Que faire d’un enfant qui culpabilise ses parents ?

Question posée par Renée.

Les parents ont très facilement le pouvoir de culpabiliser leur enfant parce que ce sont eux qui détiennent l’autorité et qu’a priori les enfants les croient puisqu’ils ont confiance en eux.

Mais qu’en serait-il d’un enfant qui aurait le pouvoir de culpabiliser son parent ? Ce serait assurément le monde à l’envers car c’est bien le parent qui est responsable de son enfant et non l’inverse.

Pour avancer, il faut donc nous demander quel est le rôle de l’adulte dans la relation parent / enfant ? Quelle est la responsabilité du père ? De la mère ? Comment un parent pourrait-il devenir la victime de son enfant ?
Il faudrait que ce parent, incapable d’assumer sa responsabilité de parent, se conduise lui-même « comme un enfant », auquel cas il regarderait son propre enfant à travers ses projections d’ex-enfant perdu, non confiant en lui-même.

En réalité il existe moins d’enfants qui culpabilisent leurs parents que de parents qui parce qu’ils doutent d’eux-mêmes et ne se sentent pas à la hauteur de leur rôle, ne peuvent que se sentir culpabilisés par les besoins légitimes de leurs enfants.

Par un habile tour de passe-passe, le parent soumis à des exigences vis-à-vis desquelles il pourra ne pas se sentir à la hauteur, aura vite fait de retourner la situation en disant que s’il ne se sent pas à la hauteur de sa tâche, c’est de la faute de son enfant (dont il est en vérité responsable.)

Que le parent soit à la hauteur de sa responsabilité ou non, c’est bien lui qui est responsable de son enfant et non l’inverse. Certains parents crient à l’injustice parce que leur enfant leur pèse. Il faut comprendre qu’il y a un ordre des générations, ce qui veut dire que ce sont les parents qui sont faits pour les enfants (sans eux les enfants ne peuvent pas grandir), et non l’inverse, il ne peut donc pas y avoir d’injustice de ce côté-là.

Le parent qui se sentirait culpabilisé par son enfant n’aurait donc pas d’autre alternative que celle de réfléchir sur sa difficulté à jouer son rôle, quitte à entreprendre un travail thérapeutique qui lui permettrait d’apprendre à assumer son rôle. Pour ce faire, il lui faudrait mettre notamment à jour les mécanismes destructeurs de non-confiance en soi qui le contraindraient à devoir renoncer à lui-même comme à son rôle.

Pour aller plus loin vous pouvez lire mes articles : Ma propre mère me culpabilise, comment en sortir ? et Culpabilité et amour de soi.

Illustration : Fractale.

© 2020 Renaud PERRONNET Tous droits réservés. 

—————-

Petit sondage à propos de la question sur le parent culpabilisé par son enfant

(Après avoir sélectionné le numéro correspondant à votre opinion, cliquez sur "Votez" et vous découvrirez les résultats complets de ce sondage.)
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

VOS COMMENTAIRES SONT EN BAS DE PAGE, JE VOUS RÉPONDRAI LE CAS ÉCHÉANT

REVENIR À L’ENSEMBLE DES QUESTIONS / RÉPONSES ET POSER VOUS AUSSI UNE QUESTION

—————-

Moyennant une modeste participation aux frais de ce site, vous pouvez télécharger votre question et ma piste de réponse, au format PDF, en cliquant sur ce bouton :

—————-

2 réflexions au sujet de « Que faire d’un enfant qui culpabilise ses parents ? »

    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Le fait que votre adulte de fils de 30 ans cherche à vous culpabiliser vous montre à la fois son immaturité et sa dépendance.
      Dans un tel contexte, le risque pour vous-même serait de vous identifier à ce qu’il vous dit, cela reviendrait à devenir sa victime en vous sentant culpabilisée par lui.
      Quel sens cela pourrait-il avoir pour vous que de vous reprocher votre passé de mère puisque vous ne pouvez plus y retourner ?
      C’est terrible mais une mère qui s’en veut créé un enfant qui ne se sent pas aimé pour lui-même en même temps qu’il aspire à l’être. Et cet enfant devenu adulte qui s’en veut à son tour – dans son malaise – renverra sa propre toxicité à sa mère.
      Votre fils ne sait manifestement pas comment s’y prendre pour entretenir une relation saine avec vous. Mais comment l’aider à entretenir une relation saine avec vous si ce n’est en commençant vous-même par avoir une relation saine avec vous-même ?
      Nous perpétuons nos névroses de génération en génération, jusqu’au moment où, dans un sursaut de lucidité, nous tentons d’y mettre un coup d’arrêt en entreprenant un travail de connaissance de nous-mêmes (c’est-à-dire en mettant à jour les causes de nos émotions.)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *