Haine de soi

Réflexion n° 2 :

« Si l’on creuse un peu derrière les apparences, on s’aperçoit que la haine de soi n’est que le résultat d’une trop haute idée qu’on a de sa personne (…) ce n’est qu’une forme d’amour de soi exacerbé », dit le Dalaï-Lama.

Il y aurait donc un « faux » amour de soi pathologique masquant la haine de soi et un « vrai » amour de soi, cousin du respect de soi-même.

Quand dans mon métier, j’entends des personnes affirmer qu’elles « s’aiment bien », je me demande souvent si elles ne confondent pas ce qu’on appelle communément l’amour-propre ou un certain narcissisme avec le véritable respect de soi-même.
En fait le narcissique vit un pathétique déficit de l’image qu’il a de lui-même, qu’il compense artificiellement en essayant de donner le change à tout le monde y compris à lui-même. Il est par exemple persuadé que les règles sont faites pour les gens ordinaires et ne s’appliquent pas à lui, car il ne supporte pas ce qui le limite. Il est aussi persuadé que ses besoins sont plus importants que ceux des autres – qu’il ne peut pas reconnaître, notamment dans les domaines professionnels et amoureux.

Plutôt que de continuer à jouer indéfiniment la comédie en prétendant être celui qu’on n’est pas, ne serait-il pas préférable de nous réconcilier avec le véritable « nous-même » (ce qui serait un authentique amour de soi), en convenant simplement des qualités réelles qui sont les nôtres , même si – le plus souvent – nous n’avons pas été aidés en cela par nos parents et nos éducateurs ?

© 2014 Renaud & Hélène PERRONNET Tous droits réservés.

Petit sondage à propos de la réflexion : Haine de soi

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 


CLIQUEZ ICI POUR VOUS ABONNER AUX COMMENTAIRES DE CET ARTICLE
Abonnement pour
guest

18 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Léa
Léa
13 novembre 2018 15:37

Est-ce être pathologiquement narcissique quand l’homme que l’on aime ne nous plaît pas physiquement – parce qu’il a retourné la violence des autres contre lui-même et a beaucoup endommagé son aspect corporel- mais nous interpelle et nous correspond, nous bouleverse, nous séduit par la finesse de son analyse, ses connaissances, ses valeurs, son empathie… car sa vie ressemble à la nôtre sur pas mal de points mais qu’on a vécu différemment des moments extrêmement douloureux l’un comme l’autre? Je suis déchirée sur ce point alors que cet homme est merveilleux, féministe, protecteur. Je me suis imaginée une vie douce et… Lire la suite »

Fleur
Fleur
24 août 2017 08:22

Merci pour ces posts intéressants. Je suis tres etonnée par la phrase du Dalai Lama, que j’aime beaucoup en général.. mais a-t-il jamais vécu ces minutes ou l’esprit ne pense qu’en terme de “je suis nulle, j’ai tout raté, je ne sais pas prendre les bonnes décisions, etc”… ou la douleur est si vive et ou, comme personne ne l’entend et ne sait la recevoir, alors on se dit tout cela a soi même, attendant en vain qu’on nous dise… mais non, mais non… Ce que disent Brigitte et Lily et El Hedri, c’est que l’on peut “comprendre”… on peut… Lire la suite »

Victoire de Tourtour
Victoire de Tourtour
5 novembre 2016 12:53

Bernanos: “La grâce des grâces, c’est de s’aimer soi-même humblement.” (Journal d’un curé de campagne)

Lily
Lily
5 mars 2016 10:40

Bonjour Renaud, je valide tout à fait vos réponses, il me faut détricoté les conditionnements et s’est pas tache facile, il y a eu beaucoup de ravage dans mon cerveau (programmes défectueux) . Pour cela il me faut etre ne alignement et entourer des bonnes personnes comme j’ai mis en place une stratégie d’adhérer à 3 associations en relience avec mes attentes, donc l’une ou ce trouve plusieurs activité culturel (Développement personnel) je m’investi en tant que bénévole pour divers taches y compris l’animation, le deuxième se trouve etre dans l’échange des connaissances pour élargir et évoluer et puis la… Lire la suite »

Armelle
Armelle
Répondre à  Lily
15 novembre 2018 00:10

Bonjour Lily, Il s’est écoulé pas mal de temps depuis ton message, mais tombant dessus ce soir, je réponds pour partager ma compréhension de cette histoire de “coeur brisé” versus “chercher à comprendre”. Oui, le mental qui “cherche a comprendre”, qui cherche des pistes de solutions ou de réponses, il t’a très certainement sauvé la vie à un moment donné. Il n’est pas à rejeter. Il n’y a pas un bout de nous qui ne cherche pas, de la façon qu’il connait, à assurer la survie du système. Le mental, quand il y a détresse, il cherche – comme tout… Lire la suite »

Lily
Lily
4 mars 2016 14:56

Merci de m’avoir répondu Renaud, mais pour moi il m’ a fallut chercher et comprendre, comme vous dites cela ne sert pas à grand chose, si! parce que grace à cela je suis toujours en vie aujourd’hui parce que l’ignorance tue autant que la haine de soi ou de la jalousie, d’en prendre conscience est le d”but de la délivrance, parce que je pense que je me serais suicidé…. comme vous dites il suffit de sentir les choses et je connais parfaitement ce que s’est que de’avoir la boule au ventre et d’etre terrifier chaque jours… concernant le coeur brisée… Lire la suite »

Lily
Lily
4 mars 2016 10:53

Bonsoir Renaud, par synchronicité je suis ravie de commenter sur votre site en toute conscience et confiance car je sais que je suis au bon endroit, parce que je sais que je serais pas juger comme on m’ toujours montré du doigt, abandonnée par ma mère, comme elle m’a dit quand je l’ai retrouver a l’adolescence, qu’elle ne m’aimera jamais parce que je suis le fruit de son malheur et que j’ai tout le portrait de mon géniteur violeur, suite à cela par loi de résonance il est logique je n’ai attiré qu’une famille d’acceuil aimante qui allée prendre soin… Lire la suite »

brigitte
brigitte
3 février 2014 09:49

Bonjour, Je vous remercie pour vos réponses. C’est bon de se sentir entendue et comprise. Oui, en effet, comme je le pressentais il me semble aussi que la phrase du Dalaï Lama est théorique et que dans mon cas nous avons à faire à autre chose. Ce sujet autour de la “Haine de soi” et nos échanges auront eu le mérite de m’encourager à persévérer. J’ai trouvé quelques pistes intéressantes, constructives, dans le ” livre noir des violences sexuelles”. Cela me fait penser que j’avais lu un autre livre intéressant, il s’agit de “Panser l’impensable” de Fernande Amblad aux Editions… Lire la suite »

el hedri
el hedri
Répondre à  brigitte
17 février 2014 18:07

Brigitte vous avez tout à fait raison de mentionner les editions jouvence on y trouve des livres excellents et pour la connaissance de soi en particulier. Je vais me procurer celui que vous citez. Je ne sais pas ce que Monsieur Perronnet en pense , mais avant de dormir j’ai pris l’habitude de m’adresser quelque fois un message. Par exemple: “je veux etre éclairée sur ce problème précis” et je note les rèves qui ne manquent pas de se produire. La difficulté est ensuite de decripter et de saisir le sens de l’information qui nous est transmise. Cela pour deux… Lire la suite »

MC
MC
27 janvier 2014 14:14

Bien que je comprenne, je pense, ce que veut dire le dalai-lama et que d’ailleurs vous commentez vous memes fort justement en parlant d’image compensatoire, je trouve que c’est une définition tres théorique. Il est hélas des cas redoutables, comme celui de Brigitte, ou l’on a à faire à bien autre chose. Brigitte, je voudrais vous dire mon tres grand respect pour votre immense courage ! Je connais plusieurs personnes ayant subi des epreuves effrayantes comme celles-là, reunir l’ensemble de ces malheurs sur un seul etre c’est au-dessus de l’entendement. Continuer sans cesse de perseverer comme vous le faites c’est… Lire la suite »

Brigitte
Brigitte
21 janvier 2014 20:41

Bonjour, Je suis intéressée par ce sujet et vous remercie de le mettre en lumière. En effet, j’ai 50 ans et malgré un travail thérapeutique j’ai des difficultés à lâcher une forme de haine de moi. Enfant et adolescente j’ai été victime de différentes formes de maltraitances… notamment, j’ai fait ce que mon agresseur me demandait, malgré l’interdit de l’inceste. De cela il me reste une image négative de moi. Par ailleurs, ma mère était appelée “la putain du village”. Devant moi, alors que j’étais enfant, des hommes racontaient leurs débats avec elle. A partir de là, ma mère m’a… Lire la suite »

brigitte
brigitte
Répondre à  Renaud Perronnet
23 janvier 2014 21:12

Bonjour, Merci pour votre réponse. Suite à votre mail j’ai commandé l’ouvrage “le livre noir des violences sexuelles” car, en effet, il pourrait bien m’éclairer. Suite à votre réponse, j’ai parcouru quelques articles en lien avec ce livre et j’ai été très émue par la justesse de ce que j’ai lu. Comment se fait-il qu’en 10 ans de thérapie jamais un professionnel (psychiatre, psychanalyste, psychothérapeute…) n’est évoqué cette mémoire traumatique ? J’en profite pour partager une autre de mes réflexions, je m’interroge sur le lien entre la déclaration du Dalaï lama “La haine de soi n’est que le résultat d’une… Lire la suite »

Karine
Karine
13 janvier 2014 14:08

Bonjour, j’ai l’impression que pour sortir du mépris/jugement de soi et du narcissisme et pour ne plus courir après des chimères il faut beaucoup de temps pour apprendre à connaître la personne qu’on est vraiment, reconnaître et accepter ses besoins réels et ses limites, et quand on était mal parti cela demande des remaniements difficiles, des renoncements et des deuils. C’est dur d’accepter d’être un petit être humain limité! Parfois il faut renoncer à des personnes ou à des rêves ou bien tout changer pour mettre en place ce qui permet au mieux de combler nos besoins légitimes. Pourtant je… Lire la suite »

jean michel
jean michel
13 janvier 2014 11:16

Je ne me souviens pas avoir connu la haine de moi, peut être simplement en début d’adolescence un dégoût de mon physique non athlétique, mais j’ai compris ensuite que c’était bon pour les situations utilisant l’endurance. De même, plus tard je me sentais diminué parce que je ne réagissais pas aussi vite que les autres dans les situations à problèmes, et puis j’ai compris que cette lenteur moins spontanée naturelle me servait à mieux faire le tour des problèmes avant de foncer sur les apparences. En fait on n’est jamais bon à rien, et nos particularités nous préparent à agir… Lire la suite »