Lettre à l’enfant abandonnée qui est en moi

Je m’appelle Caroline, et ça m’a tellement libéré de l’écrire que j’ai envie de partager cette lettre que j’ai adressée à l’enfant abandonnée qui est en moi.

Un cadeau de Noël que je me fais à moi même, en espérant qu’il pourra aussi aider l’un de vous.

Joyeux Noël à tous,

Caroline.

Salut ma petite abandonnée,

Tu as souffert, tu souffres encore, tu as peur de déranger, tu te sens toujours de trop, dans ta famille, chez les amis, dans le monde…

Et c’est logique, évident, normal. Tu as été abandonnée par ton père, ça t’a privée d’une chose essentielle, ça a creusé en toi un insondable abîme affectif… Ça a créé un manque de confiance en toi et dans les autres tellement profond que tu doutes te ton droit à exister, à être aimée. Je trouve ton angoisse légitime et je l’accepte. Tu te juges toi-même durement, aussi durement que ta mère l’a fait dans un passé ou tu ne pouvais pas te défendre. Tu aurais eu besoin d’exister pour elle comme l’enfant vulnérable que tu es, qui as besoin d’être vue et acceptée comme telle. Tu te sens seule parce que tu as été laissée seule, parce que ta mère et ton père t’ont laissée seule à traverser ton enfance. Tu es une enfant et tu as le droit de l’être. Tu as été niée comme enfant par tes deux pères, ta mère, les amis de ta mère et par ceux qui ont abusé sexuellement de toi, donc tu ne t’aimes pas, tu ne peux pas t’aimer dans ces conditions même si tu le mérites. Mais tu en as le droit, je suis une femme adulte et je te protégerai.

Je t’aime et je t’aimerai… sans condition.

——————–

Si vous avez envie d’exprimer, de crier – anonymement – sur la toile, quelque chose de personnel que vous portez sur le coeur depuis longtemps, cet espace est le vôtre. Pour ce faire, prenez contact avec moi en CLIQUANT ICI

—————-

5 réflexions au sujet de « Lettre à l’enfant abandonnée qui est en moi »

  1. Graziella

    Bonjour petite abandonnée,

    C’est très courageux d’écrire ce que vous avez pu vivre et pourquoi ce sentiment d’abandon et de non existence. C’est déjà beaucoup de l’avoir écrit et compris. J’ai connu un peu cette non-vie et j’ai réappris à vivre, à exister et à retrouver mon identité.
    J’ai pu grâce à un travail personnel, spirituel et médical me retrouver et savoir qui j’étais et l’adulte qui est en moi est né.
    Vous avez raison de protéger votre enfant intérieur et de l’aimer tout simplement.
    Courage et confiance et beaucoup de douceur pour ce petit enfant qui en a besoin.

    Répondre
  2. Anne

    Merci Caroline pour cette lettre si authentique, si fidèle à la petite fille que vous avez été. Elle me touche beaucoup. Je m’y retrouve tellement que je me demande quelque part si (à quelques évènements différents) ce n’est pas moi qui l’ai écrite dans un éclair de conscience dont je serai amnésique… Ca m’aurait fait du bien de pouvoir l’écrire… J’aurai aimé réussir à le faire… Mais c’est bien vous qui avez eu le courage et la clarté de l’écrire. A la fois je vous envie et je vous remercie car c’est déjà un premier pas pour moi de pouvoir me reconnaître dans votre texte. Et, bien que la vraie valeur propulsive ne puisse venir que lorsque je serai capable d’écrire ma propre lettre à moi, vous m’aidez beaucoup en me donnant les mots qui me manquent encore actuellement. Et comme je ne suis certainement pas la seule, pour tous les autres qui ne peuvent pas le faire directement je vous remercie aussi pour eux.

    Répondre
  3. Annie

    Merci Caroline, Si je réagis à votre lettre courageuse, c’est que peut-être quelqu’un se reconnaîtra dans mon témoignage.
    Comme vous je souffre dans mes relations aux autres : je me sens de trop, nulle, je me dissimule moralement, je ne fais aucun bruit, prend le minimum de place, si je pouvais me gommer, me réduire à néant, je le ferai…
    Et pourtant, je n’ai pas été APPAREMMENT abandonnée. Beaucoup de personnes ont vécu une vie APPAREMMENT normale.
    D’où un sentiment de culpabilité si nous nous plaignons.
    A côté de la réalité de votre vie, nous nous sentons favorisés.
    D’où vient ce mal être ? De très loin ?
    Pour vous, j’espère que votre démarche aura contribué à votre renouveau. Je vous envoie toute ma sympathie, et souhaite que ma petite pierre apportée au dialogue le fasse avancer.
    La plus belle année possible pour tous.

    Répondre
  4. Tatiana

    Ville : Pau
    Pays : France

    Tout d’abord bonjour et bonne année ! Et surtout un grand merci pour ce courage partagé.
    En lisant cette lettre, j’ai eu le sentiment de ne pas être seule à souffrir de cette enfance baffouée, maltraitée (physiquement moralement et sexuellement). En grandissant, j’imaginais que ces sequelles s’estomperaient mais en vain, c’est dans moi, ce mal être m’habite interieurement, car en apparence je pense être dans la norme. J’ai fais des thérapies, lu des livres, participé à des séminaires… Tout cela m’a fait un grand bien, mais il y a tjrs un vide, une carrence ou un trop plein de colère enfoui en moi. Merci pour votre témoignage.

    Répondre
  5. Nadine

    Profession : Aide-Soignante
    Ville : Mancy
    Pays : France

    Merci de tout coeur à Caroline le contenu de ta lettre est le reflet de moi même pour moi, c’est un cadeau à ma nouvelle vie, avec la mienne de petite fille. Retrouver l’enfant intérieur et l’aimer. Le dialogue aimant.
    Sincérement à toi Caroline et à Evolute conseil.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *