Avec vous il n’y a pas de problème

Une alternative à la contention. Une nuit, avec un malade dément, alors que ses collègues perdent leur sang-froid, Martine s’y prend d’une manière si attentive et bienveillante que la relation bascule… Un partage très touchant.

————-

LA NUIT AVEC UN MALADE DÉMENT

23/07/2008 Libre partage de Martine

Profession : Aide-Soignante.

Une personne malade et complétement démente m’a dit cette nuit : « Avec vous, il n’y a pas de problème. »

Parce que il avait vomi, parce que cela faisait plusieurs jours qu’il ne dormait pas et qu’il était contentionné à un fauteuil, tellement qu’il nous mettait le service tout en désordre, je lui ai proposé cette nuit de l’aider à prendre une douche.

Il a apprécié la douche et a dormi jusque 4h du matin. Plus tard, je le vis au bout du couloir rentrer dans les autres chambres des patients.

Ma collègue me dit : « C’est reparti! il recommence son cirque ! On aurait dit César ! Il s’était entouré d’un drap blanc.

Je l’ai aidé à mettre ses vêtements et je lui ai proposé un petit déjeuner.

Il m’a pris la main, il fit balancer nos deux bras et d’un pas décidé, nous avons ainsi traversé le couloir !

Croyez-moi, cet instant là ! Je ne l’oublirai jamais !

Sa démarche qui d’habitude est trés lourde, cet instant là, on aurait dit que l’on avait des ailes tous les deux, tellement que l’on se sentait heureux et légers comme un papillon !

Il a dévoré son petit déjeuner.

Je lui propose un fauteuil pour se reposer devant la télévision, savez-vous ce qu’il m’a répondu : « La fatigue, elle tangue, elle est comme la mer ! »

Et là, j’ai appris qu’il a vécu une bonne partie de sa vie sur un bateau ! Il connaît bien la mer !

Ce qui expliquerait, peut être pourquoi, il pisse partout autour de son lit, mais jamais sur lui !

A t-il pris son lit pour un bateau ?

Et c’est ainsi qu’il m’a dit : « Avec vous il n’y a pas de problème. »

Martine, aide-soignante en gériatrie.

—————

Pour aller plus loin, vous pouvez lire sur ce site :

——————–

Vous êtes aidant (éducateur, travailleur social, thérapeute, psychologue, professeur, bénévole…) Vous êtes soignant (infirmière, aide-soignante, médecin, sage-femme…) Vous êtes parent ou « aidant naturel » (de vos vieux parents, d’un voisin…) Vous souhaitez témoigner, vous avez quelque chose à dire ou à crier. Votre partage touchera ceux qui vous liront et qui pourront vous répondre. N’hésitez pas à m’envoyer votre texte que je pourrai publier dans l’espace dédié aux aidants ! Pour ce faire, CLIQUEZ ICI

—————-

7 réflexions au sujet de « Avec vous il n’y a pas de problème »

  1. Anne Auteur de l’article

    Profession : Médecin

    Merci Martine de si bien parler de nos nuits qui sont à la fois si riches et si dures. Ce que vous ne dites pas c’est que cette nuit là, bien sûr, vous avez en même temps pris soin des autres patients, qui ne savaient pas se qui se passait dans cette chambre, et attendaient aussi d’être changés, soulagés ou préparés pour un examen le lendemain, et vous ne les avez pas oubliés pour autant, et aux transmissions du matin le service était sans doute nickel comme si la nuit avait été calme.
    Je suis sûre que ce souvenir ensoleillera votre travail encore pendant longtemps.
    Merci de nous avoir fait partager votre trésor.

    Répondre
    1. Martine Auteur de l’article

      Oui, Anne, je fais tout mon possible pour que le service soit nikel, à la relève de l’équipe du matin, j’ai aussi le Souci de l’Autre, je prends les problèmes par ordre de priorité et l’infirmière qui m’accompagne dans ma tâche, certe, elle est mon supérieur, mais elle est aussi « Ma Cooquipière », ainsi nous arrivons à travailler dans la Bonne Humeur.
      Merci beaucoup pour votre témoignage.

      Répondre
  2. marie ange

    Bonjour Martine

    voila ce qui arrive quand on travaille le coeur ouvert, humainement.
    je suis aide soignante, j ai travaillé en geriatrie 5 ans, et ce que vous nous racontez, je l ai souvent vecu. les personnes que nous soignons sont comme des eponges, elles sentent instinctivement ce qu on est sur le present, nos intentions, lorsqu’on est sincere.
    on partage un moment de vie digne dans l echange, un moment de joie , de paix, ou d apaisement ?
    et c est partagé…
    vous savez voir au dela des apparences, reagir avec humanite, un beau temoignage.

    Répondre
    1. martine

      Merci! Marie-ange, oui merci beaucoup.
      J’aime énormément mon métier, certes il n’est pas facile tous les jours. J’ai beaucoup appris avec Monsieur Renaud Perronnet, c’est avec le vague à l’âme que je vous dis cela, car notre hôpital est en difficulté.

      Après la fermeture de nos usines, c’est maintenant autour de nos hôpitaux, si cela continue, il n’y aura plus rien dans le pays haut de la Lorraine, et je suis triste ! oui vraiment triste. Les jeunes quittent la région pour aller travailler au delà de nos frontières (Luxembourg) mais que vont devenir, les Personnes âgées ? que vont devenir les Personnes Malades ? ils vont être envoyés loin de leurs maisons pour y être soigner, quelles seront leurs visites ? si ces personnes n’ont pas de moyens de locomotions ! » L’ennui est horrible ! L’ennui est mortelle !

      L’hôpital aujourd’hui me fait peur! Le système de santé aujourd’hui me fait peur !
      J’ai mal ! oui aujourd’hui j’ai mal ! J’ai tellement appris ! pour qui ? pour quoi ?
      Pour fermer les hôpitaux ! Non ! Non ! je ne peux pas accepter cela !

      Merci encore ! pour votre témoignage

      Répondre
      1. marie ange

        bonsoir Martine

        oui l hopital va mal , la santé va mal …. on soigne en depit du bon sens et malheureusement sans humanité, on soigne pour et par l argent , certes .
        je suis comme vous , je suis soignante dans l ame , et ce que je constate autour de moi en observant , tous les jours , me sidere, me revolte parfois , souvent!
        j espere une evolution … en attendant n oubliez pas que ce que vous faites vous : Martine est essentiel ,capital .
        je vous sens revoltée et cela me fait plaisir meme si ca peut sembler bete, ca signifie que vous avez vous aussi conscience des choses et ce n est pas souvent .
        admettons le : on ne se bat plus beaucoup , on est plus souvent resignes et defaitistes en france que contestataire .
        je ne sais pas quels sont les problemes de l hopital en lorraine , j imagine qu ils ferment aussi comme partout ,je ne sais pas vraiment ce que nous pouvo,ns faire …. nous sommes si rares ….
        je vous souhaite bon courage , je vous souhaite aussi de conserver intacte votre engagement .
        amities

        Répondre
        1. martine

          Oui, Marie-ange, je suis révoltée.
          Il va y avoir des fermetures de services , des licenciements et voilà comment je suis considérée aujourd’hui:
          ( Trop jeune pour la mise à la retraite et trop vieille, c’est à dire trop d’ancienneté pour être licencié, car cela coûte cher.)

          Je suis un peu perdue , mais où donc est ma place?

          Mais , une chose dont je suis sûr, c’est que jamais je n’oublierai mon engagement avec les Personnes Malades, car ceci , personne! oui! je dis bien Personne ne peut me l’enlever! C’est ma plus belle RICHESSE!

          De tout coeur avec vous,

          Répondre
  3. Aud

    Après avoir lu le vécu de Martine, un seul mot me vient : waouh.
    C’est vraiment y instant privilégié que vous avez vécu avec ce patient. J’ai constaté que c’est souvent en poste de nuit que ce genre de relation peut se créer (ou se renforcer). La nuit tout est différent, l’ambiance, les patients, nous (car nous avons généralement plus de temps que les postes en journée).

    Je travaille en Lorraine, je constate comme vous tout ce qui se passe (d’ailleurs mon service a du être muté dans un autre hôpital). Mais que pouvons nous y faire ? Ces décisions viennent de plus haut, nous n’avons pas vraiment le choix.
    J’ai essayé de trouver le côté positif de cette situation : au niveau des examens complémentaires il y a presque tout sur place maintenant (avant il fallait que les patients soient emmenés en ambulance pour les examens , avec des allers-retours pas toujours simples).

    Je ne travaille pas depuis longtemps, mais c’est vrai que l’idée qu’on a du travail de soignant quand on est à l’école est différent sur le terrain. Les conditions de travaille sont parfois pénibles (heures supp, faire les 3 postes, remplacement dans d’autres services etc..).
    Mais on a choisit ce métier et ce n’est pas pour rien…quand vous racontez votre histoire, on voit que vous aimez ça, que vous avez cette patience qu’on espère toutes et tous avoir, cette complicité avec ce patient dit « difficile ». On a chacune notre sensibilité, nos défauts et nos qualités, parfois même le courant passe mieux avec un patient et vous et passera moi bien avec ce patient et moi par exemple, c’est pour ça que le travail en équipe est important. On peut se relayer, s’aider, se passer la main.

    Restez comme vous êtes Martine, les patients on besoin de soignantes comme vous 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *