L’autre est un autre

« Être en relation, c’est accepter la différence, le caractère unique de l’autre. Voir pleinement que l’autre n’est pas moi, n’est pas mon alter ego, est le chemin vers la réalisation de l’unité et, d’abord, vers la compréhension et l’amour. »

Arnaud Desjardins, Monde moderne et sagesse ancienne, Éditions La Table Ronde, 1987, p. 190.

Il nous arrive régulièrement de penser ou de dire, le plus sérieusement du monde, que si nous avions été à la place de l’autre, nous nous y serions pris différemment de lui.

À travers une bonne foi jugeante particulièrement égocentrique, nous cherchons souvent à nous démarquer des autres en exprimant par exemple : « Il a fait n’importe quoi, à sa place j’aurais fait ceci, ou cela. »

Cette manière de parler est révélatrice de la manière dont nous nous situons dans notre relation aux autres : nous prenons l’autre pour nous-même plutôt que de le laisser être un autre !

Laisser l’autre être un autre signifie lui laisser le droit d’être complètement qui il est dans sa différence. Auquel cas, si nous avions réellement été à sa place (et dans sa peau, avec son histoire) nous nous serions assurément conduits comme il s’est conduit.

En fait chacun est à la place qui est la sienne d’instant en instant ; nous ne pouvons donc jamais être nous-mêmes à la place d’un autre puisqu’à chaque instant de l’existence, la place de chacun est précisément déterminée par les très nombreuses causes qui font qu’un être est ce qu’il est à un moment donné.

En vérité, la seule chose qui soit certaine est que si nous avions été à la place de n’importe quel autre (donc si nous avions été déterminés – comme lui – par les mêmes très nombreuses causes qui l’ont déterminé), nous aurions été qui il a été, nous aurions donc été lui, ce qui signifie que nous n’aurions pas pu faire autrement que d’agir précisément comme il a agi.

Comprendre que l’alter ego n’existe pas, voir – sans chercher à le comparer à quiconque – l’autre comme un être différent de nous qui n’a pas pu agir autrement que comme il a agi, va nous permettre peu à peu de nous réconcilier avec cet autre et lui avec nous, dans le respect mutuel de nos différences.

© 2023 Renaud Perronnet. Tous droits réservés.

Illustration :

L’autre, par Phoebe Kim.

Pour aller plus loin sur ce thème, vous pouvez lire :


Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton :


Compteur de lectures à la date d’aujourd’hui :

591 vues


CLIQUEZ ICI POUR VOUS ABONNER AUX COMMENTAIRES DE CET ARTICLE
Abonnement pour
guest

13 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
François

Bonjour à tout le monde.
Je suis globalement d’accord avec ton commentaire mais ce qui m’intrigue c’est que à partir du moment où l’autre est différent comment dire qu’à sa place j’aurai fait pareil si j’avais été déterminé comme lui ou elle par le contexte social vécu ? La société et le milieu familial determiné par elle n’empêche pas qu’on est uniques donc différents ?

François

Est ce si simple ?

François

Mais il y a l’incertitude, le hasard qui est indéterminé et qui percute les lois physiques comme en physique quantique ? Donc si les parents st différents, on est différents et donc comment dire que les mêmes causes produisent les mêmes effets surtout si l’on réfléchit par soi-même et qu’on travaille sur soi en évoluant ? On fera la même chose peut être mais jusqu’à un certain point variable surtout si on change ds le tps ?

Mélanie

Bonjour Renaud, Est ce que cette interprétation a laquelle je suis daccord d’adhérer est valable dans le milieu professionnel? On entend souvent dans ce milieu “nous ne sommes pas là pour être aimé !” Donc, j’en deduis que nous ne sommes pas là non plus pour “aimer” les autres. Mais là pour travailler, pour que les rouages fonctionnent. Malgré tout, nombreuses sont les fois où l’autre fait différemment de ce qui est demandé. Tellement différemment que cela cause des dysfonctionnements. Ne me dites pas de me retourner vers la hiérarchie. Elle ne fait pas grand chose. A part en parler… Lire la suite »

Pablo

Bonjour,
N’existe-t-il pas un juste milieu où chacun accepte une part de l’autre tel qu’il est et l’autre part se trouve dans une zone neutre d’adaptation à l’autre ? N’est-il pas idéal de s’adapter au milieu que l’on se trouve sans perdre sa personnalité complètement ? Il est vrai qu’un grain peut ralentir la machine. La différence est mal vue. Je pense qui si la personne est à ce poste, cela veut dire qu’il est bien à sa place. Mais un dialogue s’impose pour ajuster, peaufiner et enlever les doutes pour ne pas isoler la personne…

François

La machine…. déshumanisation managériale.

Mélanie

Merci Renaud. Ce que je lis me mets en réaction… Je suis allée jeter un œil au lien (je sors justement d’une retraite méditative et silencieuse de 10 jours) et je me retrouve encore confrontée à mon retour au travail (donc en reaction… que j’essaie d”equanimser” au maximum ;)) à ces autres qui ne respectent pas les procédures et qui ne comprennent pas ce qu’ils font. Ce nest pas “moi” qui demande que les choses soient faites d’une certaine manière, ce sont les consignes et des regles administratives. Je crois avoir accepté que l’autre soit autre. Par contre ce nest… Lire la suite »

Martine

Oui, l autre est un autre , si, il ne se comporte pas comme moi, c est un ennemi.
Les Bouddhistes disent. ” Il n y a pas de meilleurs amis que mon plus pire ennemi ”
Ils nous aident à être plus fort , à voir les choses telles qu’elles sont, à changer le regard sur l autre et même à changer de vie complètement. Tant que je n ‘aurais pas compris ce message , l ‘Autre qui n est pas comme moi, reviendra, et je serai toujours entouré d Ennemi.