Je n’arrive plus à communiquer avec mon fils de 11 ans ?

Question de Touraya :

Assistante de direction à Marseille, France.

J’ai deux garçons 11 et 7 ans, W. 11 ans est au collège avec un an d’avance. Le 1er trimestre a été bon (14,86/20 de moyenne) et depuis les vacances de Noël il a décidé de régresser, ses notes sont en chute libre, il me ment, il me cache ses devoirs et interrogations écrites.

Je suis à bout, j’ai discuté avec lui, j’ai puni, il se repli sur lui même dans un mutisme, il ne répond pas quand j’ai des discutions avec lui…

J’ai tout essayé ou alors je m’y prends mal…

J’ai besoin d’aide pour que mon fils reprenne en main sa vie scolaire et qu’il extériorise ses problèmes.

Je sais qu’il m’en veut, j’ai trouvé dans ses papiers « Je hais une certaine… » et c’est l’adresse de ma boite mail.

J’ai besoin d’aide pour que mon fils aille mieux et retrouve sa joie de vivre au lieu de toujours me cacher les choses comme il le fait depuis fin décembre…

Merci pour votre compréhension et vos précieux conseils…

Ma réponse :

La première chose à comprendre dans la relation à votre fils est que si vous « imposez » vos demandes, vous obtiendrez la soumission ou la révolte, pas la rencontre et le consentement. La seconde chose à découvrir est en définitive « ce que vous voulez faire » de lui, donc « ce que vous allez faire » avec lui. Voulez-vous – dans la relation à votre enfant – construire un pont ou un mur ?

Parce que vous me dites souhaiter le « bonheur et la joie de vivre» de votre enfant, j’ai bien compris que vous souhaitiez construire un pont. Soyez assurée que c’est par le respect et la confiance que vous parviendrez à ce qu’il s’extériorise et à ce qu’il ne cache plus ce qu’il vit.

Pourquoi votre enfant vous ment-il ? Pourquoi vous cache-t-il les choses ? Les enfants mentent, deviennent sournois et hypocrites parce qu’ils ont peur, parce qu’ils savent que s’ils disent la vérité ils seront punis. Un enfant qui se sent écouté et accepté quand il dit la vérité n’éprouve pas le besoin de mentir à son parent, c’est aussi simple que cela.

Un enfant apprend principalement à travers les comportements et les attitudes de son parent (les enfants sont des éponges), quand il vous sent vous raidir, il prend peur, se raidit et se ferme à son tour. Si cela ne peut pas être autrement pour lui, peut-être cela peut-il être autrement pour vous ?

Quelle est cette insécurité qui vous ronge de l’intérieur et vous oblige à « être à bout » avec un enfant qui est au collège avec un an d’avance et qui a eu près de 15 de moyenne au dernier trimestre ? Voudriez-vous demander à l’ex-enfant qui est en vous ce qu’il en pense ?

Un enfant qui a soudainement des notes en chute libre n’est-il pas un enfant qui vit une difficulté que vous ne connaissez pas ? Un enfant peut-il de lui-même « décider » de régresser, ou n’est-il pas plutôt lui-même la victime de ce qui lui arrive ? Un enfant « en régression » n’est-il pas le plus souvent un enfant devenu incapable de partager avec une personne de confiance les causes de ses comportements (ses mal-être) parce qu’il ne se sent plus en confiance ?

Un enfant vous ment et vous cache les choses parce qu’il vous craint au moment même où il aurait tant besoin de se sentir entendu et compris par vous.

C’est ainsi que dans le désarroi qui est le sien, votre enfant ne pouvant plus « faire confiance », se réfugie dans l’enfermement et le mutisme, quitte à confier à une feuille de papier (précieuse confidente !) la vérité de son ressenti émotionnel vis-à-vis de vous.

Vous me dites avoir « discuté » avec lui, mais avant de discuter (discuter étant le plus souvent essayer de convaincre l’autre), l’avez-vous simplement écouté ? Avez-vous réussi à lui faire réellement sentir que sa mère l’écoutait ? Surtout, comment allez-vous vous y prendre maintenant pour lui faire ressentir cela ?

Votre désarroi qui vous pousse à m’écrire en me parlant de mes « précieux conseils » vous montre à quel point vous l’aimez et que derrière vos ressentiments et vos énervements, votre cœur de mère reste ouvert.

L’éducation de votre fils ne peut se faire que dans le respect et l’amour de vos deux personnes, et je ne doute pas que l’aide que vous sollicitez soit à la mesure de l’amour que vous lui portez. La perception que vous avez de la réalité de votre relation à lui vous permet même de vous interroger lucidement : peut-être que je m’y prends mal ?

Comme il est inscrit dans les « paroles essentielles » de mon site : « Parler à un adolescent, ce n’est pas lui dire : « Maintenant je suis là pour t’aider. » C’est lui dire la phrase complète : « Je sais qu’à des moments, je n’ai pas été là quand tu m’attendais mais maintenant je suis là. »

La possible renaissance de la relation de confiance avec votre fils passe par la reconnaissance de la manière dont vous vous y êtes prise avec lui par le passé (il s’agit d’oser lui dire la vérité). Même s’il n’est pas encore adolescent, il pourra découvrir que c’est votre insécurité qui vous a obligée à vouloir « imposer » ce qui peut être partagé dans l’honnêteté et le respect de chacun. Il pourra découvrir d’autant plus facilement cela que vous aurez osé lui dire : « Je sais qu’à des moments j’ai été maladroite, je sais qu’à des moments je n’ai pas été là quand tu m’attendais. » C’est vrai (et cela je vous le dis à vous, pas pour que vous le lui disiez à lui) que les parents sont la proie de toutes sortes de pressions dans ce monde insécure, et que s’ils n’en sont pas conscients (grâce à un travail de lucidité avec eux-mêmes), ils risquent forts de les répercuter sur leur enfant.

A vous de vous situer authentiquement, vis-à-vis de lui, par rapport à ce que vous ressentez, afin de trouver les mots (et les silences) qui lui permettront de se sentir écouté et non plus jugé. Vous les trouverez dans votre capacité à oser faire confiance à l’amour que vous portez à votre enfant. Quand il le sentira, soyez persuadée qu’il s’ouvrira et renoncera de lui-même à ses protections parce qu’elles seront devenues – à ce moment – inutiles.

Ce travail intime et subtil demande du temps donc de la patience, s’il est vrai qu’il est plus aisé de détruire que de construire. Souvenez-vous que le meilleur allié de cette vertu reste l’amour que vous lui portez, afin que vous « alliez mieux », ensemble.

© 2009 Renaud PERRONNET Tous droits réservés.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article (4 pages) au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 


Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger la fiche pratique de formation :

13 réflexions au sujet de « Je n’arrive plus à communiquer avec mon fils de 11 ans ? »

  1. Nadine

    Profession : Aide soignante
    Ville : Mancy
    Pays : France

    Touraya,
    Vous avez faite la démarche de votre souffance et celle de W.
    Le pourquoi en creusant en soi et la vous trouverez la cause je vous le souhaite à vous deux. Bonne route. Retrouver la paix en soi même est le meilleur cadeau de la vie.
    Nadine qui va sur ce chemin là.
    Sincèrement à vous deux.

    Répondre
  2. Broutin

    Moi c’est pire mon fils de 11 ans est sournois ment . Répond tout le temps fait des bêtises , tape des enfants les insultes ! Quoi faire ! ? Monte dans les tours quand on lui fait une remarque

    Répondre
  3. Marie

    Bjr, mon fils de 10 ans est très lent sur tout ce qu’il fait, jaure il lui faut 1h30 pour manger une cullieur à soupe de riz, 1h30 pour prendre une douche, travail en classe jamais terminé et pire encore il est toujours dans la provocation et à réponse à tout. Cela déclenche des conflits et punitions en permanent. Svp je ne sais plus quoi faire malgré les discussions

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Vous n’arriverez à rien en punissant un enfant dont les comportements montrent qu’il cherche à attirer votre attention sur quelque chose qui ne va pas pour lui !
      Si vous êtes à bout, faites-vous aider.

      Répondre
  4. Jennifer

    J ai mon fils de 10 qui me répond et ne cesse de crier sur son petit frère . A l ecole il est stressé lorsqu il fait un examen…

    Répondre
  5. Frédérique

    Merci pour cet article qui permet à chacun de réfléchir sur son rôle de parent, sur la manière d’éduquer. L’éducation est évolutive, il faut souvent se remettre en question pour se repositionner dans la relation parents-enfants. (ou dans toute relation d’ailleurs..). On en n’a pas toujours conscience, pris par les exigences du quotidien.
    Je trouve cet article est très utile. Merci.

    Répondre
  6. stephanie

    mon fils de 11 ans voudrait depuis peu qu’on achète tous le temps quelque chose pour lui. Il se met en colère quand on refuse . C’est assez nouveau. Cela concerne principalement des livres. Il me dit qu’il a lu tous ses livres…Qu’il a plus rien à lire, qu’il a lu tous les livres de la bibliothèques……Il voudrait aussi une console extra chère. On peut pas suivre tous ces achats et on n’en a pas envie. On a de plus un autre enfant.
    Comment faire ???

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Pourquoi ne pas lui dire la vérité en lui parlant avec votre coeur pour lui dire que les moyens des parents sont toujours limités et que vous-même n’achetez pas toujours ce que vous aimeriez acheter ? Evidemment après lui avoir parlé il vous faudra être conséquent en ne faisant pas des achats futiles. Si votre enfant sent que vous êtes conséquente, il se régulera de lui-même.
      Et puis aussi pourquoi ne pas vérifier avec lui – avec douceur – qu’il a bien lu tous les ouvrages de votre bibliothèque de quartier ?

      Répondre
      1. stephanie

        c’est exactement ce que j’ai fait ;). cette envie d’achat nous dépasse un peu car elle est subite depuis son entrée au collège…Les cadeaux de noël vont peut être calmer un peu ca, j’espère. Merci par contre beaucoup pour votre réponse

        Répondre
        1. aicardi

          quel bonheur d’avoir un enfant qui aime tant la lecture !!!
          Un petit truc peu onéreux pour vous et qui pourrait satisfaire votre enfant serait de vous
          rendre ensemble dans les brocantes et de lui donner un petit budget « livres » . C’est tellement gai d’ y aller en famille !!! ça détend tout le monde, on passe un super moment, ça renforce les liens, ça l’occupera, et en plus il apprendra qu’il faut gérer son budget). Cerise sur le gâteau,on y trouve énormément de livres pour deux fois rien.
          Cela vous permettrait en même temps de lui expliquer que tout comme lui vous avez aussi un budget à ne pas dépasser.
          Bien à vous,
          murielle

          Répondre
  7. aicardi

    bonjour,
    je travaille dans une école primaire et bien souvent je constate qu’un enfant qui se replie sur lui même et chute dans ses notes à très souvent un problème soit avec d’autres élèves/copains, ou bien chez lui, ou sur le chemin de l’école.
    Cela vaut peut être la peine de chercher de ces côtés là discrètement pour ne pas le mettre mal à l’aise face aux autres enfants, à cet âge l’enfant a peur d’être jugé par ses copains et les moqueries entre vite en scène.
    Un petit truc pour entrer en contact avec votre fils et réinstaurer un dialogue constructif serait de faire avec lui régulièrement des activités qu’il aime et d’y participer. Cela pourrait réinstaurer petit à petit un climat de confiance entre vous et peut être sera t il plus à même de se confier de lui même et sans pression de votre part.
    Quant aux notes ne lui mettez pas la pression, il vaut mieux chercher le souci qui mine votre enfant d’abord sinon vous deviendrez vite un problème supplémentaire pour lui et il se repliera encore plus.
    J’ai vu certains enfants tenter de doubler délibérément pour fuir des enfants de leur classe. Depuis nous travaillons énormément avec eux sur leurs interactions afin d’éviter ce genre de situations, et cela va beaucoup mieux. Courage.
    Une maman qui a également eu un ado hyper difficile

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *