Influence

Réflexion n° 21 :

Beaucoup de personnes se laissent impressionner par la culture religieuse à laquelle appartiennent ceux qui les sermonnent et leur disent avec force qu’ils ont tort et qu’ils devraient être autrement que ce qu’ils sont. C’est ainsi qu’une personne partageait récemment sur mon blog la profondeur de son trouble d’être l’objet de paroles blessantes de la part de ses parents – chrétiens pratiquants.

Les pensant a priori au-dessus de tout soupçon, elle ne pouvait que leur donner raison et culpabiliser quand elle recevait leurs critiques.

L’idéal de sagesse et d’amour du christianisme pourrait en effet  facilement nous tromper en nous laissant supposer que les chrétiens pratiquants appliquent avec les autres la tolérance et l’amour que leur religion prône. Combien d’adolescents et de jeunes adultes sont-ils ainsi induits en erreur et contraints de culpabiliser ?!

La lucidité de cette phrase de Nietzsche m’a touché dans sa vérité : « Je croirai au Rédempteur le jour où je verrai des chrétiens un peu plus rédemptés. »

Autrement dit : Je croirai au christianisme le jour où je verrai des chrétiens pratiquer dans leur vie quotidienne l’idéal que cette religion prône.

Pourtant nous savons tous que toutes les religions peuvent être dévoyées par ceux qui s’en réclament et que le christianisme ne fait pas exception à la règle. Plutôt que de nous laisser impressionner par des mots, souvenons-nous que ce sont les comportements et les actes qui comptent. S’il existe bien des chrétiens pratiquant l’amour du prochain, ce ne sont pas ceux qui se revendiquent de cette religion. On rencontre même des athées bien plus respectueux et tolérants que bien des croyants.

Ce n’est donc pas parce que la culture dans laquelle baigne nos géniteurs prône l’amour qu’ils seront tout amour avec nous. On peut donc être à la fois chrétien, injuste, toxique et maltraitant !

Cette remarque du Bouddha remet les choses à leur juste place :

«  Ne croyez pas une chose simplement sur des ouï-dire. 
Ne croyez pas sur la foi des traditions uniquement parce qu’elles sont en honneur depuis de nombreuses générations. 
Ne croyez pas une chose parce que l’opinion générale la croit vraie ou parce qu’on en parle beaucoup. 
Ne croyez pas une chose sur le seul témoignage d’un des sages de l’antiquité. 
Ne croyez pas une chose parce que les probabilités sont en sa faveur, ou parce que l’habitude vous pousse à la croire vraie. 
Ne croyez pas ce qui provient de votre propre imagination en pensant qu’il s’agit de la révélation d’une puissance supérieure. 
Ne croyez rien en vous fondant sur la seule autorité de vos maîtres ou des prêtres. Ce que vous aurez vous-même éprouvé, ce dont vous aurez fait l’expérience et que vous aurez reconnu pour vrai, ce qui vous sera bénéfique à vous ainsi qu’aux autres, en cela, croyez-y et conformez-y votre conduite. »

© 2014 Renaud & Hélène PERRONNET Tous droits réservés.

Petit sondage à propos de la réflexion : Influence

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

7 réflexions au sujet de « Influence »

  1. Hervé LEMEE

    Bonjour,

    Je suis évidemment d’accord avec votre réflexion… mais je préciserai une chose : les parents de cette personnes « chrétiens pratiquants » ne semblent pas vraiment pratiquer le message évangélique !

    Moi-même chrétien pratiquant convaincu ne suis pas un modèle de vertu !!! cela serait un peu trop simple…

    En revanche ma foi révélée au travers les Evangiles doit me permettre d’aller et de tendre « à priori » vers la bonne direction !

    Répondre
  2. Catherine

    Absolument d’accord avec ce qui est dit.
    Si on part du principe que l’homme est bon par nature, on ne devrait pas avoir besoin de religions pour nous mettre dans le droit chemin, j’entendais hier une dame évangélique à qui je demandais d’où vient notre colère, me répondre tout de go: « c’est parce qu’on a une mauvaise graine en nous à cause du péché originel et que si on lisait la bible et que l’on écoutait les commandements de Dieu, tout irait bien  »

    Je vous laisse apprécier cette manière de régler les problèmes !!!

    Répondre
  3. Adia

    Bonjour, je suis musulmane pratiquante ;

    Le comportement de nombreux croyants des religions révélees n’est pas toujours au niveau de l’ideal de ce qu’ont proné leurs Messagers ; l’homme est pecheur et Dieu Le Tres Misericordieux , le Tout Misericordieux , et le Pardonneur par Amour pour Sa creature . c’est pourquoi citer Nietzsche ne peut qu’ accroitre le desarroi de Chretiens desorientés dans une epoque materialiste et denuée de foi . ne peux t’on pas prendre d’ exemples de philosophes respectueux des Messagers de Dieu ?

    n’a t’il pas dit « Dieu est mort » alors que Dieu est « Le Vivant , L’Eternel , et la foi le merveilleux cadeau d ‘Amour du Createur a Sa creature ,seul quelqu’un denué de foi peut dire ce que vous citez de lui et cela ne me semble en aucun cas lucide , il a seulement trouvé une excuse pour nier toute transcendance

    le sujet que vous soulevez est trop delicat pour citer Nietzsche qui ne me semble pas l’exemple adequat ,au regard de la question de cette dame.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      En ce qui me concerne – plus que leur profession de foi – ce qui m’intéresse ce sont les actes et les comportements des êtres humains, notamment quand ils ne cèdent pas à une facile indignation face à ceux qu’ils ne comprennent pas.
      Pour cela, j’ai remarqué depuis bien longtemps qu’ils pouvaient avoir ou non la foi. Et que les donneurs de leçons sont parfois ceux qui devraient les premiers balayer devant leur porte.
      C’est donc bien le coeur de l’homme qui me fascine et non pas son appartenance à une religion quelle qu’elle soit.
      A la différence de Nietzsche, je dirai que j’ai eu la chance de rencontrer des chrétiens comme des musulmans, des juifs ou des bouddhistes qui me sont apparus « rédemptés » et que c’est cette « rédemption », cette capacité à être et rester le coeur ouvert qui m’intéresse chez eux comme chez leurs frères athées.
      Cordialement.

      Répondre
      1. Hervé LEMEE

        Bonjour,

        Merci pour votre commentaire avec lequel je ne peux qu’être complètement d’accord !

        Développer la « capacité à être et rester le coeur ouvert »

        Cordialement Hervé

        Répondre
  4. Adia

    Bonjour,
    Permettez moi de corriger une phrase de mon message dans laquelle je me suis mal exprimee et qui a pu preter a confusion et je m’en trouve desolee ,
    « seul quelqu’un denue de foi peut dire .. » je voulais parler de Nietzche , au regard de ses ecrits et de sa philosophie , et en aucun cas il ne s’agissait de vous .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *