Les autres me déçoivent

Et il n’y a pas de place pour l’espoir

« C’est l’attente qui est la cause de tous les soucis. Vos espoirs et vos désirs sont en vous, alors que les actions des autres et les événements se déroulent dans le monde extérieur. Alors ? L’attente n’est-elle pas inutile ? Les choses peuvent tourner comme vous vous y attendez ou non. Tout dépend des facteurs extérieurs ! Et non de vous ! Alors ? Espérer quoi ? Vous devez accepter ce qui est arrivé, ce qui arrive. Il n’y a pas de place pour l’espoir. »

Swami Prajnanpad, Les Yeux ouverts, p. 110-111.

Question de Anavlis :

La communication avec les autres est devenue très délicate de nos jours. Il y a des gens qui, à tout moment, veulent s’imposer et font preuve d’une attitude de dédain envers l’autre.

Comment faire pour ne pas briser la communication sans pour autant rien avoir à concéder de ses valeurs et principes de vie.

Je vous remercie par avance de votre réponse.

Mes pistes de réponse :

La raison pour laquelle nous nous retrouvons déçus quand l’autre ne répond pas à nos attentes, c’est que nous considérons comme normal et naturel qu’il y réponde.

Mais pourquoi – au juste – devrait-il y répondre ? Considérons-nous nécessairement comme normal et naturel de répondre aux attentes des autres ?

À penser que la communication avec l’autre est devenue très délicate de nos jours, j’aurais intérêt à me demander pour qui de moi, pour quel aspect de moi, pour quelle part de moi-même, elle serait devenue si délicate.

Tout de suite il m’apparaitrait que la part de moi-même enfermée dans son terrier1, donc incapable de se remettre en cause, ne peut que ressentir le besoin que les autres soient en accord et en harmonie avec la manière dont je pense et ressent les choses.

C’est ainsi que le plus souvent, sûrs de notre (bon) goût, de nos certitudes et de notre bon droit à ressentir les choses comme nous les ressentons, nous n’imaginons pas un seul instant que l’autre puisse avoir des opinions ou des goûts différents des nôtres.

Or pour parvenir à ne plus souffrir de ce que nous prenons si souvent comme des manquements si ce ne sont des maladresses, ou même des fautes des autres à notre égard, il nous faudra réussir à prendre la responsabilité de nous-même, puisque c’est dans l’exacte mesure où nous avons besoin de l’autre que nous nous exposons à pouvoir être déçus par lui.

Dans une relation interpersonnelle, le jugement sur l’autre apparaît au moment où l’une des deux parties, se sentant en faiblesse ou en insuffisance par rapport à elle-même, s’inquiète de ne pas se sentir suffisamment comprise par l’autre. Il nous faut donc regarder en face la manière dont – sous le prétexte de ressentir le besoin d’être reconnu, validé, légitimé ou confirmé par les autres – nous sommes susceptibles – même involontairement – de juger ces autres à travers notre déception à ce qu’ils ne pensent pas comme nous.

Ainsi nous nous exposons tous à trouver la relation aux autres délicate, insatisfaisante, et même décevante, à la mesure dont nous projetons sur ces autres nos propres attentes.

Pas d’attente, pas de risque de déception, ce qui signifie qu’il nous faut apprendre à examiner très attentivement nos attentes afin de parvenir à les rationaliser.

La manière dont nous allons nous y prendre avec les autres en même temps que nous parviendrons à en être libres, dépend de la manière dont nous allons les accepter tels qu’ils sont en les laissant être ce qu’ils sont, c’est-à-dire sans faire de leur différence une affaire personnelle donc une cause de souffrance.

Si j’ai le désir d’aller ce soir au cinéma avec ma femme et qu’elle n’en a pas envie, vais-je me mettre à penser, sous le prétexte de ma déception, qu’elle pourrait quand même faire un effort pour moi ou – m’ouvrant à son besoin à elle – vais-je simplement entendre ce qu’elle me dit et organiser ma soirée en conséquence ?

Prendre conscience que depuis toujours, chaque être est unique et différent et qu’il est donc très imprudent de prendre ses désirs pour la réalité est infiniment précieux puisque cela nous permettra de ne plus nous attendre à ce que l’autre se comporte comme nous en ressentons le besoin. Cela devrait nous intéresser tout particulièrement puisque c’est quand nous conditionnons l’autre à nos besoins que nous nous exposons à souffrir de ses comportements.

Dans l’enfance, époque à laquelle parce que nous étions pleinement dépendants des adultes, nous pouvions penser que ces derniers n’étaient parfois « pas gentils » avec nous quand ils ne satisfaisaient pas nos désirs, mais qu’en est-il devenu aujourd’hui que nous sommes adultes ? N’est-il pas normal qu’un enfant se sente dépendant du bon vouloir d’un plus grand que lui ? Mais pourquoi un adulte devrait-il se sentir dépendant d’un autre adulte libre qui ne lui doit rien ? Ce peut être ici l’occasion de voir comment nous nous y sommes pris dans nos relations aux autres (et en particulier à nos proches), pour créer de la dépendance en les rendant dépendants de nous, en même temps que nous avons organisé notre propre dépendance par rapport à eux.

S’accorder au réel, c’est voir réalistement qu’il y a beaucoup plus de chances que les autres ne se comportent pas selon nos attentes que l’inverse puisqu’ils ne sont pas nous ! Dans notre inconscience, mus par notre moi égocentrique, nous nous indignons en nous comportant bien souvent comme des enfants gâtés qui pensent que tout leur est dû.

Il nous faut parvenir à comprendre que c’est à travers la manière dont nous dirigerons notre pensée par rapport aux autres (notre manière de percevoir les autres), qui est et sera à l’origine de ce que sous vivrons avec eux.

Cela signifie que nos jugements sur les autres conditionnent pour le pire comme pour le meilleur ce que nous allons devoir vivre dans notre relation à eux. Dans mon travail, j’étais ce matin en relation avec une jeune femme psychologue qui me confiait de manière très pertinente qu’elle avait remarqué que quand elle dirigeait positivement son attention sur le meilleur de son compagnon, elle l’aimait en même temps qu’elle se sentait aimée par lui…

Je cherche juste là à attirer l’attention de mon interlocutrice sur le fait que le jour où elle n’estimera plus que « de nos jours la communication avec les autres est devenue très délicate », elle se sentira en paix et en harmonie avec les autres et en particulier avec ceux qui n’auront pas répondu à ses attentes. Il y va donc de la condition même de sa paix intérieure : à ressentir les autres comme des ingrats, nous amplifions considérablement notre insatisfaction comme notre souffrance à leur égard et plus généralement dans nos relations.

Être souple et tolérant dans la relation c’est donc permettre aux autres d’être ce qu’ils sont, de penser comme ils pensent et d’avoir les comportements qui sont les leurs, même quand ils sont en désaccord avec nos valeurs. Si ces autres s’imposent à nous en faisant preuve de dédain, si nous sentons qu’ils cherchent à nous dominer, nous avons toujours la possibilité de les laisser être ce qu’ils veulent être en ne leur accordant pas d’importance. Pour nous aider à cela il nous faudra garder en tête qu’à chaque fois que nous reprochons2 aux autres les comportements qui sont les leur, nous en devenons les victimes.

À faire des reproches aux autres, nous croyons nous en débarrasser à bon compte alors qu’à les rendre responsables de ce dont nous sommes nous-mêmes responsables (notre manière de les appréhender), nous nous rendons dépendants d’eux. Nous n’avons le plus souvent pas conscience qu’en procédant de la sorte ce sont nos propres difficultés que nous amplifions considérablement.

Devenir responsable de soi-même est un beau programme qui permet d’accéder à l’autonomie et à la liberté : c’est bien moi (et non pas les autres) qui suis à l’origine de ce que je ressens.

À demeurer aveuglés par notre moi égocentrique, nous sommes nombreux à penser qu’il est normal et naturel de pouvoir compter sur les autres, en particulier sur leur compréhension et même leur complicité à notre égard. C’est ainsi que nous nous y prenons pour oublier la loi de la différence.

« S’attendre à ce qu’une autre personne agisse suivant votre désir est une absurdité ; c’est contre­nature. Et pourtant c’est ce que les hommes font. Et parce que cette attente est déçue, ils se sentent frustrés et insatisfaits. C’est un non-sens complet de s’accrocher à ce faux espoir, à ce désir dépourvu de réalité. » répétait Swami Prajnanpad.

La meilleure attitude pour celui qui veut rester lui-même sans courir le risque de briser la communication, sans non plus « concéder de ses valeurs et principes de vie » est donc de laisser l’autre être ce qu’il est, là où il est.

Souvent nous entreprenons de vouloir convertir l’autre à notre point de vue plutôt que de le laisser être ce qu’il est sans lui opposer de résistance3. Pourquoi donc ?

S’il nous arrive de sentir qu’en prenant sa place à lui, l’autre nous fait de l’ombre, cela parle de nous qui n’avons pas encore osé faire l’expérience de cette place-là. À nous, dans ce cas, d’oser en faire l’expérience en choisissant un autre moment pour la faire, puisque nos jalousies secrètes parlent de nos besoins inassouvis qui demandent à être enfin libérés.

Si – a contrario – une personne cherche à s’imposer et que nous sommes clairs avec le fait qu’elle ne nous fait pas envie, pourquoi ne lui donnerions-nous pas volontiers la place qu’elle souhaite prendre sous les projecteurs ? À rester dans l’ombre, ne sommes-nous pas dans le lieu idéal dans lequel personne ne pourra jamais nous faire de l’ombre ?

Le besoin de vouloir changer l’autre est un besoin du petit enfant en nous (on parle de besoin infantile), l’adulte en nous sait que cela est vain parce qu’un être ne peut changer que parce qu’il s’y attelle lui-même et il s’y attelle parce qu’il y consent, nous savons tous au fond de nous-même que personne n’a le pouvoir de faire changer l’autre malgré lui. Vouloir ou espérer secrètement le changement de l’autre est en vérité une vraie toxicité pour nous.

À moins que l’enfant en nous ne résiste (auquel cas il faudrait examiner de plus près cette résistance), pourquoi ne dirigerions-nous pas notre attention dans une autre direction ?

Cela nous sera d’autant plus facile que nous serons parvenus à une certaine autonomie donc que nous ne serons plus les esclaves infantiles du besoin d’être reconnus par l’autre.

Certaines personnes se vivent intérieurement et éternellement comme des « petite personne », or les petites personnes n’existent que dans la tête de celles qui les qualifient ainsi. Pourquoi continuer de penser être une « petite personne », plutôt que de remettre courageusement en cause une croyance aussi clairement liée à une toxicité familiale ?

Familièrement, on peut appeler cela apprendre à « s’occuper de ses oignons » en veillant à ne pas s’occuper de ceux des autres, et c’est sans doute là la meilleure manière de préserver sa liberté, le meilleur moyen de rester ouvert et souriant plutôt qu’amer et déçu.

© 2024 Renaud Perronnet. Tous droits réservés.

Notes :

1. Je reprends là la sympathique et si juste expression de Fabrice Midal.

2. Lire à ce sujet l’article : Pourquoi le reproche est vain et nuisible ?

3. Lire à ce sujet l’article : Du conflit à l’art de l’esquive

Illustration :

Pour aller plus loin sur ce thème, vous pouvez lire :

Compteur de lectures à la date d’aujourd’hui :

671 vues


Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article de 5 pages au format PDF, en cliquant sur ce bouton :


CLIQUEZ ICI POUR VOUS ABONNER AUX COMMENTAIRES DE CET ARTICLE
Abonnement pour
guest

5 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Anavlis

Je vous remercie infiniment de votre réponse ainsi que des différents éclairages que vous portez sur ce sujet. Les questions que je me suis posées sont les suivantes: 1- Quelle est la raison qui poussent les proches à te faire du mal quand tu ne leur a fait que du bien? Dans un moment donné de notre vie à deux, j’ai apporté un grand soutien psychologique et même financier à mon compagnon et à toute sa famille. Ce que je voudrais en retour? Rien, juste je voudrais les aider parce qu’ils étaient dans le besoin et je l’ai fait, sans… Lire la suite »

Anavlis

Merci beaucoup de vos réflexions aidantes! On a toujours besoin de lectures extérieures pour approfondir notre connaissance de soi de l’intérieur.

Isabelle

Oui il me semble que dans ce genre de situation il vaut mieux s’éloigner ou partir sans juger, uniquement « parce qu’on constate « que nous avons été trop loin à donner plus que ce que nous voulions ou étions capable de donner réellement. Entre ce que nous sommes et ce que nous voulons être il y a un long travail sur nous, sur notre ego, etc…. Une astuce qui m’a grandement aidé a été de me mettre à aider l’autre uniquement quand il me le demandait clairement. Aider l’autre c’est noble mais souvent un comportement toxique malgré nous …. Qu’en pensez… Lire la suite »

Anavlis

J’ai appris à m’aimer avant tout et à circonscrire mon territoire sans laisser aux autres de profiter de moi. J’ai appris à s’entraider ou aider sans rien demander en retour, mais sans se sacrifier pour l’autre. J’ai appris à être moi, à économiser mon énergie sans pour autant cesser d’être humble et positive. J’ai appris à s’ouvrir bc plus aux relations humaines pour relativiser les faits et en trouver des solutions propres à ma situation. Je ne cesse d’apprendre et de donner le meilleur de moi-même dans tous les domaines de ma vie. Merciii!