Serions-nous « mal traités » ?

« Quand tous les hommes marcheront à quatre pattes, ceux qui marcheront encore sur deux jambes passeront pour fous. »

Dicton indien

Chers ami(e)s lecteurs/lectrices,

Dans un temps de pandémie, nous courons tous le risque d’être – même à notre insu – manipulés par la peur. C’est pour cela que, plus que jamais, nous avons besoin de lucidité, de bon sens, d’équilibre et de sobriété.

Ce documentaire que je propose à votre réflexion – pose des questions essentielles pour lesquelles tout(e) citoyen(ne) a le droit d’obtenir des réponses, tôt ou tard, loin des partis pris paranoïaques ou conspirationnistes, et même par-delà la spécificité du Covid-19.

Dans notre monde ruiné par la quête du profit, certains docteurs en médecine et en pharmacie attirent notre attention sur le fait que, puisque la santé est aujourd’hui indissolublement liée à l’argent, nous courons le risque de négliger d’utiliser certaines molécules anciennes pourtant extrêmement précieuses, car ayant fait leur preuve.
On peut en effet facilement constater qu’aucun groupe pharmaceutique n’a voulu faire d’études sur une molécule non brevetable, donc avec laquelle il ne sera pas possible de faire de l’argent de manière exponentielle. (Les éléments constitutifs de la vie ne peuvent pas être brevetés.)

C’est parce que je perçois ce documentaire comme un argumentaire d’êtres humains de « bonne volonté » qui osent poser des questions contraires à certains intérêts économiques de notre temps, que je le propose à votre réflexion.
De plus, il donne quelques conseils élémentaires de santé (donc sans risques ni effets secondaires), à des êtres humains souvent perdus parce qu’en manque de repères.

Cliquez sur ce lien pour accéder au documentaire :

https://www.maltraites-ledoc.com/video

Comme je l’ai fait moi-même, pour accéder au documentaire intégral signé Alexandre Chavouet que je vous invite à regarder sans idées préconçues, il vous faudra donner votre mail, vous recevrez en retour un lien qui vous permettra de le visionner.
(Durée : 1h 27mn)

Pour aller plus loin, et tenter d’y voir plus clair, vous pouvez lire la critique de ce documentaire par la revue Sciences et Avenir en cliquant sur ce lien, et sur cet autre lien. Pour en savoir davantage sur l’utilité des vitamines A, C, D, E, des oligo-éléments et des acides gras selon la revue Sciences et Avenir, c’est ici.

Note importante :

J’espère qu’après avoir regardé ce documentaire vous ne serez pas trop « fâché(e)s » contre les hommes et le monde. Si ça devait être le cas, s’il vous arrive de vous sentir troublé(e)s par les éclats du monde, ce texte de Christian Bobin, (extrait de L’homme-joie), vous sera un antidote précieux :

« Nos pensées montent au ciel comme des fumées. Elles l’obscurcissent. Je n’ai rien fait aujourd’hui. Je n’ai rien pensé. Le ciel est venu manger dans ma main. Maintenant c’est le soir mais je ne veux pas laisser filer ce jour sans vous en donner le plus beau. Vous voyez le monde. Vous le voyez comme moi. Ce n’est qu’un champ de bataille. Des cavaliers noirs partout. Un bruit d’épées au fond des âmes. Eh bien, ça n’a aucune importance. Je suis passé devant un étang. Il était couvert de lentilles d’eau – ça oui, c’était important. Nous massacrons toute la douceur de la vie et elle revient encore plus abondante. La guerre n’a rien d’énigmatique – mais l’oiseau que j’ai vu s’enfuir dans le sous-bois, volant entre les troncs serrés, m’a ébloui. J’essaie de vous dire une chose si petite que j’ai peur de la blesser en vous la disant. Il y a des papillons dont on ne peut effleurer les ailes sans qu’elles cassent comme du verre. L’oiseau allait entre les arbres comme un serviteur glissant entre les colonnes d’un palais. Il ne faisait aucun bruit. Il était aussi simplement vêtu d’or qu’un poème. Voici, je me rapproche de ce que je voulais vous dire, de ce presque rien que j’ai vu aujourd’hui et qui a ouvert toutes les portes de la mort : il y a une vie qui ne s’arrête jamais. Elle est impossible à saisir. Elle fuit devant nous comme l’oiseau entre les piliers qui sont dans notre cœur. Nous ne sommes que rarement à la hauteur de cette vie. Elle ne s’en soucie pas. Elle ne cesse pas une seconde de combler de ses bienfaits les assassins que nous sommes. »

Image : Une molécule (Laboratoire de recherche IBM de Zurich.)

03/01/2021

Pour ceux qui douteraient encore de l’intérêt de ce documentaire, je découvre ce matin cet extrait d’article du Canard Enchainé aimé et/ou retweeté par Marie de Hennezel et l’ancienne Ministre du travail Michèle Delaunay (qui ne sont pas à soupçonner de conspirationnisme malsain, n’est-ce pas ?) :

3 réflexions au sujet de « Serions-nous « mal traités » ? »

  1. Emma

    Bonjour,
    J’ai commencé par lire les critiques émises par Sciences et Avenir au sujet du reportage dont vous nous parlez ici.
    Cela m’a complètement dissuadée d’aller plus loin. Dans la mesure où des données fiables et expliquées (par Sciences et Avenir) ont été détournées de leur signification, comment accorder du crédit à ce reportage ?
    Merci pour votre objectivité et pour avoir publié ces critiques mais je n’en comprends pas, du coup, l’utilité, même si vous souhaitez être objectif dans votre présente publication.

    Emma

    Répondre
    1. Renaud Perronnet Auteur de l’article

      J’aspire moins à l’objectivité si difficile quand il s’agit d’affirmations non vérifiables et assénées par les uns et les autres, qu’à l’honnêteté.
      Comme vous je pense qu’on ne peut pas balayer d’un revers de la main certaines des remarques pertinentes de Sciences et Avenir. En même temps je pense que ce documentaire (que l’on peut hâtivement interpréter comme conspirationniste mais qui – à mon avis – ne l’est pas), soulève de nombreuses questions intéressantes, en particulier celles sur la prévention et sur la consigne donnée qu’il était inutile de consulter son médecin.
      Comme bien souvent j’aime à penser que c’est une erreur de délaisser un point de vue sous le prétexte que celui qui est présenté comme y étant opposé s’apparente au nôtre. Et si il y avait des aspects véridiques chez les uns ET chez les autres ? Seulement l’émotion soulevée chez nous par l’écoute d’un point de vue contraire à notre sensibilité nous empêche d’envisager la suite sans partialité donc avec une modeste prétention à l’objectivité.
      En tout cas merci de votre remarque qui me donne l’opportunité de préciser les choses.

      Répondre
      1. Emma

        Je comprends mieux !
        Effectivement, il peut y avoir des vérités de part et d’autre, j’en conviens.
        Ce qui me dérange vraiment autour de toutes ces informations qui tournent autour de la crise du COVID c’est le fait que finalement, beaucoup en parlent sans trop savoir mais jouent aussi, pour convaincre, sur la peur.
        J’ai lu des témoignages assez bouleversants de personnes racontant comment un de leurs proches était « tombé » dans le conspirationnisme et rompu les liens avec ceux qui ne les suivaient pas dans leurs idées. Ce que j’appellerais les « âmes », sont bien trop fragilisées en ce moment pour qu’on puisse, humainement parlant, les manipuler. Mais c’est le cas. Et ça, pour moi, c’est inacceptable.
        Semer le doute dans un esprit est d’autant plus facile dans des conditions de stress intense. L’être fragilisé va se raccrocher à ce qui lui semble répondre le plus à son besoin actuel : être rassuré.
        Il est quasiment impossible effectivement, d’être objectif quand on se sent en danger.
        Tout ce qui nous arrange pour faire baisser notre stress sera bon à prendre. Même des développements non fondés.
        Je prendrai un peu de temps pour regarder sans doute cette vidéo 🙂 .

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *