Comment aimer l’effort à 50 ans ?

Question posée par Ladydo :

Manque de persévérance. A 50 ans ça me tape sur les nerfs. Comment faire pour être constante, régulière et garder la motivation. Et surtout aimer l‘effort. Mille mercis !

Mes pistes de réponse :

Sans doute vous faut-il éviter de vous faire peur avec les mots qu’on a utilisé contre vous dans votre enfance ? À vous lire j’ai le sentiment d’entendre un parent impatient critiquer son enfant, ou un prof énervé mettre une appréciation négative sur un élève.

À force de vous juger sur la base de qui vous pensez que vous devriez être, vous créez (par réaction), une formidable résistance en vous. En même temps vous perpétuez inconsciemment contre vous-même les jugements assénés par vos parents.

Si vous manquez de « persévérance » c’est vraisemblablement parce que ce mot – pour vous – rime avec enfermement. Si vous ressentez jusqu’à aujourd’hui le besoin de ne pas être constante c’est que l’injonction à devoir l’être pèse sur vous de façon mortifère.

Il va donc vous falloir être fine et habile avec vous-même en commençant par arrêter d’exercer sur vous cette pression en relation avec ce que l’on vous a répété que vous devriez être. Détendez-vous, vous n’avez à obéir à personne d’autre qu’à vous-même. C’est en osant ressentir les choses ainsi que vous pourrez, pas à pas, découvrir ce qui est important pour vous, ce que vous voulez vraiment. C’est donc parce que vous vous serez préalablement rapprochée de vous-même que vous pourrez atteindre vos objectifs.

Tant que vous prenez vos objectifs pour un devoir (une obéissance à un conditionnement extérieur à vous du type « il me faut aimer l’effort »), vous vous infligez – sans le savoir – une maltraitance. Que se passerait-il pour vous si vous envisagiez de vous ouvrir à votre propre vie, que vous répondiez avec douceur à vos propres besoins plutôt qu’aux injonctions des autres ?

Qui donc pourrait se réaliser contre lui-même ? Votre principal obstacle me semble être votre colère contre vous-même : en étant pour vous même une ennemie vous vous perdez.

Pour changer, vous n’avez pas d’autre solution que celle de commencer par prendre appui sur vous-même en apprenant à faire « avec » vous-même, avec vos éventuelles nonchalances et hésitations.

© 2022 Renaud PERRONNET Tous droits réservés.  

Illustration :

Effort, peint par Daniel-Julien Million

Pour aller plus loin, vous pouvez lire : J’ai peur de moi-même, conseillez-moi,  ainsi que Ressentiment ou responsabilité.


REVENIR À L’ENSEMBLE DES QUESTIONS / RÉPONSES ET POSER VOUS AUSSI UNE QUESTION


Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton :


CLIQUEZ ICI POUR VOUS ABONNER AUX COMMENTAIRES DE CET ARTICLE
Abonnement pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires