3 réflexions au sujet de « Pourquoi la confrontation au passé ? »

  1. Azzam

    Bonjour Mr Perronnet;
    Et devrions nous quitter notre passé ?
    le passé- n’est t -il pas ce pont qui relie notre présent/notre actuel/ce que nous sommes à notre vécu dans le passe/le révolu/ ce que nous étions ?
    Bien entendu si nous nous représentons tout notre trajectoire comme des phases successives, qui adviennent l’une après l’autre sans aucun lien apparent.., dans une vue statique et non dynamique,alors qu’en réalité toutes ces phases sont interconnectées les unes aux autres, et que chaque phase est à la fois tout un ensemble .
    Nous sommes en fait, il me semble « ce que nous étions, ce que nous sommes et ce que nous serions … tout à la fois ! Par consequent , meme si en confrontation, comme vous le dites / ceci en cas de passe DOULEUREUX / notre vécu révolu ne nous quitte jamais ! c’est meme le fondement de notre existence/ vécu actuel , de notre personnalité ! Et la mémoire est la , comme mécanisme qui nous le démontre constamment .
    Si vous détruisez la memoire d’une personne, seriez vous en guise de formuler ce que serait cette personne, ce qu’EST cette personne au temps actuel ! Ca sera une sorte d’amibe , animal sans fil conducteur, sans « branchements » nerveux adéquats , plus simplement sans PASSE, sans PRESENT, et sans FUTUR

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Son passé douloureux empêche un être de vivre le ici maintenant en se surimplantant constamment sur lui à travers ce que l’on appelle une « mémoire traumatique ». Il ne s’agit donc pas de détruire la mémoire mais d’apprendre à devenir en paix avec elle.
      C’est en ce sens que nous pouvons avoir besoin de nous confronter à notre passé pour le digérer donc en devenir libre.

      Répondre
  2. Barbara L

    Bonjour
    Le passé douloureux vient interférer avec le présent. Mais il n’empeche rien. Il perturbe. Nous vivons au present. Malgré tout. Il est extremement difficile, dans un premier temps et quand la douleur est vive, de s’entendre dire qu’il faut se confronter (mot guerrier?) pour etre en paix (mot de paix apres la guerre?) et pour se libérer. Que veut dire se libérer?
    POur etre passée par la et etre encore en évolution, bien entendu, avec des rechutes et des avancées, je dirai que se « confronter » avec son passé c’est repenser encore et encore aux evenements, les dire, jusqu’à ce que, avec le temps, tout à coup, les choses se décalent. A force de dire, de raconter, directement quand on le peut (car si le trauma est profondément refoulé, jeune enfant maltraité par exemple), ou en se servant du vécu quotidien pour se demander « mais pourquoi je fais ainsi ou je pense ainsi, qui est ce que je vois en face de moi, qu’est-ce que cette situation fait vraiment naitre en moi en ressentis (et pas en raisonnement logique) , alors on commence a voir les choses différemment. C’est peut etre cela la « digestion » mais je n’en sais rien, je sais juste ce que je vis, et je ne sais pas comment les autres digerent, ou pas… Il me semble aussi que c’est remettre au centre ses envies, envie de ressasser la tristesse ou la colere et ce que les autres nus on fait (position de victime) ou envie enfin, de vivre (est-ce alors cela, la libération? je le crois).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *