Le cri d’une aide-soignante d’un service de long séjour

Martine se retrouve seule à devoir gérer la colère et le cynisme d’un fils révolté par la fin prochaine de son père. Elle y pratique l’art de l’écoute et du silence avant d’assumer courageusement son rôle. Et si nos services de gériatrie étaient aussi des « services de Vie ! »

————-

POUR QUE LE SOLEIL ET LA LUMIERE TAPISSENT LES MURS DES LONGS SÉJOURS DES ÉTABLISSEMENT GÉRIATRIQUES !

16/02/2007 Libre partage de Martine

Profession : Aide-Soignante.

C’est un fils en colère, son papa va mourir, il vient d’arriver dans le service.

Il était hospitalisé dans un service de médecine, à l’hôpital.

Nous sommes, aussi un service de médecine, mais situé dans un établissement gériatrique, nous avons la réputation d’être un triste service, un mouroir !

Le fils vit seul avec son père qui s’est toujours occupé de son épouse, jusqu’au bout de sa maladie. « Elle est morte maintenant. » me dit le Fils.

« Vous pouvez vous faire aider. » lui dit l’infirmière.

Le fils en colère, lui répond : « Je vous vois venir, vous, avec votre panoplie de psychologie, je ne suis pas en souffrance moi, mais mon père, s’il gémit ainsi, c’est qu’il a mal ! Ne peux-t-on pas augmenter sa dose de morphine ! Ce n’est pas moi qui ai mal, c’est mon père, et je suis contre la psychologie, je suis contre tous ces psychologues !

L’infirmière dit : « Nous allons appeler le docteur » et elle me laisse seule, avec ce fils en colère !

Je ne dis rien, et j’écoute ce fils en colère qui me dit : « Et si je n’avais pas été là, et si je n’avais rien dit, vous l’auriez vu, vous, mon père au plus mal ?! Et le docteur que fait-il ?

Pourquoi ne pas en finir avec mon père, il a trop mal ! Ah ! Parlons-en des Docteurs ! Il n’y a aucune relation humaine avec eux ! Moi je suis tout à fait au clair avec moi, et je sais que mon père a mal ! »

Je lui réponds : « Et si nous n’avions pas été là, l’infirmière et moi, à qui l’auriez vous dit, que votre père n’est pas bien ? Et pourquoi parlez-vous toujours avec des « si » ?

« Si » n’existe pas ! Là, en ce moment, nous sommes avec vous, et nous appelons le médecin pour votre papa, vous devez comprendre que nous ne sommes pas en droit d’intervenir seuls face aux anti douleurs de votre papa. Nous ne sommes pas là pour faire mourir les patients, mais pour les soigner et leur apporter des soins de confort. Nous sommes un service de soins de suite et de réadaptation, nous sommes un service ou il y a de la vie ! Nous sommes à l’écoute du patient et de tout ce qui l’entoure, même la famille. Il n’y a rien de psychologique là-dessus ! Nous ne sommes que des infirmières et des aides-soignantes, nous ne sommes pas des psychologues. »

« Vous comprenez, me dit-il, je vis seul avec mon père, j’ai des frères et sœurs mais ils habitent trop loin ! Je ne suis pas marié, je n’ai pas d’enfant, et mon père, c’est tout pour moi ! J’ai même l’impression que les rôles sont inversés, j’ai l’impression que c’est moi le père qui soigne son fils. »

Le fils me sourit, je lui dis : « Nous serons à votre écoute toute la nuit, à n’importe quelle heure, vous pouvez appeler, on vous répondra, vous pouvez même venir voir votre papa, à l’heure que vous voulez, on vous ouvrira la porte, nous serons toujours là, pour vous accueillir. »

C’est seulement au petit matin, que le fils a demandé des nouvelles de son papa.

Tout ceci, pour vous dire, que je suis fatiguée de la réputation que l’on donne à ces services de Long Séjour !

Bien sûr que l’on meurt dans les services de Long Séjour !

Bien sûr aussi que l’on meurt dans nos foyers !

Je voudrai crier au monde entier que les services de gériatrie et de Long séjour sont des services de VIE ! Ou l’on se lève le matin, ou l’on participe à des animations, ou l’on fabrique des crêpes, des tartes aux pommes, ou il y a aussi des loisirs de plein air, et où l’on se couche le soir !

Et chacun donne ce qu’il peut donner !

Ainsi, nos Foyers, ne sont-ils pas, eux aussi, des Mouroirs !

Martine, aide-soignante en gériatrie.

—————–

Pour aller plus loin, vous pouvez lire sur ce site :

——————–

Vous êtes aidant (éducateur, travailleur social, thérapeute, psychologue, professeur, bénévole…) Vous êtes soignant (infirmière, aide-soignante, médecin, sage-femme…) Vous êtes parent ou « aidant naturel » (de vos vieux parents, d’un voisin…) Vous souhaitez témoigner, vous avez quelque chose à dire ou à crier. Votre partage touchera ceux qui vous liront et qui pourront vous répondre. N’hésitez pas à m’envoyer votre texte que je pourrai publier dans l’espace dédié aux aidants ! Pour ce faire, CLIQUEZ ICI

—————-

CLIQUEZ ICI POUR VOUS ABONNER AUX COMMENTAIRES DE CET ARTICLE
Abonnement pour
guest

18 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Martine
Martine
28 janvier 2016 14:54

Et Oui, vous avez tout compris, voir un sourire sur nos aînés, voir un sourire sur les patients, voir un sourire sur les personnes âgées, voir un sourire sur les résidents en moyen ou long séjour, voir ce sourire dans les maisons de retraite, c’est cela, aller à l’ESSENTIEL du soin en gériatrie, car si eux sourient, c’est que la famille autour est dans la compréhension des choses, elle ne se culpabilise pas, elle accepte, elle est également dans le sourire! Je vous souhaite Marie une bonne continuation, une bonne route sur le chemin qui vous mène à devenir une… Lire la suite »

Marie
Marie
3 mars 2013 19:08

Bonjour, Je ne suis pas aide soignante mais j’espere le devenir bien vite pour aidé mes collegues au mieux… J’etais ASH en maison de retraite durant 6 mois (peut d’experiance me direz vous mais je n’ai que 20 ans ) J’ai toujours été attiré par ce métier, depuis le college j’ai du faire face a de nombreux enfant ou membre de la famille en colere et j’ai aussi eu la meme reaction que dans l’article seulement il y a peu je suis passé du coté famille et je dois avouer qu’on souhaite vraiment le meilleure pour les membres de nos… Lire la suite »

Sandrine
Sandrine
Répondre à  Renaud Perronnet
28 janvier 2016 12:46

Je suis aide soignante en médecine depuis 17 ans ayant changée 4 fois de service pour pas saturée de ce taf très physique difficile au plus âgé avance ai plus je n arrive plus cette profession mal dis fatigué chronique