Bête

Réflexion n° 22 :

Le cyclone nous terrifie, même si nous avons tous entendu dire que dans son oeil, rien ne bouge. « Etre dans l’œil du cyclone » parle de la possibilité de trouver la paix au cœur de la tourmente quand tout nous pousse à la fuir.

Ainsi il nous faut apprivoiser ce qui nous fait si peur en nous car c’est la reconnaissance de ce que Jung appelle notre « ombre » (les parts de nous refoulées que nous n’aimons pas), qui changera notre relation au monde. Et c’est ce dont parle le poète Rainer Marie Rilke dans sa si belle Lettre à un jeune poète : «  Peut-être tous les dragons de notre vie ne sont-ils que des princesses qui attendent de nous voir agir juste une fois avec beauté et courage. Peut-être tout ce qui est terrible est, dans sa plus profonde essence, quelque chose d’impuissant qui a besoin de notre amour. »

C’est en osant plonger au cœur de la tourmente (en allant avec courage là où ça nous fait si peur d’aller), que les aspects de nous-mêmes depuis si longtemps délaissés se remettront à vivre pour notre plus grande harmonie.

La version du conte « La Belle et la Bête », de Madame de Villeneuve, décrit magnifiquement cette véritable réconciliation par l’amour de l’être avec lui-même et avec toutes ses composantes.
D’abord elle parle du courage qu’il a fallu à la Belle pour affronter la Bête : « Le monstre se fit entendre. Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu’elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d’un pas ferme, et d’un air modeste salua fort respectueusement la Bête. »
Puis elle nous dit que ce courage plut au monstre qui – parce qu’il se sentit reconnu – se retourna vers la Belle en lui disant : « Bonsoir, la Belle. »
Ce fut le début de leur relation. C’est ainsi que peu à peu la Belle apprivoisa la Bête et découvrit – par delà son aversion – un être généreux qui ne demandait qu’à aimer et se faire aimer en retour.
Elle parvint alors à lui avouer : « Vous m’apprîtes à démêler les apparences qui déguisent toutes choses. Je sus que l’image trompe, et nos sens et nos coeurs. Vous m’apprîtes encore à ne point suivre les mouvements de l’esprit et que le monde ne me serait donné qu’en pensant »
C’est à ce moment, qu’ouvrant totalement son coeur à la Bête, elle lui dit : « Oui, chère Bête, je vais t’épouser. »

A cet instant, « Le château se remplit d’un torrent de lumière et de musique. La Bête disparut et à sa place se trouva un prince charmant, qui révéla à la Belle qu’il avait été ensorcelé par une sorcière. Le sortilège devait durer jusqu’à ce qu’une belle jeune fille aime la Bête uniquement pour sa bonté. »

C’est ce qui se passera certainement pour nous le jour où nous parviendrons à accueillir et aimer (au lieu de les rejeter) les parts de nous-mêmes jusqu’à présent délaissées.

© 2014 Renaud & Hélène PERRONNET Tous droits réservés.

Petit sondage à propos de la réflexion : Bête

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT.

————–

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger l’intégralité de cet article au format PDF, en cliquant sur ce bouton : 

—————-

CC BY-NC-SA 4.0 Bête par Renaud Perronnet est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .

11 réflexions au sujet de « Bête »

  1. Catherine

    quel exemple étrange que celui de l’apparence physique hideuse, enfant je n’ai jamais aimé cette histoire, ni peau d’âne, ni la princesse et le crapaud, bien qu’en dessous toutes ces peaux se cachent “des beautés” au final .Devoir passer par le laid pour accéder au beau, par l’immonde, m’était impossible. Pourtant la curiosité me poussait à poursuivre, mais jamais je n’y retournais, comme je le faisais pour les autres fussent -ils cruels.
    Aujourd’hui, si j’ai apprivoisé le “laid” chez les autres en séparant le bon grain de l’ivraie que chacun de nous porte, j’en souffre encore. Quand à moi même, j’essaie, il faut être humble n’est ce pas, donc j’essaie et ne réussis pas toujours, à laisser tomber la mauvaise peau. J’ai eu du psoriasis pendant longtemps, je n’en ai plus, alors que c’est une maladie auto immune qui ne guérit pas .
    Cordialement

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Je ne crois pas qu’il s’agisse de “séparer” le bon grain de l’ivraie à l’intérieur de soi mais de les réconcilier en tant que contraires faisant partie d’une même totalité : vous-même !

      Répondre
        1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

          Pourquoi pas ? Il n’y a pas de respect de soi-même possible sans reconnaissance et accueil de ce que K.G. Durckheim nomme la “vie refoulée qui envenime l’inconscient”.

          Répondre
  2. Jocelyne

    J’ai beaucoup aimé cette réflexion. Ma Bête à moi a été mon handicap physique dès ma naissance. Petite c’était l’insousciance, mais en grandissant je prenais conscience de ma difference, des regards des adultes, des rires des enfants. Pendant longtemps, je détestais ce corps qui ne semblait rien avoir de beau, de bon. Après plusieurs années de souffrance physique et morale, à chercher dans mon physiques les petites beautés, je me suis rendue compte qu’elles étaient au dedans de moi . Voilà où la force de continuer à vivre est venue. Il ne faut pas s’arrêter seulement au physique, mais voir au-delà du corps d’une personne nous fait entrer dans un beau jardin à découvrir. Je vais mourir avec ce corps différent, mais ce que je vais laisser de par mon accueil, ma compassion sans jugement, mon écoute, cela va rester dans le coeur des gens, car tout ce que j’ai donné a fait briller mon intérieur et est venu faire de l’ombre à l’enveloppe de mon physique.
    Accepter nos ombres, est un travail de chaque jour, c’est aussi la possibilité de transformer l’ombre en lumière.

    Répondre
  3. bernadette

    Je suis tout à fait d’accord avec vous,. L’existence est un chaos ordonné. Le chaos et la confusion se produisent parce que les choses surgissent d’elles-mêmes, sans principe externe qui vienne y mettre de l’ordre. Les expériences que nous faisons – bonnes ou mauvaises, heureuses ou tristes, claires ou obscures, s’inscrivent toutes dans une même totalité et la reflètent. Tout ce qui surgit est une expression d’ordre et d’intelligence, d’énergie éveillée et de précision. Les pôles de nos expériences – confusion et éveil, chaos et ordre, douleur et plaisir – ne sont que des éléments inséparables d’une vision totale de la réalité. Si le chaos est ordonné, c’est que notre confusion est méthodique. Pq ? Elle est voulue parce que nous décidons de nous évader intentionnellement de nous-mêmes. Nous décidons de boycotter la sagesse et l’éveil qui se trouvent dans tous les êtres humains. Nous voulons continuer à nous livrer à nos marottes, qui sont la passion, l’agression et autres choses de ce genre. C’est pour cela que nous créons un cercle auto-existant avec l’ignorance de façon délibérée, suivie de la perception,, du nom et de la forme, des consciences sensorielles, du contact, de la sensation, du désir, du monde de l’existence. C’est ainsi que nous créons le scénario de notre existence quotidienne telle qu’elle est. L’ordre n’est pas séparé du chaos, le yin du yang. L’union des contraíres. Bien à vous

    Répondre
  4. Amy

    Je déteste cette histoire qui, selon moi, induit en erreur. Autant le sens profond de l’histoire peut être que l’on finit par voir la beauté intérieure de ce que l’on accepte. Autant le message reçu par la plupart est que ce que l’on accepte enfin soi même deviendra universellement beau (y compris aux yeux des autres).

    La belle voit son coeur pur récompensé par un beau prince au bras duquel elle pourra parader et que les autres lui jalouseront. Il est bien là le rêve de nombreuses petites filles (et des femmes qu’elles deviennent) : trouver une bête dont personne ne veut et en faire le prince qu’elles auraient toutes voulu avoir.

    Sauf que les bêtes ne peuvent ou ne veulent pas forcément se transformer en prince… et qu’entre la Belle insatisfaite et la Bête frustrée de ce désir de changement qu’on lui impose, tout le monde est perdant.
    De plus, lorsque cela fonctionne, il arrive que la Bête, frustrée de ne pas avoir été aimée pour ce qu’elle était, quitte la Belle pour une autre.

    Je préfère de loin la conclusion de Shrek dans laquelle la princesse reste “belle aux yeux de son amant”.
    Conclusion qui aurait gagné en profondeur si Shrek avait été un prince humain (Fiona restant une ogresse).

    Répondre
  5. Barbara L

    Plus on essaie d’etouffer la Bete, plus on essaie de la faire taire, plus elle risque de se mettre a hurler n’est-ce pas?. Non, on ne peut pas raisonnablement lui demander de changer (post précédent), cela lui est bien évidemment insupportable, puisqu’elle ne cherche qu’à être entendue pour ce qu’elle est (la Bete, jugée et ostracisée par la société, représentée comme un monstre, mais pourtant, vivante aussi). Si je comprends bien, ce n’est pas aux autres d’accepter notre Bête (rêve impossible), mais bien à nous même (et le dessin animé Vice & Versa montre cette orchestration solidaire de tous les avatars en nous). Mais il me semble qu’autrui peut nous aider à nous aider car la Bête n’est pas simple à gérer!
    Seulement, quand on est dans une immense colère, ou une immense détresse, qui, alors, en nous, peut reconnaitre la Bête? la Belle est effondrée, elle n’a plus de force, ou planquée, ou chagrine, ou je ne sais pas. J’ai connu la fureur et la rage dues à un immense sentiment d’injustice et de gâchis, de mensonge et d’humiliation lié à un drame familial. J’ai réussi à ne pas passer à l’acte (“lâcher les chiens”/la bête), et pourtant comme j’en avais envie!!. J’ai pu, une fois calmée, retrouver la Belle (au bois dormant) et lui demander d’accueillir la Bête..; j’aurais aimé ne pas en passer par là, mais si je vois le bon côté des choses, j’ai découvert que mon cerveau pouvait faire des choses inouïes, et je sais, aujourd’hui, sans crainte (mais sans me mettre en danger) bien mieux accueillir la colère d’autrui dans la relation d’aide. La violence et la colère me semblent être surtout l’expression d’une souffrance qui n’a pas trouvé son réconfort, il s’agit donc d’écouter et d’accueillir plutôt que de réfréner (bon, avec certaines limites quand même je ne pousse pas au meurtre!) ?? Et on nous demande de plus en plus d’autonomie, de gérer nous même nos émotions, nos souffrances… sait-on encore offrir de l’écoute vraie et du réconfort, en particulier aux Bêtes dont nous avons surtout peur, car les Belles, ça, on sait venir à leur secours n’est-ce pas? j’ai rencontré des gens qui savaient, qui ont apaisé suffisamment mon coeur de Bête en miette pour qu’ensuite je puisse prendre la relève. Psy, écoutantes, ami/es… merci.
    En parler, aussi, c’est permettre à d’autre de voir qu’ils ne sont pas seuls à ressentir et vivre cela… j’espère. Courage.

    Répondre
      1. Barbara L

        hihi… oui tout à fait, merci. Et dans un monde ou l’injonction est à la bienveillance et à la gentillesse, eh bien je me sens bienveillante très souvent, et on me dit gentille, mais j’assume aussi (et je pèse ce mot) l’expression de ma bête indignée et à fleur de peau, agacée et impatiente… mais l’acceptant comme une part de moi qui a sa place, elle sait mieux s’exprimer, en essayant de ne pas effrayer, avec le sourire de Belle en encouragement (seigneur me voila schizophrène!), et du coup.. la normalité, on s’en balance et ça ne veut pas dire grand chose. L’harmonie, le tao, les équilibres dynamiques, ça a plus de sens pour moi.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *