Différence

Réflexion n° 46 :

Il y a les Français et les immigrés, les juifs, les chrétiens et les musulmans mais aussi les Roms, et puis les hétérosexuels, les bisexuels, les homosexuels et les asexuels, les femmes, les hommes et les transsexuels…

Parce que nous sommes tous différents, nous pouvons nous poser la légitime question de la manière dont nous allons vivre nos différences.

Allons-nous nous entrechoquer à travers elles ou nous enrichir d’elles ?

Sur un champ de bataille serait-il légitime pour une infirmière d’organiser la longue file de ceux qui attendent en souffrant pour se faire soigner par sexe, nationalité, religion ou couleur de peau ? Tous ne souffrent-ils pas au même titre à travers leur humanité ?

Comment s’y prendre pour assumer nos différences sans devoir nier nos ressemblances ?

Krishnamurti nous propose une réponse : « Lorsque vous dites Indien, musulman, chrétien, Européen, ou autre chose, vous êtes violent.

Savez-vous pourquoi ?

C’est parce que vous vous séparez du reste de l’humanité, et cette séparation due à vos croyances, à votre nationalité, à vos traditions, engendre la violence. »

Cette violence due à la séparation s’exprime tout particulièrement à travers les totalitarismes dont la caractéristique principale est de mettre en avant les différences et de croire avoir le monopole de l’humanité, donc de nier à son ennemi sa qualité d’homme afin de le mettre au ban de l’humanité et ainsi pouvoir l’anéantir.

Nous sommes donc violents quand nous nous servons de la différence pour exclure.

En fait tous les hommes sont conformes au principe fondamental de la vie : la différence. « Une personne n’est pas une autre personne. Qui est-elle alors ? Elle est unique. » (…) Unique ? Elle est elle-même et pas quelqu’un d’autre. Elle est elle-même et personne ne lui est identique », répétait inlassablement Swâmi Prajnânpad en invitant ceux qu’il rencontrait à observer l’infinie variété des formes.

Si chacun est différent, la comparaison devient impossible car pour comparer il faut une base commune. Il en déduit : « Je suis moi, il est lui. Je suis conditionné d’une certaine manière et lui d’une autre. C’est tout. L’état dans lequel je suis est le seul qui soit le mien, sans aucun autre possible. »

Il s’ensuit que les jugements de valeur sont aberrants puisqu’ils dépendent de la comparaison : « Juger est une illusion parce que si vous devez juger, vous vous servez de votre propre échelle de référence. Derrière le jugement se cache la croyance que tout le monde est identique. »

Et il conclut : « Regardez le soleil. Éclaire-t-il seulement les bons et les saints ? Non, il éclaire tout le monde, le saint comme la prostituée. »

Se souvenir de la différence c’est se donner les moyens de ne plus juger et de commencer à comprendre.

© 2015 Renaud & Hélène PERRONNET Tous droits réservés. 

Petit sondage à propos de la réflexion : Différence

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

—————

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————

CC BY-NC-SA 4.0 Différence par Renaud Perronnet est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .

5 réflexions au sujet de « Différence »

  1. yam

    Bonjour, merci de ce rappel par les temps qui courent….Même si toutes ces choses nous apparaissent comme évidentes, il est bon de se rappeler que nous pouvons et que nous devons prendre de la hauteur. A l’échelle de l’univers , nous sommes tous des êtres, dont les quêtes, les histoires se ressemblent et nous allons tous vers la même fin. Peut-être est ce en pensant ainsi que nous arriverons à vivre un idéal commun, plus empreint de sérénité qu’il ne l’est actuellement.

    Très belle journée à tous.

    Répondre
  2. Bouillon

    Bonjour,
    La dernière phrase ne me convient pas du tout au sujet du soleil qui éclaire tous, « le saint comme la prostituée ». La prostitution n’est pas l’apanage de la gente féminine pas plus que la sainteté, celui de la masculine ! Mais c’est un poncif qu’on entend trop souvent à mon goût.
    Cela me heurte même et je souhaite que vous corrigiez par : « le saint et le prostitué » ou : « la sainte et la prostituée » ou « la sainte et le prostitué » (pour une rare fois, la femme aurait le beau rôle).
    Qu’en pensez-vous ?
    Cette phrase est une traduction où il n’existe peut-être pas de masculin/féminin, dans le texte d’origine.
    Ceci à l’air anodin à première vue mais ne l’est pas du tout…
    Bien cordialement
    Coletta

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui, c’est une traduction, d’accord avec vous pour rajouter « la sainte et le prostitué » du moment que nous n’enlevons pas non plus « le saint et la prostituée ».
      Bien sûr que ce n’est pas une question de genre puisqu’avant d’être sexués, nous sommes tous des « êtres humains ».

      Répondre
  3. Marie

    En fait, en disant je suis Français, Indien, on se met dans une case, en fait avant d’être Français, Indien nous sommes un être à part entière est ce cela que cet article veut dire avant de vouloir faire des comparaisons, on peut déjà juste dire qu’on est tous unique avec des ressemblances et des diffèrences et qu’on a le droit d’être unique du moment qu’on se respecte les uns les autres en trouvant des terrains d’entente pour vivre ensemble. De se servir d’un effet de généralisation pour écraser au lieu de se considérer comme des êtres uniques et de vivre avec chaque individu.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *