Se connaître

Réflexion n° 30 :

Je m’aperçois de plus en plus fréquemment que la plupart des personnes n’ont aucune idée des causes par lesquelles elles pensent, désirent et veulent. Elles sont inconscientes du principe de causalité qui dit qu’il n’y a pas d’effet sans cause et que la cause est nécessairement antérieure à l’effet.

Ces personnes ne semblent par exemple pas voir le lien qui existe entre la relation à la première femme (ou le premier homme) qu’elles ont rencontrée – généralement leur mère (ou leur père) – et leurs comportements émotionnels vis-à-vis des femmes ou des hommes dans le cours de leur existence.

Elles croient être libres de leur passé et ne se doutent pas à quel point la manière dont elles ont vécu leur histoire les détermine. Elles pensent même parfois bien se connaître quand elles ne connaissent que leurs tendances et leurs goûts (elles savent qu’elles préfèrent la montagne à la mer ou le poisson à la viande) sans jamais avoir réfléchi à ce qui a été à l’origine de ces tendances ou de ces goûts, et ne réalisent donc pas à quel point leur connaissance d’elles-mêmes est superficielle.

Elles cherchent parfois à ne plus reproduire certains de leurs comportements, en prenant de « bonnes résolutions » qu’elles ne parviennent évidemment pas à tenir comme par exemple de ne plus s’énerver au volant ou de ne plus accepter de faire plus que leur part au travail. Elles s’en veulent ensuite pendant un temps, oublient et réessaient un peu plus tard, toujours sans aucun succès, ce qui ne fait que les conforter dans l’idée (fausse) qu’elles sont nulles, incapables, pas fiables…

Swami Prajnânpad précise : « Ce sont les expériences de la satisfaction et de la frustration que vous avez vécues dans votre petite enfance qui établissent les bases de vos dispositions mentales ; et ces dispositions mentales restent les mêmes tout le long de la vie. »

Ainsi, si vos parents vous ont répété, toute votre enfance, que tout irait mieux en France s’il y avait moins de noirs, de juifs ou d’arabes, il y a des chances pour que vous ayez des réflexes racistes, une fois devenu adulte.

Si vous avez souffert, enfant, d’une relation à un père bigot et manipulateur, ou que vous avez fait vos études dans un collège régenté par des religieuses à l’esprit étroit, vous vous méfierez de tout ce qui a une « odeur » de religion et même de recherche spirituelle.

Et si vous avez, très jeune, compensé le manque d’amour de vos parents en mangeant des desserts sucrés, vous risquez fort d’être « accro » aux sucreries et de ne pas pouvoir vous en passer.

Mais alors comment s’y prendre pour ne plus être éternellement et inconsciemment le jouet de ses mêmes dispositions mentales ? S’observer consciemment sans se juger, en posant sur soi-même un regard neutre, car comme le dit Arnaud Desjardins : « Quelles que soient les circonstances, vous pouvez vous exercer à voir et à reconnaître objectivement ce qu’il y a de plus subjectif en vous. »

Cela dit, ce travail de connaissance de soi demandera du temps, du courage et beaucoup de détermination.

© 2014 Renaud & Hélène PERRONNET Tous droits réservés.

Petit sondage à propos de la réflexion : Se connaître

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

5 réflexions au sujet de « Se connaître »

  1. piri

    Merci Monsieur Perronnet pour cette réflexion.

    Si je puis me permettre, je voudrais partager, pour toute personne qui souhaiterai avancer sur ce chemin, le moyen par lequel je m’aide à me connaitre mieux: l’observation des redondances.
    Il est fréquent, quand on porte en soi une tension récurente, que cette derniere laisse des traces sur nos vies qui nous laissent une sensation de deja vu. Cette sensation de deja vu est précieuse, non seulement elle est une indication que quelque chose en nous cherche a s’exprimer, mais en plus elle nous permet de nous décrocher momentannément de la préocupation, et ce faisant, amorce le mouvement de distanciation qui permet l’evolution. Ces moments qui nous en rappellent tant d’autres sont pour moi l’outil le plus facile d’acces dans l’étude des mécanismes involontaires.

    Merci encore pour vos textes.

    Répondre
  2. Véronique

    Bonjour Renaud PERRONET,

    je suis tout-à-fait satisfaite de ce qui est dit dans ce rapport et j’y adhère totalement.

    Répondre
  3. lou

    Oui il est très difficile de bien se connaître, c’est très long, très compliqué…j’ai très tôt ressenti la nécessité de comprendre mon fonctionnement et celui de mon entourage direct (famille) mais également de mon entourage social (école…)
    Le pire je crois, c’est d’entendre « je te connais très bien », c’est vraiment une phrase qui me met hors de moi, intérieurement, je n’aurais jamais la prétention de le croire,ni pour moi,ni pour l’autre. C’est une phrase, pour moi, qui vous enferme et qui vous condamne, et quand elle est prononcée par un proche, c’est terrible !

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      C’est la connaissance que vous avez de vous-même qui vous permettra de répondre à la question : Comment se fait-il que je me sente si mal à l’aise au moment où l’autre se trompe dans l’interprétation qu’il fait de moi ?

      Répondre
  4. Catherine

    Je ressentais très bien ces automatismes liés à la relation d’enfant fille/mère et fille/père et souvent après coup ceci quand j’étais plus jeune, depuis, l’âge aidant et une analyse plus tard, je parviens à m’en tenir éloignée même dans le feu de l’adversité, ce n’est pas toujours simple, c’est quelque chose qui prend aux tripes et qu’il faut bercer pour l’endormir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *