3 réflexions au sujet de « Relations amoureuses »

  1. Silvana

    C’est vrai qu’il faut s’appuyer sur soi-même pour avancer dans la vie, mais on a besoin même « d’un plus petit que soi » disait la Fontaine pour te donner un coup de main lorsque tu es dans le pétrin.
    La vie est telle que l’autre est une source d’enrichissement personnel et professionnel. Si tu beneficies de l’aide et du respect au sein de ta famille tu te sens comblée, cela t’aide à minimiser le stress ou l’accueillir paisiblement.
    Si rien ne va chez soi, tu te dedoubles, il y a un être qui subsiste mais qui se sent frustré et blessé au plus profond de soi. On s’adonne au travail pour tout oublier, quand même la douleur réapparait, lancinante et tu te demandes pourquoi toi, quel est le mal que tu as fait pour te trouver puni par une telle situation sans issue.
    C’est parce que la relation est à sens unique, même si tu essayes de créer un équilibre aléatoire. On devient un être sans voix, un esclave qui, pour donner sens à la relation accepte la soumission. Par moments tu te révoltes.
    En fait, il s’agit d’une revolte accumulée qui détruit tout, qui fait plutot mal, et qui rend la relation insupportable.
    Il faut se distancier pour bien voir, réflechir à cette relation, en discuter avec les autres, afin de la regarder sous différents angles de vue, mais tu n’as pas de temps.
    Tu avances chargé emtionnellement de tes rancunes, de tes problèmes quotidiens: boulot-maison, maison-boulot. Comment se débarrasser d’une telle charge? Les amis mettent un peu de beaume sur la plaie, mais ce n’est pas suffisant. Tu comprends que le chemin de salut passe par une recherche assidue sur plusieurs domaines de la vie et un travail approfondie sur soi.
    Mais le temps passe, tes cheveux deviennent gris. Tu deviens plus sage et comprends que l’expérience de la vie constitue le trésor le plus précieux de ce bout de chemin qui te reste à vivre.
    Le moral, les amitiés, les connaissances tout se trouve renouvellé au profit d’une nouvelle vision qui accueille la réalité en soi tout en faisant des concessions: garder et préserver l’essentiel d’une vie au sein du couple, sans cesse mis à l’épreuve du temps.
    Quand tu lances le regard autour de toi, tu penses que cela est le fruit du hasard aussi, du bon Dieu qui unit différemment les personnes.
    A chacun ses défis, ses luttes et ses victoires.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Vous décrivez là le douloureux chemin de vie de la victime.
      Comme vous dites, le chemin du salut passe par une recherche assidue et un travail approfondi sur soi, c’est à cette condition que les yeux d’un être peuvent s’ouvrir, et que voient-il alors ?
      Que nous sommes les seuls à pouvoir combler nos manques et qu’il est grand temps de se mettre à la tâche, c’est le sens de ce post.

      Répondre
      1. Silvana

        Quelquefois on trébuche. L’homme a besoin de l’homme pour se supporter et avancer.
        J’ai l’impression que les gens soient devenus très égoistes, pas tous, heureusement.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *