Archives par étiquette : Ecologie

Drame et déni

Pour poursuivre votre réflexion à propos de votre conscience écologique, lisez :

Téléchargez gratuitement ce post et envoyez-le à vos amis et sur les réseaux sociaux :


L’homme, l’animal et le monde tel qu’il va

« Depuis plusieurs décennies, l’éthologie prouve qu’aucun de ces fameux attributs dont l’homme prétend posséder l’exclusif apanage ne lui est absolument propre. Que certains animaux ont aussi, à leur manière, à un autre degré, ce que nous appelons la conscience, la raison, la moralité, la culture. »

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, L’Éthique animale, PUF, 2011

Je me souviens que petit enfant, je me faisais régulièrement ridiculiser par mon père, sous le mauvais prétexte que – selon lui – ma sensibilité était trop exacerbée.

En marchant dans la forêt, je prenais soin de ne pas écraser une fourmi ; dans une chambre j’attrapais délicatement une araignée pour la sortir par la fenêtre. Mon père trouvait plus simple de l’écraser, je me précipitais pour la sauver.

Cela donnait lieu à des disputes entre nous, disputes qui ne m’ont jamais empêché de conserver, au fond de ma conscience d’enfant, une légitimité pour les comportements qui étaient les miens. Même s’ils étaient jugés, j’ai toujours su, intérieurement, que « je faisais ce que j’avais à faire. »

Continuer la lecture

Ultimatum de la nature

Téléchargez gratuitement ce post et envoyez-le à vos amis et sur les réseaux sociaux :


 

Retour au Réel : Urgence

Écologie ou barbarie : à propos du début de la Survivance

« L’effondrement est un appel à l’action. »

Delphine Batho

« Souvent les gens ne veulent pas voir, entendre et parler de la vérité parce qu’ils ne veulent pas que leurs illusions soient détruites. »

Friedrich Nietzsche

Pourquoi un article sur l’écologie sur un site consacré à la relation aux autres et à la connaissance de soi-même ?

C’est qu’il m’apparait tout simplement vain de pouvoir continuer de s’intéresser aux autres et à soi-même dans un monde dans lequel tout peut disparaître parce que tout est déstabilisé : un monde dans lequel nos besoins les plus essentiels (respirer, boire, manger) sont menacés par le chaos climatique et la destruction du vivant sur terre. 

Continuer la lecture