Besoin névrotique ?

Cette réflexion vous intéresse, pour aller plus loin, lisez :

Téléchargez gratuitement ce mot-clic et envoyez-le à vos amis et sur les réseaux sociaux :

CC BY-NC-SA 4.0 Besoin névrotique ? par Renaud Perronnet est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .

3 réflexions au sujet de « Besoin névrotique ? »

  1. Barbara L

    pourquoi ce besoin est-il névrotique? parce qu’il provient du conditionnement de l’enfant et non de son choix pleinement conscient?

    La sociologie nous dit que nous faisons bien des efforts pour ressembler aux autres car nous voulons “appartenir” à un groupe (a minima) qui va nous conférer une partie de notre identité (pro par exemple)… et dans nos sociétés il faut entrer dans un minimum de normes, etre accepté, voire reconnu, et c’est seulement apres qu’on va pouvoir etre singulier, se différencier de manière visible… sauf peut etre dans les arts et encore, Picasso avait fait les beaux arts et connaissait apparemment ses “classiques”.
    Mais vouloir se conformer aux regles familiales, sociales ou communautaires ne devrait pas etre au detriment de soi, c’est certain… et surement pas une condition “pour etre aimé” (ce qui est en plus un leurre total, il n’y a qu’à voir ce qui se passe au travail et combien on se fait exploiter lorsque l’on se donne a fond en espérant la reconnaissance (amour?) du patron et des collègues au lieu de le faire pour soi, parce qu’on a envie et plaisir à le faire ainsi… Ce qui me parle en fin de compte dans ce post c’est la fin, “besoin de se sentir apprécié par les autres”, ce besoin d’amour qui aliène…

    et d’ailleurs depuis quelques temps et dans les semaines à venir je me fiche totalement que mes patrons me soutiennent ou pas, je sais en quoi je crois et les valeurs que je défends, ils semblent ne plus partager mes idées du métier et préférer l’ivresse du flacon à sa fabrication rigoureuse, tant pis, je ne vais pas tarder à aller voir ailleurs, sauf si ils sont prets à en discuter, mais je n’en suis pas certaine, comme dirait la pub je crois que “nous n’avons pas (plus) les mêmes valeurs”… et il y a des abnégations/aliénations auxquelles je n’ai pas du tout envie de dire oui..

    Répondre
  2. Anne

    Pourquoi faisons nous autant d’efforts pour ressembler aux autres ? Simplement car c’est ainsi qu’un enfant se construit; en cherchant à ressembler à… L’apprentissage d’un petit enfant se fait au départ par le mimétisme; on parle de neurones miroirs aussi.
    Par ailleurs je je ne pense pas que nous soyons si différents les uns des autres. Bien sûr que chaque histoire est différente mais je pense que c’est + dans dans notre capacité à dépasser nos difficultés donc à trouver nos solutions que nous nous construisons comme uniques.
    Par ailleurs, notre besoin d’être apprécié fait partie à mon sens de notre besoin d’amour. Le tout étant bien évidemment que nos comportement ne soient pas uniquement dirigés par ce besoin d’amour. Car sinon, notre propre liberté risque d’être très restreinte et nous tombons dans la soumission etc….C’est toute la difficulté d’être en relation tout en restant soi , à l’écoute de ses besoins mais aussi de ceux de l’autre. Ce serait à développer…Une autre fois
    C’était un petit point de vue qui vaut ce qu’il vaut !

    Répondre
  3. Renaud Perronnet Auteur de l’article

    Comme vous le dites si bien, un enfant a besoin de se construire et son identification à ses parents, ses projections sont normales. Ses choix ne peuvent donc pas être à la fois conscients et délibérés.
    Il n’en est pas de même pour un adulte devenu libre des autres (donc de ses parents). S’il est apprécié par les autres c’est bien, s’il n’est pas apprécié par les autres c’est bien aussi parce que c’est comme ça et qu’il l’assume (au contraire de l’enfant dépendant.)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *