Faut-il démissionner pour aider ?

Le coup de gueule d’Edith, infirmière en maison de retraite qui refuse de perdre son humanité au profit de la bureaucratie ambiante. Elle explique la nécessité impérieuse de revenir à la présence ici et maintenant ; elle revient à l’essentiel : le bon sens et l’écoute.

————-

JE SATURE !

13/01/2010 Libre partage d’Edith

Profession : Infirmière

Infirmière dans une petite maison de retraite, je suis dépassée par les démarches de plus en plus nombreuses que nous devons accomplir, administratives surtout !!!

– Une malheureuse chute, par exemple ! Autrefois, elle était notée dans les transmissions et chacun essayait de trouver des solutions adéquates pour éviter une autre chute…. !

Aujourd’hui, elle est notée dans les transmissions, mais aussi une fiche complète est remplie avec une vingtaine de renseignements à fournir (date, heure, circonstance de la chute, lésions éventuelles, appel ou non du médecin  etc…)

Chaque feuille de chute est rangée dans un classeur et ce classeur sera ensuite étudié (statistiques……heure le plus fréquent des chutes…etc …). Par qui tout çà ???? Les aides-soignantes ou infirmières bien entendu, et en plus de leur « travail » auprès de la personne qui a chuté, qu’il faut « gérer » à une heure où çà n’arrange évidemment personne (heure des couchers souvent….)

Bien sûr, c’est important !!! Bien sûr c’est en étudiant le pourquoi et comment de ces chutes qu’on pourra les prévenir et donc en diminuer la fréquence et cela sera un grand bénéfice pour les personnes âgées d’abord !!!

Mais !!! Nous n’avons que deux bras, deux jambes et une tête !!! Et bien évidemment je sature !

– L’équipe souffre : deuxième exemple ! Démission de deux aides-soignantes et nous voilà avec des intérimaires ….. ! Impossible de garder les mêmes et tous les jours les « anciennes » répètent les différents soins à faire …. !

« Faites des fiches de postes »  me dit-on en haut-lieu lorsque je vais défendre leur cause !!!

Je m’y « colle » et commence cette difficile tâche ; poste du matin, de l’après-midi et de la nuit ; tous ne sont pas d’accord sur les soins, cela soulève beaucoup de discussions et finalement, je reprends tout cela en équipe de travail, petites réunions d’équipe ;

Mais c’est encore des heures et des heures de travail loin des personnes-âgées…… !!! Et pendant ce temps là, je ne peux pas faire ce que j’aime faire et ce pourquoi j’ai choisi de travailler en maison de retraite : être proche de la personne-âgée, l’écouter, l’accompagner dans ses moments difficiles, la soigner et lui donner un peu de bonheur !

– Enfin dernier exemple de temps passé dans la paperasserie : les dossiers individualisés ! Je suis parfaitement en accord avec le principe : on prend un dossier Mme X, pour faire simple ! Avec le médecin, la psychologue, l’infirmière présente et enfin le « référent » nous « attaquons » le dossier. Tout doit y être : renseignements médicaux, psychologiques, besoins fondamentaux et surtout objectifs à court, moyen et long terme… ! On évaluera dans six mois !

Et on y inclut la personne-âgée puisqu’elle doit avoir été contactée avant par le référent, être d’accord avec nos propositions (censées être les siennes d’ailleurs) et même les signer dans un « avenant » au contrat !!!! Si la personne-âgée est dans l’incapacité de faire ce « travail », il  incombe au référent de contacter la personne de confiance, la rencontrer afin de l’inclure dans la démarche et obtenir son accord pour les décisions qui seront prises.

C’est génial, ce principe ! Enfin la personne-âgée est entendue, reconnue comme un être humain à part entière, avec un passé (et souvent quel passé !!!), un présent et un avenir !!!

La maison de retraite devient autre chose que « leur dernière maison » ….. !!! Des projets existent. Plein de choses vont être faites…. !

Oui, sur papier c’est génial !

Dans la réalité c’est une fois de plus, des réunions à planifier tous les mercredis (du moins chez nous)  avec toutes les personnes concernées …..et des reports car maladie de l’un ou l’autre ….et des imprévus….etc !!!!

Cela fera deux ans dans 2 mois que je suis dans cette maison de retraite et il en reste encore 10 à faire !!! Et nous sommes censés évaluer tous les 6 mois….voir si nos objectifs sont atteints…. !!!

A côté de cela, au quotidien, je vois et j’entends des choses qui ne demandent pas de temps ou de personnel supplémentaire …..des choses qui me choquent et qui pourraient être évitées.

Du bon sens et de la bonne volonté, et un tout petit peu d’encadrement de notre part (à condition d’être là au bon moment et non pas dans nos papiers !!!!!).

Il est facile de se plaindre des conditions de travail ; mais au lieu de penser « j’ai trop de travail, on se moque de nous ; y en a marre » tout en faisant un lit, ou une toilette, ou un pansement……pourquoi ne pas penser « que puis-je faire pour cette dame en même temps que je m’occupe d’elle ? »

La regarder dans les yeux, lui sourire à hauteur, poser doucement sa main sur la sienne !

Des gestes doux, brefs, qui ne prennent pas plus de temps mais qui font la différence !

Et quel plaisir d’avoir ne serait-ce qu’une petite réponse dans son regard !!!!

Pour faire cette démarche, il faut être présent dans le soin, et savoir gérer son stress je pense ! Il faut aussi, pour nous les infirmières, essayer d’encadrer les aides-soignantes, de façon positive ; les guider dans leur soin et leur montrer un chemin parfois inconnu ou oublié.

Oui je sature car trop de paperasserie soit disant indispensable « c’est la loi ; on ne peut pas faire autrement ! Sinon ils vont nous supprimer des postes ! » Il faut prouver tout ce que vous faites !

Résultat : on quantifie le temps passé à faire une toilette, un lit, un soin, un pansement…etc….mais comment quantifier un moment passé auprès d’une dame seule en fin de vie ? Comment quantifier le temps passé auprès d’un fils perdu face à sa maman qui ne veut pas passer « de l’autre côté » ?

Comment quantifier le temps passé à écouter une collègue qui craque ? Oui je l’écoute, je la laisse « se vider » car je sais que c’est nécessaire pour elle ! Mon propre travail attendra et je partirai une heure plus tard ! Tant pis !

Doit-on devenir « inhumain »  et dire « tu m’ennuies là ; je n’ai pas le temps de t’écouter » ?

Je crois aussi que ce qui nous permet de tenir c’est justement cet esprit d’équipe que je tente de préserver ! Cette force que chacune puise en l’une ou l’autre permet au groupe de se serrer les coudes et de se dire « accrochons nous ! Cà ira mieux demain »…. !

Mais chaque jour se ressemble ces derniers mois et les bureaucrates en demandent encore plus !

J’ai appris la semaine dernière qu’on allait faire un « cahier » pour noter les problèmes survenus le week-end ……et hop ! Encore de la paperasserie indispensable certes mais….. !

Je sature !!! Je travaille en maison de retraite (47 résidents) et force est de constater qu’on nous oblige à remplir de + en + de papiers soit disant « légaux » « indispensables » pour avoir du personnel !!!! »……et avec de + en + d’intérimaires à gérer et de – en – de moyens !!!!

Comment rester une « bonne » infirmière aidante alors qu’on passe plus de temps dans ses piluliers ou dossiers qu’auprès des personnes âgées ??? Je suis heureuse à la fin d’un poste quand j’ai réussi à « donner » 2 minutes de bonheur par un chant à l’une, un sourire « vrai » à l’autre, un petit massage …..!!! C’est grave et très frustrant !!!!

Je pensais dernièrement à une solution « extrême » :

Je vais démissionner et venir travailler bénévolement pour faire tout ce que j’ai envie de faire et ne peux pas faire !!!! Ils embaucheront une autre infirmière à ma place et enfin je ferai ce qu’à mes yeux toute personne humaine avec un DE d’infirmière est censée faire……!!! C’est quand même grave d’en arriver là !

Edith, infirmière en EHPAD.

—————-

Pour aller plus loin, vous pouvez lire sur ce site :

——————–

Vous êtes aidant (éducateur, travailleur social, thérapeute, psychologue, professeur, bénévole…) Vous êtes soignant (infirmière, aide-soignante, médecin, sage-femme…) Vous êtes parent ou « aidant naturel » (de vos vieux parents, d’un voisin…) Vous souhaitez témoigner, vous avez quelque chose à dire ou à crier. Votre partage touchera ceux qui vous liront et qui pourront vous répondre. N’hésitez pas à m’envoyer votre texte que je pourrai publier dans l’espace dédié aux aidants ! Pour ce faire, CLIQUEZ ICI

—————-

4 réflexions au sujet de « Faut-il démissionner pour aider ? »

  1. jean michel

    En réponse à Edith infirmière qui sature : J’essaye de faire mon travail d’infirmier en geriatrie, et on peut considérer qu’on devient secretaire a temps partiel, vu les papiers qu’on est sensé remplir. Il y a aussi cahier de chutes, rapports divers et nombreux chez nous. Mais la tendance à l’absence de relation directe se developpe dans tout le fonctionnement social : guichets automatiques de banque et de poste, démarches par internet pour les admnistrations et les inscriptions dans les écoles, papier a remplir pour obtenir un papier, etc… On arrive dans un monde de robots pour qui la fonction prime la personne individuelle pour qui les gestes ont encore un sens. On a parfois l’impression d’etre des survivants d’une epoque ou les significations etaient differentes. Certains se refugient dans la consommation, dans la relation avec des animaux, esperant un retour gratifiant sans ennuis. Je continue a penser que la lucidité, meme si elle est douloureuse demeure inestimable. Je n’ai malheureusement pas de solution, mais on en a parlé à partir d’avis personnels et c’est deja du relationnel précieux à mon sens. Bon courage, le long terme reserve parfois des surprises, meme si comme on dit on a souvent le nez dans le guidon a cause des tâches multiples qui nous occupent pas toujours avec l’utilité qui conviendrait, dont les organisateurs sont responsables mais pas toujours conscients, préoccupés par l’effet vitrine de ce qui est présentable et démontrable.

    Répondre
  2. jacques martine

    Non! ne démissionner pas!
    Bien sûr! que c’est vous qui avait raison!
    Démissionner c’est donner raison au système!
    Regarder la main de la personne âgée qui se tend vers vous!
    Prenez là et osez! ayez l’audace de temps en temps d’envoyez bouler toute cette papasserie!
    Tant que vous êtes dans l’urgence vis à vis de la personne âgée, on ne pourra rien vous faire!
    Vous êtes dans une maison de retraite dites- vous? Une maison de retraite est un lieu de vie!
    Et comme dans tous les lieux de vie il peut avoir des accidents( chutes…)
    Fonctionner et élaborer par ordre de priorité! la papasserie peut attendre!
    Je comprends votre ras le bol !
    Accordez-vous une pose! soufflez! regardez! Ayez l’Audace!

    A tous ces dirigeants, je dirais:
     » Déshabillez-vous! enlevez vos costards! et revêtez la tenue blanche du Soignant!
    Posez vos crayons! et venez nous voir dans ses services de maisons de retraites ou de longs séjours! Prenez- leur la main! donnez- leur l’aide alimentaire ! faites -leur! leur toilette ! et soignez leur mal! installez-les dans leur lit ou leur fauteuil! Répondez aux attentes des familles!
    Soyez à l’écoute du médecin de service quand celui-ci ne change pas encore tous les quinzes jours!
    Croyez -vous que l’on arrive à suivre! Non! on ne peut plus suivre, en plus avec la surcharge de papiers à remplir!
    Alors Messieurs les Dirigeants nous vous invitons à venir et montrez-nous comment vous faites?

    Ayez-vous aussi l’audace d’enfiler la blouse blanche de l’infirmière ou (infirmier).
    Nous vous attendons!
    Bien cordialement

    Répondre
  3. Nadine

    Edith Tout ce que tu décris est la stricte vérité .J ‘ai connu tout cela il ya quatre années
    Maintenant je suis en retraite et contente de l ‘être
    Lorsque je rencontre mes anciennes collégues , elles n ‘en peuvent plus
    Martine encore trois années a faire ,a fait un gros malaise cardiaque
    8 jours hospilisée, elle est déprésive toujours plus .
    Ma pensée a cette situation nous avons choisi le métier de soigner des personnes ;pas des objets. Alors lorsque j ‘entends que dans les hopitaux maisons de retraite faut diminuer le personnel c ‘est une horreur .Je dis aux dirigeants pour comprendre la souffrance du personnel soignants . Venez vivre plusieurs jours et mettez vous au travail .
    Je penses que vous réfléchirer avant de diminuer des postes
    Bon courage Nadine

    Répondre
  4. KLEIN Silva

    Je suis aide soignante dans une maison de retraite depuis deux ans et il m’arrive également de penser à démissionner. J’ai choisi ce métier, pour apporter de l’aide et du réconfort aux personnes qui en ont besoin, mais je trouve que , de plus en plus, on devient maltraitant , non pas physiquement mais moralement, sans le vouloir. Physiquement peut-être aussi un peu, car lorsqu’on met une personne âgée dans fauteuil parce quelle ne se déplace pas assez vite, et que de ce fait elle devient dépendante de ce fauteuil et ne se donne plus la peine de faire des efforts, résultat, l’autonomie diminue plus vite et là, oui ! je trouve que c’est de la maltraitance.
    Par moment j’ai l’impression de travailler dans une usine, d’expédier vite fait les diverses tâches concernant les résidents, parce qu’il y a toujours des horaires à respecter, différentes paperasseries administratives à remplir…
    Il faudrait vraiment que tout ceux qui nous gouvernent passes , ne serait-ce qu’un jour , de notre côté, pour voir la souffrance morale, du travail inachevé, que les soignants, tous confondus, peuvent ressentir. Ou se trouver un jour à la place d’une personne âgée qui ne demande qu’un peu de chaleur et d’humanité et qui ne peut l’avoir faute de moyens. Alors! démissionner pour ne plus avoir l’impression de faire du mal, oui! mais est-ce la solution??? Je pense qu’il y a malheureusement encore beaucoup de travail à faire avant de voir du changement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *