5 réflexions au sujet de « Manipulateur »

  1. Jean pierre

    Que dire de l attitude dès cet autre qui impose ses désirs face au gentil qui n ose pas dire non de peur d être rejeté et qui de fait fini par l être en étant accusé d être un manipulateur quand il demande un compromis ou essaye d exprimer et faire prendre en compte ses propres désirs ?

    Pour compléter , peut être gentil ? Et quand sincèrement on veut faire plaisir qu’en faisant plaisir on dépasse régulièrement ses limites , et cela pendant des années on fait passer les désirs de l’autre en priorité , quand un jour on se dit qu on est peut être un peu en soumission , et que l on veut faire valoir quelques uns de ses désirs et que l’autre vous accuse d’être un manipulateur et vous rejette … que penser qui manipule qui ?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Il existe deux façons d’avoir peur, l’une mène à la soumission, l’autre à la domination.
      Celui qui dépasse ses propres limites sous le prétexte de vouloir faire plaisir agit contre lui-même et se condamne à l’amertume et au ressentiment contre celui auquel il a voulu faire plaisir. (Autrement dit l’amour ne supporte pas d’être contraint.) Faire passer les désirs de l’autre en priorité et sans son propre consentement est juste une attitude névrotique en même temps qu’une maltraitance contre soi-même.
      Tout cela pour vous dire qu’il n’y a pas le gentil d’un côté et le méchant de l’autre mais des êtres humains qui – parce qu’ils ne se respectent pas – se condamnent tragiquement à abuser consciemment ou inconsciemment des autres.

      Répondre
  2. Christiane

    Bonjour,

    Merci pour ce nouveau post qui comme tous les autres amène à la réflexion.
    Donc, si je comprends bien, quelque part savoir dire non, c’est aussi respecter l’autre.

    Bien à vous,

    Chris

    Répondre
  3. Ginette

    Bonjour,
    Mais dans la stratégie du manipulateur il y a souvent une première période où il se montre charmant et attentif, et capable d’une relation généreuse.
    C’est ce qui est perturbant par la suite et qui fait qu’on a toujours l’espoir de retrouver cette personne-là.
    Ce n’est pas comme si dès le départ il jouait franc jeu. Difficile ensuite d’accepter que c’était un leurre et de parvenir à mettre des limites.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *