Être conscient

Réflexion n° 1 :

« La vie aime la conscience que l’on a d’elle », disait le poète René Char.

Pas de conscience pas de vie, juste une mécanicité à l’œuvre, cousine de l’inconscience. L’inconscience c’est comme de la vie volée, je m’en aperçois lorsque je cherche mes lunettes qui pendent autour de mon cou…

Mais qu’est-ce qu’être conscient ? Comment devenir plus conscient ?

« Etre conscient signifie regarder, observer ce qui se passe en vous et autour de vous. Plus précisément ce qui « bouge » en vous et autour de vous », précise Anthony de Melho.

Quand je deviens conscient de mon inconscience, il y a comme une lumière qui s’allume.

C’est ainsi que quand je marche, je marche tout en sachant que je marche et que quand je mange, je mange, tout en sachant que je mange. Je peux prendre une douche chaude en constatant que je prends une douche chaude et en aimant ce moment, de même je peux boire un verre d’eau en ressentant l’eau fraîche couler dans ma gorge.

Etre conscient c’est être là où tout se passe, tout simplement.

© 2014 Renaud & Hélène PERRONNET Tous droits réservés.

Petit sondage à propos de la réflexion : Être conscient

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 


7 réflexions au sujet de « Être conscient »

  1. Karine

    Bonjour,
    Merci pour ce petit rappel très utile au quotidien pour ne plus accorder toute son attention aux pensées obsessionnelles et aux idées noires qui reviennent sans cesse nous hanter quand on a vécu des choses difficiles, j’essaie (quand j’y pense) de le pratiquer mais quel entraînement car le mental qui tourne à vide revient toujours avec son lot d’émotions perturbantes… C’est la voie du guerrier d’essayer de ne plus subir cela, cela demande du courage et de l’humilité et je suis loin d’en être toujours capable, c’est souvent décourageant mais je sais que si j’y arrivais plus régulièrement je cesserais de me faire du mal. merci !

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui, c’est l’humilité qui nous aide à avoir le courage de ne pas culpabiliser, c’est l’humilité qui permet à un être de regarder les faits en face, sans broncher.

      Répondre
  2. jean michel

    Etre conscient bien sur mais en ce qui me concerne sans crispation. Exemple vécu, je m’intéresse aux rêves, créations ne dépendant pas du conscient, et je trouve que bien des choses intéressantes en ressortent, même si on ne comprend pas tout. Il m’arrive aussi d’écrire des textes de réflexions personnelles, et de retrouver des thèmes identiques déjà exprimés par moi il y a plusieurs dizaines d’années, dont la rédaction est identique par les mots employés et les séquences successives, comme si c’était resté patiemment dans un coin de ma tête inutilisé intact sans en être conscient. J’ai donc tendance à rester confiant même si je ne suis pas conscient de beaucoup de choses, et en fait j’ai l’impression de participer aux choses pour lesquelles je suis prêt. Evidemment si on peut être conscient et comprendre c’est tout de même plus éclairant pour développer des réalisations plus authentiques.

    Répondre
  3. Nathalie

    Quelquefois je sais que je ne suis pas consciente car j’essaie de voir à travers mon masque que je mets chaque jours pour être dans le moule et éviter les disputes avec ma famille.
    Le soir j’y repense et je me dis que je devrais leur dire mes pensées mais comme je sais que leurs avis diffèrent des miens je me tais. Est-ce bien ou mal ? En tous cas, je suis consciente de mon comportement. Il m’aide à vivre au quotidien, en évitant les tensions que je ne supporte plus.

    Répondre
  4. Jocelyne

    s’ouvrir à la conscience est une porte importante pour entrer dans nos terres profondes et écouter la vie en nous qui demande à éclore. La maladie de notre société est justement cette fermeture à cette conscience. Les gens préfèrent s’étourdir, prendre des médicaments pour justement ne pas ouvrir cette porte qui, pourtant, debouche sur un magnifique jardin de notre être.

    Répondre
  5. nowaczyk

    merci pour tous ces bons articles qui m’aident à avancer et a me poser chaque jour sur moi avec humilité

    Humilité ….ce qui m’aide a grandir à me remettre en question à accepter à tolérer

    Christine

    Répondre
  6. Gilis

    En réalité, toute la journée, les pensées se succèdent dans notre esprit, en file indienne, sans répit. Il n’y a presque aucune seconde pendant laquelle notre esprit n’est pas accaparé par une pensée quelconque. L’esprit bourdonne, ce qui peut donner l’impression d’être débordé, de “surchauffer” et ce qui augmente considérablement le niveau de stress et de tension. On s’aperçoit également que nous contrôlons très peu les pensées qui nous passent par la tête. Nous réagissons instinctivement à ces pensées, par automatisme la plupart du temps sans vraiment réfléchir ou comprendre ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons. On utilise d’ailleurs les termes “perdu dans ses pensées” ou “noyé dans ses pensées” ou encore “absorbé par ses pensées”. Développer son attention et sa concentration permet de contrôler ce flot et de prendre du recul par rapport à toutes ces pensées. Cela permet également d’être plus présent à ce que nous sommes en train de faire, d’être d’avantage à l’écoute de notre corps, de nos aspirations plus profondes et également à l’écoute des autres. En effet, en libérant notre attention de ce dialogue intérieur nous disposons de plus d’attention pour écouter les autres. En développant notre capacité d’écoute, nous devenons plus tolérants, plus compréhensifs, plus sociaux, plus doux et plus à l’aise avec les autres. Développer notre attention et notre concentration permet également un extraordinaire travail sur soi. C’est la base de tout travail de développement intérieur. La concentration permet de se scanner intérieurement avec une grande précision et de lever les voiles, les incompréhensions, les tensions internes, les contradictions et les mensonges que nous nous faisons à nous-mêmes. En comprenant les mécanismes qui nous habitent et qui nous animent, on apprend à s’accepter tels que nous sommes réellement avec nos qualités et nos défauts. C’est un premier pas vers l’atteinte du bonheur et une plus grande sagesse. Cette démarche intérieure n’est possible que grâce à une grande attention et une grande concentration, sans être distrait sans cesse par notre flot de pensées.Sinon il est impossible d’aller au fond des choses et de trouver les vraies réponses à nos interrogations. Même si vous n’êtes pas prêts à une introspection aussi profonde, l’accroissement de votre capacité d’attention vous procurera de nombreux bienfaits dans votre vie quotidienne.

    Répondre

Répondre à nowaczyk Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *