à propos de la violence faite aux femmes

Étude nationale sur les décès au sein du couple : bilan des neuf premiers mois de 2006.

(Source : Ministère de l’intérieur)

Numéro d’urgence contre la violence faire aux femmes : Appelez le 3919

    • En France, en moyenne, une femme meurt tous les trois jours des suites de violences domestiques.
    • En France, en moyenne, 2 enfants meurent chaque jour des suites de violences domestiques.
    • Un homme meurt tous les quatorze jours des suites de violences domestiques. Dans plus de la moitié des cas, la femme auteur de l’acte subissait des violences de sa part.

    • 23% des auteurs d’homicides se sont suicidés après leur acte (97% d’hommes).
    • 10 enfants ont été victimes d’homicide en même temps que l’un de leur parent.

—————-

11 réflexions au sujet de « à propos de la violence faite aux femmes »

  1. Martine

    La violence que j’ai subie par mon ex-mari et sa famille m’a laissé beaucoup de blessures.

    Ils se sont plus dans le harcélement, les insultes, les coups…

    Comment ai je pu rester dans cet enfer pendant plus de 35 ans ? Je pense que mon éducation y est pour beaucoup. mon pére m’a souvent insulté et aujourd’hui aprés mon divorce il continu…

    Je suis choquée de voir beaucoup de gens indifférents à la violence faite auux femmes et de voir qu’il y a des gens qui ne veulent pas intervenir pour aider des femmes dans la détresse et pour dénoncer des parents violents auprés de leurs enfants…

    Je suis révoltée… Je souhaiterais plus de campagnes publicitaires sur ce sujet. En France il existe des familles où la violence régne en maître… et cela je le dénonce et je n’ai pas peur de le dire.

    Martine

    Répondre
    1. lan

      bonjour,
      moi je suis avec mon mari qui me violente tout le temp j’ai 20 ans est dans tout les androit ou il ma frapper jamais personne n’a reagie, y a pas lontemp j’ai appeler la police je l’aurai di qu’il me frapais souvent mais ont pas tenu dutout compte de ce que je l’aurais dit.
      et jamais personne ne m’a aider, je l’aime mais je me sens prisonniere a chaque fois qu’il me taper je veut partir mais je reste encore cela peut plus continuer je sais pas comment le calmer .

      Répondre
      1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

        Si vous voulez devenir capable de sortir un jour de cette situation, demandez-vous comment vous pouvez dire que vous aimez une personne qui vous tient prisonnière, qui vous tape et vous violente. Vous ne parviendrez pas à calmer un homme violent, la solution c’est de mettre de la distance entre lui et vous. Pourquoi en seriez-vous incapable ?

        Répondre
        1. lan

          sa je pence pas car il arrive toujour a me convaincre de rester avec lui et je pence aussi que kan la police est intervenu est que elle n’a rien fait du tout cela ma beaucoup choquer est j’ai trouver sa injuste que la polic qui est la pour nous proteger bein la pas fait au contraire.
          et j’ai peur de parti par ce que je sais qu’il va me retrouver sa je sais est si je par je vais ou ?

          Répondre
          1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

            Hé bien ce qui me choque le plus ce n’est pas que la police n’ait rien fait (elle ne peut rien faire sans vous), mais que vous pensiez que ce soient les autres qui doivent vous protéger. De même que vous avez le droit de vivre en paix, de même vous avez le droit de ne pas tolérer la violence d’un homme. Pourquoi devriez-vous être une éternelle victime ? La première personne sur laquelle vous pouvez compter, c’est vous.
            Pour vous aider, il existe de nombreuses associations qui dresseront un plan avec vous et même vous fourniront un domicile incognito. Mais pour cela, il vous faut oser passer à l’action : courage, ne tolérez pas une minute de plus d’être humiliée et violentée par cet homme.

            Répondre
  2. malki

    bonsoir il y a trois jour et aujourd’hui mon marie ma frappé violament la raison de ses couts c’était que je suis partie faire un tour en voiture sans lui avoir dit moi aussi je ne sais pas quoi faire partir ou rester j’ai était faire une main courante la police ma dit de porter plainte j’ai aussi u de la documentation pour les femmes battue on verras.Il dit que je crie et qu’il me supporte plus

    Répondre
      1. maud

        bonjour. j’ai quitté mon copain a 7 mois de grossesse. ma fille a 3 mois maintenant. j’ai porté plainte contre. lui pour violence. depuis il ne m’embete plus. mais je l’aime toujours. je n’arrive pas a l’oublier. je l’aime enormement malgré les insultes, les menaces et les coups que je recevais de temps en temps. je ne sais plus quoi faire. avec lui je suis malheureuse et sans lui aussi.

        Répondre
  3. maryse

    bonjour, ma fille est amoureuse depuis plus de 3 ans, elle a 18 ans 1/2 et son copain 19 ans, depuis au moins 2 ans sa belle mère empêche cette relation sans réelle explication et se trouve être extremement manipulatrice. néanmoins le couple a résister jusqu’à cet été. Ils ont l’un après l’autre émi l’idée d’une séparation et ma fille a dit ok et n’est pas revenu sur le sujet, elle souhaitait faire face, en effet les relflexions sur notre famille et surtout moi par sa belle mère devenait trop pesante. Entre parenthèse, cette femme est ma voisine, j’habite à la campagne et ils sont juste de l’autre côté de la rue et bref, y a un an 1/2 elle m’a ddé d’être en soutien avec nos enfants pour que leur relation s’arrête et je me suis pris une gifle sans avertissement, elle était hystérique, son fils l’a ramené à la maison. elle a par la suite dit à ma fille qu’elle ne regrettait rien et même qu’elle ferait pire. bref, ma fille est son copain ne se parle presque plus mais ce jeune homme pour qui ma fille est la femme de sa vie, lui dde à se revoir. ils se parlent et ma fille tient sa position de vie de couple trop compliquée. les jours passent et elle fréquentouille un autre jeune homme et se rend compte qu’elle est tjrs amoureuse du premier, elle accepte fin aout de le voir, il n’ y a personne à mon domicile, il vient en pleine nuit lui parler, elle ne sait plus où elle en est, lui avoue qu’elle aime toujours, il reveint le lendemain matin, et la frappe violemment à plusieurs reprises au visage au dos jambe, la gifle et lui met un couo de genou. c’est l’appel tél de son père qui l’a fait arreter. elle m’en parle après, ne veut porter plainte. c’est la deuxième fois qu’il le fait d’ailleurs. il a dait avoir honte de son getse, ne pas avoir compris et qu’en effet si son père n’avait pas appeler, ne sait pas comment il se serait arreter. J’ai dit à ma fille que si elle compter se remettre avec lui, qu’il fallait qu’il consulte, qu’il vivait dans trop de violences verbales et physique. sa mère a dû etre marqué aussi ds son enfance mais là est un autre sujet. elle est assistante familiale et a dc passé les test avec succés malgré sa méchanceté. son fisl ainé a conne la même difficulté à faire accepté son amie. Pour ce qui est de l’amoureux de ma fille, peut elle lui faire confiance, je pense qu’il doit consulter mais qu’elle medecin doit il parler, est ce que de suite il doit aller voir un psy et y en a til avec differentes spécialité, il est jeune adulte etc..
    merci de m’avoir lu. cordialement

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Comment pouvoir faire confiance à quelqu’un qui nous a frappé ?! Avoir honte de son geste ne suffit pas, la culpabilité n’est pas un médicament.
      Mais la question que je me pose est celle-ci : Qu’est-ce qui fait que votre fille compte se remettre avec quelqu’un qui l’a frappée ? Pourquoi ne se respecte-t-elle pas elle-même ? C’est de ce côté là qu’il faut qu’elle aille voir !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *