La juste relation d’accompagnement

(ou comment dépasser ses craintes et ses méfiances pour accompagner l’autre)

« Accompagner quelqu’un, c’est se placer ni devant, ni derrière, ni à la place. C’est être à côté. »

Joseph Templier.

Trouver le juste équilibre face à celui que nous nous proposons d’accompagner n’est pas toujours facile.

Même si un dicton de notre culture nous rappelle que « la peur est mauvaise conseillère », nos méfiances comme nos craintes peuvent nous sembler légitimes dans le contexte d’aidés trop entreprenants ou agressifs.

En fait, il existe deux risques, deux écueils pour l’aidant dans la relation d’accompagnement :

  • Etre dans l’affectif (souvent dans la sympathie et la pitié pour l’autre), donc dans la confusion entre lui et nous.
  • Etre distant, se protéger, donc prendre le risque que celui que nous nous proposons d’accompagner rompe sa relation à nous.

Pour pouvoir « garder notre équilibre » dans une relation d’accompagnement, nous avons tous personnellement besoin de « nous situer » par rapport à celui que nous accompagnons.

La confusion :

Le risque que nous prenons lorsque nous tentons d’accueillir l’aidé inconditionnellement « tel qu’il est », c’est de nous croire et de nous sentir personnellement responsables de « ce qu’il est ». Si nous sommes dans la confusion avec l’aidé (confusion le plus souvent affective), si nous nous « mettons à sa place », nous ne pourrons pas faire autrement que de nous sentir la victime de ce qu’il vit (au même titre que lui).

La condition préalable à toute relation d’accompagnement est d’oser faire la distinction entre celui que nous nous proposons d’accompagner et nous-même. En aucune manière nous n’avons à « nous mettre à la place de l’aidé », pour la bonne raison que nous n’y sommes pas, pour la bonne raison que ce n’est pas notre place.

Il est malheureusement courant que nous entretenions cette confusion typiquement judéo-chrétienne. Qui n’a pas entendu (et cru) dans sa jeunesse qu’il devait se mettre à la place » de sa « pauvre grand-mère » impotente, ou de ce « pauvre aveugle » pour toujours dans le noir ?

Sans doute, si nous n’y réfléchissons pas trop, sommes-nous facilement amenés à penser que nous devons avoir de la pitié pour celui que nous nous proposons d’accompagner et nous ne voyons pas que cette pitié est le plus souvent un obstacle à une relation de confiance. En quoi le fait que nous souffrions personnellement de la souffrance de l’aidé serait-il une aide pour lui ?

Dans la pitié, l’aidant projette sur l’autre quelque chose qu’il ne voudrait surtout pas pour lui parce que cela lui fait très peur ; or quand l’aidant est mal à l’aise, il se confond facilement avec l’aidé qu’il accompagne.

C’est pourquoi certains aidants – percevant cela plus ou moins confusément – clament qu’il faut « mettre de la distance » et glosent sur la fameuse « distance thérapeutique » que tel ou tel de leur collègue n’aurait pas « su » mettre.

Etre distant :

Nous sommes « distants » parce que nous ressentons le besoin de nous protéger de l’autre sous le prétexte que nous nous sentons démunis face à lui.

« Je lui ai dit que s’il était encore soucieux, ce n’était pas de ma faute, parce qu’en ce qui me concernait, j’avais fait tout ce que je pouvais pour lui. »

Nous culpabilisons de la difficulté que l’autre vit et qui pèse malheureusement sur nos épaules à nous, et parce que nous culpabilisons, nous nous refermons.

Pourquoi cet étrange besoin de se « dédouaner » de l’autre si ce n’est pour s’en mettre personnellement à l’abri ?

Comme si nous nous étions déjà avoués vaincus, donc « incapables » de maintenir la relation vivante dans de telles circonstances.

Heureusement il existe une troisième voie qui évite l’écueil de la confusion (se sentir débordé parce qu’on se met à la place de l’autre), et celui de la distance (risque de rupture de la relation), je l’appellerai être « distinct ».

Etre distinct :

Etre « distinct » de celui qu’on accompagne, c’est constamment avoir à l’esprit et au cœur que nous ne sommes pas cet être qui souffre qui est en face de nous, tout simplement parce que cela est vrai. Et je crois que c’est cette « vérité », cette « lucidité » qui – si nous la gardons en nous précieusement – nous aidera à ne plus sombrer dans la confusion ni à devoir nous refermer.

« Je suis moi, l’aidé est un autre, je ne suis donc pas lui. »

Etre « distinct » de l’aidé, est la condition nécessaire pour que nous ne nous laissions pas « bouffer » par lui, c’est-à-dire par nos propres projections sur lui, (en attribuant à l’aidé ce qui nous appartient à nous.)

L’accompagnant « distinct » est libre, il ne se sent pas responsable de la manière dont l’aidé voit le monde, ni de la manière dont il perçoit la relation. Il l’accepte « tel qu’il est » et s’y ouvre.

Par contre il sent bien que – du bout de sa relation à lui – il est pleinement responsable de la manière dont il voit l’accompagné, donc de la manière dont il vit la relation avec lui.

Il n’a pas peur de cette responsabilité donc ose se situer, s’engager face à l’accompagné de la manière qui lui apparaît la plus juste, parce qu’il sait que le regard qu’il porte sur lui va conditionner en grande partie la relation.

Nos craintes, nos méfiances – inhérentes à notre humanité – nous limitent parce qu’elles conditionnent (sans que nous le sachions), le regard que nous posons sur l’aidé et donc notre pratique d’aidant.

En être conscient, dans un premier temps, est la condition pour que – peut-être par la suite – nous puissions les dépasser de manière avantageuse pour les deux parties.

C’est grâce à la propension à être « distinct » de celui que nous nous proposons d’aider que nous pourrons être en empathie avec lui, condition du début de la juste relation d’accompagnement qui – plutôt que de risquer de mettre de la distance – enrichira la relation et resserrera le lien.

© 2011 Renaud PERRONNET Tous droits réservés.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article (4 pages) au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger la fiche pratique inédite :

—————-

6 réflexions au sujet de « La juste relation d’accompagnement »

  1. Alexandre

    Grand merci pour cet écrit incroyablement proche de la réalité du terrain !! Cela fait un bien fou de trouver des personnes extérieures au terrain qui comprennent très bien ce qui se joue sur ce fameux terrain !!
    Je me retrouve complètement dans cette personne distincte… avec la nécessité depuis le début de mon activité professionnelle de garder en tête cette distinction soignant/soigné.
    Mais je pense que la frontière entre ces différents « être », est très fine et la bascule dans un autre état d’esprit peut se faire très rapidement. Le soignant et le soigné restent deux êtres humains en constantes évolutions… et chacun peut selon l’humeur du moment… faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre !

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui parfaitement, d’où l’importance majeure de la notion d’être conscient de soi, ici maintenant, dans son rôle, à chaque instant relationnel pour ne pas risquer de basculer.

      Répondre
  2. Lea

    Merci pour cet eclairage.
    Je n ai pas trouvé la fiche sur l aidé agressif ?
    Une reflexion: il faudrait arreter de parler de judeo- chretiennetée, si la seconde s inspire de la premiere, elle se trouve par experience des textes a des annees lumieres de son interpretation et cela me choque toujours de voir se cultiver la confusion :c est un aveux d ignorance.
    For exemple : aime ton prochain comme toi meme ( rabbi akiba) explication : jamais plus que toi meme.
    On ne peut donner a l autre ce que nous ne nous donnons pas a nous meme.a la hauteur de soi.
    Talmud: 2 hommes ds un desert / 1 gourde pour 1 seul pour arriver hors du desert, celui a qui elle appartient doit la garder pour elle.
    Cette analyse lucide permet de se garder de bien des confusions ds la vie.
    Pour finir le judaisme est base sur une etude d un livre de pedagogie.
    Le christianisme sur un livre de foi…
    J avais besoin de l exprimer.
    Sinon evidemment je suis tres reconnaissante de votre travail tres ressourcant et enrichissant !

    Répondre
  3. eliane simon

    Bonsoir M. Perronnet,
    Je ne suis pas du tout une aidante professionnelle. Juste l’amie depuis 20 ans d’une personne avec la quelle je correspond régulièrement. Nous nous écrivons, par whatsapp essentiellement car nous n’habitons pas la même région.
    cette dame de 62 ans- j’en ai 72- souffre de bipolarité et est sujette à des épisodes dépressifs profonds, avec idées suicidaires.
    De plus elle a subi une maltraitance psychologique grave dans son enfance, de la part de sa mère, son père lui même dépressif n’ osant rien dire. sa mère, qui n’avait pas désiré d’enfant, la rabaissant sans cesse, lui disant qu’elle ne valait rien et l’empêchant d’avoir des amies.
    Sa vie sentimentale et familiale est un désastre. Elle a été mariée à un homme assez spécial qui lui aussi l’ a critiquée, rabaissée à tout propos. Et bien sûr, elle supportait tout pour être acceptée et ne pas être seule. C est elle même qui le dit. Elle a fini par divorcer parce qu’elle avait rencontré un autre homme avec lequel elle vit maintenant. Et bien sûr, tout s’est reproduit sur le même modèle.
    C’est là qu’arrive mon problème à moi. J’ai essayé, prudemment, de lui faire comprendre que peut être le problème venait de son excessive soumission. Je crois qu’elle perçoit ce que je veux dire, mais s’arrange pour changer de sujet, ou se cache derrière de faux raisonnements. Et hier, excédée par son récurrent reproche de l’avoir « incitée » à quitter son ex-mari alors que je ne quittais pas le mien, reproche qu’elle fait aussi à d’autres amies et aux psychologues, je lui ai dit que je n’en avais pas besoin, puisque moi je ne suis pas soumise et que mon mari ne me rabaisse pas. Réponse immédiate : je ne veux plus jamais avoir de contacts avec toi. ma réponse: à ta guise. au milieu de la nuit message de mon amie de réflexions agressives à mon sujet. Que faire maintenant ? Rien, je pense.
    Voilà, j’espère ne pas avoir abusé de votre attention. Merci.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Que faire ? Je vous propose de commencer par comprendre votre propre comportement pour – l’ayant compris – pouvoir déterminer le type de relation que vous voulez poursuivre avec votre ex amie.

      D’accord, vous avez « assassiné » psychologiquement votre vieille amie mais savez-vous pourquoi ? Vous partagez être « excédée » par elle, avez-vous compris pourquoi ? Qu’est-ce qui vous est ainsi si insupportable ? Il semble y avoir entre vous comme une rivalité respective vis-à-vis de vos maris ? Pourquoi lui en voulez-vous de souffrir ? Il est possible (c’est une hypothèse), que ce soit dû à votre propre dureté vis-à-vis de vous-même. Il vous serait difficile de permettre à l’autre de vivre ce que vous ne vous accorderiez pas à vous-même ? Peut-être redoutez-vous la faiblesse ?
      Sinon pourquoi – compte tenu de ce que vous savez de son histoire – devrait-elle vous énerver ? Votre ex amie est dans un schéma de victime c’est entendu, mais qu’est-ce qui vous rend « à vous » sa situation insupportable ?

      Après avoir analysé cela je présume qu’il vous sera plus facile de savoir ce que vous voulez entreprendre ou pas ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *