Le jeu de la Victime

Auteur : © Renaud PERRONNET

Thèmes principaux :

Le triangle dramatique S.V.P. (Sauveur, Victime, Persécuteur)

(Un outil de travail avec soi-même, pour nous aider à débusquer nos jeux de pouvoir et ceux des autres.)

« Je crois qu’il y a violence dès que nous utilisons notre force non pour créer, stimuler ou protéger mais pour contraindre, que la contrainte s’exerce sur nous-même ou sur les autres. »

Thomas d’Assembourg (1)

Avant propos sous forme de mise en garde :

Vous conviendrez sans doute facilement que quel que soit l’outil que vous utilisez, vous pouvez vous en servir pour faire votre bonheur comme votre malheur… Avec un couteau, on peut étaler du beurre sur son pain mais on peut aussi tuer quelqu’un. Il en est de même de l’outil psychologique « Triangle dramatique ». Si vous vous en servez dans le dessein de vous comprendre pour vous améliorer il peut devenir pour vous une aide précieuse… mais si vous le retournez contre vous, il ne fera que générer – à l’intérieur de vous – encore davantage de mauvaise conscience et de culpabilité.

La lecture de cet article n’est donc pas conseillée aux personnes dépressives ou angoissées parce qu’elles risqueraient de l’utiliser contre elles.

Continuer la lecture

De l’indécision en amour…

Question de Nadia :

Contrôleur budgétaire à Paris.

Je souhaite obtenir vos conseils sur un domaine qui me préoccupe, je fréquente depuis bientôt 2 mois un homme très attentionné d’une gentillesse incroyable qui a vécu une séparation très difficile, 3 ans après cette séparation il a encore gardé des photos de son ex copine, ses affaires étaient encore dans sa chambre, il me dit au début qu’elle est restée sa meilleure amie, et dès l’instant où il lui a annoncé qu’il m’avait rencontré après plus de 3 ans de solitude, elle a commencé à l’appelé presque tous les soirs à des heures tardives entre 22h30 et 00h30 pour des raisons diverses, papier, opinion sur un film qu’elle venait de voir avec son petit ami, ensuite c’était parce qu’elle avait besoin de se confier car sa sœur supportait mal sa grossesse bref, un soir il n’a pas répondu à son appel et le lendemain elle lui a dit qu’elle était déçu par son comportement qu’il était mort pour elle et qu’elle trouvait que depuis que j’existait dans sa vie il n’était plus dispo pour elle.

J’ai conseillé à mon ami de prendre son temps et de commencer à se séparer de ses photos accroché au frigo, la semaine dernière alors que nous étions en intimité il m’a appelé par son prénom et m’a dit qu’il n’arrivait pas à l’oublier mais qu’il l’a considérer comme une amie seulement.

Je pense qu’il n’est pas disponible pour le moment a aimé une autre femme et qu’il éprouve des sentiments encore fort pour elle, aurait-il fallu pour sa part ne pas rentrer en contact avec elle dès le début de la séparation, aurait-il fallu à elle de lui demander d’arrêter cette relation « amicale » dès lors qu’elle savait qu’il était encore amoureux d’elle sachant qu’elle a réussi à tourner la page et refaire sa vie mais elle a quand même conservé une relation « amicale » très proche, diner chez l’un et l’autre, appels tous les 4, 5 jours.

Aujourd’hui il me dit qu’il veut avancer et essayer mais il en est incapable et souhaite me la présenter car il me dit que nous l’avons tous les deux en commun et qu’il ne peut pas arrêter franchement cette relation qu’il a avec elle. Il me dit qu’il a besoin de l’appeler de temps en temps pour avoir de ses nouvelles.

J’ai vraiment besoin de savoir ce que je dois faire, dois-je lui demandé de se retrouver un peu seul pour faire son deuil correctement, je n’ai pas envie d’être avec un homme qui a encore des sentiments pour son ex c’est invivable, lui me dit qu’il veut construire avec moi mais il en est incapable pour le moment

Je ne cherche pas à lui mettre la pression je n’en ai pas le droit et ce n’est pas ce qui va l’aider, je ne lui demande pas de choisir entre elle et moi je ne veux pas non plus le forcer à faire ce qu’il ne peut pas faire ou pas prêt à faire, faut-il prendre des distances avec lui le temps qu’il sache vraiment ce qu’il veut.

Merci pour vos conseils que j’attends avec impatience.

Continuer la lecture

Faut-il démissionner pour aider ?

Le coup de gueule d’Edith, infirmière en maison de retraite qui refuse de perdre son humanité au profit de la bureaucratie ambiante. Elle explique la nécessité impérieuse de revenir à la présence ici et maintenant ; elle revient à l’essentiel : le bon sens et l’écoute.

Continuer la lecture

Quelles sont vos croyances d’aidant ?

10 questions / réponses pour apprendre à aider sans se perdre.

(Libre adaptation d’un questionnaire de Michelle Arcand, psychothérapeute.)

Auteur : © Renaud PERRONNET

L’objectif de ce quizz est de vous aider à réfléchir à la manière dont vous pouvez interpréter votre rôle d’aidant à travers des croyances erronées… au risque de vous perdre et de sombrer dans le burn-out.

Répondez à ces questions, puis lisez leurs commentaires et souvenez-vous que – si vous le souhaitez – vous pouvez engager le dialogue avec moi au bas de cette page…

Continuer la lecture

Martin Winckler Le choeur des femmes

À propos de l’écoute et de l’empathie : Comment s’y prendre pour soigner une femme ?

« Qui soignes-tu, en cet instant ?

Eux, ou toi ? » (1)

Telle est LA question de la relation d’aide.

Le livre de Martin Winckler Le Chœur des femmes (Editions P.O.L) est un roman de formation mais aussi un roman pédagogique en milieu médical. (Cf. l’interview vidéo de l’auteur que vous découvrirez plus bas.)

Il met en scène la rencontre de deux médecins : Jean (Djinn) Atwood, une jeune et volontaire interne de chirurgie gynécologique, qui doit passer six mois dans le service 77 mais n’a pas du tout envie d’y perdre son temps à « tenir les mains des patientes » et Franz Karma, le praticien d’une cinquantaine d’années qui dirige ce service et s’est consacré depuis trente ans à la santé des femmes.

Je partage ici avec vous l’un des premiers chapitres de ce roman réaliste dans lequel la brillante interne assiste, pour la première fois, aux consultations du Dr Karma et à sa manière particulière d’entrer en relation avec ses patientes.

Vous découvrirez en italiques les monologues intérieurs émotionnels de la jeune interne, qui « bout » en face de ce qu’elle considère encore comme des maladresses…

« Je bondis sur mes pieds pour le suivre dans le couloir et je le vois s’approcher du comptoir, y prendre un petit dossier blanc rectangulaire, entrer dans la salle d’attente, appeler un nom, ressortir. Une femme sort derrière lui, sac et écharpe au bras. Il lui serre la main et me désigne.

– Bonjour, madame. Est-ce que vous permettez que notre interne, le docteur Atwood, assiste à la consultation? Continuer la lecture

Dois-je forcer mon enfant à réussir ?

A tous les parents désemparés qui ont peur que leur enfant ne réussisse pas.

Question de Béatrice :

Nous avons une fille de 9 ans et demie. Notre fille n’a pas du tout confiance en elle. Nous devons passer des heures pour lui faire faire ses devoirs alors que le maître nous dit que cela doit durer 1 heure maximum. Nous voulons qu’elle réussisse et que si nous ne sommes pas derrière elle, elle ne les fera pas. Nous sommes pratiquement sûr que quand elle n’en a pas envie, elle nous répondra carrément de travers et on s’énerve à côté, on crie. On ne sait plus quoi faire. A l’école, le maître nous a dit qu’elle ne s’implique pas dans la classe, qu’elle ne finit jamais les exercices qu’elle a à faire. Nous avons fait un marché avec elle. Que si son maître nous disait que son travail ne s’était pas amélioré pendant la semaine, on ne l’inscrirait pas le lundi à son concours d’équitation qui devait avoir lieu le week-end d’après. En fin de semaine, nous avons revu le maître qui nous a annoncé que notre enfant s’était métamorphosée et que son travail était devenu parfait. Nous l’avons donc inscrite à son concours. Le vendredi d’après, le maître nous a annoncé que pour cette semaine, son travail était redevenu désastreux. Nous l’avons donc punie de son concours puis d’un mois d’équitation. Est-ce que nous avons bien fait car cela ne l’a pas beaucoup affecté. On ne sait plus quoi faire pour qu’elle apprenne à faire seule ses devoirs et qu’elle soit un peu plus responsable de ses affaires. C’est peut être un peu trop demander ? Nous n’arrêtons pas de nous énerver sur elle, de crier et de nous emporter et nous le regrettons après. Que doit-on faire sans jouer avec la carotte ? Car mon mari n’est pas tellement pour. Quelle position doit-on tenir devant elle pour ne pas s’énerver ? Il est vrai que nous l’avons eu tard car nous avons entre 46 et 54 ans. Nous avons peut-être moins de patience. C’est ce que mon mari pense. Pouvez-vous nous conseiller ? Nous vous en remercions d’avance.

Continuer la lecture

Ma propre mère me culpabilise, comment en sortir ?

Question de Dominique :

Commercial à Neuilly-sur-seine, France.

Je suis un homme de 48 ans divorcé ; chaque fois que j’ai ma mère au téléphone, elle a le « don » de pointer du doigt ce qui ne va pas, ou ce que je n’ai pas fait ou bien fait, ma négligence vis-à-vis de mes enfants, mon laisser aller…

Bref elle me fait culpabiliser et cela me perturbe énormément à un point tel que je manque d’estime de moi et donc me sens en permanence en infériorité.

Comment sortir de ce piège qui me détruit ?

Continuer la lecture

La confiance, le thérapeute et la relation

Auteur : © Renaud PERRONNET

Thème principal :

  • L’importance de la relation au thérapeute.

« Ce n’est pas tant l’aide de nos amis qui nous aide que notre confiance dans cette aide. »

Épicure.

Pouvez-vous énoncer clairement votre but ? Votre intention en allant consulter un thérapeute ?

Êtes-vous certain de vouloir ce qu’en apparence vous semblez vouloir ?

Prendre un temps pour tenter de répondre honnêtement pour soi-même à cette question est très important puisque cela conditionne votre implication.

Continuer la lecture

Mon enfant de 7 ans menace de se tuer

Question d’Anne :

Je vous remercie pour votre article « L’enfant et la mort » et vous adresse une question sur la mort mais dans un contexte différent.

J’ai un petit garçon de 7 ans qui, après avoir été très obéissant se met à refuser les règles et à déployer beaucoup d’agressivité et d’impulsivité. A la suite d’une lourde punition, il menace régulièrement de se tuer, en disant que la vie est nulle. Je tiens à dire que nous sommes une famille très unie, sans aucun problème. Est ce qu’un enfant de cet âge peut passer à l’acte ? Bien sûr à chaque fois qu’il parle de ça, je n’entre pas dans sa menace mais je lui explique toujours après que je l’aime et serai très triste s’il n’était plus là. Merci de me donner votre avis.

Continuer la lecture

Suis-je un soignant insensible ?

Question d’Eve-Marie :

A Audrieu, France.

Au cours d’un stage en psychiatrie dans un service pour psychotiques, un patient est décédé subitement (infarctus). Des membres de l’équipe ont pleuré « à chaudes larmes » le décès de ce patient (hospitalisé depuis une quinzaine d’années). J’ai été surprise de leurs réactions notamment ce reproche qu’ils se sont faits de n’être pas parvenu à le réanimer et enfin de leurs pleurs. Pour ma part, ce décès n’a provoqué chez moi aucun sentiment de tristesse ni de compassion. Je ne connaissais certes pas assez le patient (je suis arrivée dans le service seulement 3 semaines auparavant) mais est-ce normal que l’équipe l’ait autant pleuré, n’y a-t-il pas eu un manque de « professionnalisme » dans leur attitude ou bien est-ce moi qui suis insensible ?

Merci de m’éclairer sur ce point.

Continuer la lecture

Je n’arrive plus à communiquer avec mon fils de 11 ans ?

Question de Touraya :

Assistante de direction à Marseille, France.

J’ai deux garçons 11 et 7 ans, W. 11 ans est au collège avec un an d’avance. Le 1er trimestre a été bon (14,86/20 de moyenne) et depuis les vacances de Noël il a décidé de régresser, ses notes sont en chute libre, il me ment, il me cache ses devoirs et interrogations écrites.

Je suis à bout, j’ai discuté avec lui, j’ai puni, il se repli sur lui même dans un mutisme, il ne répond pas quand j’ai des discutions avec lui…

J’ai tout essayé ou alors je m’y prends mal…

J’ai besoin d’aide pour que mon fils reprenne en main sa vie scolaire et qu’il extériorise ses problèmes.

Je sais qu’il m’en veut, j’ai trouvé dans ses papiers « Je hais une certaine… » et c’est l’adresse de ma boite mail.

J’ai besoin d’aide pour que mon fils aille mieux et retrouve sa joie de vivre au lieu de toujours me cacher les choses comme il le fait depuis fin décembre…

Merci pour votre compréhension et vos précieux conseils…

Continuer la lecture

Les puissances de 10

« Gardez-vous de dire que vous avez compris, la compréhension est de ne pas comprendre ! »

Jalal Ud Din Rumi.

« Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. »

Socrate.

« Qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout. »

Pascal.

Continuer la lecture