La mauvaise foi

Pour aller plus loin et comprendre ce qui nous empêche de convenir de nos maladresses dans nos relations à nos enfants, lisez :

Téléchargez gratuitement ce post et envoyez-le à vos amis et sur les réseaux sociaux :

2 réflexions au sujet de « La mauvaise foi »

  1. laure ~

    Bonjour,
    je trouve que renoncer à la peur de reconnaître ce qu’on a dit et fait est une école de la force. De la force intérieure d’abord, et de la maîtrise des situations aussi. Cela apporte beaucoup de calme intérieur, car on accepte que ce qui est fait est fait, et on ne met aucune énergie à tenter d’y changer quelque chose. Les choses (que nous avons mal faites) devront être acceptées telles quelles par autrui. Eh oui, c’est comme ça. Qu’ils se débrouillent avec cette situation. Et oui, la vie va continuer à partir de là avec les choses comme elles sont.
    Je trouve que se donner le mal de masquer, cacher, mentir, c’est se plier au désir de l’autre, que cet autre soit une personne, un groupe ou autre chose. La seule chose un peu positive que j’y vois c’est que cela nous montre les rêves de la personne qui complique ainsi les choses. Humainement, c’est touchant. Mais c’est si maladroit …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *