Regrets

Réflexion n° 36 :

Je suis frappé de voir à quel point de nombreuses personnes ont tendance à idéaliser les gens au moment de leur mort, comme si elles voulaient que ne restent que les bons souvenirs…

Comme le dit le refrain d’une chanson de Georges Brassens :

« Il est toujours joli, le temps passé. Une fois qu’ils ont cassé leur pipe,

On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés : les morts sont tous de braves types. »

Voici quelques années, Bronnie Ware, une infirmière australienne qui a travaillé de nombreuses années à accompagner des personnes en fin de vie, a écrit un livre dans lequel elle partage avoir été le témoin des regrets des personnes juste avant leur mort.

Elle prétend, après avoir rassemblé toutes leurs déclarations, y synthétiser ce qu’elle a appelé les « cinq plus grands regrets des personnes avant de mourir » :

  1. – Je regrette de ne pas avoir eu le courage de vivre ma vie comme je le voulais et pas celle que les autres voulaient pour moi.
  2. – Je regrette d’avoir consacré trop de temps à mon travail.
  3. – Je regrette de ne pas avoir davantage exprimé mes sentiments.
  4. – Je regrette de ne pas être resté en contact avec mes amis.
  5. – Je regrette de ne pas m’être autorisé à connaître le bonheur.

Après d’autres, je m’interroge sur la fiabilité de ces conclusions. Beaucoup de personnes en fin de vie souffrent et je ne suis pas certain que la souffrance des êtres au moment de leur mort les aide à la lucidité. Il y a une idéalisation du moment de la mort typiquement new-âge. Sous le prétexte que les morts sont près de la « porte de sortie », ils auraient une propension particulière à la lucidité. Je doute que ce qui peut être vrai pour quelques-uns le soit pour le plus grand nombre.

A travers mon expérience d’animation de très nombreux groupes, pendant vingt ans, à « l’accompagnement des personnes en fin de vie », je n’ai jamais entendu de soignants partager de tels souvenirs.

Certaines personnes, avant de mourir, ont à cœur de faire des excuses à certains de leurs proches, de partager qu’elles trouvent leur mort précoce, d’autres qu’elles sont prêtes, mais elles ne font pas part de regrets « généraux » à propos de leur vie.

Alors que pouvons-nous faire des allégations de Bronnie Ware ?

Peut-être les prendre comme un idéal de vie et non du moment de la mort.

Il peut en effet être bon pour nous (avant qu’il ne soit trop tard, donc quel que soit notre âge), de faire le point sur notre vie en tenant compte de nos priorités fondamentales comme d’écouter les commentaires spontanés de ceux que nous avons rencontrés dans notre vie à propos des erreurs qu’ils ont faites.

Sur ce thème, le texte du poète argentin Jorge Luis Borges m’apparait encore plus explicite, mieux senti et plus « vivant » :

« Si je pouvais de nouveau vivre ma vie, dans la prochaine je tâcherais de commettre plus d’erreurs.

Je ne chercherais pas à être aussi parfait, je me relaxerais plus.

Je serais plus bête que je ne l’ai été, en fait je prendrais très peu de choses au sérieux.

Je mènerais une vie moins hygiénique.

Je courrais plus de risques, je voyagerais plus, je contemplerais plus de crépuscules, j’escaladerais plus de montagnes, je nagerais dans plus de rivières.

J’irais dans plus de lieux où je ne suis jamais allé, je mangerais plus de crèmes glacées et moins de fèves, j’aurais plus de problèmes réels et moins d’imaginaires.

J’ai été l’une de ces personnes qui vivent sagement et pleinement chaque minute de leur vie ; bien sûr, j’ai eu des moments de joie.

Mais si je pouvais revenir en arrière, j’essaierais de n’avoir que de bons moments.

Au cas où vous ne le sauriez pas, c’est de cela qu’est faite la vie, seulement de moments ; ne laisse pas le présent t’échapper.

J’étais de ceux qui jamais ne se déplacent sans un thermomètre, un bol d’eau chaude, un parapluie et un parachute ; si je pouvais revivre ma vie, je voyagerais plus léger.

Si je pouvais revivre ma vie je commencerais d’aller pieds nus au début du printemps et pieds nus je continuerais jusqu’au bout de l’automne.

Je ferais plus de tours de manège, je contemplerais plus d’aurores, et je jouerais avec plus d’enfants, si j’avais encore une fois la vie devant moi.

Mais voyez-vous, j’ai 85 ans… et je sais que je me meurs. » 

© 2014 Renaud & Hélène PERRONNET Tous droits réservés.

Petit sondage à propos de la réflexion : Regrets

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

5 réflexions au sujet de « Regrets »

  1. Catherine

    Bonjour et merci pour cette réflexion. Je pense que cela dépend des personnes, certaines vieilles gens, ne pensent pas qu’ils puissent mourir un jour, ils ont encore des projets, même s’ils sont grabataires exemples entendus:
    « Ce n’est pas la peine de ramasser les feuilles mortes, je le ferai quand j’irai mieux » Alors que cela faisait plus d’ un an qu’il était alité et qu’il est en fin de vie , ou cette vieille dame de 95 ans lorsque qu’une insuffisance rénale grave s’est installée:
    « Je pense que ça ira mieux bientôt et que je pourrai venir chercher mon colis de Noël ». Le refus de voir s’avancer la mort ne l’arrête pas mais il adoucit sa venue.
    Je ne sais pas si la mort pardonne toutes les fautes des défunts, je ne crois pas, j’entends dire « ne parle pas ainsi de notre mère » (refus de la voir comme elle était vraiment) parce que ça fait trop mal sans doute d’avoir eu un parent qui a manqué à tous ses devoirs ? Ou bien parce que les morts ne peuvent pas comme les absents se défendre ? Ou peut être parce que cela nous rappelle que c’est bientôt notre tour et que cette condition et humainement si terrible que l’on peut tout pardonner ?
    Merci pour ce site

    Répondre
  2. Mathilde

    Joli poème, qui me fait penser à une expérience personnelle : mon grand-père, qui avait toujours fumé énormément depuis ses 15 ans, a demandé à son fils médecin, alors qu’il était âgé de 70 ans : « je devrais arrêter de fumer, comment dois-je faire ? ». Son fils eut la sagesse de lui répondre qu’à son âge il n’y gagnerait pas tant que cela, et que ce serait très dur… Mon grand-père fut radieux de cette réponse, il continua à fumer comme un pompier et mouru d’une attaque cérébrale, soudainement mais sans douleur, à 77 ans.

    Répondre
  3. xa

    Je suis pas croyant pour un sou, je suppose que les gens disent seulement du bien pour se rassurer eux même par rapport au jugement ultime devant le créateur (tu montes et fiesta ou tu descend et tu crames ) se donner bonne conscience pour pas trop charger la personne décédée

    Répondre
  4. marie

    Oui, merci pour cette réflexion . Je pense que lorsqu’un parent, par exemple, nous a fait beaucoup de mal, à l’heure de sa vieillesse et de sa mort, on ne voit plus que la personne souffrante. On sépare ses actes de sa personne. Pour ma part, oui, mon père m’a fait beaucoup de mal, mais à son décès, j’ai eu beaucoup de peine, j’en ai encore quand je pense à lui. J’ai l’impression que c’est sa souffrance qui a tout effacé.

    Répondre
  5. Jeromine

    J’adore l’écrit assez percutant de Borges. En fait, si on le pousse dans sa logique, on pourrait dire que le regret consisterait à n’avoir pas « assez » vécu, et au fond, ne pas avoir fait assez de conneries, pour parler familièrement …

    Répondre

Répondre à Catherine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *