Le pervers narcissique

La violence psychologique, c’est de la violence tout court

« Le bourreau ou « pervers narcissique » peut être un homme ou une femme. La violence morale n’est pas l’apanage des seuls hommes, bon nombre de femmes sont des tyrans domestiques. Les médias donnent trop souvent l’impression que les harceleurs sont tous des hommes et nous devons bannir ce jugement erroné en nous souvenant que les hommes victimes ont tout simplement plus de mal à parler de leurs souffrances.

Quel que soit son sexe, son âge, sa nationalité, le bourreau a toujours le même comportement, il vampirise sa victime, buvant son énergie vitale. On peut mettre des années avant de se rendre compte du processus de destruction mis en place. Au commencement, il peut n’y avoir que des petites brimades, des phrases anodines mais méprisantes, pleines de sous-entendus blessants, avilissants, voir violents. C’est la répétition constante de ces actes qui rend l’agression évidente. Souvent un incident vient déclencher la crise qui amène l’agresseur à dévoiler son piège. En règle générale, c’est la prise de conscience de la victime, et ses sursauts de révolte, qui vont déclencher le processus de mise à mort – car il peut y avoir véritable mise à mort psychique, où l’agresseur n’hésitera pas à employer tous les moyens pour parvenir à ses fins : anéantir sa proie. »

Marie-France Hirigoyen

L’expression « pervers narcissique » a été popularisée dans les années 1990, notamment par l’ouvrage très médiatisé de Marie-France Hirigoyen (Le Harcèlement moral : la violence perverse au quotidien).

Le mot perversion provient du latin perversio qui signifie invertir, changer de sens. Il y a perversion quand on change le but ou l’objet « normal » d’une pulsion. Pour ce faire, le pervers utilise des mécanismes fondés sur la projection ou le déni.

Le « narcissisme » fait allusion au mythe grec de Narcisse qui, ayant un jour aperçu son image dans l’eau d’une fontaine, s’éprit de lui-même.

La perversion comme le narcissisme sont des tendances que nous retrouvons chez tous les êtres humains (par exemple à travers l’égoïsme et le repli sur soi), mais chez le pervers narcissique elles s’expriment à l’exclusion de toutes les autres.

Par ailleurs, le pervers narcissique est fin, intelligent et bon psychologue. Il paraît donc particulièrement sympathique, brillant et même tourné vers les autres.

Mais sa caractéristique principale est d’être un déviant (pervers) par rapport à la morale et aux normes établies dans la vie en société, cette déviance lui permettant souvent d’être considéré comme original, donc attirant aux yeux des autres.

Il se choisit une proie et utilise toutes sortes de stratagèmes pour détruire l’intégrité psychique de cette dernière et cela dans le but de satisfaire son bien-être personnel.

De manière très simple on pourrait dire que pour le pervers narcissique, l’autre n’existe pas en tant qu’autre différencié. L’autre n’existe que comme objet pour lui-même.

Le pervers sait ménager ceux dont il a besoin pour aller dans le sens de son image narcissique.

Il est incapable de ressentir de l’empathie ou de la bienveillance pour les autres puisqu’il est avant tout calculateur pour son propre compte.

Il séduit sa victime tout en maintenant avec elle une distance affective qui lui permettra de ne jamais pouvoir l’aimer. En fait, il mise constamment sur l’incapacité de sa victime à pouvoir réaliser qui il est parce qu’elle ne peut pas être comme lui.

Les pervers sont souvent des personnes frustrées et jalouses qui, parce qu’elles n’ont pas pu se réaliser, cherchent à se donner de la satisfaction en jouant avec la vulnérabilité des autres, en cherchant à blesser, à avilir et à humilier.

Le pervers est volontiers mythomane, le mensonge est chez lui une seconde nature, il est cynique, et pense – par exemple – que les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Il s’arrange très facilement avec sa conscience. Il n’hésite pas à mentir avec un aplomb sidérant, dès lors que cela sert ses intérêts, il en arrive à croire lui-même à ses propres mensonges, ce qui le rend d’autant plus dangereux – parce que non soupçonnable.

Derrière une apparence généreuse, un côté bon vivant et charmeur, il ne pense qu’à son intérêt à lui.

Il sait souffler à la fois le chaud et le froid ce qui permettra à sa victime de douter d’elle-même. Il n’hésite pas à lui jurer qu’il va changer (pour resserrer son étau quand il se relâche). Il se venge toujours sur sa victime quand il est seul avec elle et donc sûr de pouvoir la dominer. Il fait peu à peu régner la terreur dans la famille.

Pour résumer, il n’a bien sûr jamais « aucun problème » (selon lui) et excelle dans l’art de la manipulation, de la dissimulation, du mensonge, de la fourberie et est volontiers procédurier.

Sa sexualité est bien souvent déviante en ce sens qu’il arrive à obtenir de sa victime qu’elle consente à des comportements qu’elle réprouve et n’ose pas refuser par peur de représailles (physiques comme psychologiques). Le pervers narcissique sait parfaitement s’y prendre pour circonvenir et manipuler les personnes, on le retrouve donc dans de très nombreux cas d’incestes.

Ces principales caractéristiques du pervers narcissique, vous allez maintenant les voir à l’œuvre à travers ce court métrage de 15’ 44’’ intitulé : Fred et Marie, pour un couple sur huit, ceci n’est pas une fiction, réalisé par TheDeck & Lenitch, sur une initiative de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Wallonie et de la CoCoF.

Note :

© 2017 Renaud & Hélène PERRONNET Tous droits réservés.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article de 4 pages au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 


CLIQUEZ ICI POUR VOUS ABONNER AUX COMMENTAIRES DE CET ARTICLE
Abonnement pour
guest

18 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Isabelle b
Isabelle b
28 décembre 2019 11:32

Bonjour Merci pour cet article intéressant. La video m’est apparue un peu limitée car Marie y apparait très soumise. On n’y vont donc pas ce qui se passe quand la victime proteste. Or c’est là que l’enfer redouble car le pervers narcissique exige une soumission totale et devient violent. Il aurait été intéressant de montrer ce qui se passe quand la victime commence à prendre conscience et cherche à fuir : le pervers narcissique ne supportant pas que sa proie lui échappe fera tout pour la détruire. Je suis également d’accord avec le commentaire de Laure ci-dessus qui dit que… Lire la suite »

Laure ~
Laure ~
3 janvier 2019 10:52

Bonjour, j’ai visionné le film hier. Je le trouve très intéressant. Pour moi il sonne faux. Je me suis d’abord demandé (hier) s’il y a des victimes qui s’y retrouvent … Et j’aimerais bien le savoir. Pour moi, Marie est dans le rôle, et Fred non. Il n’a pas l’emprise, ni la discrétion sociale. Mise en scène à l’avenant. Je trouve (après la nuit) que ça en fait un pont très intéressant entre le monde de la perversion narcissique et un monde sans. Ca donne un aperçu approximatif à ceux que ça n’effleure pas, et ça fait sentir viscéralement à… Lire la suite »

Valérie
Valérie
30 décembre 2018 13:13

Bonjour, Je sors d’une relation toxique,séparation qui a duré env 7 ans .La question que je me pose est: comment détecter les pervers narcissiques ? Je suis consciente d’avoir été assez sensible pour entrer dans cette relation.Le manque de confiance et le besoin d’une sécurité ont fait que j’ai attire ce genre de personne. Je suis consciente que le problème vient des 2 côtés ! Mais,je réalise aussi qu’au fond de moi, même si j’y travaille jour après jour, je reste une personne fragile à ce niveau. Aujourd’hui je vis seule et je refoulé toutes relatiens car, apparemment, je n’ai… Lire la suite »

Sarah
Sarah
Répondre à  Renaud Perronnet
30 mai 2020 18:27

Bonjour Monsieur Perronnet

la question ici soulevée est la bonne! comprendre, ou sentir, comment nous leur octroyons de la place… voilà une question a laquelle je ne trouve pas de réponse! Et comment les laissons nous nous détruire… vaste programme.
merci à vous, vous faites un travail formidable.

Lisa
Lisa
21 octobre 2018 16:56

Bonjour Monsieur PERRONNET, Je consulte régulièrement vos articles qui m’éclairent, étant donné la nuit noire dans laquelle m’a plongée ma famille pendant des années. Je comprends bien que vous insistiez pour que nous allions consulter un(e) thérapeute; seulement je n’y arrive pas car ma famille m’a fait vivre dans le mensonge et le silence pendant des années. Je souffre beaucoup de ne pas être capable, d’être en totale incapacité de communiquer et partager mon histoire. Néanmoins, de récents épisodes très douloureux m’ont amenée à fuir mon milieu familial complètement pathogène car j’ai eu des prises de conscience successives. C’était tellement… Lire la suite »

Lisa
Lisa
Répondre à  Renaud Perronnet
26 octobre 2018 10:45

Oui, je le sais et ai déjà vu juste quelques fois une thérapeute par ci, une autre par là. Il faut être prête pour entamer un vrai travail et il faut avoir l’envie. J’en discute plus ouvertement avec une amie et c’est un premier pas, elle ne me juge pas. Enfin, croyez-moi que j’en ai rencontré quelques psychiatres et infirmiers psy en tant que jeune adulte et personne n’a pensé à me mettre à l’abri de ma famille, j’en ai vu une pendant 10 ans mais très franchement comme ils connaissaient mes géniteurs, en 10 ans, je crois n’avoir même… Lire la suite »

Prin-abeil gisele
Prin-abeil gisele
27 septembre 2017 11:58

J’ai vécu avec un homme qui est devenu mon mari ensuite ! J’avais déjà une fille de 7 ans ! Il se montrait une personne rigolote et qui assumait et protecteur ! Afin de me convaincre et je ne l’ai su que tres longtemps apres par elle qu’il avait demande a ma fille de l’appeler papa en echange d’un mac do ! Petit à petit et je ne m’en suis pas rendu compte ! Je croyais être aimé ! Je me suis retrouvé dépendante de lui et de mes me- connaissances ! Je N’avais plus confiance en moi ! J’ai… Lire la suite »

Marie-Paule KASTLER
Marie-Paule KASTLER
25 septembre 2017 19:04

mon fils a l’attitude d’un psychopathe. Il détruit ma vie et celle de mon mari
Que puis-je faire ?

Robin
Robin
24 mars 2017 12:01

La lecture de l’article m’a donné beaucoup de frissons, j’ai probablement été psychiquement tué par une femme aillant ce genre de fonctionnement. Entre temps je me suis réveillé et je suis en voie de guérison (j’y arrive lentement mais sûrement), je commence depuis peu à ressentir un certain apaisement. Mais si la perversion et le narcissisme sont des tendances qu’on retrouve chez tout être humain, n’est-il pas inopportun de désigner quelqu’un du doigt en disant qu’il est pervers narcissique ? Après je m’imagine bien que beaucoup de personnes puissent user de ce genre de comportements à en devenir monstrueuses. Certains… Lire la suite »

Luisier Y.
Luisier Y.
23 mars 2017 13:29

Rien que le fait de lire votre article déclenche chez moi des sueurs ! Âgée de 57 ans, et fille de parents au comportement toxique, j’ai dû, par un dernier sursaut de survie, rompre les relations avec mon père il y a trois ans. Ça a été hyper-douloureux mais je ne l’ai jamais regretté. Après avoir suivi votre blog et lu quantité d’ouvrages sur le sujet, je peux affirmer sans l’ombre d’un doute maintenant que mon géniteur appartient à cette sinistre catégorie.
Par vos articles inspirants, vous contribuez beaucoup à ma reconstruction et je vous adresse un immense MERCI.

Léa
Léa
22 mars 2017 23:38

Bonjour, Pensez-vous qu’une mère qui objétise son mari, un de ses enfants, et tous ceux qui l’entourent finalement, qui ne cherche constamment qu’à satisfaire ses intérêts sans se soucier des émotions des autres, qui humilie constamment pour se valoriser, qui pense être la personne la plus malheureuse de la terre et joue sur ce point pour susciter la compassion et ainsi ne pas être blâmée. Pensez-vous que ce type de mère qui prétend être hyper sensible et ne jurer que par les siens alors qu’elle passe son temps à les rabaisser (mine de rien), les avilir, une mère qui ne… Lire la suite »

Mathilde Willerval
Mathilde Willerval
22 mars 2017 19:19

Bonjour et merci pour cette vidéo et l’article que j’ai trouvés très intéressants et bien faits. J’ai trouvé, malheureusement, très réaliste aussi (et pas que pour un couple sur 8, peut-être un peu plus…) l’absence de réaction des amis (sauf une) et le temps de paroles des hommes par rapport aux femmes. Bref, un court métrage sur le machisme, en même temps que sur les pervers narcissiques je trouve. En tout cas, pour l’avoir vécu personnellement, je sais que pour certaines femmes c’est difficile de prendre ouvertement parti dans une telle situation par peur de se trouver juste “intégrée” au… Lire la suite »

Jann
Jann
22 mars 2017 08:42

Mon Dieu ! Quelle Horreur ! Mais c’est un Meurtrier !