Comment parvenir à ignorer une personne qui nous fait nous sentir mal ?

Question posée par Brigitte :

Comment parvenir à ignorer une personne qui nous fait nous sentir mal ?

Mes pistes de réponse :

Si nous sommes impuissants à changer l’autre quand il cherche à nous manipuler, nous avons une marge de manœuvre dans notre capacité à ne pas demeurer éternellement sa victime, c’est-à-dire dans notre capacité à devenir maître de nous-mêmes en ignorant ce qu’il a voulu nous faire subir.

Commençons par noter qu’il y a une différence entre « ignorer véritablement l’autre » en ne réagissant pas à ce qu’il veut nous faire subir par ses mots, (donc être véritablement libre de son influence), et « vouloir faire croire à l’autre » qu’on l’ignore alors qu’on se sent blessé intérieurement par lui, qui est un pur leurre, une aliénation, puisque quelles que soient les histoires que nous pouvons nous raconter à nous-mêmes, il existe toujours un « nous-même » intérieur qui sait, lui, que nous nous racontons des histoires.
Il y a là une question de goût pour la lucidité : l’être humain d’accord pour être honnête avec lui-même pourra toujours constater ses affects tels qu’ils sont (par exemple s’il souffre ou non, s’il est dépendant ou non), plutôt que de se perdre dans les mensonges de l’illusion sur lui-même.

Votre question me rappelle l’une des nombreuses histoires que l’on attribue traditionnellement au Bouddha :
On raconte qu’un homme venait rencontrer le Bouddha pour l’accabler d’injures et que celui-ci restait impassible. Ne comprenant pas ce qui se passait et n’y tenant plus, l’homme est retourné lui demander : « Que se passe-t-il pour toi alors que je t’accable d’injures ? » Le Bouddha lui posa alors une question : « Que se serait-il passé si tu m’avais donné un cadeau et que je ne l’aie pas pris ? » L’homme répondit : « Eh bien il me serait resté sur les bras ! » Le Bouddha répondit : « C’est exactement ce qui s’est passé, sache que je n’ai pris aucune de tes injures. »

Je réponds donc précisément à votre question : pour parvenir à « ignorer » une personne qui nous accable psychologiquement, il nous faut réussir à « ne pas prendre » ce qu’elle nous donne.

Remarquez que tant que vous ne savez pas qu’une personne dit du mal de vous, vous n’êtes la proie d’aucune émotion. Ce n’est qu’au moment où vous apprenez qu’untel a dit du mal de vous que vous pouvez devenir la proie de votre colère ou de votre tristesse. Cela nous montre de manière évidente que la cause de notre émotion n’est pas dans le fait qu’on ait dit du mal de nous, mais dans ce que nous faisons nous-mêmes du fait qu’on ait dit du mal de nous. Comme le disait Épictète : « Ce ne sont pas les choses elles-mêmes qui nous gênent mais l’idée que nous nous faisons des choses. »

C’est donc l’interprétation que nous faisons du fait qu’un tiers ait dit du mal de nous qui peut nous faire mal, interprétation dont nous sommes 100% responsables, n’est-ce pas ?
Notons que nous n’avons jamais d’affects par rapport à des événements pour lesquels nous ne nous sentons pas concernés.

Chercher à ignorer ce qui nous touche est bien entendu une mauvaise direction puisque ça nous touche, en le niant nous ne ferions que le renforcer.
Alors que faire ?

Le proverbe bengali : « On se relève en prenant appui sur le sol même sur lequel on est tombé. » nous montre la direction à prendre.

Si notre but est de parvenir à aller au-delà de l’endroit où nous sommes tombés, nous devons commencer par prendre appui à l’endroit même où nous sommes tombés. Pour sortir du terrain boueux dans lequel nous sommes, nous devons commencer par prendre appui sur ce terrain boueux pour pouvoir espérer aller sur un autre terrain propre et sec celui-là.
Il n’y a pas à tergiverser nous ne pouvons partir que de « là où nous sommes », il ne peut pas en être autrement.
Or la plupart du temps nous nous y prenons différemment : sous le prétexte que nous souffrons d’être tombés, nous prétendons souvent ne pas être tombés (déni), ou bien nous minimisons les choses en ne voulant pas leur accorder d’importance. Dans le déni, nous prétendons ne pas avoir eu mal alors que nous nous sommes faits mal, nous essayons de nous échapper de « là où nous sommes » sous le mauvais prétexte que ce n’est pas agréable pour nous d’y être.
Soit, mais pour pouvoir nous en échapper, il nous faut partir de là où nous sommes…
Il n’y a pas à marchander : pour pouvoir sortir de sa prison il faut en étudier les plans donc commencer par accepter d’être en prison. Seul le prisonnier conscient d’être en prison parviendra à s’évader.
Ce principe premier et intangible est souvent mal compris. Il doit être le début d’un travail thérapeutique bien mené. C’est en étant conscient d’où nous partons que nous pourrons arriver là où nous souhaitons aller.

Une personne nous a humilié, sous le prétexte que ça nous est désagréable de l’avoir été, nous le refusons, en arguant qu’elle ne devrait pas nous humilier mais le mal est déjà fait puisque nous nous en plaignons. Nous pensons à tort que de refuser ou minimiser la réalité de notre vécu pourtant bien réel, nous permettra de nous tirer de l’humiliation subie. Or c’est précisément à cet endroit-là que – sous le prétexte du besoin de retrouver notre équilibre – nous nous abusons nous-mêmes.
En niant les choses telles qu’elles se sont passées sous le prétexte de ne pas vouloir souffrir, nous ne faisons que les refouler au plus profond de nous-mêmes, dans notre inconscient.
Nietzsche écrivait dans Ainsi parlait Zarathoustra : « Il faut vraiment que nous allions écouter ces chiens sauvages qui hurlent dans notre cave. »
Dans notre inconscient, se bouscule comme des chiens sauvages devenus fous, tout ce que nous n’avons jamais eu le courage de voir : toutes nos blessures refoulées, nos hypocrisies vis-à-vis de nous-mêmes qui demandent à être enfin reconnues, mises en lumière et intégrées pour être apaisées. Ces blessures refoulées font de nous des êtres dangereux pour nous-mêmes et pour les autres, des adeptes du mensonge, de la dissimulation et de la mauvaise foi.

Le travail thérapeutique c’est d’arrêter de balayer la poussière sous le tapis sous le prétexte qu’elle nous encombre et que nous ne savons pas où la mettre (refoulement), ce qui nous permettra d’accueillir, jour après jour, ce qui n’a pas été accueilli en nous-mêmes, parce que nous n’avons jamais osé le vivre complètement parce qu’on nous l’avait interdit ou de peur de trop souffrir.

Pour sortir de l’humiliation il nous faut donc commencer par prendre appui sur l’humiliation, c’est-à-dire prendre le temps qu’il nous faudra pour rencontrer la manière dont nous nous sommes sentis humiliés dans le passé, rencontrer notre douleur, rencontrer aussi la manière dont nous avons dû refouler cette humiliation au fond de nous-mêmes (ce qui nous oblige à en être encore la victime aujourd’hui.)
Tant que nous ne les mettons pas à jour pour en prendre soin, nos blessures continuent – à notre insu – de puruler éternellement dans le noir. En purulent, elles continuent de déterminer nos comportements en réaction vis-à-vis des autres et nous condamnent à l’état de victime.
Comme le dit le poète Rilke : « Peut-être tous les dragons de notre vie ne sont-ils que des princesses qui attendent de nous voir agir juste une fois avec beauté et courage. Peut-être tout ce qui est terrible est, dans sa plus profonde essence, quelque chose d’impuissant qui a besoin de notre amour. »

Nos blessures ont donc besoin de notre intérêt, de notre attention bienveillante, de notre amour pour guérir. Ce qui a été a été, nous ne pouvons en devenir libres qu’en l’assimilant, qu’en le traversant, qu’en l’intégrant, qu’en le digérant.
A chaque fois que nous réagissons aux circonstances de façon exagérée, disproportionnée, non adéquate, inappropriée, nous pouvons être certain qu’un dragon mal aimé se cache dans notre cave intérieure.

Coupable vient de couper, se culpabiliser c’est se couper de soi-même. Nous n’avons pas besoin de nous en faire en culpabilisant de ne pas avoir été adéquats, ni « comme il faut ». Nous avons été ce que nous avons été, nous avons juste besoin de nous tendre la main à nous-mêmes pour nous accueillir, besoin de nous rendre vulnérables et ouverts à nous-mêmes, plutôt que de nous endurcir en nous en voulant de nous être laissé blesser.

Swami Prajnanpad développait : « Cela peut sembler contradictoire, mais sentez le seulement : vous ne pouvez pas vous relever sans prendre appui sur le sol sur lequel vous êtes tombé. Mettez-le en application. C’est-à-dire, vous prenez appui sur l’état dans lequel vous vous trouvez. Et si on est un avec cette situation, la force vient joyeusement, inconditionnellement, sans avoir besoin de demander. »

Prendre appui sur l’état dans lequel on se trouve, c’est se retrouver d’accord pour sentir et vivre complètement son émotion refoulée, celle qui est bien là (ne nous en déplaise) et qui nous permettra – si nous la vivons complètement – de parvenir à la paix.

« Si nous n’avons pas un fond latent susceptible d’être réveillé, rien, à l’extérieur, ne peut faire lever d’émotions. C’est parce que ces émotions se trouvent en nous à l’état latent que la vie peut les réveiller. » écrit Véronique Desjardins.

Si une personne parvient à vous faire vous sentir mal avec ses mots, vous pouvez être certaine qu’il y a – caché au fond de vous-même – une propension à être mal, et que cette personne n’agit pour vous que comme un révélateur de ce à quoi vous vous identifiez en croyant l’être.
Un humiliateur n’est qu’une personne immature qui cherche à avoir de l’emprise et du pouvoir sur vous pour compenser ses propres manques. Pourquoi lui donneriez-vous ce qu’il demande ?
Plutôt que d’en vouloir au révélateur, il sera plus efficace pour sortir de cette souffrance, de prendre votre émotion à bras-le-corps.

C’est en vous attelant à prendre soin de cette « propension à être mal » que pas à pas vous parviendrez à ignorer vraiment une personne qui cherche à vous humilier en demeurant libre de son influence.
C’est ainsi que graduellement et à force de pratique, un beau jour, il n’y aura plus personne en vous-même pour donner prise à l’humiliation.

Pour aller plus loin, lisez : Esquiver ou digérer

Illustration : Fractale.

© 2020 Renaud PERRONNET Tous droits réservés. 

——————

Petit sondage à propos de la question : Comment parvenir à ignorer une personne qui nous fait nous sentir mal ?

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT

REVENIR À L’ENSEMBLE DES QUESTIONS / RÉPONSES ET POSER VOUS AUSSI UNE QUESTION

——————

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger votre question et ma piste de réponse, au format PDF, en cliquant sur ce bouton :

11 réflexions au sujet de « Comment parvenir à ignorer une personne qui nous fait nous sentir mal ? »

  1. Kibabou

    Il faut apprendre à prendre soin de soi et apprendre à se protéger. Les personnes toxiques se jouent des personnes qui ont un rapport complexe avec leurs propres émotions. Ceux qui ne s’autorisent pas la peur mais la joie, la colère mais pas la tristesse. Il faut souvent chercher dans l’enfance, et en creusant, on s’aperçoit que dans notre histoire, nous avons grandi avec l’idée qu’il était bon de nous taire, de ne pas exprimer nos émotions, d’être sage. Or faire cela c’est nier la réalité de ce que nous sommes : des être vivants. Inévitablement cela a un impact sur l’estime de soi et donc sur la confiance en soi.
    J’ai eu à rencontrer des personnes auprès de qui je me sentais faible. Elles arrivaient à m’atteindre et me blesser. Pour certaine je m’en suis aperçue très vite et pour d’autres je m’en suis aperçue que plusieurs années plus tard. La place que je leur avait donnée sur moi trouvaient leur genèse dans mon enfance. J’étais l’enfant chérie non désirée mais exceptionnelle selon la légende familiale. Mon père était dictateur, nous frappait, rabaissait ma mère. J’observais cela avec colère mais je n’avais pas le droit de l’exprimer. Je me suis éloignée de mon père plusieurs années. Puis je suis revenue prête à pardonner, sûrement par culpabilité. Au final je me suis adaptée à nouveau à ce père égoïste, trop heureuse de retrouver ma place d’héroïne dans les légendes familiales ; légendes qui gonflaient mon estime de soi. Mais une légende n’est pas la réalité. Construire son Estime de soi sur des légendes c’est prendre le risque que cette estime s’effondre un beau jour, c’est prendre le risque d’être dépendant des légendes et au final d’être dans un déni de réalité. Aujourd’hui je suis capable de m’exprimer et d’exiger à l’autre un autre comportement. Je ne m’adapte plus systématiquement.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      A vous lire, ce que vous appelez adaptation je l’appelle soumission : on se sent faible auprès d’une personne parce qu’on se compare à elle et que se comparant on se sent inférieur, c’est ainsi qu’on en arrive à se soumettre ; vous vous êtes soumise une fois encore à ce père égoïste et violent, victime de votre culpabilité, vous étiez dans l’illusion de pouvoir lui pardonner, plutôt que de vous défendre de lui en le mettant à distance par exemple.
      Se soumettre n’est pas s’adapter, c’est donner raison à son agresseur.
      S’adapter, c’est commencer par reconnaître qu’on a été agressé (parce qu’on l’a été), afin de pouvoir agir en conséquence.
      A vouloir changer votre agresseur, et à croire devoir lui pardonner, vous montrez votre dépendance de lui.
      Il vous faut donc commencer par vous adapter au fait qu’il vous a humilié. C’est à partir de là (de la vision claire des choses), que vous allez pouvoir agir de manière à ce que cela ne se reproduise, si possible, plus, plutôt que de courir le risque de culpabiliser et de vous trahir vous-même en vous soumettant une fois encore à lui.
      Remarquez aussi qu’en prenant le risque d’exiger de votre agresseur un comportement qu’il ne sera certainement pas d’accord de vous donner en retour, vous courrez le risque d’être à nouveau sa victime.

      Répondre
  2. Agnes

    Je comprend la réflexion de Kibabou ayant eu de mon côté des parents aux comportements ambivalentes : surprotecteur, mais aussi autoritaires et parfois violents. Il m’a fallu presque 10 ans environ aidé par un psy pour analyser comprendre et travailler sur moi pour sortir du déni, reconnaître, (ça fait souffrir) et prendre la distance nécessaire avec certaines personnes dont mes parents. Ce que Mr Perronnet explique est d’une justesse absolue. C’est un long travail pour se connecter a soi et cesser d’être victime. Il faut se faire aider. Car nous avons été construit sur du sable. Il faut presque tout réapprendre. Lire et ecouter les sages. Pour grandir. Et toujours avoir en tête qu’on ne change pas les autres. C’est nous qui devons conduire notre vie et changer ce qui doit changer chez nous. C’est un travail quotidien et lent de faire NOS choix. Mette de la distance quand il le faut. Pour trouver l’équilibre. Notre équilibre. Entre moi et l’autre. Et mon baromètre est la joie et la sérénité. Quand ça deraille, je rectifie. Et j’accepte me tromper avec humour de moi même. Sans oublier jamais que la vie est faite de joie de peine…. Vivre l’instant en acceptant les émotions qui vont avec…. Merci Mr Perronnet pour vos papiers merveilleux. Qui recentrent le lundi matin.

    Répondre
  3. Kibabou

    Vous avez raison. Les mots ont de l’importance. En pensant pardonner à mon père, je me suis soumise à lui, par peur, par illusion. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je m’adapte à lui car j’ai pris le temps de revisionner mon histoire, de la décortiquer. Aujourd’hui je sais où sont mes blessures, j’y apporte les soins qu’il faut et je me protège en décidant de ne pas me soumettre, en me donnant le droit de ressentir les choses et d’être entendue sans tomber non plus dans un abus de pouvoir. Je me donne cette valeur car elle m’appartient. Et cela me rends forte, fière, libre et heureuse. Car je peux désormais accompagner mes enfants plus sereinement dans cette vie qui les attends, avec la vigilance de ne pas rentrer dans le jeu inconscient de la domination/soumission.
    Foutu sentiment de loyauté, ça nous emprisonne, nous fait accepter l’inacceptable au nom de la famille même quand cette dernière dysfonctionnement. Fini les injonctions de ce type, j’aspire à des relations saines, un point c’est tout. J’ai pris conscience de mon histoire et j’ai compris que mon père n’avait pas fait ce travail, et reproduit … Avec l’âge, les formes de domination sont moindre mais elles n’ont pas disparu. Je le croyais pourtant, à tort.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      D’accord, j’ai raison, mais allons un peu plus loin, je n’ai fait que vous aider à porter votre attention sur quelque chose. Vous avez réussi à élargir votre conscience et à voir plus finement une réalité.
      Oui, le sentiment de loyauté nous emprisonne et c’est pour cela qu’il s’agit de se confronter vraiment à sa mauvaise conscience pour ne pas la laisser nous perdre.
      Maintenant que vous savez que les « formes de domination n’ont pas disparu », vous pouvez vous tourner vers votre liberté.

      Répondre
  4. Claire

    Je comprends aisément tout le travail personnel qu’il faut faire pour parvenir à ne plus être affecté par son agresseur. J’y suis parvenue avec mon père, aujourd’hui ses tentatives d’humiliation ne me touche plus. Pourtant Mes beaux parents, provoquent chez moi de l’agacement et de l’énervement. Il sont intrusifs, culpabilisants, manipulateurs, abusifs, rabats-joie, ne savent pas rester à leur place. C’est un état permanent chez eux. Et c’est énergivore. Je n’hésite pas à réagir quand ils m’incommodent, a mettre de la distance une fois, deux fois, dix fois … et j’avoue que les heures passant ma patience s’effiloche lors des rencontres. J’ai beau réfléchir, je ne parviens pas à savoir pourquoi. Ils sont parfaitement toxique, et je pense clairement les sortir de ma vie, au détriment de mon fils qu’ils vont vampirisé encore plus sans ma présence… je n’ai pourtant aucune difficulté à faire un travail sur moi, mais là je bute
    Merci

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Si votre patience s’effiloche c’est vraisemblablement parce que vous lui demandez plus que ce qu’elle peut supporter. Il faudrait donc considérer la situation de beaucoup plus près avec votre thérapeute.

      Répondre
  5. NATHALIE

    Il y a plusieurs année ma soeur me propose de développer mes photos car elle a une promotion. et elle fait développer les siennes.je me dis pourquoi pas . quand je retourne voir mes parents ma soeur est là avec ma mére en train de regarder mes photos (ma soeur impassible ) ma mere ell,e se permettant des reflexions sur les personne photographié (Q’ elle ne connait pas. ex: petit amis)
    d’en parler aujourhui encore cela m’ écoeure. que ma mére ce soit permis de le faire mais encore plus que ma soeur l’ai laissé faire.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui, elle s’est permis de rentrer dans votre intimité sans votre accord… mais maintenant vous savez de quoi elle est capable n’est-ce pas ? Vous allez donc pouvoir dorénavant vous protéger de ses intrusions ?

      Répondre
      1. Nathalie

        Malheureusement cette attitude a été récurrente avec souvent la participation de ma soeur . Et je suis obligé de mettre régulièrement des barrière même en ayant clairement dis que cela ne me convenait pas (la réponse de ma soeur étant que c’est normale elle a peur pour c’est enfant ou c’est pour m’aider ou qu’elle ont de la compassion pour les autres « elle » .
        Cela m’épuise d être obligé de mettre des limites pour tous régulièrement et m’entendre dire que je suis devenue un monstre alors que j’étais si gentil avant.
        elle essaye de faire pareil avec mon fil qui a 18 ans. elle aurait tendance a faire les même réflexions comme quoi il est devenu…. sauf que je suis là pour avoir une réponse positive a donner en contre coup.

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Oui, la vie est un risque : tant que vous n’avez pas risqué, vous n’avez pas vécu.
          Et tant que vous ne le reconnaissez pas, vous n’oserez pas vous défendre de personnes qui peuvent être maltraitantes avec vous et direz que la vie est mal faite et injuste.
          Lisez à ce sujet mon article : La vie n’est pas injuste mais elle est cruelle
          La réponse positive ce peut être simplement d’oser mettre la limite à une personne qui vous marche sur le pied. Pourquoi devriez-vous être positive et « gentille » avec des personnes qui vous maltraitent ? Pourquoi devriez-vous avoir peur de vous défendre ? Vraisemblablement parce que vous êtes dans la crainte d’être vous-même en sentant pleinement ce qu’elles vous font : c’est à travers ce ressenti que vous trouverez la juste réponse pour vous.
          Etre positif n’est certainement pas de trouver des stratégies pour réussir à ne pas être soi-même (qui est se mentir à soi-même en se disant qu’il faut être positif.)
          Pour parvenir à ignorer une personne qui nous fait nous sentir mal, il faut commencer par se mettre en paix avec soi-même donc accepter de devoir se défendre quand il le faut.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *