Tous vos commentaires et mes réponses

Par défaut, à partir de cette page, vous avez accès à plus de 8000 commentaires approuvés, avec mes réponses, parfois largement développées, sur des thèmes très divers.

Si vous voulez prendre connaissance exclusivement de tous les commentaires d’une catégorie particulière (par exemple Connaissance de soi ou Relation aux enfants etc.) commencez par sélectionner la mention “post” (article), en cliquant sur le premier menu déroulant “Select Post Type”.

Cela fera apparaître le menu “Sélectionner une catégorie”, là sélectionnez la catégorie qui vous intéresse puis cliquez directement sur le bouton “Filter”.

Vous pouvez aussi sélectionner un article particulier en cliquant sur le menu déroulant “Sélectionner un article”, vous aurez alors accès exclusivement aux commentaires concernant cet article précis.

Alors bonne recherche !

 

  • From Mélanie on Agir ou réagir ?

    J’ai encore des difficultés à discerner dans les faits, l’action et la réaction, pouvez-vous m’éclairer?

    Un exemple: je me sens dérangée par autrui dans mon besoin de silence et de paix quand je désire me retrouver chez moi à lire un livre avec un thé.

    La réaction serait d’aller voir cet autrui et lui communiquer mon besoin, qu’il n’est pas obligé de prendre en compte, et qu’il ne prendra surement pas en compte et donc terminée 2 fois plus frustrée et encore plus en réaction?

    Ou l’action serait, de me poser quelques minutes pour sentir ce qu’il se passe en moi quand je ne peux pas assouvir mon besoin comme je l’avais prévu et si de là naît l’idée d’aller marcher, j’y vais?

    Si c’est cela “agir”, je le comprends plutôt comme une adaptation à l’extérieur et une conciliation avec moi-même.

    Est-ce “correct” de détourner mon attention de mon besoin de silence tranquille chez moi qui, ici et maintenant ne peut pas être pris en compte et qui me provoque de la souffrance; vers une autre stratégie (celle d’aller marcher) qui à ce moment m’apportera un autre style de paix et de silence?

    Merci 🙂

    Go to comment
    2022/08/29 at 5:39 am
    • From Renaud Perronnet on Agir ou réagir ?

      Dans votre exemple, si vous avez un besoin de silence, vous admettrez que cet autrui – lui – peut ressentir le besoin de faire du bruit.
      Donc quand vous détournez votre attention de votre besoin exclusif à vous, vous êtes tout à fait juste : vous savez que l’autre étant un autre, il ne peut pas répondre à vos besoins à vous et qu’il va donc vous falloir tenter de trouver une stratégie pour concilier vos besoins à vous avec ceux de l’autre.

      Que s’est-il passé ? Comment discerner l’action de la réaction ? La réaction naît toujours à partir d’une émotion donc du refus de « ce qui est ».
      Enfermée à l’intérieur de votre besoin (même légitime) de silence, vous refusez que l’autre fasse du bruit. C’est ainsi que vous courez le risque d’intervenir d’une manière réactionnelle qui le fera réagir à son tour et c’est ainsi que le conflit s’envenime : votre réaction crée une réaction chez l’autre qui créé une réaction chez vous et ainsi de suite…
      Donc je suis pleinement d’accord avec vous, posez-vous quelques minutes, détournez votre attention de votre besoin exclusif à vous (le monde n’obéit à personne), pour la tourner vers les besoins des deux parties. Vous découvrirez alors que ce qui est bon pour vous ne l’est pas nécessairement pour l’autre et inversement. C’est ainsi que vous parviendrez à trouver la manière juste de répondre à une situation (en prenant en compte l’ensemble de la situation.) Là vous ne serez plus en réaction mais unifiée avec l’ensemble.
      Essayez et dites-moi !

      Go to comment
      2022/08/29 at 10:42 am
  • From Mélanie on Avons-nous droit aux fruits de nos actions ?

    Pour vivre beaucoup de colère face aux injustices depuis enfant et devant travailler avec acharnement car la vie me représente souvent des situations idéales pour grandir (je fais au mieux mais c’est encore dur de les traverser), cet article est un précieux joyaux pour mon esprit. Plus je vous lis plus j’ai l’impression que des concepts internes et anciens émergent autrement que comment ils m’ont été inculqués et… se défont.

    Plusieurs phrases m’ont interpellée notamment “nous en arrivons à penser que nous sommes en droit d’exiger qu’on nous fasse justice quand nous sommes victime d’une injustice et que ce n’est vraiment pas normal de se faire insulter (ou voler, abuser, doubler, accidenter, ignorer, rejeter…) quand on ne l’a pas mérité.”

    A la première lecture, j’ai réagi car “oui c’est normal de penser qu’on (la vie, la police, les autres, dieu, la médecine, la hiérarchie, super héro??) doit réparer l’injustice dont je suis victime”. Je ne voyais d’ailleurs pas d’autres manières de penser. Mais quand j’ai lu, l’histoire de cette femme indienne qui m’a beaucoup émue “je ne suis pas en colère contre la mer car si j’étais en colère contre elle, cela voudrait dire que j’attends d’elle quelque chose, or, la mer, elle! n’attend rien de nous”, j’ai compris que j’attendais depuis enfant et encore aujourd’hui quelque chose.

    Ce que j’attendais c’est que plus jamais aucune injustice ne m’arrive car “moi je fais bien, moi j’ai passé du temps pour respecter les règles, moi j’ai souffert pour apprendre à être adaptée à la société, moi, moi, moi!!! et comme j’ai fait cela et bien je mérite la paix, le respect et je les atteindrai coûte que coûte!!!”

    Je me rends compte de l’horreur de ma croyance de ma toute-puissance et cela me soulage car enfin je vais pouvoir m’arrêter et ne plus chercher. J’ai pris conscience d’une part que ce que je cherche et comment je le cherche est source profonde de souffrance et d’autre part que ce que j’attends de cette quête (que la vie soit enfin juste avec moi, avec les autres, avec le tout) n’est pas juste.

    Go to comment
    2022/08/29 at 6:37 am
    • From Renaud Perronnet on Avons-nous droit aux fruits de nos actions ?

      Je suis d’accord avec vous, si la vie nous « ressert » des situations c’est juste pour nous permettre d’avancer, cette manière de voir évite la dépression et est encourageante pour celui ou celle qui l’adopte.
      Cette notion de mérite que vous évoquez est une notion morale or la vie est à la fois cruelle (pas en soi, mais simplement parce qu’elle ne nous obéit pas) et pas morale du tout.
      Pour aller plus loin, lisez : La vie n’est pas injuste mais elle est cruelle
      Votre prise de conscience : « J’ai compris que j’attendais depuis enfant et encore aujourd’hui quelque chose. » est immense, il va vous falloir vous souvenir constamment de ce décalage lié à votre histoire et au fait qu’enfant vous avez « peu » reçu. Ce n’est pas parce que vous avez peu reçu dans le passé que vous devez recevoir beaucoup aujourd’hui, cette justice n’existe pas.
      Pour recevoir beaucoup aujourd’hui, il va vous falloir – à l’instar de cette femme indienne – changer votre regard sur le monde et les choses, et c’est ce que vous êtes précisément entrain de faire : vos paroles sonnent juste.

      Go to comment
      2022/08/29 at 10:56 am
  • From SOURTOTATOB on Comment s'y prendre pour changer sa vieille mère ?

    MERCI INFINIMENT je vis la même “histoire” avec ma mère votre article tombe à point nommé !!! il va mettre utile …… c’est très surprenant mais je vais essayer de “voir” ma mère comme Madame X
    MERCI MERCI

    Go to comment
    2022/09/05 at 8:23 am
  • From claudie on Comment s'y prendre pour changer sa vieille mère ?

    c’est un très bel article, juste, parlant de la grandeur de la transformation quand elle peut advenir et de la possibilté d’amour qui en découle.

    Go to comment
    2022/09/05 at 12:12 pm
    • From Renaud Perronnet on Comment s'y prendre pour changer sa vieille mère ?

      Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous. C’est plutôt un article qui parle d’abord de l’amour et de la grandeur de la transformation qui en découle. Le courage de se regarder soi-même pour se remettre en cause n’est possible que grâce à l’amour.

      Go to comment
      2022/09/05 at 4:56 pm
      • From claudie on Comment s'y prendre pour changer sa vieille mère ?

        oui vous avez peut etre raison ..l’amour en amont permettrait la transformation ; ce serait la capacité d’éprouver de l’amour ou d’utiliser celui que nous avons en nous ? qui transformerait la situation .

        Go to comment
        2022/09/05 at 7:26 pm
  • From marylene on Comment s'y prendre pour changer sa vieille mère ?

    Bonjour
    a la mort de mon père il y a 7 ans ma mère a laissé libre cours à sa nette préférence pour ma soeur et beaucoup d’incompréhension et de tristesse en ont résulté pour moi. Un sentiment de colère et d’injustice m’a longtemps habitée ,jusqu’à que ce que je vois que je la maintenais dans le rôle de maman et moi de petite fille mendiant l’amour.je n’ai pas réussi à transformer la déception et la lucidité nouvelle en amour ,elle m’agace encore beaucoup mais j’ai réussi à mettre des limites et je me sens plus adulte, plus en paix. Il faut dire que chaque fois que j’y vais je prends quelques minutes avant pour me centrer et être avec ce qui se vit ,généralement un peu d’anxiété…Ca m’a aidée je crois
    Merci pour ce magnifique article

    Go to comment
    2022/09/05 at 6:48 pm
  • From Jocelyne on Être en prison

    Je suis allée voir des gens en prison pour donner des conférences. C’était pour moi une première expérience. Ces gens même avec une certaine liberté, vivaient derrière des barreaux. J’ai été bouleversée par leur accueil, leurs échanges profonds, ils étaient des maris, des pères, et voilà que leur destin a basculé. J’ai été confrontée à me questionner sur ma propre prison intérieure. Mon handicap physique est pour moi une prison, car je suis limitée, mais très autonome. J’ai poussé plus loin ma réflexion. Ma prison intérieure, c’est la peur de déplaire, mon manque de confiance en mon potentiel, mon anxiété face à la vieillesse, à la mort. J’ai compris que tout cela m’empêche d’avancer, de m’épanouir. Tout au long d’un cheminement, je suis arrivée à ouvrir ma prison, à mettre de l’avant mon potentiel, à transmettre mon savoir, à écouter sans jugement. Je m’efforce de ne plus laisser les regrets, les mauvais choix faire de moi une victime dans une prison sans avenir.

    Go to comment
    2022/09/12 at 7:55 pm
  • From Mélanie on Compassion idiote

    J’ai beaucoup apprécié et ri de lire cette réflexion.

    Souvent, sur mon lieu de travail, quand je vais chercher du soutien auprès de mes collègues, ils banalisent ce que je vis, ils le jugent, ils en rit, ils l’évitent, ils parlent d’eux.

    J’ai compris avec vos lectures et un travail thérapeutique que ces réactions appartiennent aux personnes, et je ressens fortement (en plus de l’émotion que je vis qui me fait aller chercher du soutien) de la frustration de ne pas avoir été entendue et pire d’avoir remarqué chez l’autre cette “compassion idiote”.

    J’en arrive a éprouver du dégout de remarquer que l’autre est vraiment persuadé m’apporter du bon alors qu’il ne se rend pas compte qu’il ne parle que de lui et qu’il ne m’aide pas.

    Comment ne plus avoir besoin de l’aide de l’autre sans entrer dans une répulsion de ce dernier? Qu’est-ce que je dois comprendre de mon comportement?

    Go to comment
    2022/09/15 at 5:50 am
    • From Renaud Perronnet on Compassion idiote

      Sans doute vous ouvrir à votre amertume. Qu’est-ce qui en vous vous oblige au « dégoût » de l’autre ? Le besoin d’être comprise ? Pire la certitude que l’autre devrait vous comprendre quand il ne vous comprend pas ? Bref une « toute puissance » que l’autre devrait être là pour vous quand il n’y est pas ?
      Interrogez-vous sur votre frustration, sur votre dépendance, c’est à vous de combler vos propres besoins, pas aux autres. Tant que vous confirez aux autres, la réponse à vos propres besoins, vous ne pourrez qu’être insatisfaite.
      C’est ainsi que devenue autonome vous ne ressentirez plus du dégoût pour l’autre mais plutôt de la compassion pour celui qui – parce qu’il se sent perdu de comprendre si peu l’autre – se moque de lui.
      Il vous faut comprendre que tant que vous ressentirez le besoin de vous défier de l’autre, vous resterez sa chose. Et puis aussi pourquoi chercher du soutien auprès de personnes qui se rient de vous ?

      Go to comment
      2022/09/15 at 9:29 am
      • From Mélanie on Compassion idiote

        Oui! vous mettez le doigts sur des mots/maux et des réflexions qui me traversent souvent l’esprit (et depuis longtemps) mais auxquelles je ne portent “jamais” l’attention car effectivement, dans mon schéma, c’est encore l’autre qui doit répondre à mon besoin donc je regarde encore dehors.

        J’y travaille depuis ma prise de conscience suite à la lecture de votre article “avons-nous droit aux fruits de nos actions?” mais je remarque que ça ne se fait pas “comme ça” et que le mécanisme est ancré (je suis actuellement sur votre article “voir ses schémas à l’oeuvre et y renoncer”) et hyper inconscient (donc puissant).

        Pour répondre à votre question (pour une fois que c’est dans ce sens ;)), quand je vis une émotion désagréable, je me condamne de vivre cette émotion donc automatiquement je nie cette sensation et je ne donne plus d’importance à ce que je ressens (déconnexion à la sensation du corps et surinvestissement du jugement dans mes pensées). Par conséquent, je surréagis à mon désavantage (à quoi bon!!) et me confie à des personnes inadéquates (c’est mieux que rien!!) à ce moment là.

        Dans le mécanisme, je trouve qu’il s’apparente à une addiction.

        Je vous remercie pour votre réponse qui éclaire ma problématique d’un nouveau faisceau complétant ma réflexion. A bientôt de vous lire.

        Go to comment
        2022/09/19 at 4:52 am
  • From Nita on Drame et déni

    Prochain post SVP : “Comment agir efficacement” 😉
    Parce que là, même sans retourner la veste, j’avoue être à court d’idées !

    Go to comment
    2022/09/19 at 2:28 pm
    • From Renaud Perronnet on Drame et déni

      Il y a quelques préalables à l’action efficace.
      D’abord être soi-même, détendu, en paix, pas crispé, disponible.
      Savoir pour quoi on agit, donc avoir un but, et faire partir l’action de soi-même, de son propre centre.
      Le principal empêchement à l’action efficace, c’est d’être en réaction contre l’autre, ce qui signifie ne pas être maître de soi, ne pas être libre mais dépendant ou en attente par rapport à l’autre.
      D’autre part, il faut préciser que personne n’a droit à l’efficacité, ce qui signifie que personne ne peut être sûr d’atteindre son but. (Je pense que le souci d’efficacité est une illusion dangereuse, une idée de DRH qui cherche le profit, joue avec la crédulité des personnes et court le risque de mener au burn out donc à l’opposé de l’indispensable détente préalable à toute action.)

      Tout cela pour dire qu’avant de prétendre agir pour la planète je crois qu’il est indispensable de commencer par apprendre à se respecter soi-même.

      Go to comment
      2022/09/19 at 10:59 pm
  • From Emma on Qu'est-ce qui est réel ?

    Porter son regard sur l’essentiel, accepter ce qui est… et toutes ces interrogations qui permettent de prendre du recul. Sages conseils que vous nous donnez là. Merci de nous rappeler que l’essentiel, c’est peut être aussi l’ici et maintenant.

    Go to comment
    2022/09/29 at 5:32 pm
    • From Renaud Perronnet on Qu'est-ce qui est réel ?

      Si nous sommes dans un flux, nous nous perdons à nous attarder avec hier, la vie est juste là devant nous.
      Le travail thérapeutique, c’est de voir comment nous nous servons de nos pensées afin de nous empêcher de vivre ici.

      Go to comment
      2022/09/29 at 10:31 pm
  • From Regan on Egocentrisme et vulnérabilité

    c’est très bien expliqué, bravo !

    Go to comment
    2022/10/07 at 2:11 pm