9 réflexions au sujet de « Lâcheté »

  1. Myriam

    Bonjour, je ne comprends pas pourquoi avoir choisi ce titre alors que le texte ne parle par de lâcheté. ou alors je n’ai pas compris. Merci de m’éclairer. Merci également pour votre travail bien utile.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      La lâcheté dont je parle est la lâcheté vis-à-vis de nous-mêmes.
      Il s’agit du manque de courage de celle ou celui qui est contraint(e) de penser qu’elle ou il a nécessairement besoin de susciter une opinion favorable chez les autres.
      En vérité pourquoi en aurions-nous besoin ? Si les autres ont une opinion favorable de vous c’est bien et si les autres n’ont pas une opinion favorable de vous c’est bien aussi parce que c’est ainsi !
      C’est de croire que nous en avons besoin alors que nous n’en avons pas besoin qui peut être considéré comme une lâcheté (un manque de courage) vis-à-vis de nous-mêmes.
      Le courage c’est de nous accepter tel que nous sommes, avec nos qualités ET nos défauts. Cela s’appelle s’assumer, plutôt que de croire indéfiniment que nous devrions être autrement que ce que nous sommes pour nous accepter.

      Répondre
  2. Marie France

    Oui j’entends bien mais cette affirmation est elle valable pour les personnes qui ont été injustement calomniees de valorisées aussi de leur travail dans le cadre d’un harcèlement moral ?

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Un manque de courage est un manque de courage et en même temps chacun fait certainement et précisément comme il le peut.
      Il serait donc tout à fait blessant donc maladroit d’affirmer sa lâcheté à une personne qui aurait le sentiment d’avoir été injustement dévalorisée dans son travail : c’est pour cela qu’avant de parler il est important de vérifier ce que l’autre peut entendre.

      Remarquez que, sur le fond, tant que cette personne restera convaincue qu’elle ne peut qu’être la victime de ce qu’on lui a fait subir, elle se condamne elle-même à subir donc à souffrir. (Le fait qu’elle se sente blessée par un autre est en réalité la conséquence de son auto-condamnation.)
      Personne d’autre qu’elle même et ses prises de conscience ne peuvent l’aider à relever la tête pour découvrir sa dignité donc sa capacité à ne plus avoir besoin de l’approbation des autres.

      Tout cela pour dire qu’un échange sur internet ne peut pas remplacer un « vrai » travail de connaissance de soi-même dans une relation avec un thérapeute compétent.

      Répondre
  3. Silvana

    Peit-on considérer comme lacheté le fait qu’un homme terrorise sa femme, lui manque de respect, l’exploite alors qu’il se comporte gentiment envers les autres?
    P.S. En fait, d’après la définition que vous donnez, il peut y avoir de la lacheté des deux côtés: une femme soumise qui ne met pas de limites à son conjoint ou, pour mieux dire, qui ne résiste pas et un homme dont le comportement est machiavelique.

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      Oui, j’en ai l’impression moi aussi, la facilité comme le découragement peuvent tous deux mener à une forme de lâcheté vis-à-vis de soi-même.
      Il ne s’agit donc pas de se juger lâche (ce qui n’aiderait en rien quiconque), mais d’oser constater qu’on s’abandonne soi-même et le plus souvent parce qu’on n’a pas conscience de son intrinsèque dignité à vivre.

      Lisez : Dignité et Aimer

      Répondre
      1. Silvana

        Bien des fois j’aimerais bien utiliser l’expression latine « Carpe diem ». Un jour , quand je me suis mise à chercher le contexte de cette expression, je me suis trouvée face à la même expression, mais beaucoup plus longue: « Carpe diem quam minimum credula postero»… En français, cela peut donner: «Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain».
        Cette dérnière bout de phrase m’a fait réfléchir sur la question comment m’éduquer à être fort emotionnellement.
        J’ai appris beaucoup de vos reflexions: comment dissoudre la peur, comment aimer soi-même et être fière de mes réalisations, comment respecter l’autre sans me laisser utiliser.
        C’est vrai que la vie est multiforme, mais les reflexions que vous proposez constituent de véritables jalons dans la reconstruction de Soi et des relations à établir avec les autres.
        Merci beaucoup!

        Répondre

Répondre à Silvana Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *