Gratitude et altruisme

« La révolution spirituelle que je préconise n’est pas une révolution religieuse. (…) Il s’agit plutôt d’une réorientation radicale, loin de nos préoccupations égoïstes habituelles, au profit de la communauté humaine qui est la nôtre, d’une conduite qui prenne en compte, en même temps que les nôtres, les intérêts d’autrui. »

Dalaï-Lama, Sagesse ancienne, monde moderne : Éthique pour le nouveau millénaire

Le moine bouddhiste Matthieu Ricard est né le 15 février 1946 à Aix-les-Bains, après de brillantes études et une thèse en génétique cellulaire à l’Institut Pasteur sous la direction du prix Nobel de médecine le Pr François Jacob, il découvre la spiritualité et cherche à passer de la théorie à la pratique.

C’est ainsi qu’il partage sa gratitude envers Arnaud Desjardins, qui à travers ses films sur le bouddhisme tibétain lui a permis de rencontrer ses futurs maîtres (Revue Reflets n°2) :

« On sait qu’Arnaud fut tout particulièrement le véhicule des enseignements de Swami Prajnanpad, qui ont maintenant bénéficié à des milliers de pratiquants en Occident. En ce qui me concerne, j’ai une immense dette de gratitude envers Arnaud, puisque c’est la vue de son extraordinaire documentaire filmé, « Le message des Tibétains », ainsi que les paroles d’Arnaud et de Frédéric Leboyer, me confiant qu’un maître parmi tous, Kangyour Rinpoché, les avaient impressionnés au plus haut point, qui me décida à voyager vers Darjeeling, en Inde, à l’âge de vingt ans, et rencontrer ce maître, qui allait inspirer chaque instant de mon existence, et m’amener à vivre auprès de lui, puis auprès de Dilgo Khyentsé Rinpotché après la mort de Kanguiour Rinpotché.

Je suis bien sur loin d’être le seul à avoir ainsi, grâce à Arnaud, jeté une passerelle de vie vers les plus grands maîtres de l’Orient et de nombreuses personnes de par le monde en témoignent aujourd’hui avec reconnaissance. »

Matthier Ricard et Arnaud Desjardins

C’est donc en 1967, à l’âge de 21 ans, à Darjeeling, en Inde, qu’il rencontre Kangyour Rinpoché, son père spirituel – qui l’émerveille par son extraordinaire qualité d’être. Il décide alors de tout abandonner pour vivre dans l’Himalaya.

Il raconte à ce propos dans une interview à L’Express du 3/12/11 :

« Quand j’ai quitté l’Institut Pasteur en 1972, j’avais de côté l’équivalent de six mois de salaire au CNRS, ce qui m’a permis de vivre quinze ans sur place. Durant ces années, j’ai vécu avec 30 euros par mois, ne faisant rien d’autre que méditer. »

 C’est ainsi que Matthieu Ricard passera plus d’un demi-siècle dans l’Himalaya, dont 5 ans en retraite solitaire dans un petit ermitage de 9 m², sans eau, sans électricité ni chauffage.

Le jeune homme qui aimait la nature et la musique classique, curieux de percer les mystères de la biologie moléculaire s’est ainsi consacré au chemin de l’Éveil. Il partagera notamment pendant 12 ans le quotidien de Dilgo Khyentsé Rinpoché, l’un des plus grand maître du bouddhisme tibétain.

Kangyour Rinpoché

Dilgo Khyentsé Rinpoché

Aujourd’hui Matthieu Ricard a écrit de nombreux livres (parmi lesquels : Le Moine et le Philosophe avec son père Jean-François Revel, Plaidoyer pour le bonheur, L’Art de la méditation, Plaidoyer pour l’altruisme) au succès international. Il se consacre depuis 20 ans aux projets humanitaires de l’association Karuna-Schechen, tout en poursuivant son travail d’auteur, de conférencier parcourant le monde, ainsi que de photographe au service de son message d’amour altruiste.

Dans cette jolie vidéo – qu’il nous incite à faire circuler – et qui parle de l’impact de l’empathie et de la compassion sur notre cerveau, il nous invite à découvrir et à comprendre l’altruisme, mais aussi à lui laisser une place dans nos vies :

Comment construire un monde plus altruiste ?

Pour aller plus loin et mieux connaître Matthieu Ricard, procurez-vous ce récit passionnant :


RETOUR À L’ENSEMBLE DES NOURRITURES D’IMPRESSIONS


Téléchargez gratuitement ce texte, envoyez-le à vos amis et sur les réseaux sociaux :


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *