivé plutôt que l’absence totale…………. mais elle ? Alors qu’elle avait toutes les cartes en main pour que le silence s’instaure définitivement ?

    Répondre
  18. Renaud Perronnet

    Comme vous le pressentez vous-même en me posant la bonne question, je vous réponds que non, vos manières respectives d’agir ne sont pas les bonnes pour pouvoir faire respectivement vos deuils.

    L’aimez-vous ou croyez-vous avoir besoin d’elle ? Ce n’est pas la même chose. Vous semblez avoir à faire à une femme qui joue avec vous de son indécision depuis 4 ans… Parce que vous préférez des miettes à rien du tout, vous risquez aussi, dépendant que vous êtes, que cette situation douloureuse dure encore pendant des années. Mais vous êtes le seul à savoir ce que vous voulez au juste…

    Répondre
  19. Nathalie

    J’ai été interpellé par une phase que vous écrivez précédemment : « Pourquoi un être humain ne pourrait-il pas aimé plusieurs personnes en même temps ? »
    Si dans l’absolu cela me semble en effet tout à fait possible, le vécu d’une « relation à 3 » m’est difficile et douloureux. Je partage depuis 5 ans de belles tranches de vie avec un homme qui a par ailleurs accepté de « renouer » avec une ex compagne. Il dit nous aimer toutes les deux et ne pouvoir « choisir » ni ne vouloir renoncer à une relation plutôt qu’à une autre. Chacune d’entre nous sait cela. Nous nous sommes même rencontrées et avons beaucoup échangé sur nos points de vue respectifs de cette situation. Néanmoins, le fait qu’il aille « de l’une à l’autre » est quelque chose de difficile… Le désir de l’exclusivité bien sur et d’autres émotions contradictoires et confuses. Je n’ai pourtant pas envie de renoncer à cette relation avec lui qui m’apporte beaucoup. Mais comment faire pour qu’elle soit moins difficile, plus acceptable et plus respectueuse aussi de mes vrais besoins ?

    Répondre
  20. Renaud Perronnet

    Dans la manière dont vous parlez de votre relation à cet homme, il me semble que vous la vivez plus comme une « victime » que comme une « actrice » réelle. Et vous ? Avez-vous accepté que cet homme renoue avec son ex compagne ? Quand un homme dit ne pas pouvoir choisir, pourquoi vous condamnez-vous à vous identifier à lui ? En le faisant, vous ne respectez pas chez vous le désir d’exclusivité qui est le vôtre. En fait vous avez peur de le perdre si vous vous décidiez à faire un choix. Et si vous avez peur de le perdre, n’est-ce pas parce que vous « croyez » ne pas être capable de vivre sans lui ? Cette croyance parle de vous et de votre dépendance, pas de votre amour pour lui. La dépendance n’est pas l’amour, elle est la résultante de notre non confiance en nous-mêmes. Comment voulez-vous parvenir à être heureuse sur la base de votre non confiance en vous ? C’est ainsi que vous ne vous respectez pas en vous condamnant vous-même à souffrir. Les choix que nous faisons pour nous-mêmes sont bien sûr toujours relatifs à la valeur que nous nous accordons. Vous êtes plus lucide et respectueuse de vous-même dans votre dernière question : « Comment faire pour que cette relation soit moins difficile, plus acceptable et plus respectueuse aussi de mes vrais besoins ? » Il s’agit pour vous – afin de parvenir à être heureuse – d’être plus respectueuse de vos « vrais besoins » en effet, le devenir c’est pour vous devenir capable de choisir entre le respect de vos propres besoins et l’allégeance à une croyance issue de votre malaise avec vous-même.

    Répondre
  21. Marie

    « Pourquoi un être humain ne pourrait-il pas aimer plusieurs personnes en même temps ? » Si je suis tentée de dire que c’est possible, je suis aussi tentée de penser néanmoins que les parts de bonheur sont inégaux.
    Je vis depuis un an une histoire d’amour avec un homme qui pour des raisons professionnelles rentre chez lui que le week end. On vit ensemble presque tous les jours de la semaine. Avec lui j’ai découvert une vie de couple différente que ce que j’ai pu vivre. J’ai pu exploré à travers lui, mes capacités d’aimer à nouveau et surtout ma capacité de vivre en couple. J’ai cheminé auprés de lui et lui aussi me semble-t-il. Néanmoins je ne suis pas satisfaite de cette relation. Mon aspiration c’est de m’épanouir en tant que femme et être humain dans une relation fructueuse. A ce propos on échange souvent, il dit « comprendre et dit aussi ses limites »; il cherche « comment il peut faire pour que je vive cette relation sans trop de souffrance ». Il ne supporte pas l’idée que je puisse le quitter, il dit : « il a besoin de moi, il est heureux avec moi, on s’aime c’est le plus important ». La solution semble simple car ce n’est pas l’endroit où je peux trouver ce que je recherche…… Mais les choses bien qu’évidentes ne sont pas simples, je suis partagée entre  » rester » et « partir ». Pour moi la recherche de l’épanouissement et le chemin de la VIE. Comment faire pour que cette séparation soit moins douloureuse pour lui et pour moi ?

    Répondre
  22. Renaud Perronnet

    Vous expliquez vous-même clairement : « ce n’est pas l’endroit où je peux trouver ce que je recherche »… et pourtant vous restez « partagée ». Adressez-vous à la part de vous-même qui ne veut pas rompre, demandez lui ce qui l’empêche d’être d’accord pour souhaiter partir. Permettez-lui de se sentir écoutée et vous découvrirez pourquoi – alors que vous n’êtes ni heureuse ni satisfaite – vous vous obstinez à tolérer une relation qui ne vous convient pas.

    Répondre
  23. Lyli

    Profession : Cadre finance

    Je sors d’une relation de 13 ans dont 7 ans de mariage. J’ai décidé de quitter mon mari après presque 5 ans de reflexion ou j’ai tout fait pour y croire. Il etait diabetique insulino dependant et ns n avions plus de relations sexuelles les 5 dernieres annees. Il m a detruit mon estime de femme… j etais avec un manipulateur narcissique et je ne l ai realise qu apres etre tombé par hasard sur des discussions chat ou il traitait les femmes comme des objets. Apres un an de psychotherapie, je comprends mieux certaines choses mais mon estime est a reconstruire. Apres ma separation, j ai rencontre un homme de mon age avec qui je partage les memes valeurs et qui m aime. Il m a demandé d emmenager ensemble et depuis bientot 5 mois, nous vivons chez lui. Je suis amoureuse mais j ai tellement peur d etre trahie et decue que je me permets de lire ses courriels, ses messages sur son tel….et au moindre message qui me semble compromettant je souffre et je finis par lui faire une crise. Il aime flirter avec des filles me dit il mais il me repete que c moi qu il aime et que je dois lui faire confiance. Son unique ami d enfance trompe sa femme de tps en tps et cela ne me rassure pas… Je n’ai pas envie de rater ma nvelle relation mais c plus fort que moi, j ai peur d etre trahie. Avez vs des conseils… J ai aussi tjs envie d etre avec lui et donc tous les jours apres le travail, je suis en attente…Je ne veux pas qu il me prenne pour de l’acquis.

    Répondre
  24. Renaud Perronnet

    Le travail thérapeutique de connaissance de vous-même que vous pourriez faire, vous permettrait de comprendre pourquoi vous êtes restée pendant si longtemps avec un homme manipulateur qui a détruit votre estime et pourquoi – aujourd’hui encore – vous vous retrouvez avec quelqu’un qui ne semble pas non plus vous respecter.

    Puisque vous ne voulez plus rater votre vie, soyez persuadée que tout cela parle aussi de vous.

    Répondre
  25. Bri

    J’ai connu mon ex à 18 ans, il m’a quitté lorsque j’avais 20 ans prétextant qu’il nétait pas prêt à s’investir, ensuite j’ai connu le père de ma fille et nous sommes restés ensemble 8 ans, ensuite j’ai quitté le père de ma fille pour cet homme, nous sommes restés ensemble 8 ans avec plusieurs ruptures, j’étais la seule fille avec qui il a voulu soi-disant fondé quelque chose, mais j’avais peur car je n’avais pas confiance en lui. Cela fait 5 ans que nous sommes séparés et chaque fois que l’on se rencontre, je succombe alors que maintenant il est avec quelqu’un mais il n’est pas fidèle. Je n’arrive plus à refaire ma vie, je suis complètement perdue. Que dois-je faire pour l’ôter de ma vie ?

    Répondre
  26. Renaud Perronnet

    Comprendre – par un travail analytique – pourquoi vous êtes attirée par un homme qui ne vous respecte pas et en qui vous n’avez pas confiance car cela parle de vous et de votre relation aux hommes. C’est parce que vous aurez compris cela que vous pourrez ne plus être une « victime » des hommes que vous aimez.

    Répondre
  27. Audrey

    J’ai lu avec attention ces derniers articles qui m’ont fort interpelés, en effet, j’ai vécu une relation compliquées avec un homme, lorsque j’avais 20 ans, nous nous sommes séparé, remis ensemble, séparés… pendant presque 5 ans, à 25 ans, j’ai rencontré quelqu’un d\’autre, et lui aussi… nous avons continué à nous voir en « ami », sans qu’il ne se passe rien, parlant naturellement de nos relations vécues chacun de notre coté, mais en secret car nous ne voulions pas que nos moitiés s’imaginent des choses… mais depuis un an, tout a changé, lui s’est séparé de son amie, moi, je suis toujours avec mon compagnon et nous essayons de continuer à evoluer ensemble, seulement, le problème est que mon ex est devenu de plus en plus proche, tellement proche que j’ai eu plusieurs relations avec lui, je me suis d’abord senti mal vis à vis de mon compagnon actuel, puis cela est devenu habituel… jusqu’au jour où mon ex m’a demandé en mariage, j’ai pris peur, je l’aime encore enormément, mais je ne peux pas faire cela à mon compagnon actuel, avec qui je vis, avec qui je souhaiterai des enfants… alors, depuis 2 semaines, j’ai coupé les ponts avec mon ex, mais cela me fait mal, je sais que je ne dois plus lui envoyé de textos, de nouvelles, car je vais encore le faire souffrir, mais il me manque…

    Répondre
  28. Renaud Perronnet

    Oui, à force de jouer avec le feu vous ne savez plus ce que vous voulez et vous risquez de vous perdre vous-même.

    Répondre
  29. Julien

    D’avance merci pour les conseils que vous m’apporterez…
    J’ai vécu une relation de 4 ans avec ma compagne, elle m’a quitté pour un collègue de travail 35 ans marié, j’en ai 26. Tout se passait très bien entre nous nous venions d’emménager. Mon ego en a pris un sacré coup, celà peut même paraître prétentieux mais je me suis dit « comment peu-t-elle me quitter moi ? Il est forcément moins bien que moi… on m’a dit que c’était normal d’avoir cette réaction… Je lui ai apporté beaucoup de choses, j’ai tout fait pour qu’elle soit bien, c’est même moi qui lui ai trouvé le boulot où elle a rencontré ce type… génial !!
    Je voulais savoir… elle a perdu son père étant jeune, le fait de s’installer ensemble (après 3 ans 1/2 chez papa maman…) a fait que notre relation est passée en mode « couple » véritablement…
    Ne voit-elle pas en cette nouvelle personne tout simplement son père, qui va gérer les choses, qui est plus « vieux » alors que moi je voulais vivre avec une « femme » qui prennne ses responsabilités et sur qui je pouvais me reposer aussi.
    Je ne dis pas qu’il n’y aurait que cette raison bien sûr, mais le fait qu’elle soit attirée par ce genre de type m’interpelle quand même…

    Répondre
  30. Renaud Perronnet

    La tendance égocentrique qui est la nôtre quand quelqu’un que nous prétendons aimer nous quitte, est de considérer qu’il a tort et qu’il n’est pas véritablement clair avec lui-même… (comment quelqu’un d’équilibré pourrait-il avoir envie de me quitter ?) donc de ne surtout pas nous remettre en cause.

    Seul celui qui aime vraiment osera remettre en cause cet égocentrisme et envisager sa part de responsabilité « à lui » dans le départ de l’autre…

    A vous de voir de quel côté vous vous situez.

    Répondre
  31. Manawa

    Je suis restée un an avec un garcon qui n’étais pas très agréable avec moi, il disait m’aimer, cela fait mtn presque 9 mois que nous nous somme séparés. Je n’arrive pas a l’oublié, je reste callée dessus je ne sais pas pourquoi. Nous nous voyons encore des fois, juste pour faire des calins, c’est moi qui lui a lancé l’idée et quand nous nous voyons cette relation est bizarre. J’ai l’impression que je ne le laisse pas indifférent mais qu’il le cache. J’suis dans une ambivalance, je ne veux plus retourner avec lui, mais du coté j’espère toujours. Je suis très perdue et j’ai vraiment envie de tourner la page et d’avancer sans la tourner vraiment. Je suis perdue.

    Répondre
  32. Renaud Perronnet

    Oui, il est difficile pour vous de choisir. L’image négative que vous semblez avoir de vous même vous rend dépendante de cet homme. Vous avez besoin de calins, quoi de plus naturel ! Mais ne croyez-vous pas que vous méritez mieux qu’une relation « bizarre » avec un homme « peu agréable » ?

    Répondre
  33. Untel

    Je me permets de vous exposer ma situation afin d’avoir un avis objectif.
    Je suis restée un an avec un homme que j’ai passionnément aimé les premiers mois. Vers la fin de notre relation, je me posais pas mal de questions quant à savoir si je l’aimais encore, ou si je restais avec lui par habitude.
    Un jour, sentant que je prenais quelques distances et que je ne répondais plus à ses attentes, il m’annonce qu’il veut prendre du recul. Nous ne nous voyons pas pendant quelques jours puis je l’appelle. Là, il m’annonce que c’est fini, qu’il a rencontré quelqu’un d’autre, qu’il ne m’aime plus. Le choc fut très brutal. J’ai eu alors l’impression que je l’aimais encore énormément et je m’en suis voulue d’avoir remis en question notre relation.
    Après mes supplications pour avoir des explications (tout cela me semblait tellement incohérent), nous nous voyons, il me redit la même chose. Depuis la rupture (7 mois), nous nous sommes revus quelques fois, lui parfois très proche, parfois très froid, moi toujours en attente. Lui est toujours avec cette fille, ils ont des projets communs.
    Pas un jour ne passe sans que je ne pense à lui, j’ai l’impression de ne pas réussir à faire mon deuil. Cette situation m’effraie un peu. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à tourner la page, pourquoi est-ce que je pense toujours à lui, alors qu’il m’a « jeté » si brutalement. J’ai eu les explications que je lui demandais, il a été très clair sur sa position (sauf certaines fois sous l’emprise de l’alcool). Je n’arrive pas à m’en détacher et je ne comprends pas pourquoi…

    Répondre
  34. Renaud Perronnet

    Comment voulez-vous vous détacher et faire le deuil d’un homme dont vous êtes (pour le moment) dépendante et que vous revoyez ou que vous avez l’espoir de revoir ? Pour tourner la page, il vous faut savoir pourquoi vous voulez la tourner (notamment vous souvenir régulièrement de vos motivations : il vous a « jeté », il boit) et oser être résolue.

    Si vous ne parvenez pas à vous en détacher, regardez ce qui vous en empêche… la croyance (fausse) que c’est l’homme de votre vie et qu’il n’y en a pas d’autres ? La peur de la solitude ? Le désir de vous accrocher à lui parce que vous ne faites pas confiance à votre capacité à rencontrer quelqu’un d’autre ?…

    Répondre
  35. Pierre-Yves

    J’essaie de voir ce qui peut s’appliquer à mon cas mais il est plus simple de vous l’expliquer brièvement. Je suis en amour avec une femme de 45 ans qui a une fille de 15 ans. J’ai 51 ans. Nous avons traversé 5 séparations depuis 1 an et 4 mois, la dernière étant survenue il y a 2 semaines après que j’eu découvert qu’elle m’avait en partie menti pour voir un autre homme qu’elle me dit qu’il est uniquement un ami avec qui rien ne s’est produit mais qu’elle a menti car elle croyait que je serais jaloux. Cela m’a mis la puce à l’oreille et après avoir vu de ses courriels j’ai vu que ce n’était la première fois qu’elle me mentait à son sujet et j’en ai entre autres lu un qui laissait croire que qq chose s’était passé avec cet autre homme, quoi je ne le sais pas. J’ai mal réagi dans la maison sans crier toutefois mais j’ai pris mes affaires pour la quitter apres lui avoir demandé si elle avait eu un rapport intime avec. Cette situation a crée de la tension pour la petite qui s’est plaint que c’est toujours ainsi et que dorénavant elle veut voir sa mère seule. Elle m’écrit 3 jours plus tard pour me dire qu’elle m’aime mais mal et que je mérite mieux et que c’est fini… Les séparations précédentes ont été déclenchées par de simples situations où elle trouvait que je boudais et elle disait qu’elle me trouvait jaloux alors que je ne l’était pas. J’ai pu boudé après de longues périodes d’abstinance où je me demandais ce qui se passait tout simplement. Tout va bien pendant 45 jours à chaque fois et ensuite c’est d’un coup au moindre désagrément terminé, elle dit que nous ne sommes pas compatibles tandis que nous avons du bon temps plus que du mauvais. Elle dit qu’elle veut être libre et seule chaque fois. C’est moi qui travaille toujours à remettre les choses sur les rails car nous avons parlé de s’acheter une maison et de mariage. Elle est toujours stressée pour le ménage, la vaisselle et ces choses, mon chien qui jappe et salit, elle est épuisée par son travail, elle a un groupe d’amis immenses, c’est comme si une relation lui empechait de faire tout ce qu’elle veut. Je souffre à chaque fois de la reconquérir, j’ai peut être une dépendance, mais j’essaie cette fois de m’en sortir et mon coeur est très triste. Que pensez-vous de cela. Elle dit qu’elle m’aime et à chaque retour elle se dit prète à déménager et vivre avec moi jusqu’au prochain petit désagrement ou là elle change complètement d’avis.

    Répondre
  36. Renaud Perronnet

    Hé bien mon point de vue est que si vous lisez les courriels de votre compagne et que vous boudez facilement c’est bien que vous êtes jaloux donc que vous ne vous faites pas confiance. Et c’est vraisemblablement pour cela que votre compagne de qui vous vous séparez si souvent vous ment… Comment voulez-vous trouver un équilibre amoureux avec un homme qui vous espionne ? Si vous voulez la « reconquérir » c’est bien que vous avez l’impression de la perdre à chaque fois. Votre compagne a manifestement besoin que vous ne soyez pas si exclusif avec elle : elle a besoin de pouvoir rencontrer ses amis sans que vous la contrôliez. Elle étouffe. Parviendrez-vous à l’aimer suffisamment pour la laisser libre ou votre propre insécurité l’emportera-t-elle ?

    Répondre
  37. Lola Auteur de l’article

    J’ai vécu une relation de 7 ans. Nous avons acheté un appartement, nous sommes PACSES, et surtout nous avons fait un enfant. Aux 2 mois de l’enfant, mon conjoint m’a quittée, il y a presque 1 an maintenant.
    J’ai entamé le travail de deuil, mais c’est très difficile.
    Je suis aidée par un psy et ça me fait beaucoup de bien.
    Cependant, j’ai l’impression d’être arrivée à un « cap » et de ne plus avancer. Je repense à l’histoire et passe par de grands moments de tristesse et d’incompréhension.
    Il faut savoir que mon ex. m’a dit m’avoir quitté car nous n’étions plus heureux ensemble, ce qui est surement vrai, mais je pensais que nous surmonterions ce passage difficile.
    J’ai découvert après coup qu’il m’avait trompée pendant ma grossesse, qu’il était toujours avec cette personne et qu’il vivait même avec elle.
    Il n’a jamais rien reconnu malgré les preuves accablantes, ce qui me laisse un inconfortable sentiment de non respect.
    J’aimerais lire un livre sur la résilience. Je sais que Cyrulnik est expert en la matière. Il a écrit beaucoup de livres sur ce thème et je ne sais lequel choisir. Pourriez-vous m’en conseiller un ?
    Et sinon, comment se fait-il que bien que j’aie compris pas mal de choses, et bien que cet ex. m’ait fait énormément souffrir, qu’il m’ait mentie à maintes reprises, je ne sois pas capable de faire totalement le deuil ?
    La rupture dâte de presqu’un an maintenant, et j’ai peur de rester toute la vie dans le souvenir de cette relation…

    Répondre
  38. Renaud Perronnet Auteur de l’article

    Oui, vous passez par de grands moments de tristesse et d’incompréhension parce que vous avez été trahie et bafouée par cet homme, cela est tout à fait normal, n’importe qui le serait à moins. Oui, cet homme ne vous a pas respectée et que ressentez-vous de cela ? Je comprends que vous aspiriez à la résilience, mais il n’est pas possible d’y accéder sans avoir été jusqu’au bout de vous-même. Vous semblez avoir besoin de vous retrouver en face de la vérité de votre vécu quel qu’il soit. Vous avez le droit de vous ouvrir totalement aux émotions qui vous traversent quand vous vous sentez abusée par cet homme. C’est même parce que vous vous ouvrirez à cette vérité que vous pourrez la traverser et découvrir un jour – enfin – que le souvenir de cette relation ne vous taraude plus.

    Pour aller plus loin je vous invite à lire : « Le Pardon ou la fidélité à soi-même ? »

    Répondre
    1. M.

      Bonjour
      Hé! bien je suis heureuse de lire tous ces débats amoureux qu’ils fassent du mal ou qu’ils fassent du bien, celà m’encourage dans ma rage de vivre et de connaître l’ Amour!
      Etant abusée depuis ma plus jeune enfance, je réapprends à vivre avec les humains et surtout avec le Toucher. OUI! j’ai mal à ma peau et paraît-il « que j’ai peur de la chair ». Les choses sont clairements bien dit à mon sujet, mais est-ce que quelqu’un pourrait répondre à ma question: « COMMENT ME RECONCILIER AVEC MA PROPRE CHAIR? »

      Répondre
      1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

        En tentant – peu à peu – à travers vos expériences avec le monde et les autres à oser sentir et à apprendre à aimer sans pudeur la nature de votre ressenti quel qu’il soit.
        Pour cela, vous pouvez aussi vous faire accompagner – pendant un temps – par un thérapeute.

        Répondre
  39. Marina

    Bonjour,
    Ce thème est ma vie de tous les jours depuis un an et demi.
    Après 2 ans de relation, mon ami m’a quitté. Ca n’allait plus très bien les derniers temps, je me posais des questions mais je l’aimais profondément.
    Sa décision a été sans appel, il n’était pas heureux. J’ai énormément souffert en me sentant coupable car il est vrai que j’avais pris des distances et ne répondais plus du tout à ses attentes mais le fait qu’il m’ait pris de court m’a fait l’effet inverse. Je me suis rendue compte que je perdais l’homme de ma vie. Un léger relâchement de ma part et ça y est: 2 ans d’amour par terre!
    Pendant un an, je n’ai pas vécu; pas le choix je le croise malheureusement tous les jours ce qui ne facilite pas les choses ni l’oubli. Passant pas différentes phases: amour, haine, indifférence, violence, exclusion: rien n’y fait: je pense à lui en me couchant et en me réveillant tous les jours que dieu fasse. Aucune autre aventure ne m’intéresse, c’est lui et personne d’autre, c’est obsessionnel. Mais socialement, je fais semblant, semblant que tout va bien, c’est épuisant.
    La vie continue, suit son cours, je sors, je voyage, vois beaucoup mes amis, mais ne suis jamais totalement bien et sereine. Une part de moi même exprime toujours une infinie tristesse. Et toujours là quelque part un espoir irrationnel, et je le sais c’est ça le pire, qu’il revienne un jour.
    Depuis un mois ou deux, ça allait mieux j’y pensais moins, mais il ressortait la nuit; pas une nuit sans un rêve de lui. Mais les journées étaient mieux, j’avais d’autres projets. Et là, patatra.. tout s’effondre de nouveau: on m’apprend qu’il est fou amoureux d’une autre. Rechute brutale, idées noires, cauchemars elle et lui, pleurs à répétitions: réouverture violente la blessure non cicatrisée. J’ai mal.
    Comment en sortir? je le veux, je veux l’oublier, je veux pouvoir passer une journée sans y penser, je veux le sortir une bonne fois pour toute de ma tête et revivre normalement. Quelle est la solution? Un an et demi de travail sur moi pour rien. Je cherche une solution, une aide, un remède. Je n’arrive pas à m’en détacher parce que je l’aime il me touche. Que faut-il faire pour apprendre à DESAIMER?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Vous croyez l’aimer mais peut-être ne faites-vous qu’alimenter la croyance négative que vous avez besoin de lui pour vivre, plus il vous échappe plus vous vous accrochez à cette croyance qui vous montre… que vous ne vous aimez pas. Il ne s’agit donc pas pour vous d’apprendre à désaimer mais à oser vous aimer vous-même en osant faire ce qu’il faut pour vous respecter.

      Répondre
      1. Marina

        Cher Renaud, je vous remercie pour votre réponse. Peut être effectivement je ne me respecte pas assez, mais n’y ayant jamais réellement pensé, c’est très flou pour moi comme concept. Je prends soin de moi, je n’ai pas vraiment d’autre souçi dans ma vie actuelle, le reste roule comme on dit mais ce garçon hante ma tête. Je n’ai plus de contact (à part visuel) avec lui et garde tout bien ça pour moi sans rien montrer tous les jours. Je fais un travail de distraction permanente mais là je m’essouffle car ça ne marche pas. Et ça me fait peur, je perds tellement de temps et d’énergie à lutter contre lui, contre mes souvenirs, contre son image. Comment me retrouver? Comment m’orienter pour enfin trouver un apaisement, un semblant d’oubli?

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Plus vous faite un « travail de distraction permanente » face à ce qui vous taraude, plus vous allez susciter à l’intérieur de vous-même ce que vous tentez de refouler, c’est une excellente méthode pour souffrir et vous semblez exceller en la matière. Souvenez-vous que nous pouvons mentir à tout le monde… sauf à nous-mêmes. Trouver un apaisement est possible, dès lors que vous ne lutterez plus inconsidérément contre ce qui s’impose à l’intérieur de vous et que vous vous ouvrirez à vous-même donc à « ce qui fait que » vous avez ce garçon dans la peau. Pourquoi fonctionnez-vous ainsi d’une manière aussi maltraitante contre vous-même ?

          Répondre
  40. J

    Bonjour,

    Moi je viens également vous parler de mon histoire!!! Je suis resté un peu plu de 6 ans avec un garçon qui ne me respecter pas, c’étais ces envi d’abord et moi après (et encore) je sais même pas s’il en prenait compte. J’ai beaucoup souffert de passer après tout le monde son travail, sa famille, ses amis… C’est quelqu’un qui aime la fête et donc qui boit souvent le weekend et la c’est la catastrophe en général il m’insulte et me prend pour une moins que rien!On a cassé trois fois au total! La ca fai bientot 1ans et demi que c’est terminé je suis sortie avec un autre garcon pendan plu de six mois mais j’ai cassé car je n’arrive pas à faire le deuil de mon autre relation! Avec mon ex nous trainons encore ensemble la rupture n’a pas été facile car la non plus ne me respectait pas j’avais l’impression que plus il m’enfoncait plus il se sentait fort! J’ai vraiment vécu des choses pas facile pendant la rupture non plus ma mere a fait une tentative de suicide et mes parents n’ont jamais vraiment su s’aimer beaucoup de violence verbale. J’ai deja consulté un psy car suite a tout ca j’ai fait des crises d’angoisse.Depuis cet été mon ex ma relancé pour me dire qu’il pensait reprendre avec moi car il été toujours amoureux et qu’il n’arrivait pas à m’oublier sauf qu’il est sortie avec une autre fille deux semaines après, là encors j’ai eu l’impression qu’il se foutait encore plus de moi!!! Il me relance de nouveau pour qu’on réessait et qu’il a soi disant changer, sauf que ca ne l’empeche pas de draguer devant moi!! Je suis complétement perdue, je ne sais plus quoi faire, je ne me comprend pas, j’ai d’un coté qui me dit que de toute facon je ne sens plus amoureuse, (j’avoue que j’éprouve de la colère a son égard,) mais d’un autre coté ca me fait souffrir de le voir avec une autre fille que moi, j’ai toujours le besoin de le voir de temps en temps!! si vous pouviez m’aider!merci

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Il y a certainement un lien entre la violence que vous avez vécue enfant à travers le couple de vos parents et le fait qu’aujourd’hui vous soyez attirée par un homme qui boit, qui vous trompe et ne vous respecte pas. C’est de ce côté là qu’il vous faut aller voir… Oui la colère que vous éprouvez à l’égard de cet homme est parfaitement juste, il vous abuse, être en colère contre lui, c’est vous respecter. Avoir envie de le retrouver c’est être sa victime.

      Répondre
  41. celine

    Bonjour,

    J’aurais aussi besoin d’un petit coup de pouce car ma vie est devenue bien compliquée depuis qques semaines. Voilà, je vis en couple depuis plus de 5 ans maintenant, il y a eu des hauts et des bas, on a parlé rupture à plusieurs reprises mais sommes tjrs ensemble à ce jour et avons un projet commun dans les mois à venir. Le hic c’est que mon amour de jeunesse m’a recontacté récemment via internet.
    J’avais 21 ans à l’époque, j’étais folle amoureuse. Nous nous sommes séparés apres une relation de presque 2 ans sur un coup de tete suite à une dispute. Nous ne nous sommes jamais revus ensuite.
    Cette rupture était tres particuliere car nous n’avons jamais mit de mots dessus, nous sommes partis chacun de notre coté du jour au lendemain.
    J’ai eu diverses autres relations apres cela mais j’ai toujours pensé a lui, j’ai meme essayé de le retrouver sans succes. Puis j’ai appris par un ami (qui l’avait croise par hasard) qu’il a eu un enfant deux ans apres notre séparation. Ca a été un vrai choc pour moi.
    Malgré cette nouvelle j’ai continué à penser à lui pendant toutes ces années, à rever de lui, à imaginer que lui aussi essayait de me chercher. Continuellement j’ai pensé à lui. J’ai toutefois continuer à vivre et j’ai rencontré mon ami actuel pour qui je ressens un amour sincere et pour qui j ai toujours beaucoup de tendresse et d’affection. Aujourd’hui j’ai 29 ans et mon amour de jeunesse m’a contacté… Nous nous sommes échangés qques mails tres courtois. Mais depuis je suis boulversée, je ne dors plus, je ne mange plus, je suis en apesanteur, plus rien ne compte. Je suis plutot qqun ayant la tete sur les épaules habituellement ;mais là j’avoue que je suis depassée par les evenements… Je sais qu’il n’est plus en couple pour l’instant mais je ne sais pas du tout s’il ressent encore qqchose envers moi, pourquoi m’a-t-il recontacté (juste pour etre amis?)
    J’attends tous les jours un signe de sa part mais qui ne vient pas, je lui ai meme envoyé mon numero de tel en lui proposant de se revoir un de ces jours.
    Je vis en apnée depuis plusieurs semaines, je n’investis plus du tout ma relation de couple actuelle, ni nos projets futurs. Je ne pense qu’à une chose: lui…
    Que dois je faire? Pensez-vous qu’il a fait le deuil de notre relation passée, qu’il souhaite juste savoir ce que je deviens sans arriere pensée? Que dois je faire de cette irruption dans ma vie? Je pense meme à tout quitter, est ce la solution?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Je comprends votre effervescence mais ne suis pas devin… Je crois que dans le contexte émotionnel qui est le vôtre en ce moment, vous avez besoin d’en savoir plus pour pouvoir faire le point : pour le moment vous fantasmez que votre amour de jeunesse est de retour. Quand vous le rencontrerez en osant parler franchement avec lui, vous en saurez beaucoup plus… notamment si votre fantasme correspond ou non à la réalité de votre vécu. Il vous reste donc à agir pour le rencontrer, en gardant les yeux bien ouverts…

      Répondre
  42. Kurk83

    Bonjour. Vos réponses sont de grande qualité et je vous en félicite!
    J’ai vécu une histoire d’amour incroyable lorsque j’avais 25 ans.
    Étudiant à l’époque je virevoltais de fille en fille sans pour autant construire quoi que ce soit de sérieux…comme celà devait arriver je suis tombé fou amoureux d’une fille et je me suis enfin livré. Grosse déprime (crise d’ado très tardive) et au vu de plusieurs facteurs (distance, mon mal être) elle a décidé de me quiter, pour mon bien disait elle, sans réellement me donner d’explications… S’en est suivi toute une reconstruction de moi même, avec un suivi psychologique, une période difficile, mais indispensable, qui m’a permis de m’accepter et de faire le deuil de mon comportement de façade superficiel passé.
    J’ai continué ma vie, j’ai rencontré ma future femme avec laquelle j’ai construit, non sans mal, de belles choses (surtout mes 2 enfants)
    je n’avais jamais coupé totalement avec mon ex (courriers, mail…) mais il y a 5 ans ma femme est tombèe sur une correspondance relativement sulfureuse… J’ai alors décidé de rompre le lien, sans jamais l’oublier…
    Mais voilà il y a 2 mois, je lui ai envoyé un SMS pour lui souhaiter une bonne année et c’est reparti, mail déclarations… Elle viens de se séparer et je pense qu’elle trouve du réconfort même si elle sait pertinament que notre histoire est sans issue. On doit se revoir dans un mois, pour un week-end. J’ai un besoin profond d’avoir des réponses qu’elle ne m’a jamais donné, pour définitivement refermer une page si intense de ma vie.
    Mais voilà les vieux démons qui ressurgissent, je suis toujours « adict » a cette femme, je pense sans cesse à elle, je ne suis pas trés bien à vrai dire.
    J’ai peur de ma réaction et l’après rencontre m’inquiète.
    J’espère que vous réussirez à m’aider car je suis en plein doute et tout ça me tracasse beaucoup…

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Que cherchez-vous à entretenir une conversation sulfureuse avec une ex d’une époque révolue ? Que cherchez-vous dans votre vie à tenter d’avancer le regard rivé sur votre passé ? Vous vous dites à vous-même que vous avez besoin de refermer une page ancienne, mais en fait c’est vous par votre attitude qui la rouvrez… Etes-vous prêt à remettre en cause votre couple actuel, à troubler vos enfants pour une histoire (que vous qualifiez vous-même de « sans issue ») avec une personne qui n’est plus ce qu’elle était (et vous non plus) ? Je comprends que vous soyez tracassé… Réfléchissez bien (avant de rompre votre équilibre actuel) à ce que vous voulez vraiment, bientôt vous ne pourrez plus faire marche arrière. Vous êtes « addict » avec cette femme parce que vous jouez avec vous-même en faisant tout ce qu’il faut pour l’être.

      Répondre
      1. Kurk83

        Merci pour votre réponse Renaud. Cela me réconforte…
        Dois je quand même la voire une dernière fois pour enfin avoir des réponses aux questions que je me suis tant posées et qui mon fait mal, pour définitivement tourner la page? Lui dire adieu…
        La rejoindre (tout en sachant au fond de moi que rien ne pourrait m’arriver) comporte un risque mais nous nous étions promis de nous revoir et j’en ressent le besoin…

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          J’ignore l’enjeu de vos questionnements. J’ignore dans quelle mesure vous avez besoin des réponses de cette femme pour pouvoir avancer. Mais je constate que vous conditionnez votre présent à votre passé. Le passé est mort, il n’existe plus, la vie vous attend maintenant, pas hier. Soyez le plus honnête et lucide avec vous-même et conformez-vous à ce que vous aurez décidé, sans vous retourner. L’important sera vraisemblablement ce que vous ferez après l’avoir revue, puisque j’ai bien compris que votre décision est prise.

          Répondre
          1. Kurk83

            Voila je l’ai revue pour un weekend.
            J’ai enfin compris pourquoi elle avait pris cette décision il y a 15 ans…
            Elle était déjà atteinte de « sclérose en plaque »…Au vu de la distance qui nous séparait elle ne pouvait quitter les siens car elle avait besoin d’eux pour affronter une telle maladie (elle n’avait alors que 24 ans). Elle ne voulait pas m’infliger sa souffrance et pensait que j’aurai eu du mal à accepter qu’elle puisse partir à tout moment en ayant quitter mon pays pour elle.
            J’ai toujours su au fond de moi même qu’elle m’a toujours follement aimé…tout comme je l’ai toujours considéré comme l’amour de ma vie.
            Ces 48 heures ont été d’une émotion incomparable, nous avons retrouvé toute la complicité, l’amour et la tendresse qui avaient régit notre amour il y a 15 ans.
            Je pense même que c’était encore plus intense…
            Un moment inoubliable, très difficile à surmonter, pour elle et pour moi. Je l’aime et je l’aimerai toujours…
            Nous nous sommes dis adieux, j’ai senti une grande tristesse chez elle et je suis encore abattu…
            Le deuil prendra du temps car je sait au fond de moi qu’elle est celle avait qui j’aurais voulu partager ma vie…mais j’ai définitivement tourné la page, en lui souhaitant que du bon…
            Place au bonheur des personnes qui me sont chères, la vie peut être très courte…

            Répondre
            1. Kurk83

              Nous sommes toujours en contact et je dois avouer que je sors d’une mini dépression et que je n’arrive pas à me défaire d’elle…Je sais juste que je l’ai aimé, je l’aime et je l’aimerai…

              Comme vous l’aviez très bien anticipé, « l’important sera de savoir ce que je ferai après l’avoir revue »…et je ne sais vraiment plus du tout où j’en suis…

              Après elle, je n’ai jamais ressenti à nouveau l’amour…le grand amour, et je dois dire qu’aujourd’hui même si ma vie me paressait plutôt heureuse, je ressent comme un gouffre au fond de moi et une remise en question totale de tout cela…
              Ma femme est arrivée relativement vite après ce grand amour-échec (1 an) C’était pour moi au départ (j’arrive aujourd’hui à cette analyse que je n’avais pas du tout prémédité à l’époque) un moyen de franchir l’échec sentimental que j’avais vécu. Ma femme était belle, sympa, amoureuse mais mes sentiments ont toujours été plus proche de la grande amitié que de l’amour.
              Après l’avoir quitté au bout de 5 ans, car je lui avait dis que je ne savais pas du tout si elle était la femme de ma vie, nous nous sommes remis ensemble (je parle toujours de ma femme) Nous avons décidé de construire une famille et je dois dire que mes enfants sont le plus beau cadeau que la vie m’ait offerte…
              Après une Succession de tromperies et de mensonges, elle a fini par découvrir une de mes infidélités(au bout de 10 ans, cela semble être cyclique puisque nous sommes ensemble depuis 15 ans).
              Après m’avoir quitté, elle a décidé de me pardonner (j’ai fait la démarche de m’excuser et d’expliquer le pourquoi de cette infidélité) Je me suis alors juré de ne plus jamais la décevoir et d’êtare à ces côté, par mour. Mais le fait de retrouver mon Grand amour, a tout refait voler en éclat à nouveau…
              Ha que l’amour est compliqué…

              Répondre
              1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

                Croyez-vous vraiment que ce soit l’amour qui soit compliqué ou la manière dont vous le percevez ? Il était prévisible qu’agissant comme vous avez agi, vous ne sachiez plus où vous en êtes. Que recherchez-vous ? Que voulez-vous dire par « la femme de ma vie » ? Ne confondez-vous pas l’amour et la passion amoureuse qui n’ont en fait pas grand chose à voir l’un avec l’autre ? Qu’est-ce qui vous contraint ainsi à devoir tromper et à mentir à celle qui vous a donné le plus beau cadeau que la vie vous ait offerte ? Qu’est-ce qui vous force ainsi à ne pas respecter ce que vous vous étiez dit ? Pourquoi voulez-vous « surmonter » des moments inoubliables plutôt que de les garder précieusement en vous ?
                Pourquoi changez-vous d’avis si facilement, pourquoi êtes-vous si versatile en amour ? Votre conception romantique de l’amour, vos agissements avec les femmes parle certainement de vos besoins et de la manière dont vous avez vous-même été « mal aimé » dans votre histoire. Si vous voulez y voir un jour plus clair, interrogez-vous sur vous et ce qui vous pousse à agir comme vous le faites.

                Répondre
                1. Kurk83

                  Merci pour tout Renaud, je m’attendais à ce que vous me répondiez dans cette direction, j’ai joué avec le feu, je me suis brulé à moi d’assumer maintenant. Je sais que perdre ma femme et l’équilibre que j’ai tant bien que mal essayé de construire serait une catastrophe dans ma vie…mais bien souvent les vieux démons ressurgissent.
                  Mon ex est la seule à m’avoir donné l’impression de comprendre ma difficulté d’aimer et elle est celle qui m’a mis face à mes propres vérités.Il y a surement là une des raisons qui m’ont toujours fait penser qu’elle était faite pour moi. Au delà de la passion qui a été la notre et qui subsiste aujourd’hui, mon amour pour elle est effectivement également lié à cette histoire commune de notre mal être mais également à une complicité et un bien être d’être ensemble évident…
                  La vie ne nous a pas donné cette chance, je sais que je dois tourner la page…mais c’est difficile.

                  Répondre
                  1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

                    Ce n’est pas en vous tapant sur les doigts parce que vous avez commis une erreur que vous parviendrez à vous comprendre et à découvrir ce qui se joue en vous derrière tout cela. C’est en osant être lucide avec vous-même et pour vous y aider je vous invite à répondre pour vous-même à mes nombreuses questions.

                    Répondre
                    1. Kurk83

                      Je ne me tape pas sur les doigts car je ne regrette pas d’avoir recroisé la route de mon ex. Comme dans toute l’histoire de ma vie sentimentale, elle me met à nouveau face à mes réalités et elle est celle qui me permet de grandir sentimentalement. J’essaye de répondre aux questions que vous m’avez posé et je découvre (et je vous en remercie) que mon comportement est intimement lié au manque affectif que j’ai pu connaître dans mon passé. Mon schéma familial à toujours été régit par un père absent, infidèle et incapable de donner de l’amour à ma mère et à ses enfants.
                      J’en ai toujours voulu à ma mère d’aimer un homme aussi superficiel et égoïste. J’ai toujours essayer de ne pas lui ressembler…
                      Mon ex l’a compris et est en mesure de me faire avançer…J’ai connu d’autres femmes dans ma vie, que j’ai aimé (pas exclusivement dans la passion) et je ne les ai jamais revu ni ressenti le besoin de les revoir.
                      J’ai connu d’autres passions amoureuses avec d’autres femmes…ce qui me relie définitivement à Elle c’est sa capacité à me permettre de me dévoiler et de me révéler à elle et vis versa…

                    2. Renaud Perronnet Auteur de l’article

                      Réponse à Kurk83 (21/04/10)

                      Vous me dites avoir toujours essayé de ne pas ressembler à votre père, mais ne voyez-vous pas une ressemblance frappante entre lui et vous ? Tant que vous ne remettrez pas en cause votre schéma familial, vous en resterez la victime (malgré vous).
                      En pensant que votre ex est la seule personne susceptible de vous faire avancer parce qu’elle vous comprend, vous devenez justement la victime de votre dépendance affective vis-à-vis d’elle, et c’est ainsi que vous vous y prenez pour remettre en cause (sans vraiment le vouloir) l’équilibre de votre couple.
                      Mon point de vue est que vous avez besoin d’un travail thérapeutique sérieux pour y voir plus clair et ne plus reproduire indéfiniment ces comportements destructeurs de vos relations affectives, car personne d’autre ne peut vous aider à avancer que vous-même. Aurez-vous le courage et la force de vous y confronter ?

  43. souba34

    voilà
    mon tout premier amour m’a retrouvé sur facebook apres plus de 20 ans. Nous nous parlons depuis quelque temps sur msn presque chaque jour car nous habitons à plus de 700 km l’un de l’autre, nous avons bien sur reparlé du passé, de nos vies actuelles, puis nous nous sommes avoués certaines choses, notamment elle.je lui est proposé de venir la voir mais elle ne veux pas. pourtant nous avons une relation tres sinceres et amicales , depuis quelques mois je ne cesse de penser à elle et notamment pourquoi elle ne veux pas me voir alors qu’elle dit que je suis trés important à yeux comme elle l’est pour moi . je desire qu’une chose la voir comme une amie.elle à des enfants moi aussi et nous aimons chacun nos conjoints. nous nous sommes promis de pas passer à l’acte mais malgré cela , elle ne veut pas me voir pour l’instant .
    dois je cesser toutes relations où pas ?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Croyez-vous sincèrement que deux ex qui se retrouvent et se promettent sincèrement (!) de ne pas passer à l’acte, n’ont pas qu’un seul désir : celui de passer à l’acte ?

      Répondre
  44. ju28

    Bonsoir,

    Voila, il y a bientôt 1 mois que j’ai décidé de rompre une relation de 4 ans qui ne me rendait pas heureuse, à la suite de celle-ci (1 semaine plus tard), j’ai rencontré par le biais de facebook, un ex d’il y a 10 ans (j’avais 14ans donc petite amourette), l’attirance entre nous était toujours présente et nous avons décidé de recommencer tous les 2, en se disant que l’on prendrai le temps de se redécouvrir et de laisser les choses se faire d’elle mêmes, sans se projeter, malheuresement c’est le contraire qui est arrivé…. et je me suis emballée… au bout de trois semaines, il a décidé de rompre car je lui ai fait une crise de jalousie par rapport a son ex…. il m’a dit qu’il préférait que les choses s’arrete la parce qu’il avait vécu la jalousie de son ex au quotidien et qu’il ne pouvait plus supporter ce type de relation…. étant donné mon attachement pour lui, j’ai essayé tant bien que mal, de lui faire changer d’avis mais il préfère rester sur ses positions…. Cette rupture m’a fait du mal car je n’accepte pas sa décision que j’estime brutale, juste pour une crise…
    Je ne comprend pas pourquoi cette rupture me fait plus de mal que celle de ma relation qui a duré 4 ans….
    Et je me suis aperçu en faisant le bilan de mes relations amoureuses, que c’est la première fois depuis 10 ans que je me retrouve célibataire (car je trouvais toujours quelqu’un très vite aprés mes ruptures ) et surtout que souvent je revenais vers mon passé, en réessayant avec mes ex (car les contacts n’était jamais rompu), je ne sais pas pourquoi je me comporte ainsi, j’essaye de trouver des réponses afin d’avancer mais je crois que je ne me pose pas les bonnes questions….
    Je ne ressens pas le besoin de faire le deuil de ma relation de 4 ans mais mon entourage me conseille de rester seule quelques temps afin de faire le point car cette relation m’a fait beaucoup de mal…. Je suis perdue totalement car je ne sais pas se qui est le mieux pour moi et surtout je ne comprend pas mes réactions et mes sentiments pour ce garçon avec je ne suis restée que 3 semaines.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui, vous comprendre, c’est découvrir pourquoi vous ne supportez pas de rester seule, pourquoi un mécanisme de jalousie s’enclenche en vous qui fait fuir les autres. Tout cela parle de vous et de vous exclusivement. Pourquoi une personne ne supporte pas la solitude selon vous ? Pourquoi ne supporte-t-elle pas le passé de ceux qu’elle pense aimer ? Qu’est-ce que ce passé lui fait à elle ?

      Répondre
      1. ju28

        Je ne supporte pas rester seule, car quand je le suis j’ai l’impression d’avoir un vide en moi, d’être transparente, je me sens bien lorsque je sens qu’une personne pense a moi et quand j’y pense aussi….. le mécanisme de jalousie s’enclenche chez moi lorsque j’ai l’impression de passer aprés quelqu’un ou quelque chose, j’ai besoin en permanence de voir et de ressentir que l’on m’aime…. et que l’on pense à moi. Selon moi une personne ne supporte pas la solitude car elle se retrouve confronter a elle même sans personne sur qui compter. Elle ne supporte pas non plus le passé de ceux qu’elle pense aimer car elle a l’impression de remplacer quelqu’un et de ne pas être à la hauteur de ses relations passées…. et je pense que le passé, lui fait du mal car il ravive des souvenirs douloureux qu’elle ne veut pas revivre ou bien des souvenirs heureux qu’elle souhaite désesperement retrouvés.
        Je sais que mes réponses je les trouverais dans mon passé mais je ne sais pas ou remonter… et j’aimerais comprendre pourquoi je recommence inlassablement une nouvelle histoire alors que la précédente n’est pas totalement terminée!

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Oui, votre analyse de vous-même est très juste, la solitude vous est insupportable parce que vous ne vous aimez pas vous-même, il est difficile pour vous de rester en votre compagnie et parce que c’est difficile pour vous, vous pensez que vous ne « faites pas le poids », ce qui vous condamne à être jalouse des garçons qui vous aiment. (Pensant que vous n’avez pas de valeur, vous vous imaginez que ceux qui vous aiment ne peuvent que vous quitter). A l’origine, vous avez donc un problème d’estime de vous-même.
          La réponse au pourquoi de ce problème se trouve en effet dans votre passé : c’est en examinant à la loupe comment vous avez construit (bien malgré vous) l’enfer dans lequel vous vivez, que – peu à peu – vous vous comprendrez vous-même et que vous parviendrez à avoir de l’estime pour vous. Ce travail, comme vous le pressentez, peut être douloureux mais il est la condition nécessaire à la paix retrouvée, avec vous-même et les autres. Il se fait dans une relation thérapeutique avec une personne en qui vous apprendrez peu à peu à avoir confiance.

          Répondre
          1. ju28

            est-ce normal que j’alimente un espoir de recommencer ma dernière relation, est-ce une façon de surmonter ma solitude? je n’arrive à comprendre pourquoi je m’attache à ce garçon, j’aimerais connaitre les raisons car je pense que ce n’est pas de l’amour

            Répondre
            1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

              C’est vous qui détenez les réponses aux questions que vous posez. Vous pressentez des choses que vous pourrez découvrir avec un travail thérapeutique comme je vous l’ai conseillé.

              Répondre
  45. mina

    J’aimerai pouvoir deposer un peu et avoir votre avis monsieur peronnet…
    J’ai souvent beaucoup souffert dans mes relations sentimentales jusqu’au jours ou j’ai enfin compris que je cotoyer des personnes « toxique et que moi aussi je devais l’etre j’ai fais un gros travaille sur moi et je me suis beaucoup remis en question… je sais que mes comportements favoriser ses rencontres là.. j’ai aussi compris que j’avais grandis avec une mere qui m’avait conditionner a ce genre de relation car elles font partie de mon shema parental.. je suis passé pas tous les emotion possibles.. j’ai même rompu tout lien avec ma mere pour le moment. j’attends de trouver une autre forme de relation possible entre elle et moi, une relation qui ne me detruise pas car je ne veux plus être pour cette femme un objet…. Mais mon probleme actel est ailleurs ! j’ai rencontré un homme il y a un an, un homme a qui je me suis attaché enormement, mais qui me fait souffrir par ses continuels abs dans le sens ou il est jamais disponible.. nous ne partageons rien ensemble… Je ne trouve en lui aucune consideration pour moi sauf les quelque rare fois ou il exprime l’envie de me voir… durant ses moment il est le plus doux des hommes que j’ai connu… mais peu de temps apres nos rencontre je me sens vide comme si je n’avais encore etais la que pour servir d’objet. Je souffre enormement de cette situation et pourtant je n’arrive pas a me defaire de lui. j’ai essayer a deux reprise mais je suis retourner et je l’ai sentie heureux aussi que je n’ai pas detruit le lien avec lui, aussi je me pose une question j’ai visité plusieur faille en moi et je n’arrive pas a combler celle qui m’empeche de lui dire non ou de le quitter sans me retourner….. je precise qu’il a beaucoup de chose que je n’ai pas et que je suis fiere d’etre avec un homme comme lui je me sens avoir de la valeur… Mais je sais pertinment que ça ne veut rien dire aider moi dans mon questionement j’ai l’impression de retour en arriere merci

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Il me semble que vous donnez vous-même la réponse à votre question dans votre partage : il vous est difficile de quitter un homme avec qui vous ne vous sentez pas heureuse, parce qu’à certains moments, dans votre relation, vous vous sentez « fière et avoir de la valeur » à travers lui… dans ces moments, vous oubliez le fait que le plus souvent vous vous sentez être un objet en sa présence.
      Tant que vous vous sentirez comme vide de vous-même, vous aurez besoin d’avoir recours à des personnes qui – même si vous n’êtes pas heureuse avec elles – vous flattent. C’est peut-être ainsi que vous vous y prenez pour compenser votre manque de confiance en vous.
      C’est vrai que pour quitter quelqu’un qui ne nous convient pas, il faut être « fort » de soi-même. C’est ainsi que beaucoup de personnes restent en couple de peur de se retrouver seules en face d’elles-mêmes, ce qu’elles redoutent plus que de se retrouver en face de quelqu’un qui ne les respecte pas… Jusqu’au jour où…

      Répondre
        1. mina

          Bonsoir..

          Ca y est j’ai mi fin à cette relation qui me faisais tant de mal… je sais que je ne vais pas aller bien pendant quelques temps.. mais ce passage me semble plus benefiue que d’attendre apres des miettes d »amour et encore… je viens de comprendre qu’il faut une volonté d’enfer pour ne pas retourner à ses anciens shemas qu’il fallait couper dans le vif sans se retourner ni entendre les voix du passé qui nous exortent à les écouter… je vous remercie M peronnet car votre réponse m’a permis de reflechir un peu plus sur moi et sur les vraie enjeux de cette relation pour moi.

          Répondre
          1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

            Oui, en mettant fin à une relation qui vous fait du mal, vous vous montrez à vous-même que vous êtes capable de vous respecter donc vous grandissez dans la confiance que vous prenez en vous-même.

            Répondre
            1. mina

              Bonsoir a tous..

              je tiens bon pour le momant et j’analyse mes resentis tres paradoxaux parfois je souffre telleent que me me demande si il ne vallait pas mieux rester dans une relation, et je m’appercois que la souffrance vient de plus loin du passé un amalgame de tout ces blessures d’abandons non cicatriser. alors pour mieux comprendre et tenir le coup je lis vos hostoires à tous , et chacune d’entre elles me fait me demander pourquoi c’est si dur d’etre heureux simplment rien qu’avec soi.. bien sur je n’ai pas la reponse.. et alors je doute, de moi, de ma capacité a aimer et d’etre aimer. L’amour peut il etre aussi destructeur, faut t’il payer un fort tribu avant pour avoir cru un jour en lui… je me demande si l’amour n’est pas une supercherie, une chimere pour nous aider a tenir et a accepter notre vie en tant qu’etre humain quand la vie n’a pas trouver de sens!!!!

              Répondre
                1. mina

                  bonsoir a tous..

                  Oui j’ai lu l’article que vous me conseillez.. et je suis a la fois soulager et tres en colere… je viens de comprendre que celui que je venais de quitter m’avais tout bonement manipuler… en effet il est therapeute je l’ai rencontrer il y a un ans et demi.. il a reactiver mes blessures pour que je lui donne ce qu’il voulait .. j’en suis ecoeuré… reprendre une therapie me prendras du temps je pense…

                  Répondre
                  1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

                    Permettez-moi de vous dire que quelqu’un qui vous abuse ainsi est un faux thérapeute. Je comprends que vous soyez écoeurée et très en colère, même si j’estime que ce n’est pas une (bonne) raison pour vous délaisser vous en vous mettant dans le schéma de la victime que vous ne connaissez que trop. Nos mécanismes se répètent, jusqu’au moment où nous parvenons à les mettre en pleine lumière… il vous reste à trouver un thérapeute digne de ce nom.

                    Répondre
                    1. mina

                      Je ne me pose aucunement en victime car je prends ma part de responsabilité.. aussi la seule difference de taille c’est que j’ai toujours été honnete dans cette relation avec lui je parle.. comme vous le dite monsieur peronnet j’ai été abusé, par une personne qui elle savait ce qu’elle faisait et surtout qui conaissait les consequences de ses actes. mais je ne baisse pas les bras… cette histoire a eu le merite si je puis le dire ainsi de mieux cerner mes failles dans la mesure ou il a appuyer la ou ça fait mal.. et je me fais la promesse.. que je prendrai le temps, mais que je comblerai ses failles pour ne plus jamais QUE L’ON PUISSE S Y ENGOUFRER. JE NE ME LAISSERAI PLUS JAMAIS TOMBER NON;

  46. Menbati

    Je me permets de vous faire part de mon commentaire, car je vis une situation qui, pour moi, semble dramatique. J’ai vécus une relation qui a durée presque 7 ans avec un amour immense (des deux), avec des hauts mais aussi de nombreux bas (séparations, mensonges…), qui s’est finie dans la douleur, car ne sachant pas réellement ce qu’elle voulait, je l’ai quitté. Sauf que j’ai eu énormément de mal à m’en remettre et ça s’est aggravé quand 5 mois après j’ai appris qu’elle avait quelqu’un (je l’ai tres mal vécu) alors que moi même je venait de rencontrer quelqu’un. Bref, comme souvent (je pense) je tente de reprendre contact, elle me repousse et je fini par la laisser. Puis six mois après on se retrouve tous les deux dans la même situation ( quittés par nos amis respectifs) et le dialogue recommence et cette fois j’essaye de ne pas tout foutre en l’air (mais je sens bien le dilemme car elle est partagée entre les sentiments pour moi qu’elle tente de dissimuler et les sentiments pour celui qui l’a quittée). Puis c’est encore le clash car je ne sais pas mettre mon égo de coté et j’apprends qu’elle m’avait menti à l’epoque ou nous étions ensemble sur un sujet sensible…et je pars à 800 KM et pendant un an je ne pense (presque) plus à elle, je me remet en couple (appartement, chien etc…) jusqu’à il y a 3 mois où elle tente de reprendre contact (POKE sur facebook 🙂 ) et elle remet ça encore et encore si bien que j’accepte et nous n’avons qu’une seule discussion où finalement on ne parle de rien de peur de dire à l’autre qu’on est en couple etc…bref mais le mal était déjà fait, c’est à dire que je n’ai pas pu m’empecher de me renseigner et d’apprendre qu’elle s’est pacsée avec celui qui l’avait quitté juste après mon départ et que maintenant il attendent un enfant. Je suis complétement déboussolé, car je pensais avoir tourné la page et je reprend tout ça de plein fouet (ma copine ne s’en doute pas mais on se dispute beaucoup plus souvent maintenant) d’autant plus que je vais être amené dans les prochain mois à retourner vivre dans cette ville pour raison pro.
    Ca ressemble à un roman mais c’est malheureusement ce que je vis, je me pose pleins de questions, ne suis je pas parti pour les mauvaises raisons? Est ce que j’aurais du attendre et continuer pour la récupérer ? Je suis rongé par les regrets et de toute façon il est bien trop tard, d’autant plus que je fais avec ma nouvelle amie tout ce que j’aurais du faire avec mon ex et que je n’ai pas fait.

    Pouvez-vous m’éclairer s’il vous plait ?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Réveillez-vous et arrêtez de tromper les autres pour finir par vous tromper vous-même !

      Répondre
      1. menbati

        Malheureusement, si j’en arrive à poster un commentaire sur ce forum, c’est bien que je suis parfaitement réveillé, et que j’ai le sentiment profond et persistant que nous sommes passé à coté l’un de l’autre et que nous faisons le même constat. C’est difficile à justifier, mais cette fois et la fois précédente, c’est elle qui a repris contact en ayant parfaitement conscience de ce que je ressens pour elle. Ce que je veux dire c’est que ce n’ai pas mon égo ou ma fierté qui parle, et je ne souffre pas de cette maladie qu’ont certains hommes de vouloir reconquérir son ex pour savoir qu’ils en sont capable. Je parle juste de personnes étant complétement troublées en parlant / écrivant à l’autre (palpitation, bouffée de chaleur etc). Bien sur que j’ai des sentiments pour ma copine actuelle, et que nous pourrions sauter le pas nous aussi (comme mon ex), mais j’ai ce sentiment de faire une grosse connerie et que j’en souffrirai toute ma vie.
        A-t-elle repris contact pour les même raisons que moi ( sentiment de faire une connerie, de passer à coté), ou bien juste pour me faire souffrir ou encore pour d’autres raisons que j’ignore ???

        Tout ça pour dire que ça a jeté un gros voile sur mon couple actuel et que comme vous me l’avez dis, il faut que j’arrête de tromper les autres et il faut que j’arrête de me tromper moi même … mais il me faut ces réponses, car je ne peux pas ignorer ce que je ressens, mais je ne peux pas non plus tout balancer pour un ressenti.

        Qu’entendez vous par arrêter de me tromper moi même ???
        Merci de votre réponse.

        PS: petite précision, nous avons tout les deux 29 ans et nous nous connaissons depuis l’age de 10 ans et j’ai des sentiments pour elle depuis que j’ai 14 ans…

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Se tromper soi-même c’est par exemple, dans la même phrase parler « d’amour immense », de tromperie, de séparation et de mensonge… Je vous répète donc… Réveillez-vous !

          Répondre
          1. menbati

            Je comprends très bien ce que vous entendez par se tromper soi-même, et il est vrai aussi que je ne peux trop développer dans un simple post. Quand je parlais de mensonge et de tromperie, ce n’était pas au sens que l’on pourrait l’entendre dans une relation amoureuse, c’est, par exemple, de ne pas dire toute la vérité sur une relation passée (pour ne pas compromettre une relation naissante), ou encore simplement de ne pas communiquer assez et donc de mettre des ressentis de coté et par conséquent de « tromper » quelque part sa partenaire…bref, en aucun cas, nous nous sommes trompé l’un et l’autre durant toute notre relation, disons juste que, pour ma part en tout cas, j’ai fais des erreurs de jeunesse (ne pas communiquer, me lancer dans un projet qui risquait de me prendre beaucoup de temps, et donc de créer des tensions…), erreurs qui m’ont d’ailleurs couté notre couple. En effet, les raisons principales de notre séparation ne sont pas sentimentales mais plutôt « raisonnable » (si l’on peut dire), c’est à dire qu’à l’époque, étant assez obtus et surtout étant sous l’emprise familiale, qui ne voyait pas d’un bon œil cette relation (classe sociale, idées politiques…) et qui m’avait fait mettre le doigt dans un engrenage professionnel qui me prenait tout mon temps, je me suis retrouvé pris entre deux feux, et là effectivement, je me suis TROMPE. Et j’ai choisi m’a famille…pour les conséquences que l’on connait. Mais je n’ai été capable de faire cette analyse, qu’une fois parti loin de ma famille et d’elle aussi, c’est à dire une fois libre de penser sans contrainte.

            Je sais bien que vous ne pouvez pas vous mettre à sa place et répondre à mes questions, mais peut-être m’aider à mettre des mots sur ces maux.

            Faut-il que je lui parle sincèrement, que je l’écoute avec attention, sans arrières pensées, afin de voir ce qu’il se passe ou bien simplement laisser passer l’orage et attendre que la douleur s’amenuise…?

            je lui en veux de m’avoir recontacté et pourtant je ne peux pas être amer envers elle.

            Sommes nous en train de faire fausse route tous les deux en voulant coute que coute prendre des chemins différents, ou avons nous « raison » et devons nous continuer dans ce sens…?

            Ne vaut-il pas mieux SAVOIR quitte à souffrir intensément pendant une courte période (tout est relatif) ou bien NE PAS SAVOIR et souffrir un petit peu toute sa vie…?

            Répondre
            1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

              Vous lui en voulez et vous vous en voulez de lui en vouloir…
              Comment voudriez-vous parvenir à avoir une relation pacifiée avec l’autre tant que vous ne vous êtes pas pacifié vous-même ?
              Cherchez les causes de votre manque de confiance en vous qui vous contraignent ainsi à la peur et à la méfiance.

              Répondre
              1. menbati06

                Merci pour vos réponses et le temps que vous y avez accordé Mr Perronnet.

                J’ai vécu un traumatisme étant plus jeune (accident de la route, dont j’étais responsable, qui a entrainé la mort d’une personne, j’avais 16 ans), qui pourrait être une des causes, sachant que je n’en parlais que très peu voir jamais à personne, jusqu’à ce que nous nous séparions et que je décide de me bouger et d sortir de ce carcan émotionnel dans lequel je m’étais emmuré ( jamais de pleurs…), comme par exemple, reprendre contact avec la famille de la victime, pleurer avec eux, demander pardon, aller sur les lieu de l’accident me reccueillir etc… et une fois la carapace brisée, là j’ai pris conscience de l’ampleur de mes sentiments (mais trop tard). Car comme vous vous en doutez, toutes mes défenses que j’avais mis longtemps à batir se sont effondrées d’un coup, défenses qui m’avaient permis d’encaisser la séparation.

                En tout cas merci Monsieur, ça m’a soulagé un peu d’en parler

                Répondre
  47. Lila

    Pour continuer sur la question initiale qui vous est posée, voici ma situation.
    J’ai fréquenté X. entre l’âge de 17 et 30 ans. Cette relation m’a comblée à tous les niveaux, X. était mon île, au point de vue émotionnel, amoureux, il comblait tout. Ma relation avec ma mère a été extrêmement vide et difficile, et X m’a donné tout ce qui me manquait.
    Nous avions une relation très protégeante, sécurisante. Nous étions comme des enfants l’un avec l’autre.
    À l’âge de 30 ans, j’ai ressenti le besoin de nouveaux défis. J’ai eu le besoin de me sentir ‘femme’ autant pour moi que dans les yeux des hommes.
    Notre relation s’est terminée, mais le cordon n’a jamais été coupé et cela fait 7 ans que ca dure. Impossible de ne plus se voir, mais nos rencontres sont douloureuses, impossible de revenir ensemble parce que des rapprochements physiques s’avèrent inconfortables et impossible de s’engager ailleurs, tellement la culpabilité, la tristesse, et le devoir de loyauté sont présents. Et envahissants.
    Le fait de continuer à voir X. contribue à prolonger ces sentiments, mais nous nous ennuyons tellement l’un de l’autre lorsque nous tentons de couper les contacts, qu’il nous est impossible de faire autrement.
    J’aime encore X., de tout mon coeur, d’un amour inconditionnel, et il m’est extrêmement difficile d’accepter la situation telle qu’elle est. Après tout ce temps, un morceau de musique, une parole, une odeur me transporte dans le passé en des temps plus heureux.
    Je viens de commencer une thérapie. Mais je ne vois pas le bout du tunnel.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Poursuivez votre thérapie qui – je l’espère – vous permettra de mettre de l’ordre dans la confusion qui est la votre. Vivre votre vie de femme ne sera possible que quand vous aurez résolu votre dépendance à ce passé si douloureux…

      Répondre
  48. Mugen

    Bonjour,ce post est tres vieux mais peut etre marche t-il encore… Ca serait plutot une bonne chose pour moi ! j’ai 29 ans.

    Donc, il y’a 7 ans, mon meilleur ami a rencontré sa copine. Au début, je ne faisait pas attention à elle, elle ne m’interessait pas vraiment et puis etant la femme de mon ami, je me limité a simplement lui parlé poliement.

    Petit à petit j’ai appris à la connaitre et on discuté beaucoup, mais jamais sans avoir « d’idées ». Et puis un jour ils se sont séparés au bout de 4 ans. Nos discussions sont devenues plus nombreuses et un jour nous sommes sorti ensemble, mais en  » cachette ». Mon comportement à changé, je suis d’ordinaire plutot froid et je ne montre pas mes sentiments. Et là, j’etais devenu mieleu, ce qui m’a beaucoup etonné et elle surtout.

    Ce comportement m’a plutot desservi et son reflex à était d’etre un peu agressive et de me manipuler. Je prenais son comportement normal, parqu’elle se sentais mal. Puis elle a fini par arreter et apres que mon ami soit revenu avec beaucoup de mal elle s’est remi avec lui. J’ai eut du mal à sortir de cette periode, j’ai coupé tout contact pendant un temps, puis nous nous sommes remis en contact petit à petit.

    Durant 1 an, il ne s’est rien passé, elle etait redevenue la femme de mon ami et moile célibataire fetard qui ne voulé pas etre en couple ! Mais nous nous sommes rapprochés de nouveau et cette fois j’avais un comportement plus moderé je ne voulais pas me faire « avoir » une nouvelle fois. J’ai pri le temps de devoiler mes sentiments petit a petit. Tout cela marché tres bien, sauf le fait qu’elle trompé son homme et moi mon meilleur ami. Mais un soir, je l’ai trompé. Je n’etais pas sur de ses sentiments et je ne voulais pas de mon coté tombé amoureux d’elle a 100% de peur d’etre une nouvelle fois déçu. Elle l’a appris, nous avons eut une longue meme plusieurs discussion. Nous nous sommes remis ensemble, mais rapidement elle a décidé d’arreter completement.

    J’ai voulu comprendre ca, parcque j’avas fais une erreur et j’etais sur de pouvoir faire face une nouvelle fois. Et cette fois ci je n’ai pas couper le contact, parce que je ne voulais pas etre faible, ou la rendre responsable de mon action.

    Nous nous apprecions beaucoup et nous sommes en contact presque tout les jours. La rupture est venue également du faite que l’on savait que ca allais etre compliqué car nous avons le meme cercle d’ami, elle, mon ami et moi. Que ce n’etait pas bien et pas possible. J’ai eut un peu de mal, plus que la premiere fois, pour une des premieres fois, j’ai pleuré pour quelqu’un. Cela fait 2ans maintenant que tout cela est fini, je la vois toujours autant, parfois nous sommes tres proches parfois on ne se parle plus pendant quelques jours. Nous savons tout les 2 que nous nous plaisons et nous nous attirons. Mais elle m’a souvent repeté qu’elle aimait son homme. Ils ont acheté un bien ensemble et elle va avoir un enfant.

    J’etais persuadé que ce genre d’evenements m’aurait fait oublié ce que je ressens pour elle, parcque de telles actes sont forts et la vérité est la.
    Mais aucun de ses actes, ne me font oublié que j’en suis amoureux. Cette amour affecte tout le reste de ma vie. Je ne me sens bien nul part, je ne trouve pas de femmes pour lesquelles je sent que je puisse tombé amoureux. Elle me donne envie de faire des choses et surtout de me dépasser. Je suis tombé amoureux 2 fois dans ma vie une fois a 18ans, ce que je considere comme une aventure tardive de vacances et cette fois là.

    Elle est la seule à avoir vu qui j’etais vraiment, c’est à dire que pour tout le monde je suis froid pas romantique et je suis un celibataire endurcit. Il n’y a qu’à elle que j’ai montré mon coté « couple ». j’agit de cette facon, car je pense que c’est un genre de cadeau, de preuve de mon amour, de ne montré qu’a elle ma personnalité complete.

    Le résultat c’est que je ne me sors pas des remords de mes actions, que je ne cesse d’imaginer ce que je ferais pour elle et ce que serait ma vie, si j’avais su saisir mon opportunité.

    Bientot je vais l’engager, parcqu’elle est doué dans ce qu’elle fait et je ne veux pas me priver de competences pareils parcque je n’arrive pas à surmonter mes setiments.

    Voila, j’espere que vous pourrez m’aider un peu, je ne parle de ca à personne et ca devient dur, j’ai de moins en moins de joie de vivre et ma compagnie devient de plus en plus ennuyeuse pour mes amis.

    Merci à vous de m’ecouter…Même si il n’y a plus personne !

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Trouvez pourquoi vous devriez vous condamner à vivre masqué en craignant le regard des autres ? Etes-vous à ce point persuadé que le bonheur n’est pas pour vous ? Pour quelles raisons le seriez-vous ?

      Répondre
      1. Mugen

        Merci d’avoire repondu si vite.

        Je ne crains pas le regard des autres en ce qui concerne mon attitude. Je veux simplement rendre la personne à qui je tiens exclusive. Et je la rend exclusive en lui montrant ce que je ne montre pas aux autres.

        La 2eme question, je ne l’avais pas envisagée… Est ce que je suis persuadé que le bonheur n’est pas pour moi, jusque la non. Mais en y repensant, finalement, à mon age, j’ai une carriere professionnelle, je peux tenir une conversation, je suis autonome, mais malgres cela, en plus de ne pas trouver une autre personne que cette fille en question, je ne suis pas sur d’en vouloir une autre.

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Vouloir vous attacher une personne en lui montrant de vous ce que vous gardez exprès caché auprès des autres n’est-il pas être calculateur ? Et si vous l’êtes, c’est vraisemblablement parce que vous vous dites que c’est le seul moyen pour vous de vous « attacher » une femme… Si vous pensez ainsi, c’est que vous n’avez guère confiance en vous et c’est cette absence de confiance qui vous contraint à ces contorsions dans les relations. Tant que vous n’aurez pas été voir de plus près ce qui vous contraint à ces manipulations, vous y resterez soumis donc insatisfait et en souffrance.

          Répondre
          1. Mugen

            Je ne crois pas faire ca pour « m’attacher » quelqu’un, mais plutot pour prouver que je ne ment pas et qu’elle est differente des autres.

            Par contre effectivement dans ce domaine je ne suis jamais vraiment sûr de ce que j’entreprend. Je suis, je pense, en général confiant, mais beaucoup moins à ce niveau là.

            Mais de quelle manière je peux  » aller voir de plus près ce qui me contraint à ces manipulations  » ?

            Si ca m’aide à devenir plus ouvert aux autres femmes et transformer celle qui qui me tourmente en simple amie, je suis plus qu’enclin à découvrir ce genre de choses !

            Répondre
            1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

              Pourquoi voulez-vous vous prouver que vous ne mentez pas puisque vous ne mentez pas ? Qu’est-ce qui à l’intérieur de vous vous contraint ainsi à la justification ? La réponse à ces questions se fait à travers une démarche de connaissance de soi. La connaissance de soi ne transforme pas les autres mais soi-même donc le regard que vous posez sur les autres.
              Pour aller plus loin, vous pouvez lire : Voir ses schémas* à l’oeuvre pour y renoncer.

              Répondre
  49. lavieenlair

    Bonjour,
    Mon mari m’a quitté il y a 6 mois suite à une dépression. Enfin, il ne m’a pas vraiement quitté puisqu’à ce jour les seuls mots qu’il m’a dit sont « je ne sais plus si je t’aime et j’ai besoin de reflechir seul ».
    J’ai très bien compris sa démarche, mis le doigt sur ce qui n’allait pas dans notre couple, lui en ai fait part et ai attendu patienment, persuadée qu’il reviendrait vers moi.
    Sauf qu’entre temps il a rencontré une collègue, s’est mis avec et, n’ayant plus de lieu ou habiter, à fini par enmenager chez elle.
    J’ai encore attendu 2 mois car sa démarche était loin d’être limpide. Tout en vivant et partant en vacances avec cette fille, il n’a cessé de me tenir des discours du type « je ne rencontrerais personne avec qui je m’entend mieux que toi », « penses-tu que l’on pourrait se remettre ensemble » ce qui contribuait à me laisser esperer son retour. Parrallèllement il refusait la vente de notre appartement et la procédure de divorce.
    Puis j’ai finit par comprendre, à grand renfort de lecture sur le deuil, qu’il était dans une complète nostalgie de notre relation passée (qui a duré 7 ans) et que sa démarche était juste la preuve de son incapacité à faire le deuil. Il tente donc de « se laisser des portes ouvertes » car il n’a toujours pas assumé son choix sur lequel il a encore des doutes et est rongé par la culpabilité. Parrallèllement il n’a jamais rien fait de concret pour me prouver qu’il voulait revenir vers moi (je précise que je pense toujours qu’il fait une depression et qu’il est aujourd’hui suivi par un psy).
    De mon côté et forte de la deception que j’ai eu, j’ai décidé d’avancer et est imposé vente et divorce. Aujourd’hui je veux passer à autre chose et ne pas partir avec « un boulet au pied » sur une prochaine relation.
    Je pense avoir bien réagit et n’ai pas de regrets (pour moi la relation était très bien mais elle appartient au passé). Je me sens suffisement sur de moi pour avancer dans la vie vers autre chose.
    Qu’en pensez-vous?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Hé bien vous me semblez une femme lucide et bien décidée à prendre votre vie en main. Je vous souhaite bonne chance sur ce chemin de respect de vous-même.

      Répondre
  50. Amely M

    Bonjour,

    Je vais essayer de faire simple mais ce sera bien difficile puisque l’histoire est énormément compliquée.

    J’ai été en couple pendant 1 an et demi avec un homme que j’ai tout d’abord rencontré sur internet. C’était la première fois qu’une telle chose m’arrivait. Nous sommes tombés amoureux avant même de se voir face à face. Nous parlions sur MSN pendant des heures. J’étais profondément amoureuse de lui.. ou de ce que je croyais qu’il était.. je ne sais plus. Nous nous sommes vu 3 ou 4 fois avant de décider, 2 mois plus tard, de devenir officiellement un couple. Nous n’avions alors même pas eu de relations sexuelles.. C’était comme si je revivais mon premier amour d’adolescente.. 1 mois et demi plus tard, je déménageais dans sa ville en abandonnant ma colocataire, mon emploi, mes amis etc. J’étais vraiment certaine que cet homme était le bon et il me disait la même chose. Les premiers mois ont été magnifiques. Le sexe était magique.. L’affection qu’on éprouvait l’un pour l’autre.. et puis tout a basculé.. Peut-être avions nous trop idéalisé cette relation? Bref, la déception a pris toute la place. Je me suis sentie carrément en perte de contrôle, j’avais tout abandonné pour une relation qui n’était pas si merveilleuse que je l’avais cru. Nous nous sommes finalement laissé. Ça a duré 1 mois et demi (mais on continuait de se voir au moins 1 fois par semaine et à avoir des rapports sexuels).. Il a été voir ailleurs et est revenu vers moi en disant qu’il n’avait jamais arrêté de m’aimer et qu’il s’en était rendu compte en voyant quelqu’un d’autre. Nous avons repris. Je n’avais plus confiance en lui car quand je le revoyais, je lui demandais si il voyait quelqu’un d’autre et il me jurait que non.

    Je l’aimais de tout mon coeur mais je ne m’aimais plus moi-même. Mon emploi ne me valorisait, j’étais sensée retournée aux études mais je ne l’avais pas fait car pour cela je devais déménager et mon ex refusait d’avoir une relation à distance.. De plus, j’avais un problème de glande thyroïde dont j’ignorais l’existence et je prenais du poids sans aucune raison. Bref, comment aimer bien quelqu’un quand on ne s’aime pas soi-même? J’avais aussi l’impression qu’il draguait d’autres filles sur internet.. Il me cachait des choses. Finalement, cela s’est soldé par une autre rupture. On continuait encore à se voir. Il voyait une autre fille.. Il me mentait encore. Il disait qu’il m’aimait encore très fort mais que notre relation ne menait nulle part. Il disait qu’il se sentait perdu.

    5 mois plus tard.. Je tombe enceinte de lui. Nous nous étions jamais protégé, malgré nos problèmes, on croyait s’aimer assez pour un jour avoir un enfant ensemble. cependant, quand je suis tombée enceinte, ce n’était pas voulu. Après presque deux ans sans protection, on n’y pensait vraiment plus. Oui je sais, on était irresponsables…

    J’ai décidé de garder le bébé même si lui ne voulait pas. Il s’apprêtait à déménager à 8h de route de moi pour faire un cours que JE l’ai poussé à faire quand j’étais en couple avec lui.. Même si lui menaçait de me laisser tomber si je déménageais a 1h de route de lui… Je voulais qu’il s’accomplisse.. Je n’existais plus dans cette relation..

    alors il m’en a voulu énormément de garder cet enfant qu’il ne désirait plus. On a essayait de revenir ensemble pour une 3e fois.. Il était toujours ambivalent. Il me promettait par contre de ne pas aller voir ailleurs et de m’aimer. Puis, à environ 5 mois de grossesse, il a couché avec une fille qu’il a rencontré dans un bar. Il me l’a dit. Je l,ai traité de tous les noms possibles et je lui ai dit qu’il n’avait plus d’espoir pour nous deux. Malgré cela, je l’ai revu quand il revenait en région voir sa famille et ses amis. Je n,arrivais pas à me défaire de lui.. surtout pas en portant son enfant. Il me disait encore qu’il m’aimait, qu’il ne savait pas ce que cela lui ferait quand il verrait notre enfant. Qu’il voulait me revoir. Puis quelques jours avant de revenir encore en région, il a rencontré une fille. Cette fois-ci il n’a pas semblé avoir de regrets. Il s’est excusé de m’avoir fait des accroire mais pas d’avoir eu cette relation 2 mois avant que j’accouche. Je me suis vraiment senti pas respectée.. J’ai très mal.

    Aujourd’hui on ne se parle plus. J’accouche dans 1 mois et je ne crois pas qu’on se parlera avant cela. Pourtant, une petite voix intérieur me dit que cet homme est seulement mêlé.. J’ai l’impression qu’il va se repointer et vouloir me revenir.. J’ai encore l’impression que ce n’est pas fini entre nous.. mais est-ce que je m’accroche à cette relation parce que je ne m’aime pas assez pour me permettre de rencontrer une meilleure personne? Ou parce que j’aime vraiment cet homme et que je crois encore en notre amour.. Je ne sais plus que penser.. Aidez-moi 🙁

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *