6 réflexions au sujet de « Méchant ou malheureux ? »

  1. Marie

    Et aussi remplacer le mot « douleur » par « pardon » …?
    Je suis d’accord dans l’absolu mais dans la réalité la chose est moins aisée.
    Faire de son mieux alors.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      C’est parce qu’elles souffrent que les personnes peuvent devenir dangereuses ou méchantes. La méchanceté est une conséquence possible de la souffrance.
      Par contre je ne pense pas que ce serait juste de remplacer le mot douleur par le mot pardon, comment une obligation morale pourrait-elle se substituer à la vérité d’un ressenti ?

      Répondre
      1. Luc

        Pour moi c’est une vision naive basée su la psychologie, il ya des gens qui ne souffrent pas, ont tout et sont mechants quand meme
        La raison est sociologique, augmenter sa valeur ou son niveau social (ou meme le conserver) en rabaissant les autres de differentes facons, ou meme les eliminer dans le cas de la guerre. pourquoi croyez vous que les dirigeant sont pour la plupart machiavelliques, pervers narcissiques etc
        L’acces aux ressources etant limité, il faut ecarter ses adversaires.
        croire que l’homme est intrinsequement bon est naif. l’homme est un loup pour l’homme, cruel, injuste etc.
        Les sociétés ont cadré cette violence (Rousseau, Hobbes etc) par le contrat social . rousseau a ete caricaturé mais en pratique il n’a pas totalement tort, la vie en société exacerbe la violence et mechanceté de l’homme a partir du moment ou vous avez des hierarchis sociales.
        Par ailleurs la violence physique est tres combattue par la loi dans notre société par contre la violence psychologique (qui peut faire autant de degats, et particulierement dans une relation parent enfant) n’est pas du tout combattue et difficile a prouver selon le mode de fonctionnement de la justice

        Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Oui, la vie marchande de la société moderne exacerbe les violences et les comportements « méchants » des hommes, mais ne mélangeons pas tout et ne me faites pas dire ce que je ne dis pas.
          Bien sûr que certaines personnes ont des comportements que d’autres jugeront comme « méchants » (généralement on juge comme négatif ce qui ne nous convient pas.)
          Je dis simplement que si ces personnes ont des comportements « méchants », c’est parce qu’elles souffrent. (Ce que l’on appelle méchanceté est le plus souvent la conséquence d’une souffrance insupportable dont on ne sait pas prendre soin.)
          Je présume, par exemple, que votre besoin de dire qu’il y a des gens qui ne souffrent pas et qui sont donc intrinsèquement méchants est la conséquence de votre amertume à propos de l’humanité (elle-même étant la cause d’un vécu personnel douloureux dans votre relation aux autres.)
          A y regarder de plus près, la violence des hommes, leur avidité, leurs jugements portés sur eux-mêmes et les autres, est la conséquence de leurs multiples frustrations.
          La plupart du temps inconscients des enjeux de ce qu’ils vivent, déterminés par leur égocentrisme, les hommes s’entretuent, incapables de découvrir qu’ils souffrent et qu’il existe d’autres moyens (efficaces eux) pour remédier à leurs souffrances.
          En conséquence de quoi, il existe deux regards pour observer les hommes : celui qui les juge avec rapidité comme méchants, ou celui qui (parce qu’il recherche les causes), découvre qu’ils souffrent et que leurs souffrances est toujours à l’origine de leurs comportements insensés.

          Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui, votre remarque m’apparaît comme logique et cohérente : tant que nous sommes susceptibles d’être la victime de l’autre, il nous reste difficile sinon impossible de comprendre les motivations de ses actes.

      En même temps les motivations des actes des autres restent objectives c’est-à-dire indépendantes de la manière dont nous les ressentons.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *