Pourquoi je quitte ma femme que j’aime et qui est géniale ?

Passent les jours et passent les semaines Ni temps passé Ni les amours reviennent Sous le pont Mirabeau coule la Seine.

Guillaume Apollinaire.

(Une histoire de petits seins)

Question d’Alexandre :

Voilà, je sortais avec une femme depuis 1 an et demie. Elle avait un complexe. Sa poitrine. Pendant plus d’un an, elle n’a jamais enlevé son soutien-gorge. Pourquoi ? Elle disait qu’elle avait des cicatrices sur les seins. Pendant tous ces mois, j’ai essayé de lamettre de plus en plus en confiance, la rassurant sur le fait que je les aimerai moi ces cicatrices. Je lui ai même donné le nom d’un chirurgien qui aurait pu les lui enlever. On avançait à petit pas. Etape par étape. Seulement au bout d’un an, je n’en pouvais plus, elle avait beau avoir toutes les qualités du monde et j’avais beau être très heureux avec elle, c’était frustrant et plus parce qu’elle n’avait pas entièrement confiance en moi plus que parce que je voulais voir et sentir sa poitrine contre moi. Il y a deux mois, je l’ai mise face à un dilemme, si elle ne franchissait pas le cap je la quitterais.

Et elle s’est enfin révélée mais pas comme je le croyais. O stupeur depuis ses 12 ans elle portait du rembourrage, elle était hyper complexée par sa poitrine et pour que les mecs la laissent tranquille, elle a inventé ce mensonge de cicatrices.  Pendant presque 10 ans, elle s’est privée de tellement de choses à cause de son complexe de petite poitrine. Seulement voilà, elle m’a menti, et après je n’arrivais plus à lui faire l’amour comme avant. Même si je trouve son corps sublime et qu’elle était maintenant toute nue quelque chose en moi a été cassée, j’avais perdu l’amour aveugle que j’avais pour elle. Et j’ai beau l’aimer encore parce qu’elle est géniale, je l’ai quitté il y a quelques jours. Mais j’aimerais savoir ce que vous en pensez ? Elle a vraiment souffert pendant toutes ses années et là le fait qu’elle se soit livrée à moi est vraiment une preuve d’amour mais n’efface pas pour autant son mensonge. Qu’en pensez-vous ?

Ma réponse :

Pourquoi votre femme vous a-t-elle fait croire pendant si longtemps qu’elle avait des cicatrices sur les seins ? Parce que présupposant que vous ne l’aimeriez pas telle qu’elle est, donc par manque de confiance en elle-même,  c’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour réussir à ne pas vous montrer sa poitrine.

La construction de son affabulation était directement proportionnelle à son complexe, c’est-à-dire à la crainte qu’elle avait que vous ne découvriez ses petits seins et à la certitude qui était la sienne que vous ne l’aimeriez pas ainsi.

Il est vrai que vous faisiez preuve d’amour en lui disant que vous aimeriez ses cicatrices… Vous ne pouviez pas deviner qu’en lui disant cela vous ne faisiez que faire grandir son malaise à elle. Elle s’était mise – sans le vouloir – dans la position impossible d’une femme, condamnée à être de plus en plus angoissée, au moment même où elle pouvait se sentir aimée pour elle-même.

Quand vous étiez persuadé progresser dans sa confiance, elle se sentait de plus en plus acculée dans son mensonge, censé la protéger !

Parallèlement à ses craintes qui l’avaient piégé, comment ne pas comprendre votre point de vue à vous, davantage frustré par l’absence de confiance qu’elle avait pour vous, que par le fait qu’elle vous cachait une partie de son anatomie.

Aujourd’hui – donc après que vous avez découvert la supercherie – vous butez sur le fait qu’elle vous a menti.  Vous convenez pourtant volontiers (en la comprenant) que si elle vous a menti c’est parce qu’elle avait un complexe. Qu’est-ce que cela veut dire ? Jung définit le complexe par « des éclats de personnalité détachés, des groupes à contenus psychiques, qui se sont séparés du conscient et qui ont un fonctionnement arbitraire et autonome, une existence isolée dans l’obscure sphère de l’inconscient, d’où ils peuvent à chaque instant entraver ou favoriser certaines productions conscientes. » Chaque événement traumatisant de l’histoire d’un enfant est susceptible de déclencher la formation d’un complexe : depuis l’âge de 12 ans, (vraisemblablement à cause d’une humiliation, pour elle insoutenable), votre compagne souffrait de la petite taille de ses seins et portait du rembourrage, cette prothèse-mensonge lui permettant d’être en paix avec le regard des hommes, si ce n’est avec elle-même.

Evidemment, de votre point de vue à vous, du point de vue d’un homme capable d’aimer une femme à la petite poitrine, il est facile de conclure « elle s’est privée de tellement de choses », mais qu’en est-il de son point de vue à elle ?

Pendant 10 ans, grâce à cette illusion de coton, elle a pu gérer, tant bien que mal, son point faible en souffrance. Un jour, elle rencontre un homme qui prétend l’aimer, parce qu’elle se sent insuffisamment en confiance avec elle-même, elle se sent incapable de lui révéler son secret et se retrouve piégée par lui au moment où, lui-même troublé par son absence de confiance à elle, la met en demeure de lui montrer sa poitrine. Coincée à son tour, elle se soumet à son chantage et ose se révéler à lui « telle qu’elle est ».

On aurait pu rêver que l’histoire douloureuse de l’apprentissage de la confiance allait s’arrêter là… Qu’ils auraient pu enfin s’aimer tels qu’ils étaient. Mais ça aurait été sans compter sur sa réaction à lui. Est-il déçu par la révélation, n’aime-t-il pas les petits seins ? Non. Il parle toujours d’un corps « sublime » et d’une femme « géniale » mais il la quitte… Quelque chose a été cassé en lui, il dit ne plus pouvoir lui faire l’amour comme avant, « parce qu’elle lui a menti ».

Comme si son histoire personnelle à lui, le contraignait à faire rimer mensonge avec trahison, alors même que pour elle il ne rime qu’avec protection ?

Qu’est-ce qui, au moment même où vous vous approchez très près de votre compagne en la comprenant, « elle a vraiment souffert pendant toutes ces années, et là le fait qu’elle se soit livrée à moi est vraiment une preuve d’amour », vous force à conclure que cela « n’efface pas pour autant son mensonge » ?

Si vous admettez que le mensonge de votre compagne n’est que la part visible de sa souffrance, pourquoi en faites-vous une histoire personnelle ? En quoi, ce mensonge devrait-il vous remettre en cause ? Ne parle-t-il pas d’elle plutôt que de vous ? Qu’est-ce qui est le plus important pour vous ? Est-ce de l’aimer ou de vous sentir blessé par une femme qui ne faisait que tenter d’apaiser sa souffrance comme elle le pouvait ? Pourquoi faire un problème d’un non problème ? Vous semblez comme choisir de vous sentir personnellement blessé par elle, pouvez-vous dire pourquoi ?

Peut-être que si vous l’avez quittée, n’est-ce pas parce qu’elle a commis une erreur en vous mentant, mais parce que votre ego est frustré dans son besoin insatiable d’être confirmé, reconnu et adulé ?

En d’autres termes, je me demande vraiment si vous l’avez jamais aimée…

© 2011 Renaud PERRONNET Tous droits réservés.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger la fiche pratique inédite :


CLIQUEZ ICI POUR VOUS ABONNER AUX COMMENTAIRES DE CET ARTICLE
Abonnement pour
guest

24 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Alison
Alison
14 avril 2020 15:19

C est intéressant tout ces points de vues, je comprends cet homme qui s est sentie trahie, je suis une femme et j ai beaucoup de mal à comprendre les complexes sur le manque de poitrine, peut etre parce que j ai une grosse poitrine mais cela amène aussi des inconvénients, mon conjoint est satisfait car il m a dit aimer les grosses poitrines mais je suis persuadée qu il aurait pu m aimer avec une poitrine moins imposante, on a tous un ideal physique mais on tombe rarement amoureux de cet idéal physique. Personnellement c est mon ventre qui… Lire la suite »

Jean-Baptiste
Jean-Baptiste
30 juin 2019 14:50

En vrai, ce garçon ne pouvait que tomber dans un piège que de poser sa question à quelqu’un d’autre que lui-même.

Margot
Margot
30 mai 2018 12:14

Cette lecture m’a rappelé mon ex-conjoint, qui s’est déclaré déçu de mes seins (lesquels portaient les cicatrices d’une opération pas très réussie) peu de temps après que nous nous soyons mis ensemble, et m’a tannée pour que je me fasse réopérer – il a même payé une partie de l’opération. Peu de temps avant notre séparation, il m’a reproché entre autres de m’être toujours tenue sur la réserve avec lui. Amusant, non ?

P
P
3 décembre 2016 15:51

Bonjour, Je voudrais parler aux femmes comme S et comme l’amie d’Alexandre qui souffrent de leur poitrine qu’elles estiment trop petite. S;, j’ai été dans ton cas, je me suis beaucoup reconnue dans ton témoignage. J’ai connu les mensonges, la souffrance de voir son torse désespérément plat, mais aussi les commentaires plus ou moins bienveillants qui, de toutes façons, nous ramène toujours à notre “anormalité”. Tu parles d”amputation” et je trouve ce mot très juste car il met le point sur le fossé entre l’image que l’on se fait du “soi idéal”, et de son avatar réel si décevant. Il… Lire la suite »

Michel
Michel
28 décembre 2013 14:59

Franchement, Alexandre, t’es nul sur ce coup-là. Si tu l’aimais vraiment, tu comprendrais son problème et tu lui pardonnerais de t’avoir “menti”. Au contraire, ton égo démesuré te renvoie à une trahison, alors qu’elle n’a fait que lutter contre sa propre condition. Indépendamment de ce que tu pouvais ressentir, certes, mais comment peux-tu lui reprocher de n’avoir pas fait l’impossible ? Plutôt qu’accepter son principe, de la mettre en confiance jusqu’à ce que ce soit elle qui, enfin libérée de sa culpabilité, te confie la vérité, tu as exigé de la connaître, la vérité : le forcing, ça ne marche… Lire la suite »

So
So
19 décembre 2011 17:28

Vos histoires sont très touchantes. Mais avec tout ça, je n’arrive toujours pas à avoir confiance en moi. Faire semblant, sans cesse. Donner une fausse image de notre bien-être à notre entourage, souffrir en silence, et tomber dans une longue réflexion dépressive quand on se redécouvre à chaque fois, nue devant notre glace. Passer des heures à les masser, éspérant qu’ils grossissent, ne serait-ce qu’un peu. Croire à tous les conseils inutiles trouvés sur internet, pour arranger la situation. Bien évidémment, rien ne s’arrange. Jamais. J’ai un copain, depuis quelques mois. Il est gentil mais, souvent, il « rigole »… Lire la suite »

Aud
Aud
9 novembre 2011 10:41

Je suis entièrement d’accord de la réponse de Mr Perronnet à Carelle Glawdys. Pour moi, si il tient à vous, il découvrira cette cicatrice, et l’acceptera. Par contre si il ne l’accepte pas…effectivement vous pourriez vous demander si il tient à vous réellement. De plus, selon moi, tôt au tard, il verra cette cicatrice car vous êtes un couple. Vous ne pourrez pas le cacher éternellement. Pensez au fait qu’une fois qu’il aura connaissance de cette cicatrice et donc qu’il “vous aime telle que vous êtes” (comme l’a dit mr Perronnet) vous pourrez lui en parler librement, vous confiez, lui… Lire la suite »

carelle glawdys
carelle glawdys
4 novembre 2011 13:21

je suis moi aussi très complexée ! j ai une grosse cicatrice sur le sein droit. j ai très peur que mon ami que j aime beaucoup la voie. et pourtant on s entend parfaitement mais à chaque fois qu il veut toucher à mes seins je trouve un prétexte. on s est amorraché deux fois déjà . j aimerai savoir si je dois lui dire à l avance ou alors laisser qu il découvre et expliquer ensuite. merci pour vos réponses

Michelle
Michelle
28 janvier 2011 09:13

Que connaissons-nous de ses propres méandres et blessures? Est-ce que paradoxalement la blessure qu’Alexandre a infligé à sa compagne, n’apportera-t-elle un déclic chez elle? J’ai vécu des expériences très douloureuses qui m’ont permis de terriblement avancer. Un “mal” peut se révéler un “bien” parfois et le seul fait d’avoir réussi une seule fois à surmonter son “mensonge” va peut-être la grandir. Ils se sont quittés il y a peu: peut-être vont-ils comprendre leurs blessures respectives et cette épreuve va-t-elle renforcer leur amour. Ou les aidera dans leur chemin de vie respectif.

Mel
Mel
27 janvier 2011 11:14

J’aimerais comprendre. Admettons que c’est elle qui vient vous voir pour vous dire qu’elle a un complexe depuis longtemps et voudrait l’annoncer à son compagnon. Vous lui répondez finalement “s’il vous quitte après lui avoir avoué c’est parce qu’il ne vous aime pas” ? L’issue de cette histoire dépend t-elle de comment l’on peut dire les choses ? De sa valeur morale ? Dans une histoire d’amour rien n’ai acquis. Chacun évolue avec ses propres expériences de vie, ses limites, ses ressentis… Et je m’interroge sur le pourquoi de sa réaction à lui qui est plus condamnable que son comportement… Lire la suite »

Hannah
Hannah
16 janvier 2011 18:47

Jean-Michel, une fois de plus je trouve votre étude est très sensée. Et je me permets de rebondir sur cette phrase : “la relation sert à franchir un cap, et une fois le cap franchi, une nouvelle liberté ne trouve plus son enracinement dans la relation qui a connu le stade d’avant.” Est-ce que dans ce cas là, si cette femme avait vraiment eu des cicatrices sur la poitrine et qu’elle s’était livrée tardivement, il se serait passé le même épuisement physique et émotionnel dont vous parlez plus haut? Est-ce que cette nouvelle liberté aurait aussi entravé la relation étant… Lire la suite »

S.
S.
Répondre à  Hannah
21 janvier 2011 19:44

Quand à moi, je suis abasourdie! … Je ne pensais pas qu’un jour, j’allais rencontrer la même histoire que la mienne. J’ai maudis mon corps “hors-norme” durant toute mon adolescence, priant je-ne-sais-quoi ou je-ne-sais-qui dans le but de voir ma poitrine grandir un jour. Jamais ce n’est arrivé. Je pense faire partie des femmes les plus “plates” du monde!! Et j’ai maintenant presque trente ans. Aujourd’hui, je m’y suis faite, j’ai accepté. Pendant 5 ans (collège/lycée) j’ai menti sur mon apparence de la même manière que cette demoiselle. Je me suis fabriquée des faux seins, une carapace, des sortes de… Lire la suite »

Alison
Alison
Répondre à  Hannah
14 avril 2020 14:50

Personnellement je pense que si elle avait bien eu des cicatrices. Il n’y’aurait pas eu de sentiment de trahison donc la relation aurait pu perdurer.

Brigitte
Brigitte
13 janvier 2011 10:19

Cette tranche de vie me rappelle un conte que j’ai lu : celui où une princesse magnifique épouse un prince en lui faisant promettre de ne jamais chercher à découvrir le secret de sa journée passée seule… or le prince, après plusieurs années heureuses et fidèle, un jour découvre le secret et la fait mettre à mort… Alexandre, suivez la piste du “pourquoi vous avez agi ainsi avec votre amour”. Votre démarche sur ce site est à votre honneur. Heureux êtes-vous de vous poser cette question qui vous prouve que votre coeur existe et qu’il n’y a pas que votre… Lire la suite »

Hannah
Hannah
11 janvier 2011 01:54

Pour moi il y a eu un amour très fort entre ces deux personnes mais à force, ils se sont épuisés. Et la révélation aussi “belle” soit elle, car il s’agit vraiment d’une rédemption, d’un pardon par rapport à elle, à son corps et à lui aussi, quelque chose comme il le dit a été cassé. Quelque chose contre laquelle il aimerait combattre pour rester mais il ne peut plus. C’est plus fort que lui. C’est impossible comme histoire. Il lui dit que si elle ne dévoilait pas, il la quitterait et elle l’a fait, il la quitte. Fatalité. C’est… Lire la suite »

jean michel
jean michel
Répondre à  Hannah
16 janvier 2011 18:06

Je me demande encore si certaines relations sont des aboutissements ou des transitions. En fait le lien et le partage a quelqu’un a souvent un but au delà de ce qui est exprimé et convenu. Il me semble que dans certains cas, la relation sert à franchir un cap, et une fois le cap franchi, une nouvelle liberté ne trouve plus son enracinement dans la relation qui a connu le stade d’avant. Beaucoup de questions et peu de réponses, le relationnel est décidément complexe et plein d’interférences d’incertitudes.

martine
martine
Répondre à  jean michel
17 janvier 2011 22:19

Oui, parce que la vie est “Mouvement”

jean michel
jean michel
10 janvier 2011 22:28

Et si la dynamique de l’attachement avait été contrariée? Ma propre expérience de l’échec sentimental m’incite à donner un avis, je ne sais pas si il sera utile. Tout le monde a déja entendu parler du cas de certains enfants, qui à force de faire des gros efforts pour mériter un cadeau presque inaccessible, perdent tout intérêt pour la surprise quand elle leur est enfin proposée, du fait de l’usure du désir qui doit être conforté, comme une pousse dans un jardin doit être arrosée pour grandir. Il me semble qu’il peut y avoir des situations d’épuisement physique, mais peut… Lire la suite »

Azi
Azi
Répondre à  jean michel
10 septembre 2020 13:13

Tout à fait ! Belle analyse.

NATH
NATH
9 janvier 2011 23:13

D’entrée de jeu, je ne pige pas…. c’est quoi le mensonge ? Comment peut-on, dans un discours qui se veut “évoquer un sentiment d’amour”, laisser la place à cette dimension de “mensonge” ? Je ne compendrais jamais, qu’on puisse dans une relation, quelle qu’elle soit, évoquer ce terme, à la dimension trop manichéenne. Chacun fait ce qu’il peut, dans l’histoire qui est la sienne. Ne jamais perdre de vue, que dans une relation amoureuse, c’est avant tout SOI-MEME qu’on aime, parce qu’on permet à des pans de s’exprimer, de s’accomplir et d’exister. On met l’amour à toutes les sauces, mais… Lire la suite »

Annie Lefort
Annie Lefort
Répondre à  NATH
15 juillet 2018 22:44

Si cet homme l’aimait vraiment cette femme et la désire autant qu’il le clame ( corps sublime etc … )il serait boulversé par son aveu et plein de compassion et d’amour Et dire que c’est «  un mensonge » ( un mensonge c’est moche … ok.. mais là je dirais que «  son mensonge » n’est pas moche ni une trahison envers lui.. juste un énorme complexe de sa féminité liée à des petits seins et si cet homme dit l’eimer Il devrait l’aimer encore plus et lui redonner confiance et qu’il l’aime avec sa petite poitrine et plus la peine « … Lire la suite »